Wedges Cleveland RTX ZipCore : Qu’est-ce qui change vraiment ?

En matière de sandwedges pour le golf, à bien y regarder de plus près, entre toutes les marques, et tous les clubs, les différences sont le plus souvent très subtiles. Depuis l’apparition du premier Wedge Rotex, Cleveland a démarré une nouvelle série dite RTX, succédant à la mythique 588, et arrive en 2020 à sa cinquième itération, qui ne porte d’ailleurs pas le nom de RTX 5, mais RTX ZipCore. La principale nouveauté ne serait pas à l’extérieur du club, mais à l’intérieur. Pourquoi choisir ce sandwedge plutôt qu’un autre ? Quelle plus-value par rapport au précédent RTX-4 ? A quoi sert le nouveau principe ZipCore ? Et finalement, plus important, allez-vous mieux jouer au golf avec ce club ?

Quand vous prendrez ce nouveau club Cleveland RTX ZipCore pour la première fois en mains, le premier sentiment que vous pourriez ressentir en le manipulant jusqu’à porter vos yeux sur la tête du club, c’est « La tête est vraiment épurée, et l’ensemble paraît joli ».

Qu’est-ce qui pourrait vous donner ce sentiment ou cette impression ?

Le hosel ? La face ? Le leading edge ? Les rainures ? La semelle ? L’aspect de la face ?

Rien de tout cela, car sur la plupart des wedges commercialisés en France, si vous y prêtez vraiment attention, vous ne verrez que des similitudes dans pratiquement toutes les marques, sauf à prendre des cas extrêmes, et par exemple un Callaway PM Grind, avec sa pointe particulièrement, et exagérément allongée.

En réalité, un wedge se distingue par une seule pièce de son corps, de sa tête : Le dos, la partie qui apparaît visuellement en premier dans un rack de magasin (quand il est bien fait).

C’est le dos du wedge qui s’adresse à vous !

Une fois que vous le prenez en mains, le posez au sol, à l’adresse, comme si vous alliez jouer un club de golf, l’essentiel du travail de séduction a déjà été fait, et pratiquement sans que vous vous en rendiez compte.

Je me suis « amusé » à mettre côte à côte un RTX ZipCore avec un RTX3, et tournée face vers moi.

Au premier abord, il pourrait apparaître que les clubs sont strictement identiques !

Pourquoi les marques s’évertuent à sortir un nouveau modèle tous les deux ans ? Ce sont finalement toujours les mêmes clubs !

Par rapport à ce premier argument, j’aurai déjà une première réponse de bon sens, et qui pour une fois défendrait les marques, et pas seulement Cleveland.

De tous les clubs du sac de golf, si un club doit bien se changer régulièrement, c’est justement le ou les wedges.

Plus en contact avec des matières abrasives, ils sont davantage exposés à une réelle usure, et en fin de compte, perte de performance.

Sans aller jusqu’aux pros qui changent de wedges tous les quatre tournois, selon votre fréquence de jeu, un wedge pourrait être changé raisonnablement tous les ans, tous les deux ou tous les trois ans.

Et au moment de retourner dans le magasin, vous pourriez avoir deux objectifs inconscients : Reprendre le même wedge qui vous donne de la confiance, et en parallèle, et paradoxalement, avoir envie d’un nouveau design qui « ringardise » votre vieux wedge.

De mon point de vue, les marques, et Cleveland en particulier ne fait rien d’autre que de répondre à ces deux attentes : Vous proposer le même wedge avec l’impression qu’il est un peu plus moderne.

Maintenant, si vous regardez le RTX ZipCore d’un peu plus près, et avec un œil encore plus passionné et curieux, vous verrez peut-être d’infimes changements qui méritent d’être commentés.

La plupart du temps, sur la grande majorité des sandwedges, il est de coutume que le bord d’attaque soit arrondi.

C’est une forme très traditionnelle pour la partie basse d’un sandwedge.

C’était par exemple le cas du 588 RTX (loft 52 degrés).

