Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Test shafts Project X HZRDUS Yellow et T800

Test shaft Project X HZRDUS Yellow et T800

Avec le concours de notre consultant clubfitting Loïc Monchalin, nous mettons en place un nouveau type d’articles spécifiquement dédiés aux tests de shafts. Pour ce premier sujet, Loïc a tenu à commencer par l’un de ses shafts préférés, le Project X HZRDUS Yellow qu’il joue actuellement sur son driver. En guise de comparatif réalisé avec un Flightscope X2, nous vous proposons la revue de ce shaft versus deux autres manches Project X comparables.

Découvrez nos formules d'abonnements

L’importance du shaft dans la performance au driving

Les golfeurs sont à la recherche de deux choses s’agissant du driver : Plus de distance et plus de précision.

Quand ils obtiennent les deux, c’est le jackpot ! La plupart du temps, selon les configurations proposées ou retenues, vous n’obtenez que l’un ou l’autre.

Les drives les plus droits ne sont pas nécessairement les plus longs, et inversement.

La question est de savoir si justement les shafts Project X HZRDUS Yellow qui semblent rencontrer un certain succès sur le tour permettent d’obtenir un double gain, distance et précision.

Pour les besoins de ce test réalisé au Golf du Gouverneur au nord de Lyon dans le centre d’essai de Loïc Monchalin équipé d'un launch monitor Flightscope, ce dernier a monté pour chaque manche, la même tête sans modifier ses caractéristiques.

Soit une tête de driver Callaway GBB EPIC 10,5° en position neutre/standard et sans déplacer le poids sur l’arrière.

Les shafts testés par Loïc

Le Project X HZRDUS Yellow a été fabriqué pour des joueurs agressifs avec une vitesse de swing plus élevée.

Il s’agit d’un manche « backweighted » pour délivrer moins de spin et favoriser une vitesse de swing accrue. Le fait qu’il soit « backweighted » engendre justement plus de poids vers la tête du club.

Proposé en plusieurs versions, nous avons testé le shaft Yellow graphite stiff en flex 6.0, poids 63 grammes et torque 3.3 de la gamme 65.

Au total, il existe 6 shafts différents en version Yellow, répartis en 63 et 75 grammes, et chacun dans 3 versions différentes au niveau du flex allant de 5.0 à 6.5.

Le shaft testé est donc une version plus légère, et dans un niveau de rigidité intermédiaire. Il y a bien plus lourd et plus raide avec par exemple le YELLOW 75 6.5 !

Deuxième manche testé, le Hzrdus T800 55 6.0 qui est justement proposé en standard sur le driver Callaway EPIC.

Il n’est d’ailleurs pas présenté sur le site du fabricant puisque monté d’origine chez Callaway.

Cependant, après recherche, il s’agit d’un shaft construit sur le même châssis que le T1100, seule la matière diffère.

C’est un manche qui propose une rigidité intermédiaire avec un profil plus adapté à 95% des golfeurs amateurs.

En revanche, il est contrebalancé de la même manière que le T1100 pour être adapté aux nouvelles têtes modernes comme le EPIC.

Présenté en deux grammages, 55 et 65 grammes, pour notre essai, c’est bien le « 55 grammes en flex 6.0 » qui a été retenu par Loïc, soit une version très comparable sur ces deux paramètres au précédent YELLOW.

En comparaison, ce shaft 55 grammes est donc plus léger de 8 grammes avec un torque à seulement 2.8 toujours censé donner moins de spin, et moins d’angle de lancement.

Enfin, pour compléter le test, le clubfitter a sélectionné un troisième manche avec toujours un Project X, mais cette fois dans une gamme assez différente, le Hand Crafted LZ 70 6.0.

Si le niveau de flex est toujours comparable aux deux précédents manches (6.0), le poids de ce produit monte à 71 grammes avec un torque à 3.5.

Il s’agit encore d’un shaft censé délivrer peu de spin.

A l’origine, ce manche a été imaginé pour permettre un maximum de charge d’énergie au backswing sans perte de stabilité.

Soit en théorie un manche pour augmenter la vitesse de balle sans augmenter la dispersion !

Ci-dessous, un tableau récapitulatif des principales caractéristiques des manches testés :

Précisons qu’il s’agit de shafts fabriqués à San Diego aux Etats-Unis.

Le principal intérêt des shafts Project X réside dans le fait que la marque n’hésite pas à proposer plusieurs versions, et plusieurs incrémentations au niveau de la rigidité.

Vous pouvez monter de 0.5 en 0.5 jusqu’à trouver la rigidité qui vous convient.

Autre avantage appréciable, à la différence d’autres marques, les principales notions techniques du shaft sont insérées dans une cartouche de couleur visible sur le shaft, tant et si bien que vous savez ce que vous êtes en train d’essayer.

Parfois, ces données techniques sont noyées dans des chiffres incompréhensibles, ce qui rend l’exercice de comparaison plus difficile sans la connaissance d’un expert.

