Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test bois de parcours Callaway EPIC Flash et Subzero

Test bois de parcours Callaway EPIC Flash et Subzero

L’intelligence artificielle permet-elle de faire de meilleurs bois de parcours ? Peut-on réellement obtenir plus de vitesse de balle à l’impact ? Le modèle Subzero présente-t-il un intérêt par rapport au modèle Epic Flash « classique » ? Pour ce nouveau test réalisé avec un Trackman 4 dans notre studio d’essai, Callaway a fourni quatre bois de parcours 15 degrés sur manches regular ou stiff. Découvrez le verdict du test !

Découvrez nos formules d'abonnements

Les bois de parcours Callaway EPIC Flash testés

Callaway est assurément une marque qui collabore aux tests réalisés sur JeudeGolf.org ! Toutes les marques ne jouent pas nécessairement le jeu de la critique objective et constructive.

Avec quatre bois de parcours différents pour produire cet essai, deux Epic Flash, deux subzero, chacun répartit entre stiff et regular, le test allait pouvoir être complet.

Les différences de caractéristiques entre les différents bois de parcours proposés tiennent dans l’équilibrage (poids et dimension de la tête en comparaison du poids et la longueur du manche).

Le Subzero est équilibré en D3, ce qui correspond plus facilement à une vitesse de swing rapide, ou tout du moins plus à même de contrôler la position de la face à l’impact.

Le modèle EPIC Flash est équilibré en D2 pour favoriser la maniabilité, et une meilleure accélération pour un swing à vitesse plus modérée.

Visuellement, c’est très difficile de les distinguer.

Le look est très similaire.

Cependant, il y a encore d’autres petites différences, comme le lie qui est de 55 degrés pour le Subzero, et 56 degrés pour le modèle classique.

Les dimensions des deux têtes sont légèrement différentes.

Le subzero ne mesure que 169 cc contre 180 cc pour le modèle classique, légèrement plus volumineux. C’est encore difficile à voir à l’œil nu, mais pourrait jouer sur un meilleur smash factor théorique du second nommé.

Les deux têtes sont ajustables de 14 à 17 degrés de lofts, notamment pour le bois 3 proposé de base à 15 degrés de lofts.

Pour ses bois de parcours, Callaway propose d’autres têtes allant de 12,5 degrés à 25 degrés !

S’agissant des manches, et notamment la longueur, Callaway n’a pas triché et proposé des manches de 43 inches, parfaitement dans la moyenne du marché.

C’est aussi plus pertinent, car augmenter la longueur du manche n’accroît pas tant que cela la vitesse de swing, mais en revanche, « abîme » parfois le centrage de la balle dans la face, et augmente nettement la dispersion.

Pour chaque tête, nous avons bien reçu deux manches, stiff et regular.

En version stiff, ils ont opté pour le Project X HRZRDUS SMOKE 6.0 censé restituer peu de spin.

En version regular, ils ont opté pour deux Mitsubishi Tensei AV Series 65 et 75.

Considérant le Smoke avec un poids de 70 grammes, il y a donc un regular un peu plus léger (65 grammes), et un légèrement plus lourd (74 grammes).

Test des bois de parcours Callaway EPIC Flash

la dispersion de 10 coups tapés avec chacun des quatre bois de parcours pour l’illustrer.

A première vue, le résultat du test comparatif des quatre bois ne permet pas complètement de les distinguer.

Ci-dessus, la dispersion de 10 coups tapés avec chacun des quatre bois de parcours pour l’illustrer.

Pour ma part, le test du manche stiff permet seulement de disperser un peu moins, et de créer des « ronds » de dispersions moins importants.

Il y a pourtant, dans le détail, une version qui marche un peu mieux…

Le subzero 15 degrés sur manche stiff m’a permis d’obtenir un très bon smash factor pour un bois 3 (1.47)

Le subzero 15 degrés sur manche stiff m’a permis d’obtenir un très bon smash factor pour un bois 3 (1.47) avec un loft dynamique de 14 degrés (sans toucher au loft) et en laissant le poids de 16 grammes à l’arrière.

L’avantage d’un manche de bois 3 à 43 inches par rapport à celui d’un driver à 45,5 inches est de moins favoriser un chemin de swing écarté de la cible (intérieur-extérieur pour ma part), et donc de réduire le facteur aggravant de la dispersion lié à la position de la face à l’impact, surtout quand elle n’est pas square.

Ici, avec un chemin de club légèrement intérieur-extérieur, couplé avec une face légèrement ouverte à l’impact, les trajectoires sont relativement axiales vers la cible.

On peut aussi considérer que les balles ont plutôt été prises au centre de la face, en se référant au smash factor.

Le taux de spin est contenu pour un bois 3, soit moins de 3000 tours, ce qui va favoriser la roule.