Avec le nouveau RTX Zip Core, je constate qu’à l’image aussi des derniers TaylorMade Milled Grind ou Hi-Toe, le bord d’attaque est plus aplati, et comme si on pouvait tracer une ligne droite entre le talon et le hosel.

Deuxième constat, et il est peut-être plus important encore, sur les nouveaux wedges Cleveland, en 50 et 54, j’ai compté 19 rainures quand je n’en comptais que 17 sur le RTX 3 !

Les rainures sont en fait moins espacées, et couvrent une plus grande partie de la face du club.

Elles ne me paraissent pas plus petites, bien qu’incapable de les mesurer sans un outil professionnel.

Si vous n’y prêtez pas attention, peut-être ne le verrez-vous pas, et pourtant, c’est peut-être le changement le plus significatif.

La surface de frappe du wedge a été mieux recouverte ou densifiée en rainures. C'est de loin, l'argument technique le plus intéressant.

Mis à part ces deux relevés, vous aurez du mal à franchement distinguer ce wedge, d’un autre wedge Cleveland, ou dans une autre marque, sauf à prendre en considération… le dos du club.

Depuis la V3 du RTX (le RTX 3), je trouve que Cleveland a eu le talent de toujours nous proposer un dos donnant l’impression d’être plus moderne que le précédent.

Comment je définis la modernité ?

C’est finalement très subjectif de ma part, surtout une question de ligne épurée, simple et classique.

Sur le dernier des RTX, Cleveland a misé sur la rondeur et la sobriété du dos.

Le designer en chef a apporté des courbes, et notamment près de la semelle.

La marque continue à cultiver son image de marque, son ADN et finalement sa différenciation autour du bord de sortie du wedge, cette partie de la tête comprise entre la semelle, et le dos.

Srixon, la maison d’à côté, a marqué de gros points dans notre psychologie de golfeur avec sa fameuse semelle en V, devant à priori donner un meilleur contact avec le sol.

Cleveland a repris ce principe dans le dessin de ses wedges, mais l’a atténué. Depuis le RTX 3, Cleveland n’a d’ailleurs eu de cesse que d’en minimiser le dessin, puis sur le RTX 4 et maintenant sur le RTX ZipCore.

Sur le RTX ZipCore, ce principe de semelle en V a pratiquement disparu, notamment sur un 52 degrés, arguant en réalité de progressivité.

Comprenez que ce dessin de la semelle est progressif, et donc beaucoup plus marqué sur un wedge 56, 58 ou 60 degrés.

Je trouve dommage d'abandonner ce principe de semelle en V qui caractérisait ces wedges, et semblait avoir du sens.

Aurait-on moins besoin d’une bonne interaction avec le sol avec un 50 versus un 56 degrés ? Avec un ZipCore par rapport à un RTX 3 ?

Comme moi, vous serez cependant peut-être charmé par le dos de ce nouveau wedge RTX Zip Core, et notamment sa petite protubérance située près de la pointe, et où est justement inscrit ZipCore.

D’un point de vue design, c’est original, et répond au design du bord de - fuite ou de sortie - du wedge, et comme si on pouvait y imaginer un rail.

Avec ce produit, les collègues de Jeff Brunski, principal ingénieur de la marque se sont transformés en designers branchés plus coutumiers d’Hollywood Boulevard que des mathématiciens du spin qu’ils sont habituellement…

A bien y regarder, et justement en comparant les trois dernières itérations, RTX3, RTX4, et RTX5, pardon RTX ZipCore, il y a bien une évolution progressive du design, comme si les ingénieurs avaient taillé progressivement dans le matériau brut, pour finir par arrondir le dos.

Autre détail, Cleveland a abandonné le marquage des dots pour signifier le bounce. 1 dot pour un wedge avec un bounce réduit, deux dots pour un bounce standard, et trois dots pour un bounce plus important...

Depuis le RTX 3, aux dots, la marque ajoutait de toute façon la mesure précise du bounce en degrés. Sur le RTX ZipCore, l'information se trouve sous la semelle, et sous le loft, avec en plus la précision du type, comme par exemple MID pour un 10 degrés.

