Fers Mizuno JPX-919 Hot-Metal Pro: Quelles réponses?

Pourquoi proposer une version Hot Metal Pro ? Pourquoi sortir une légère déclinaison, et sans changements de lofts ? Avec la JPX-919 Hot Metal Pro, Mizuno passe de trois à quatre séries JPX en 2019. C’est peut-être d’ailleurs le principal fait notable au sujet de ces nouveaux fers. Pro n’est d’ailleurs peut-être pas tout à fait le bon terme. Il ne s’agit toujours pas d’une série pour les golfeurs professionnels, et bien au contraire, une nouvelle proposition pour les amateurs.

Beaucoup de questions… C’est peut-être là le tour de force réussi par Mizuno pour créer l’événement autour de la sortie de ses nouveaux fers pour golfeur en progression (Improvment).

Déjà plébiscités aux Etats-Unis, et mis en lumière par Brooks Koepka (JPX-919 Tour), Mizuno aimerait bien surfer sur la vague, et notamment qu’elle la transporte jusqu’aux rivages européens, et notamment français, où traditionnellement, la marque nipponne peine à s’imposer.

Alors que le marché des lames continuent de se restreindre, Mizuno espère peut-être repasser par la fenêtre quand la porte est fermée.

Les JPX sont déclinés en version Tour et Forged pour démontrer une progressivité technique de sa gamme, et peut-être aussi parce que Mizuno a définitivement du mal à couper avec son ADN ou ses racines, les clubs pour joueurs à index bas.

Jusqu’à présent, Mizuno se contentait de trois déclinaisons : Tour, Forged et Hot Metal.

Sachant que les japonais avaient déjà rationnalisé leur offre de fers en deux grandes familles, MP et JPX, c’est donc curieux que Mizuno s’évertue à sortir une version Tour et Forged pour sa famille destinée aux joueurs en progressions.

Quelque part, un golfeur amateur de forgés et de Mizuno ne devrait considérer que la gamme MP, largement suffisante.

Avec la version Hot Metal Pro, Mizuno nous propose donc une Hot Metal, série vraiment destinée au cœur du marché, mais plus compacte, d’où la dénomination « Pro » pour la distinguer.

La raison tiendrait au comportement de certains clients qui créeraient un combo (combinaison) de JPX entre Tour, Forged et Hot Metal.

En résumé, un golfeur pourrait tout à fait avoir envie de sélectionner fer 7, fer 8, fer 9 et pitch en version Tour, et opter pour les Hot Metal Pro pour les longs fers, comme le 6, le 5 ou le 4.

En créant une offre Pro, Mizuno pousse le fitting à son paroxysme, pour mieux combiner un mélange de fers Hot Metal, Tour ou Forged.

La version Pro permettrait de réduire l’écart visuel entre les clubs mélangés, tout en apportant en théorie le bénéfice d’un smash factor plus élevé sur les longs fers.

Le fitting est donc la principale explication derrière le lancement de cette quatrième série.

Entre la version Forged et la version Hot Metal Pro, c’est en effet la même taille de tête.

Le mariage ou mélange le plus naturel est donc bien entre des clubs Hot Metal Pro et Forged, plutôt qu’avec des clubs Tour, déjà plus loin en aspect et technicité.

Comparativement à la Hot Metal Standard, le principe de fabrication et les matériaux sont identiques. Mizuno utilise toujours du Chromoly 4140 M.

Selon le fabricant, c’est un acier plus résistant qui peut permettre la réalisation d’une face plus fine, pour générer plus de vitesse de balle à l’impact.

Les têtes sont bien entendu moulées et non pas forgées, ce qui a laissé la possibilité de « couper » un peu de matière au niveau du talon, et ce pour enlever du poids, et améliorer le moment d’inertie.

Entre Hot Metal et Hot Metal Pro, la principale différence technique se situe en fait au niveau de la top-line plus fine, et d’un offset légèrement réduit, ce qui nous indique que cette série s’adresse à des golfeurs moins gênés par les questions de slices, et un peu plus enclin à travailler les trajectoires de balles.

Avec cette série, on sent que Mizuno veut interpeller le golfeur qui préfère une tête compacte, tout en lui proposant des lofts fermés, pour combiner distance, et look de clubs pour bons joueurs.

Pour avoir eu l’opportunité de tester les quatre nouvelles têtes JPX-919, j’ai déjà pu faire quelques constats sur les différences de performances.

Le crantage de la performance en fonction des quatre têtes ne m’a pas sauté aux yeux, et je peux notamment l’affirmer en ayant testé à chaque fois avec le même manche Project X LZ Tour 6.0 90 g, un shaft graphite qui reproduit en partie le comportement d’un manche acier rigide (stiff), à un détail près : Le niveau de spin me semble légèrement plus élevé.

