Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...
Posté par le dans Mieux jouer au golf - Nos conseils techniques

A quel point le vent peut affecter la trajectoire d’une balle de golf?

A quel point le vent peut affecter la trajectoire d’une balle de golf?

A l’heure où une grande partie de la France est soumise à des vents violents, et où même une tornade s’est abattue sur la Charente-Maritime, nous avons voulu comprendre l’effet du vent sur la balle de golf, et profiter d’une étude réalisée aux Etats-Unis pour analyser les effets subis à diverses vitesses de vents. Nous sommes aussi revenus sur les conditions météos du dernier British Open (près de 50 kmh de moyenne sur 5 jours) pour voir jusqu’à quel point, il est possible de jouer au golf !

Découvrez nos formules d'abonnements

Sommaire de ce dossier spécial consacré au jeu de golf par vent violent

  1. Un épisode pluvio-orageux s’abat sur la France
  2. Jusqu’à quelle vitesse de vent peut-on jouer au golf ?
  3. Que se passe-t-il concrètement pour une balle de golf ?
  4. Comment exploiter cette connaissance pour votre jeu de golf ?

Un épisode pluvio-orageux s’abat sur la France

Ces dernières heures beaucoup de français ont été surpris par un phénomène de vents en rafales sur une grande partie de la France.

Une perturbation pluvio-orageuse très active liée à l'ex-tempête tropicale Henri a abordé le littoral Atlantique et traverse l’hexagone depuis mercredi.

De nombreux départements sont concernés par des phénomènes météorologiques intenses : orages, pluies intenses et vents violents.

Ce n'est pas un temps à mettre un golfeur dehors !

Sur la carte suivante de Météo France, on peut voir l’évolution du vent sur une journée de 8h du matin à 20h le soir.

Il s’agit de la journée du 17 septembre 2015, le lendemain de l’épisode venteux le plus violent constaté sur cette semaine.

Carte météo France du 17 septembre 2015

Dans un précédent sujet, nous avions déjà aborder la question du meilleur moment de la journée pour jouer, et dans un interview du caddie d’Alexander Levy, Tom Ayling, ce dernier nous avait expliqué à quel point la prise en compte du vent est déterminante dans le choix du coup à jouer.

Sur cette carte, on constate à quel point le vent se lève au fur et à mesure de la journée, pour souffler en rafale jusqu’à 60 kmh par endroit.

Les flèches matérialisent le sens du vent. Une flèche courbe symbolise un vent tourbillonnant.

Sur cette journée, le vent va connaître un pic de force entre 11h et 14h, ce qui est en fait très classique.

Pour vous schématiser le processus, découvrez ci-dessous un graphique théorique par tranches horaires (abscisses), et par force du vent en kmh (ordonnées).

Courbe théorique sur l'évolution de la force du vent dans une journée

Jusqu’à quelle vitesse de vent peut-on jouer au golf ?

Pour mémoire, le dernier British Open de golf masculin disputé à Saint-Andrews en juillet dernier a été fortement perturbé par des intempéries.

Pour la deuxième fois de l’histoire de ce majeur vieux de 155 ans, le tournoi a du se terminer le lundi, en raisons de vents violents mesurés à 75kmh, limite au-delà de laquelle, même les pros de golf ne jouent plus !

Pendant le tournoi, Raphael Jacquelin et les français engagés sur ce tournoi ont régulièrement joué leurs 18 trous dans un vent moyen soufflant entre 40 et 55 kmh, soient les conditions que nous avons cette semaine en France.

A cette vitesse de vent mesurée sur le terrain à l’aide d’anénomètres, la qualité du jeu de golf et du swing d’un joueur est sacrément perturbée.

Le vent n’étant pas parfaitement égal tout au long de la journée, on peut même se poser la question de l’équité de ce British Open pour les 120 golfeurs qui ont joué ce tournoi organisé sur seulement quatre jours.

Les parties qui ont démarré très tôt le matin ont pu être avantagés par rapport aux parties de l’après-midi qui ont même été interrompues ou tout simplement reportées au lendemain.

Bref, cela a été un grand bazar…Sans vouloir enlever le mérite de Zach Johnson, finalement vainqueur…et meilleur joueur dans le vent.

Ce tournoi a été un beau bazar ! Et les balles de golf n’ont pas toujours obéi à leurs maîtres…

Justement que se passe-t-il concrètement pour une balle de golf ?

La société Trackman, par l’intermédiaire de Justin Padjen a mené une étude pour suivre le comportement de la balle à différentes vitesses de vents.

Le trackman est un radar de mesure qui suit toutes les données de la balle : vitesse, angle de lancement, angles latéraux (sidespin), rotation de la balle sur elle-même (backspin), temps de vol, et distance…

Il en a tiré au moins trois enseignements principaux.