Un wedge, c’est finalement, et avant-tout une affaire de look…

Pensez-vous vraiment que vous pourrez distinguer un wedge d’un autre sur la question du toucher et du contact ? Pendant mes premières années de rédacteur sur JeudeGolf, sur ce sujet, j’avais tendance à prendre des gants.

Je vous mets au défi de trouver une différence de toucher entre des wedges Cleveland, et même avec des wedges des autres grandes marques, comme Titleist, TaylorMade, ou Callaway.

Les clubs sont réalisés dans des matériaux de plus en plus similaires, sans parler des formes très proches… Comment le toucher pourrait-il être différent, sauf à comparer des wedges moulés, et des wedges forgés ?

Et encore, dans ce cas, quel golfeur ou quelle golfeuse à un niveau amateur a réellement la capacité de faire des distinctions tangibles de toucher ?

La question que vous aurez plutôt à résoudre, c’est comment choisir quand l’offre des 10 plus grandes marques de wedges commercialisées en France est très similaire en qualité.

Pour faire votre choix, je crains qu’il n’y ait que trois arguments : Le prix, le look (du dos), et votre attachement à une marque plutôt qu’à une autre.

Mizuno aurait peut-être un argument différenciant avec sa finition Hydropearl qui sauverait plus de spin que les autres marques dans des conditions de jeux humides ?

Un argument très difficile à mettre en lumière, et à prouver objectivement par A+B.

J’ai tapé quelques balles avec un RTX4 et un RTX (5) ZipCore, sous le contrôle du Trackman. J’ai surtout noté une différence entre des clubs que j’use depuis 2 ans, et un club neuf : 100 tours de spin en plus à 30 mètres, soit 6400 tpm contre 6300 tpm !

Je donne la valeur, mais c’est surtout pour illustrer que sur une balle qui va voler moins de 3/4 secondes, la différence de spin va être insignifiante.

En revanche, n’est pas insignifiant le fait qu’il s’agit de clubs fragiles. Commentaire qui n’est pas propre à Cleveland.

J’ai transporté les RTX Zip Core dans un sac pendant 18 trous, et par l’entrechoquement des clubs dans le sac, un modèle a déjà pris une marque sur la semelle.

Pour avoir cette qualité de toucher, il faut un matériau relativement souple, et par conséquent, fragile, et pas très bien adapté aux chocs.

L’usure d’un wedge se mesure principalement en deux points : La semelle, et le bas de la face. C’est finalement cela et rien que cela qui vous amènera à en changer.

En substance, ce nouveau RTX Zip Core est « extérieurement » un très beau club de golf, ce qui est déjà un argument d’achat, avec une surface de frappes notablement plus rainurée sans être plus large ou plus haute qu’un autre wedge, pourtant, ce n’est pas de cela qu’il est question dans le communiqué de presse de la marque.

Pour justifier son nouveau produit, Cleveland, leader en part de marché en France, avec environ un wedge sur deux vendu à sa marque, explique qu’il est « radicalement innovant ».

Cela ne se voit pourtant pas à l’extérieur…

Justement Cleveland devance mon propos, et explique « Le meilleur est à l’intérieur ».

Le club est décrit selon son nouveau « noyau » (core en anglais).

Shane Lowry, vainqueur du dernier British Open auquel nous avons pu assister, faute de COVID_19 explique « Les wedges Cleveland sont toujours de beaux clubs, et celui-ci est totalement dans la continuité. Ils sont très traditionnels et je les adore, tout simplement. Vous devez pouvoir faire confiance à vos wedges, et savoir qu'ils vont faire ce que vous leur demandez. Le RTX ZipCore réagit exactement comme je le souhaite. Je ne peux pas demander mieux d'un wedge. »

Merci Shane pour ce commentaire enthousiaste, et sans doute sincère, mais cela ne nous informe pas beaucoup sur son caractère innovant, et plus utile.