Les résultats du test et les commentaires de Loïc

Plusieurs commentaires peuvent être émis à la lecture des données fournies par le radar Flightscope X2.

Bien qu’il n’ait pas swingué à sa vitesse maximum avec le HZRDUS YELLOW, c’est pourtant avec ce shaft que le clubfitter a produit sa distance maximum.

Beaucoup de paramètres sont surprenants.

Non seulement, il a swingué 2 à 3 mph moins vite, le taux de spin s’est révélé assez élevé par rapport aux distances produites (plus de 3000 tours), et pourtant au carry, il a atteint 240 mètres.

L’explication vient vraisemblablement de la trajectoire beaucoup plus tendue produite avec ce premier shaft.

Non seulement, l’angle de décollage est seulement de 10,8 degrés, mais de plus l’angle d’atterrissage est aussi de seulement 35 degrés contre 37 ou 40 degrés pour les autres manches.

Avec le shaft YELLOW, Loïc a produit une trajectoire nettement plus tendue par rapport aux autres.

Le gain est au moins de 7 mètres au carry par rapport au HZRDUS T800 !

Selon notre indice spin sur angle de lancement qui traduit la bonne optimisation des conditions de lancement, le résultat de ce test du YELLOW n’est pourtant pas très optimum avec un taux trop élevé (328 tours par angle de lancement).

Dans ce cas, il peut être intéressant de monter le loft de la tête de driver d’un degré pour voir si c’est possible d’optimiser ce ratio à la baisse, soit par un angle de lancement plus élevé, soit par une réduction du spin, ce qui pourtant serait antinomique.

Avec le YELLOW, le clubfitter obtient sa meilleure distance, ce qui contribue à en faire son choix préféré. Cependant, en dispersion, il y a une petite tendance à gauche (écartement de 8,5 mètres par rapport au centre du fairway).

Au sujet de ce shaft, Loïc déclare « Ce manche présente une excellente stabilité pour une trajectoire basse mais avec du spin. Le contact est consistant. »

Le deuxième shaft testé (Hzrdus T800 55 6.0) n’est pas inintéressant.

Bien qu’il ait été tapé plus vite (113 mph) et paradoxalement proposé moins de distance au carry (233 mètres), son efficacité est donc moins bonne (seulement 2.07 contre 2.18 avec le YELLOW), la dispersion constatée a été très faible, seulement 1,9 mètres à droite en moyenne.

Pour Loïc « Ce manche présente une maniabilité accrue avec une trajectoire néanmoins plus haute, mais moins de spin. J’ai trouvé le contact plus doux. »

Au regard du ratio spin/launch, c’est pourtant le shaft le plus optimisé avec un taux de seulement 220 tours de spin par angle de lancement.

Le dernier manche testé, le Hand Crafted LZ 70 6.0 est en fait (dans ce test) le moins performant des trois.

Pourtant, c’est celui qui a proposé la meilleure vitesse de balle, soit 160 mph !

La trajectoire de balle plus courbée a enlevé de la distance en vol (angle d’atterrissage à plus de 40 degrés), ce qui a diminué la roule, alors que c’est avec ce manche que le testeur a trouvé le plus souvent le centre de la face (smash factor à 1.43).

Le niveau de spin étant relativement contenu, on aurait aussi pu considérer que l’optimisation des conditions de lancement était relativement bonne avec un ratio de seulement 242 tours de spin par angle de lancement.

Cependant, c’est avec ce shaft que Loïc a été aussi le plus dispersant (+13,5 mètres à droite par rapport au centre du fairway).

Pour Loïc « Si pendant le swing, j’ai apprécié son excellente stabilité, j’ai trouvé le contact plus sec. Comparativement aux autres shafts, la trajectoire est basse avec moins de spin. »

Bilan du test Project X HZRDUS

Le clubfitter reste convaincu par son shaft Yellow, notamment pour le gain de distance proposé, et ce, malgré un taux de spin qui pourrait être rédhibitoire.

Le choix d’une autre tête plus adaptée ou d’un loft plus élevé pourraient peut-être améliorer les conditions de lancement, et réduire quelque peu ce taux de spin.

Pour la tête EPIC et pour ce joueur, le HZRDUS T800 n’est pas inintéressant, surtout du fait de la faible dispersion, et à l’inverse, d’un taux de spin plus conventionnel.

Quoi qu’il en soit, difficile de donner un avis définitif sur ces trois shafts avec le concours d’un seul testeur.

Cet exercice sert surtout à vous illustrer les différences de fonctionnements que l’on peut trouver avec trois shafts légèrement différents au niveau du grammage et du torque, et malgré un niveau de rigidité par contre équivalent.

A ce stade de notre test, impossible de confirmer comme le fabricant que le modèle YELLOW est peu spinnant, en revanche, effectivement, la trajectoire est plus basse.

Comme quoi, il faut toujours se méfier des raccourcis et de la théorie. En pratique, de simples ajustements peuvent considérablement modifier les paramètres de trajectoires.


Restez informé

Recevez notre newsletter