Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Mizuno JPX-919 : Une évolution dans le choix du matériau ?

Il y a traditionnellement deux grandes périodes de lancements pour des nouveaux clubs de golf dans une saison : Janvier et Juillet. En début d’année, les marques visent le PGA Merchandise Show pour épater leurs distributeurs, et surtout réussir le premier gros mois de ventes avec le Masters d’Augusta. En milieu d’année, à l’occasion de The Open, le seul majeur disputé en-dehors des Etats-Unis, les marques se donnent un deuxième créneau pour tenter de convaincre les golfeurs amateurs. Mizuno prépare justement la sortie des nouveaux JPX-919, et vient de les placer sur la liste de mise en conformité de l’USGA. A quoi peut-on s’attendre ?

JPX : Une gamme plus moderne que les traditionnels MP

JPX-850, JPX-900, et bientôt JPX-919, c’est un secret de polichinelle. Mizuno va bien revoir sa gamme JPX à l’occasion de l’été 2018. Plus précisément, il faudra attendre fin août pour découvrir les nouveaux clubs.

Depuis quelques saisons, Mizuno a simplifié pour ne pas dire rationnalisé son offre de fers.

MP pour les clubs classiques, et JPX pour la ligne la plus moderne, censée plaire à une plus large clientèle.

La ligne MP est plus d’inspiration japonaise, quand la ligne JPX vise clairement le consommateur américain.

D’ailleurs, à l’occasion du sujet sur Monsieur JPX, on avait abordé l’histoire derrière la conception de ces clubs, et notamment comment Mizuno avait essayé de convaincre Brooks Koepka d’incarner le visage de la marque, avec des clubs étudiés spécifiquement pour lui.

JPX rime donc avec un dessin moderne, des coupes droites, et l’usage de matériaux complexes.

Depuis quelques saisons, les concurrents japonais, Srixon et Mizuno, ont segmenté leurs offres selon le marché des bons joueurs.

On retrouve donc très distinctement trois catégories : Les lames, les cavity back et les forgés tolérants.

Srixon Z975, Z765, et Z565 répondent aux MP-18, MP-18 SC et MP-18 MMC.

Alors qu’un peu partout dans le monde, du fait du vieillissement de la population golfique, les lames MB et CB déclinent très vite dans les ventes, les forgés tolérants sont une réponse à cette évolution.

Avec la série JPX, Mizuno sème volontairement le trouble avec une version TOUR, FORGED et HOT METAL.

Le crantage de l’offre se distingue de la série MP-18 où chaque club se suit dans la hiérarchie, lame MB, CB et forgé tolérant.

Les JPX étendent le scope de couverture de Mizuno sans pour autant proposer des clubs aussi extrêmes dans les catégories Improvment distance et super improvment, où pour l’instant, Mizuno se refuse à aller pour des raisons aussi bien commerciales que d’images.

La version TOUR est donc une lame MB sans pour autant en présenter les lignes habituelles et classiques.

La version FORGED est une réponse aux attentes des joueurs de forgés qui veulent tout de même un peu de puissance.

Alors que la version HOT METAL concerne le « gros du marché », à savoir les besoins pour des clubs « improvment » de la part des joueurs en progressions.

Trois versions, trois stratégies

Sur la version TOUR, à part un petit relooking, que peut-on réellement changer sur une lame ? Pas grand-chose à priori, ce n’est donc pas le club pour lequel il faut imaginer une révolution.

L’écart de loft entre Tour et Forged est tout de même de 3 degrés pour un fer 6, soit 30 degrés de loft pour le TOUR, et 27 degrés pour le FORGED.

Entre ces deux clubs, il y a donc un véritable écart technique.

Mizuno considère sans doute que le marché est plus simple que ce que les américains essaient d’instaurer avec jusqu’à six catégories de produits, et donc six offres.

Entre un JPX Tour et un JPX Forged, il ne peut pas y avoir beaucoup d’hésitations. Le joueur va très rapidement s’orienter vers l’un ou vers l’autre, selon la maturité de son swing.

La version HOT METAL présente le même loft que la série Forged, par contre, la conception est celle d’un club improvment standard.

La semelle est beaucoup plus large, ce qui va jouer sur la tolérance.

Le tour de force réussi par Mizuno, c’est le fait de ne pas trop distinguer visuellement les trois versions de son offre JPX, de sorte qu’un joueur en progression aura quand même l’impression de joueur un club inspiré pour un bon joueur, notamment avec le HOT METAL.

En résumé, si les MP se positionnent uniquement sur les bons joueurs, les JPX s’adressent à un panel plus large, et à cheval sur des catégories.