Le principal point intéressant avec ce club reste le loft dynamique à seulement 14 degrés pour un bois 3 en théorie de 15 degrés de loft statique, ce qui justement permet d’optimiser la vitesse de balle avec un angle de lancement relativement bas et tendu.

Le shaft SMOKE confirme sa réputation de manche pour trajectoire tendue et peu spinnante.

Pour la même tête avec un manche regular, le smash factor est paradoxalement moins bon (1.46)

Pour la même tête avec un manche regular, le smash factor est paradoxalement moins bon (1.46), alors que logiquement, c’est plus souvent l’inverse, et en défaveur d’un manche plus rigide.

Sur une dizaine de balles, le revers d’un manche trop souple peut être une moindre précision.

Le loft dynamique est ici un peu plus élevé (sans doute à cause du manche).

L’écart n’est toutefois en moyenne que de 3 mètres en moins en distance totale avec la roule versus le premier modèle. C’est plus l’argument de la précision qu’il convient de retenir par rapport à la distance.

Pour la version EPIC Flash classique, sur manche stiff, le smash factor est légèrement moins bon

Pour la version EPIC Flash classique, sur manche stiff, le smash factor est légèrement moins bon, à nouveau à cause du loft dynamique plus élevé (16,5 degrés). Cette fois, c’est peut-être plus la conception de la tête, sa dimension et son équilibrage, qui influe.

Les balles décollent en moyenne sur un angle plus élevé, et forment des trajectoires plus bombées. En distance totale moyenne, l’écart est de 6 mètres par rapport au même Subzero.

Le taux de spin est seulement de 200 tours supplémentaires, et tout à fait convenable pour un bois 3.

Le test le moins concluant est avec le modèle EPIC Flash sur manche regular alors que le smash factor (1.41) est trop bas, et le loft dynamique trop haut (18,6 degrés).

Le test le moins concluant est avec le modèle EPIC Flash sur manche regular alors que le smash factor (1.41) est trop bas, et le loft dynamique trop haut (18,6 degrés).

Malgré cela, la distance moyenne de 213 mètres illustre que le fitting d’un bois de parcours joue sur une plage de valeur inférieure à 10 mètres en moyenne.

Comparaison par rapport au marché 2018-2019

Quand on compare le niveau de performance des nouveaux bois de parcours Callaway EPIC Flash au reste du marché sur la période 2018-2019, le Subzero s’en sort plutôt très bien, sur le seul argument de la performance.

Je reste convaincu que le niveau de compétition est très serré entre les principales marques. Le fitting reste le meilleur moyen de distinguer pour soi un produit par rapport aux autres.

Il existe deux grandes catégories de produits sur ce segment des bois 3 avec des clubs très légers, et avec une propension à lever la balle, ce qui se fait au détriment du spin, et même du smash factor, et d’autre part, des bois plus typés « compétitions » pour des joueurs qui cherchent des bois 3 pour diminuer le spin, et augmenter la roule.

Le subzero est clairement dans la deuxième catégorie, et en bonne position. Le modèle EPIC Flash classique est plus un intermédiaire, entre un club pour bon joueur et un club pour faciliter l’angle de lancement.

Une fois n’est pas coutume, le test est globalement plus favorable à Callaway par rapport à TaylorMade (M5 et M6), bien que les écarts soient infimes.

Le choix des manches proposé au test me parait plus efficient chez Callaway, de même que la longueur plus raisonnable (43 contre 43,25 inches).

Bilan du test EPIC Flash

Est-ce que Callaway nous fait faire un saut en avant avec la face flash ?

Ce n’est pas si évident ou spectaculaire. Le Srixon ZF75 ou le Cobra KING F9 font légèrement mieux.

En revanche, en moyenne par rapport au panel total de clubs jusqu’à présent testés, il y a bien un petit léger mieux de la part des clubs Callaway par rapport au reste du marché.

Si je devais faire un match M6 contre EPIC Flash, ce serait match nul.

Par contre, le Subzero me paraît légèrement au-dessus du M5 sur l’aspect performance.

Sur l’aspect sensations à l’impact, c’est aussi Callaway qui l’emporte par rapport à son rival préféré.

2019 est donc une bonne cuvée pour Callaway sans pour autant surpasser la concurrence, comme on aurait pu l’imaginer avec le développement de l’intelligence artificielle. Cette dernière n’arrive pas plus que l’intelligence « tout court » à contourner le problème de la législation.

Le bon conseil ne varie pas. Un bon fitting, une bonne balle bien adaptée, et vous pouvez gagner une dizaine de mètres à la marge. C’est cela la vraie performance aujourd’hui dans un marché hyper concurrentiel et resserré.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.