Premièrement, les effets du vents ne sont pas linéaires.

Il n’existe pas une règle mathématique qui puisse dire q’un kmh est égale à un mètre !

Ce serait pourtant tellement plus facile pour calculer la distance à parcourir sur un coup à jouer dans le vent…

Différents clubs de golf, en fonction de leurs lofts vont engendrer des vols de balles qui vont être affectés de manière bien différentes !

Il n’y a donc pas de règles.

Deuxièmement, un vent contraire pose plus de problème qu’un vent arrière ne vous aide !

A haute vitesse, un vent contraire va vous faire perdre deux fois plus de distance que ce que pourrait vous faire gagner un vent arrière.

Troisièmement, vent contraire, et vent arrière peuvent impacter de manière très significative le rebond et la roule de la balle. Ces deux paramètres doivent être pris en compte quand vous visez un point d’atterrissage pour votre balle.

Justin Padjen illustre son propos par l’exemple d’un championnat de Long Drive auquel il a assisté.

Sur ce concours, le vent était arrière, et les compétiteurs parvenaient à porter leurs balles jusqu’à plus de 410 mètres.

Clairement, au carry, les balles étaient portées plus loin qu’à l’habitude et sous l’effet du vent.

Mais pas seulement, pour Padjen, le rebond et la roule ont aussi bénéficié de ce phénomène.

Habitué à la lecture des statistiques au Trackman, il a constaté que l’angle d’atterrissage de la balle était plus tendu, et que la vitesse d’atterrissage de la balle était supérieure à la moyenne sans vent.

Un drive joué dans des conditions normales se pose en moyenne à près de 100 kmh. Avec un vent arrière relativement fort le jour du concours, elles se sont posées à près de 160 kmh, soit un différentiel de 60% !

Le vent a eu pour effet de réduire l’effet de trainée dans l’air des balles, ce qui a fait qu’elles ont pu toucher le sol plus vite, et sous un angle plus tendu pour rouler davantage.

Pour aller encore plus loin dans la démonstration, il a pris les mesures trackman d’un joueur du PGA Tour, et d’une joueuse du LPGA Tour sur des coups joués avec un fer 6 dans différentes conditions de vent.

A l’aide des tableaux suivants, vous pouvez constater quelle distance est gagnée ou perdue avec un vent arrière ou un vent contraire.

Notez à quel point l’angle d’atterrissage de la balle change sur chaque coup…

Dans cet exemple, Padjen précise que le vent a été constant pendant la durée totale du vol de la balle.

Coup de fer 6 joué par un pro du PGA Tour avec un angle d’attaque de balle de -3,1 degrés

Swing d'un golfeur pro sur le PGA Tour

Avec un vent soufflant à plus de 16 kmh, la balle de ce joueur monte de 3° et perd 17 mètres. L'angle d'atterrissage de la balle est d'ailleurs monté de 10 degrés !

Avec un vent deux fois plus élevé, la perte de distance s'accélère pour se porter à 38 mètres !

Si le phénomène avait suivi un effet mathématique comparable, la perte de distance aurait été de seulement 34 mètres.

Plus le vent souffle, et plus la perte de distance s'accélère.

A contrario, un vent arrière rapporte moins qu'un vent contraire ne vous enlève !

Avec un vent arrière de 16 kmh, ce joueur ne gagne que 13 mètres par rapport aux 17 mètres perdus avec un vent contraire pour la même vitesse de vent.

Dernier point à commenter ! Avec un vent arrière de même force qu'un vent contraire de 16 kmh, la balle monte beaucoup moins en hauteur de trajectoire maximal, soit 26 mètres contre 34 dans le cas inverse.

Coup de fer 6 joué par une pro du LPGA Tour avec un angle d'attaque de balle de -1,5 degrés

Coup de fer 6 tapé par une joueuse pro du lpga tour

Même tendance que pour un golfeur...

Comment exploiter cette connaissance pour votre jeu de golf ?

L’idéal serait que vous puissiez vous rendre dans un centre d’entraînement équipé d’un radar de mesure pour étalonner vos distances avec vos clubs un jour où le vent est plutôt fort.

Un radar de mesure de type Trackman peut tout à fait être réglé pour annuler les effets du vent (mode Normalize), ce qui vous permettrait de mesurer l’écart entre ce que vous produisez dans le vent, et ce que vous produisez normalement.

A force d’emmagasiner des données sur votre façon de jouer quel que soit les conditions, vous pourrez prendre de meilleures décisions sur le parcours, pour améliorer sensiblement votre carte de score, surtout quand les conditions ne sont pas idéales.

Comme déjà écrit plus haut, malheureusement, le vent n’est pas mathématisable par rapport à un coup de golf.

Une formule de calcul magique ne remplacera pas votre expérience du jeu dans le vent.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.