Pourquoi une série JPX-919 au-delà du simple relooking marketing ?

Avec moins de 5% des clubs vendus en France sous la bannière Mizuno, la marque nipponne ne réfléchit pas son offre par rapport à notre marché.

La réponse a cette question ne vient donc pas pour nous, mais toujours dans le secret espoir de capturer plus de parts de marché, et en même temps, de légitimité du côté des Etats-Unis.

Si Mizuno n’est pas une marque dominante au Japon pour les fers, si telle devait être le cas, ce serait bien plus la mission des clubs MP que des JPX. Les attentes du marché japonais diffèrent de celles outre-Atlantique.

Le choix de Koepka comme vitrine n’était d’ailleurs pas le résultat du hasard.

Avec la série JPX-919, Mizuno veut encore et toujours incarner la puissance.

Le matériau employé serait donc à priori, un extrait d’acier forgé 1025 Boron comme le précédent JPX-900, mais cette fois dans une version dite 919 Forged, une déclinaison.

La marque nipponne est intimement convaincue que la prochaine révolution en matière de fers viendra de l’usage d’un matériau, plutôt que de toute autre invention.

A chaque nouvelle sortie, elle en profite donc pour tester un nouveau support à la recherche du graal ou du toucher suprême.

La version HOT METAL n’est pas réellement concernée par les questions de matériaux puisque la plupart du temps, le fabricant opte pour un acier dit Chromoly plutôt basique, et que notre consultant, Xavier Bretin n’avait pas jugé fantastique en 2016.

Pour ce type de fers « improvment standard », Mizuno mise surtout sur le loft fermé (31 degrés pour un fer 7), et la taille de la semelle qui est très prononcée, à l’image de ce que font déjà ses concurrents américains, comme le TaylorMade M3 ou le Callaway ROGUE.

Ce n’est donc pas la version Hot Metal qui présente le plus d’intérêt de prime abord.

Sauf que le visuel déposé auprès de l’USGA laisse un peu perplexe sur des rainures ou ouvertures placées derrière le dos.

Semelle, loft, face, les possibilités de réelles innovations ne sont pas légions sur un fer.

Qu’est-ce que Mizuno entend changer derrière la face ?

Sur le JPX-900, les rainures étaient déjà cachées dans le creux de la cavité. Elles étaient moins visibles. Est-ce que le fait de les déplacer peut avoir un intérêt technique ?

Au Japon, la ligne Mizuno Pro 719, une gamme spécifique pour son marché intérieur, présente du cuivre au sein de la tête, et ce, dans le but d’adoucir le toucher.

Est-ce que c’est justement ce que nous allons retrouver avec les prochains Mizuno JPX-919 ?

Comme évoqué plus haut, pour un bon joueur, le toucher du JPX-900 HOT METAL décevait par rapport aux versions TOUR et FORGED, justement en Boron.

Le fait est que si la version TOUR sert de vitrine, notamment avec Brooks Koepka qui gagne consécutivement deux US Open, c’est pourtant bien la version HOT METAL qui est la plus en phase avec les attentes du marché, et des consommateurs.

C’est donc bien cette version qui est prioritaire d’un point de vue commercial, et qui doit apporter quelque chose de franchement nouveau aux golfeurs.

Comme évoqué plus haut, pour l’instant, si la JPX-900 TOUR a marqué des points sur le tour, elle n’a pas réussi à convaincre une immense majorité d’amateurs, et notamment en France, avec la version HOT METAL.

En sortant une nouvelle version 919, Mizuno entend relancer son plan de communication, et remettre sous les yeux du consommateur l’excellence de son offre, justement primée avec Brooks Koepka.

Pour les Etats-Unis, cela peut fonctionner car Koepka commence à être connu. En France, c’est beaucoup plus discutable. Il est donc probable que cela n’ait pas d’effets au-delà des fans habituels de la marque.

Si la version TOUR est vraiment difficile à jouer, et la version HOT Metal a encore beaucoup à prouver, ce à quoi on peut laisser planer un doute du fait du matériau sélectionné (Chromoly), des trois versions, c’est bien la FORGED qui pourrait présenter le plus d’intérêt pour les amateurs.

Abordable techniquement, développée avec un nouveau matériau qui apporte de bonnes sensations, la JPX-919 Forged se voudra une alternative moderne et musclée à la MP-18 MMC plus classique, mais très réussie.

Faut-il s’attendre à une autre forme de révolution ?

S’agissant de fers, c’est plutôt difficile à imaginer. Toute la question va être de constater ou pas, un véritable plaisir supérieur dans le toucher avec le nouveau matériau BORON 919.

Réponse fin août…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.