Driver XXIO Eleven : Mettre du poids dans vos grips

Depuis 20 ans, la marque XXIO espère vous faire expérimenter un autre jeu de golf ! Des clubs plus légers pour une cible de clientèle senior assumée, et notamment par un positionnement aux antipodes du PGA Tour. XXIO a inversé la pyramide d’influence, et cela a plutôt bien marché dans l’hexagone, avec l’une des plus fortes pénétrations, et au point de susciter l’envie des marques américaines d’emboîter le pas, comme par exemple Callaway avec le driver EPIC Flash Star. Pour 2020, XXIO revient avec deux drivers, EKS et ELEVEN. Cette séparation permet à la marque de tenter de rajeunir son image, sans perdre sa clientèle principale. Ce sera la mission du driver ELEVEN !

La marque japonaise craint que son marché intérieur ne suffise plus à assurer sa croissance dans la prochaine décennie. Cherchant à anticipe, elle vise de plus en plus le marché occidental.

A l’occasion des 20 ans de la marque du groupe Sumitomo Rubber Industrie, le logo a été modernisé, pour ne pas dire occidentalisé ou internationalisé.

Le groupe le plus puissant du golf business au pays du Soleil Levant veut se donner les moyens de réussir.

A la différence du driver EKS qui voudrait viser une cible de quinquas, et à cette fin, avec des clubs un peu plus lourds, la gamme ELEVEN reste dans la trace déjà largement entamée par les gammes précédentes, la légèreté à tout prix.

Une fois n’est pas coutume pour un driver, la principale nouveauté ne se situe pas sur la tête, mais à l’autre extrémité, le butt du grip (bout).

XXIO s’adressant toujours en priorité à des golfeurs qui swinguent le drive en-dessous de 90 mph (145 km/h), la marque prétend justement qu’elle peut vous apporter un peu plus de vitesse de balle, et ce, afin de transformer vos parties de golf.

Les américains sont des experts du marketing. Les japonais ne sont pas en reste.

Avec le nouveau principe Weight Plus, XXIO imagine que vous allez développer un swing plus puissant et à tous les coups.

Les ingénieurs ont ajouté un poids en laiton et en caoutchouc de 13 grammes sous le grip, et pour tous les clubs de sa nouvelle gamme.

Directement sous les mains, ce poids doit favoriser un effet de levier pour faciliter le début du backswing, et réduire l’effort demandé.

D’un point de vue marketing, c’est génialement trouvé, et cet argument devrait faire mouche dans l’oreille des golfeurs de plus de 70 ans. J’imagine très bien mon père être sensible à cet argument.

Pour Nicolas Marchand, responsable produit de la marque en France, XXIO a poussé le principe de technologie DST (Dual Speed Technology) au maximum, il fallait autre chose, pour aller plus loin, et vers plus de facilité.

Le poids en laiton va agir pour contrebalancer le club, et améliorer l’efficience du swing. Au-delà de la distance, la marque imagine que cela va améliorer la régularité du joueur.

Le responsable produit précise que la marque XXIO ne veut pas seulement se préoccuper du club, mais plus globalement du swing. Le club n’est que le prolongement des bras.

Outre ce principal argument, on va retrouver les caractéristiques classiques d’un driver XXIO.

Sous la semelle, le driver XXIO Eleven présente le principe « Star Frame » qui est une structure globale de la tête reposant sur une semelle moins épaisse (seulement 0.45 mm), pour justement redistribuer plus de masse en d’autres points, et ce, afin d’améliorer le lancement et la tolérance.

Cette phrase ne veut pas dire grand-chose. Concrètement, avec la semelle plus légère, la marque suggère que le golfeur senior va plus facilement lever sa balle depuis le tee, et même sans trop de vitesse de swing.

Toujours sur le driver XXIO, le principe de CUP FACE, qui est censé fournir plus de vitesse de balle sur les coups centrés, et les coups décentrés. Toutes les marques ont largement adopté ce principe, de tel sorte qu’il n’est plus vraiment différenciateur.

Ce qui permet justement de rappeler que pour ce club de golf, la véritable différence se situe bien au niveau du grip, et du principe Weight plus, qui pour le coup est assez unique, et pour le moment.

Cela dit, sans ajouter un poids de 13 grammes, vous pouvez tout aussi bien changer votre grip et en utiliser un plus épais et plus lourd. Cela devrait revenir au même ?

D’un point de vue esthétique, ce driver est sur une teinte bleutée, aussi bien au niveau de la couronne que le manche dit XXIO mais certainement produit dans l’usine Japonaise de Miyazaki.

Délivré en 3 têtes, 9.5, 10.5 et 11.5, le driver XXIO Eleven est proposé avec au moins 4 shafts différents, stiff, stiff regular, regular ou regular 2 (senior).

Ce n’est pas vraiment l’information la plus importante, en comparaison de l’international flex code, qui lui, nous en dit beaucoup plus sur la réalité de la flexion d’un manche.

Par exemple, pour le driver reçu en démo, sur un manche regular, l’IFC était de 3222, soit un manche très peu rigide en but, et pratiquement pas du tout sur tout le reste de la longueur jusqu’au tip. Cela se sent d’ailleurs quand vous swinguer le club dans l’air.

A la différence de la série PRIME, XXIO s’est montré relativement raisonnable pour la longueur du manche, en 45.75 inches. C’est très long, et assumé pour donner quelques mph de vitesse de swing en plus.

Enfin, un point à ne jamais sous-estimé s’agissant d’un driver, le décalage de la tête par rapport à la position des mains (manche) est très prononcé. On peut parler de tête hook face.

Le club vous force naturellement à placer les mains plus en avant vers la cible, et à l’adresse. Cette position aura des conséquences sur la façon dont vous allez swinguer le club, et sur les trajectoires de balles, selon si vous présentez un chemin de club intérieur-extérieur ou extérieur-intérieur.

C’est un point clé à prendre en compte au moment d’un éventuel achat.

Pour finir, s’agissant du prix conseillé, XXIO conserve un positionnement premium à 749 euros pour un driver qui ne pèse que 280 grammes, soit 20 de moins que le EKS.

Pour Lionel Caron, Président Europe du Groupe, l’ambition, c’est toujours de vous faire sentir la différence. C’est d’ailleurs inscrit directement sous la semelle du club.

20 ans auparavant, ce discours à base de légèreté n’avait pas pris avec Cleveland et les premiers drivers HiBore.

Aujourd’hui, avec une marque japonaise au nom difficilement prononçable, et sur un positionnement prix élevé, le groupe a renversé la vapeur en même temps que la population golfique a vieilli.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.