Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test Hybride TaylorMade M6

Test Hybride TaylorMade M6

Quelques jours après avoir découvert le nouvel hybride TaylorMade M6 à Carlsbad, au siège de la marque en Californie, nous avons reçu les premiers échantillons pour test, au studio d’essai à Lyon. Très enthousiaste à l’idée de vérifier la performance annoncée de ce nouveau rescue, je l’ai comparé au précédent TaylorMade M3, ainsi qu’au GAPR Hi, pour voir si la Twist Face allait pouvoir apporter quelque chose de vraiment nouveau…

Découvrez nos formules d'abonnements

Les principales caractéristiques de l’hybride TaylorMade M6

Dans une présentation produit de début d’année, surtout quand la liste des nouveautés est longue, et que le driver a déjà pris beaucoup d’attention, l’hybride est généralement le parent pauvre, présenté à la fin, et vite…vite pour respecter le timing.

Comparativement aux drivers M5 et M6 ou bien même les bois de parcours, le communiqué de presse publié par TaylorMade est beaucoup plus limité, s’agissant de ce nouvel hybride M6.

Est-ce à dire que le produit n’est pas très intéressant ?

Le nouvel hybride M6 incorpore pourtant pour la première fois la Twist Face.

Bien entendu, à la différence d’un driver, la face est plus petite, et de fait la courbure en pointe et en talon semble moins prononcée. Elle est même invisible à l’œil nu.

Fait notable, alors que M5 et M6 sont déclinés en driver et bois de parcours. TaylorMade ne va pas jusqu’à proposer un hybride M5, considérant que sa gamme de GAPR mis sur le marché l’été dernier occupe justement le créneau.

Le M3 n’aura donc pas remplaçant immédiat.

L’an passé, le M3 avait le mérite de proposer un système d’ajustement de la trajectoire sous la semelle.

On pouvait déplacer un poids de droite à gauche, de fade à draw…

Les modèles GAPR ne présentent pas ce réglage.

Dans un précédent article de test consacré à cette gamme, je n’avais pas été particulièrement conquis, ni par les performances, ni par l’esthétique de cette gamme GAPR.

Pas de M5 pour se consoler, mais ce seul M6 non ajustable, ni au niveau du loft (le hosel est cannelé comme depuis le premier M2), ni au niveau de la semelle pour ajuster la trajectoire.

La seule véritable nouveauté réside donc dans la face.

La marque annonce avoir mise au point le rescue le plus performant de son histoire.

Le centre de gravité a été abaissé, et l’alignement facilité par le contraste des couleurs au niveau de la couronne.

Sous la semelle, la speed pocket a subi un petit lifting, notamment au niveau de son insert en TPU pour plus de flexibilité, et en fait un COR (coefficient de restitution) à priori amélioré.

Mis à part ces quelques éléments techniques, pas grande chose de vraiment nouveau, il faut retenir que l’intégration de la Twist Face sur une si petite tête est en fait la principale prouesse technique.

La Twist face censée réduire la dispersion n’avait pourtant pas tant que cela révolutionné le matériel de golf l’an passé.

L’action sur la dispersion des trajectoires de balles était en fait assez limitée, surtout pour des amateurs.

L’hybride TaylorMade M6 proposé en test

Pour cet hybride commercialisé 249 euros, TaylorMade a misé sur un nouveau shaft Fujikura Atmos Orange, la couleur des sacs TaylorMade sur le tour en 2019.

Pour nous permettre de tester, la marque a envoyé un hybride 3 de 19 degrés monté d’office sur un manche regular de 68 grammes, dédié à des trajectoires plutôt hautes.

Avec une longueur de 40,75 inches, le rescue M6 est dans la moyenne du moment.

Pas de "truc" particulier concernant cette longueur du manche qui pourrait expliquer une augmentation de la vitesse de swing.

La vitesse est pourtant bien l’argument numéro un de TaylorMade pour sa nouvelle campagne de communication.

S’agissant du poids, le modèle Regular pèse 68 grammes, ce qui est aussi dans la moyenne du moment pour un hybride 3 de 19 degrés.

Pour le premier M1 testé en 2016, la marque nous avait proposé un manche stiff bien plus lourd (84 grammes).

Toujours tributaire des envois des marques, il faut justement être rigoureux pour bien comparer les bons clubs entre eux.

Après avoir déballé les clubs envoyés par TaylorMade, je découvre donc ce nouvel hybride M6, et constate qu’il présente une face très légèrement refermée à l’adresse, avec un manche légèrement en amont par rapport à la couronne.

Clairement, le M6 s’adresse aux golfeurs amateurs ayant des petits soucis avec une face trop ouverte à l’impact.

Le test du TaylorMade M6 comparé au M3 et au GAPR

Le premier essai du M6 avec une dizaine de balles ne va pas tromper.

Malgré un chemin de club raisonnablement en ligne avec la cible, la face était fermée en moyenne d’au moins un degré, avec pour conséquent, une majorité de coups en draw.

Premier essai du M6

Le set-up du club est toujours à prendre en compte, pour bien s’adapter au club à tester. La position du manche sur la couronne a de véritables incidences sur le swing.