Selon la marque, la base du RTX ZipCore est un noyau unique à faible densité qui se trouve au cœur du wedge.

Ce « ZipCore » serait censé améliorer votre wedging en décalant le centre de gravité (COG), tout en augmentant également le moment d'inertie (MOI), pour plus de stabilité de haut en bas sur la face du wedge.

Il s’agit d’un argument qui est aussi mis en avant par Titleist avec les derniers Vokey SM8…

Le ZipCore pourrait donc accroître la zone idéale de contact de balle, produisant ainsi un spin, une distance et une sensation optimum à chaque coup.

C’est raisonnablement difficile à vérifier pour un amateur de golf.

Autre argument mis en avant, les nouvelles rainures UltiZip, qui seraient 11% plus nettes, et 7% plus profondes, et 7,4% plus rapprochées, pour une plus grande surface de contact.

7% plus rapprochées, et une plus grande surface de contact, c’est vrai, et n’importe qui pourra le vérifier, et notamment en comptant les rainures. Sur les lofts 50 et 54, j’en ai compté 18 contre 14 à 17 pour la plupart des autres wedges du marché.

Cependant, qu’est-ce qu’une rainure plus nette ?

7% d’un micron ou d’un millimètre, est-ce une valeur vraiment significative quand il s’agit de parler de profondeur de rainure, et de taux de spin donné à la balle ?

La promesse de Cleveland, c’est un meilleur spin, et quelles que soient les conditions de jeu.

Je préfère un autre argument : « Pour préserver la durée de vie des stries, le RTX Zip Core propose également un nouveau traitement thermique qui augmente la durabilité du club et garantit les performances de spin tour après tour »

C’est une promesse très intéressante pour nous les amateurs, si justement, elle permet de ralentir la fréquence nécessaire pour changer des wedges usés, mais paradoxalement moins intéressante pour le fabricant, et dans le but de nous voir renouveler nos clubs...

Cleveland Golf est heureux de dévoiler son nouveau wedge, le RTX ZipCore. Ce modèle sera lancé en magasin le 19 septembre 2020 au prix de 159 euros, soit une inflation de 10 euros par rapport au précédent RTX-4.

Est-ce une conséquence directe de la crise du COVID-19 ?

A titre de comparaison, le principal rival, le Titleist SM8 est déjà ce niveau de prix de 159 euros.

On pourrait parler d’alignement entre deux produits perçus par les clients comme équivalent. Cleveland a peut-être dissipé un léger complexe d’infériorité, et revaloriser son prix ?

Titleist a souvent été décrite comme la meilleure marque de wedges forgés, et Cleveland, la meilleure pour les wedges moulés (CBX), dans les deux cas, cela me paraît très difficile à vérifier réellement. En matière de clubs de golf, il y a aussi beaucoup de mythologie.

En revanche, concret, utile et pas mythologique, Cleveland continuera à proposer une grande quantités d’options pour correspondre à tous les besoins, et notamment dans le cadre d’un fitting.

Les wedges RTX ZipCore seront proposés dans une grande variété de lofts et semelles.

La semelle MID sera proposée de 46 à 60 degrés, la semelle LOW sera proposée de 56 à 62 degrés et la semelle FULL sera proposée de 54 à 60 degrés.

Le RTX ZipCore sera disponible en finition Tour Satin, Black Satin (€159 / 175 CHF) et Tour Raw en Custom uniquement (à partir de €179 / 199 CHF).

S'agissant des grips proposés en standard, les Tour Velvet 380 de Golf Pride, c'est du grand classique, et même trop basique. Pour les avoir retiré du manche, ils se déchirent facilement, signe d'une qualité très moyenne de la part de Golf Pride, et en comparaison de grips plus coûteux comme un MCC4+.

Au-delà de changer les grips, le Tour Velvet 380 propose un toucher très quelconque, et justement en comparaison d'un grip plus élaboré.

Autre constat lié au "démontage" du club dans notre studio, si on prend par exemple le 58 degrés en bounce MID (10), je l'ai pesé à 475 grammes (poids total), et un swing weight en D6.

