Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Comparatif wedges Callaway MackDaddy 4 vs Cleveland CBX

Comparatif wedges Callaway MackDaddy 4 vs Cleveland CBX

Suite du sujet consacré aux wedges Callaway MackDaddy 4 avec en complément un test plus poussé sur des pleins coups, et des chips à 15 mètres, pour tenter de percevoir des différences avec un wedge à cavité tel que le Cleveland CBX, et surtout comprendre le fonctionnement distinct de ces deux clubs.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le sujet des tests de wedges est en soi assez compliqué. Toutefois, sur une situation de chip à 15 mètres du drapeau, en bord de green, j’ai pu noter des différences de feelings et de fonctionnements intéressantes à relater.

La difficulté avec un test de wedges, c’est le caractère quasi infini des types de coups que l’on peut tenter.

Ainsi, j’ai volontairement limité le test à cette situation de chips à 15 mètres sans chercher à ouvrir la face du club, en plus de taper des pleins coups avec deux wedges 54 degrés dans deux marques différentes, le Callaway MackDaddy 4 et le Cleveland CBX, deux wedges, et pourtant deux clubs très différents.

Le MackDaddy 4 proposé en test par Callaway était un 54 avec une semelle en C pour un bounce de 8 degrés, quand le même 54 degrés proposé par Cleveland, le CBX présentait un bounce de 12 degrés avec une semelle dite dual-V.

Pourquoi un tel test ? L’envie d’opposer un wedge plutôt lame à un wedge à cavité !

En bord de green, tout en visant une cible à 15 mètres, ce qui me demandait un quart de swing, j’ai rapidement noté que le wedge Cleveland glissait plus facilement sur l’herbe mouillé (test réalisé sous une légère pluie) sans jamais accrocher (gratter) dans le sol.

Le problème d’un chip qui se plante dans le sol, c’est que l’on perd bien entendu le contrôle de la trajectoire, et de la distance.

Ce qui m’a inspiré ce test était en fait l’argument de Callaway concernant la modification du leading edge du MackDaddy 4. Comment apprécier un bord d’attaque plus agressif ?

Entre le marketing et la réalité, il n’est pas toujours évident de comprendre ce que veut réellement dire une marque à propos d’un produit. Parfois, des termes très techniques semblent noyer la compréhension de l’utilité ou du bénéfice d’un club.

Dans la même situation de chip à 15 mètres, j’ai rapidement constaté que sur une balle sur trois, je pouvais plus facilement accrocher le sol (gratter) et perdre le contrôle de la balle.

En ce sens, effectivement, le bord d’attaque (leading edge) est tellement fin qu’il demande beaucoup de « doigté », notamment sur ces coups en bord de green.

En répétant le test alternativement avec les deux clubs, je suis effectivement arrivé à la constatation suivante : Un MackDaddy 4, et plus largement un wedge de type lame, offre effectivement une plus grande précision sur les chips, quand ils sont réussis.

Un bon coup est vraiment très bon !

La balle s’arrête effectivement tout près du drapeau, une fois que l’on a bien jugé la distance, et la vitesse du green. En revanche, un mauvais coup peut arriver aussi facilement, surtout dès que l’on est moins précis dans l’attaque de la balle avec le leading edge.

A l’inverse, un club avec une cavité plus prononcé ne donne pas du tout l’impression de pincer la balle. Au contraire, on a bien plus la sensation de la « ramasser à la cuillère ».

Un bon coup est toujours relativement bon. Plus tard, avec le trackman sur des pleins coups, j’ai noté que le Mackdaddy 4 transmettait plus de spin à la balle.

Cependant, il y a beaucoup moins de mauvais coups ou de coups sans contrôles.

Autrement dit, pour un golfeur amateur classé au-dessus de 10/15 d’index, et pas nécessairement ultra-performant au chipping, il me semble qu’un wedge lame n’est pas nécessairement toujours le meilleur choix.

Comme l’explique notre consultant, Loïc Monchalin, le bounce est l’ami du golfeur amateur ! J’ai pu le vérifier dans ce test.

A contrario, il est certain qu’un très bon joueur préfèrera cent mille fois un wedge lame pour la précision du contrôle et du spin qu’il peut obtenir.

De même qu’il pourra multiplier les différentes façons de manier le wedge, et notamment le coucher plus facilement.

En synthèse de ce premier essai autour du green, je pense que trop peu de golfeurs amateurs ont réellement l’idée qu’un wedge à cavité sera vraiment plus adapté.

Parfois, il arrive que l’argument du « joué sur le tour » ne soit pas toujours une bonne recommandation pour tous les golfeurs qui ne jouent pas tous les jours, et toute la journée.

Le chipping est certainement le domaine qui nécessite le plus de pratique, et le plus de sensations.

Un wedge lame tel que le MackDaddy 4 peut contribuer à donner plus de sensations.

Pour un joueur plus occasionnel, un wedge à cavité ou avec un bounce très élevé, ne fera certes pas très glamour, sera légèrement moins précis, mais apportera le bénéfice de lever plus facilement la balle.

Autre comparaison, le shaft acier du Callaway, ainsi que l’équilibrage du MackDaddy m’a paru plus lourd à swing weigth équivalent (D4).

Sur les pleins coups, situation où finalement, je me sens personnellement moins en difficulté que sur des chips à 15 mètres, inversement, j’ai trouvé que le MackDaddy 4 (wedge lame) me donnait nettement plus de précision dans le contrôle de profondeur.

Sur plus d’une dizaine de balles, j’ai finalement trouvé une certaine consistance dans la distance produite.

Sans être un robot, avec le MackDaddy 4 tapé à une vitesse moyenne de 72 mph, j’ai produit une distance souvent proche de 80 mètres.

Dans le même exercice, avec le Cleveland CBX plus léger, j’ai swingué 2 mph plus vite et pourtant dispersé un peu plus entre 70 et 80 mètres.

Sur des pleins coups, je suis porté à croire qu’une lame donne plus de précision qu’un wedge à cavité, surtout au regard du spin donné.

Entre le CBX et le Mackdaddy, avec la même balle, le taux de spin a baissé d’environ 800 tours sur ce test.

Pour le spin, est-ce que j’ai été plus consistant (régulier) d’un coup à un autre ? La plage de valeurs a oscillé entre 4800 et 8000 tours. Là-aussi, il me semble que le joueur influe plus que le club sur le résultat. Il est difficile de complètement vérifier l’argument du fabricant, sauf à prendre en considération un smash factor légèrement meilleur.

Sans doute qu’un golfeur professionnel pourra sentir le bénéfice des nouvelles rainures. Pour ma part, je peux conclure sur le fait qu’il s’agit indéniablement d’un excellent wedge, qui demandera toutefois de l’excellence dans la qualité du contact.

Si je peux être plus précis sur des pleins coups, un MackDaddy 4 ne me pardonnera pas la moindre faute de rythme en bord de green. Il y a un vrai débat entre opter pour un wedge lame et un wedge cavité selon son niveau de jeu, et sa fréquence de jeu…

Les conditions météos ne se prêtaient pas à un test dans le bunker (pluie, sable mouillé et trop compact). Pour avoir tapé quelques balles avec le MD4 et une balle premium, je peux simplement confirmer une évidence : La balle s'arête très vite sur le green.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.