La légèreté du manche pouvant être aussi une autre explication de ces balles à tendance vers la gauche du fairway.

J’ai recommencé le test pour produire une deuxième série avec moins de balles sur la gauche, en adaptant justement mon swing, et mon intention de lancer la tête de club plus à droite à l’impact, et ce, dans le but de redresser les trajectoires.

Deuxième essai du M6

Première bonne surprise, le niveau de smash factor m’a paru relativement élevé pour une vitesse de swing convenable.

Alors que je peux monter à plus de 88 mph de vitesse de swing, pour cet essai avec le M6, le manche ne m’a pas permis de swinguer aussi vite (seulement 85 mph).

Je vais pourtant faire deux constats immédiats concernant le test du rescue M6 : La vitesse de balle est effectivement notablement plus élevée, alors que le taux de spin continue de chuter par rapport à d’autres hybrides.

Ces deux paramètres conjugués expliquent une belle augmentation de la distance produite, même quand la vitesse de swing n’est pas extravagante.

Avec la Twist Face, je n’ai pas nécessairement réduit ma dispersion, mais effectivement, l’amélioration de la vitesse de balle est tangible.

J’ai facilement gagné entre 2 et 3 mph de vitesse de balle avec le M6 versus le M3 ou le GAPR Hi.

Pourtant, j’ai swingué plus vite avec ces deux clubs (88 mph).

Comparaison des tests d'hybrides 3 de 19°

En réalité, c’est le smash factor qui est effectivement beaucoup plus élevé avec le M6.

La balle sort plus vite de la tête à l’impact, et cela se sent dans les mains.

Par rapport à ma moyenne avec un hybride 3, j’ai obtenu un gain de distance de 9 mètres avec le M6 pour arriver à une moyenne de 197 mètres contre 188 mètres habituellement.

Si le gain de vitesse de balle peut s’expliquer par un face plus performante, il faut aussi relever une certaine baisse du taux de spin que j’ai contrôlé aux environs de 3100 tours, contre une moyenne de plutôt 3900 tours pour d’autres produits comparables.

Sans vraiment payer de mine, le rescue M6 affiche déjà de jolis gains de distances, d’autant que le manche permet en effet une légère tendance pour des trajectoires plus hautes.

L’angle de décollage relevé est effectivement un soupçon plus haut que la moyenne habituelle avec un tel club.

Ayant aussi reçu un bois de parcours M6 et un driver M5, le test de la nouvelle gamme TaylorMade commence plutôt bien, et semble confirmer que la marque a changé quelque chose…

Test du M3 sur manche KBS

S’agissant du M3, je l’ai remis en configuration neutre sous la semelle pour ne pas fausser le test. J’ai changé le shaft entre le modèle standard fourni à l’époque, et le modèle KBS Tour Hybrid que j’avais spécialement testé.

Test du M3 sur manche standard

Dans les deux cas, et on peut penser que la comparaison regular contre stiff désavantage le manche le plus souple pour la transmission de vitesse de balle, alors que la souplesse du manche défavorise le contrôle de la face par rapport au chemin du club, et bien, le M6 a donné nettement plus de smash factor (seulement 1.40 pour le M3 contre 1.47 pour le M6).

Pour être complet, j’ai aussi comparé le GAPR Hi, mais cette fois avec le manche regular fourni d’origine.

Attention, le manche standard fournit par TaylorMade est un quart de inch plus court sur le GAPR Hi par rapport à un hybride standard.

Test du GAPR Hi manche regular

Cela ne m’a finalement pas gêné pour produire ma vitesse de swing moyenne, soit 88 mph.

En revanche, regular ou stiff, je n’arrive pas à dépasser 1.38 de smash factor.

La tête du GAPR Hi est beaucoup plus compacte que celle du M3 et donc celle du M6.

Cela explique largement pourquoi le smash factor reste bas. Il faut être un bien meilleur joueur pour en optimiser la performance.

La taille de la tête est donc un élément clé pour comprendre l’augmentation du smash factor générée par le M6.

Ce qui est plus étonnant, c’est cette augmentation notable du moment d’inertie, sans entraîner une augmentation du spin, mais bien une baisse. C’est là le secret de ce nouvel hybride.

Bilan de ce premier essai

Dans les mains, comme les chiffres le traduisent, le M6 est effectivement nettement plus tolérant pour produire plus de vitesse de balle à l’impact.

Bien que l’on pourrait être sceptique sur les performances des produits, après des années de promesses souvent trop fortes, en l’occurrence, il se passe bien quelque chose avec ce modèle…

J’aurai aimé monter un autre shaft sur cette tête, cependant, il faut préciser qu’il a été livré comme une version standard que vous pourriez trouver en magasin. La tête est collée. Le manche n’est pas interchangeable.

En conclusion, si la twist face n’a pas d'influence spectaculaire sur la dispersion, il semblerait bien que le nouveau modèle propose un gain significatif de vitesse de balle, et pourtant, sur le rescue, TaylorMade n’a pas mis en place son procédé de Speed Injection…

A retester avec les membres de l’équipe des testeurs pour une émission MyGolfTest sur JeudeGolf.tv

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.