Justement en testant un grip plus qualitatif, et plus lourd, un MidSize MCC4+, le swing weight descend en D4 pour un poids total de 495 grammes.

Cette expérience pour vous inciter à ne pas seulement acheter un club de golf pour acheter un club de golf ou même remplacer un vieux modèle par un ancien. Je vous invite à contrôler ou faire contrôler les swing weights et le poids pour être en cohérence avec les autres clubs de votre sac.

Sur ce point, cette expérience m'a permis de vérifier une intuition : En quelques années, depuis le modèle Cleveland 588 Rotex que j'ai remesuré à cette occasion, le swing weight d'un 58 degrés était en D7 et avec un poids de 470 grammes.

Sans pouvoir le prouver à 100% pour l'heure, il me semble qu'avec le temps, un RTX ZipCore devient légèrement plus lourd en tête, et dans ce cas, de 5 grammes.

Au-delà du marketing des technologies des marques, c'est pour cela que c'est intéressant de se plonger dans les caractéristiques réelles des clubs. Un wedge 2020 est peut-être tout simplement plus lourd de 5 grammes par rapport à un wedge de... 2013.

Au départ de cet article, je vous ai proposé quatre questions, il est temps d’y répondre…

Pourquoi choisir ce sandwedge plutôt qu’un autre ?

Parce que vous aimez la marque, le look du dos, et le positionnement qualité/prix. Surtout parce que vous jouez des wedges vieux de 3 ans et très usés sur la face et sous la semelle…

Quand je compare mon RTX 4 joué depuis deux ans, et le tout neuf RTX ZipCore, si au Trackman, le gain de spin est léger, il est vrai que la face de mon club présente de nombreux éclats, et un frottement apparent au centre de la face.

Jouer un wedge neuf, c'est un bref moment de plaisir...

Quelle plus-value par rapport au précédent RTX-4 ?

Une plus grande surface de rainures sur la face, mais un impact sur votre niveau de spin qui sera peut-être imperceptible…

A quoi sert le nouveau principe ZipCore ?

Comme évoqué plus haut, « ZipCore serait censé améliorer votre wedging en décalant le centre de gravité (COG), tout en augmentant également le moment d'inertie (MOI), pour plus de stabilité de haut en bas sur la face du wedge. »

Je ne suis pas certain de comprendre cet argument, et encore moins de comprendre comment il peut se démontrer.

Il pourrait être intéressant que le responsable produit de la marque nous l’explique dans une prochaine émission sur JeudeGolf.TV ?

 Et finalement, plus important, allez-vous mieux jouer au golf avec ce club ?

Vous jouerez toujours mieux avec un club que vous aimez, et qui vous est adapté.

En d’autres termes, si vous aimez le look de ce club, vous aurez envie de bien le jouer.

Serez-vous vraiment plus performant pour autant ? Je crois que réalistement, ce soit difficilement vérifiable et de manière objective.

C’est comme donner des notes à des clubs de golf en guise d’avis… l’important c’est d’y croire.

Je voudrais terminer cet article par un remerciement envers les équipes Cleveland qui acceptent le principe d'être testées et éventuellement critiquées sur leurs produits, et surtout en me permettant de conserver des clubs que je peux comparer sur plusieurs années, pour vous délivrer des observations plus précises sur l'évolution réelle de leurs clubs.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Commentaires   

mhezkia@gmail.com
0 #1 Usuremhezkia@gmail.com 19-07-2020 12:22
Bonjour,
Article très intéressant.
Une question me taraude... A partir de quel moment peut-on considérer ou voir qu'un wedge est usé ? Je joue 9 trous tous les jours. Dois-je changer mes wedges tous les ans ? Je vois qu'ils vieillissent (Ils ont 18 mois), mais à dire qu'ils s'usent, je n'y arrive pas pour l'instant. Des photos en gros plans dans un prochain article ? Ce serait très intéressant, non ?

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.