Prenons l’exemple de la tête Hot Metal, avec un loft de seulement 30 degrés pour le fer 7, on pourrait s’attendre à trouver entre 4500 et 5500 tours de spin. Avec ce shaft un peu particulier, le niveau de spin est en fait plus haut, et autour de 6000 tours.

A titre de comparaison, le spin d’un fer 7 classique avec un loft de 34 degrés pourrait selon les joueurs approcher les 7000 tours.

Réduire le spin présente l’avantage d’augmenter la roule, et en même temps l’inconvénient de réduire le pouvoir stoppant de la balle…

Un tel manche utilisé sur une tête avec un loft plutôt fermé permettrait de combiner un smash factor plus élevé, sans trop perdre en pouvoir stoppant… C’est plutôt un plus pour un golfeur qui ne voudrait pas trop sacrifier de contrôle par rapport à des gains de distances !

Inversement, c’est un moins pour un golfeur qui cherche à maximiser la distance, y compris la roule.

Bien entendu, il faut le vérifier selon le swing de chaque amateur, et notamment par rapport à la façon de compresser la balle.

Pour avoir swingué les quatre têtes sensiblement à la même vitesse (85-86 mph), j’ai trouvé des écarts de rendements relativement faibles, ce qui fut une surprise

La Hot Metal est naturellement celle qui restitue le plus de smash factor et de distance. J’ai obtenu 112 mph de vitesse de balle en moyenne contre 110 mph pour la Hot Metal Pro, et pourtant, à loft identique !

J’ai obtenu 6 mètres de plus au carry avec la Hot Metal, et essentiellement parce que la trajectoire de la balle était plus tendue.

Avec un profil plus compact, la version Pro se rapproche d’une trajectoire de Forged ou même de Tour.

A nouveau, pour un golfeur intéressé par une combo, il y a là une forme de logique par rapport aux trajectoires de balles. On peut comprendre le principe du fitter, mais encore faut-il qu’à trajectoire égale, il y ait un vrai gain de vitesse de balle entre version Hot Metal Pro et Forged…

Autre paramètre notable, et imputable au manche Project X LZ TOUR 6.0, ces mêmes trajectoires me paraissent plus bombées par rapport à une trajectoire produite avec un shaft acier stiff classique.

Dans les faits, la Hot Metal Pro me semble plus proche de la Forged ou de la Tour que de la tête Hot Metal. C’est paradoxal, mais son profil plus compact lui confère des performances d’une tête plus « pointue » avec ses avantages et ses inconvénients.

Au chapitre inconvénient, les coups manqués… avec une Hot Metal classique, ma moins bonne balle va voler à 145 mètres quand la même moins bonne balle avec la version Pro ne va plus voler que 137 mètres, soit à peu près la même distance qu’une frappe avec une tête JPX-Tour ou Forged.

En substance, une Hot Metal Pro est moins tolérante qu’une Hot Metal, mais pas nécessairement plus qu’une Forged ou une Tour, ce qui est plus surprenant.

Finalement, sur le seul test du fer 7, la Hot Metal Pro ne me convainc pas vraiment. Le résultat est trop proche d’une Forged, sans avoir la même qualité de contact entre le moulé et le forgé.

Autant, ne pas faire de combo, et rester exclusivement sur de la Forged ou même la Tour, car les écarts de smash factor ne sont pas assez marqués entre les différentes têtes.

Si avec la version Hot Metal (standard), je trouve bien un gain de vitesse de balle versus les têtes plus pointues, la version Pro ne génère pas un écart suffisant. De ce point de vue, le crantage ou montée en escalier de la difficulté ne fonctionne pas.

La bonne surprise, c’est la version Tour qui n’est pas si difficile à jouer, et pas larguée en distance par rapport aux deux versions Hot Metal. Au carry, je n’ai perdu que 3 mètres en moyenne…

En conclusion, la révélation de ce premier essai se trouve être le manche Project X LZ Tour 6.0 90 gr qui présente l’avantage d’offrir une trajectoire de balle plus traditionnelle, notamment pour un fer 7, avec plus de spin, plus de hauteur de balle, et donc moins de roule (pratiquement moitié moins versus un shaft acier stiff classique).

Autre bénéfice, ce manche limite la dispersion de profondeur…ce qui va avec le commentaire précédent. Entre la moins bonne et la meilleure balle, l’écart n’est en moyenne que de 10 mètres, quand, dans le même exercice pour un fer 7 sur un manche acier stiff, ma moyenne est plutôt à 19 mètres !

Comparativement à d’autres têtes Improvment, et notamment la PING G410 ou la Callaway Rogue, je ne détecte pas de mieux ou de moins bien pour les têtes Mizuno Hot Metal.

Cela ne pourra pas vraiment être un critère de choix pour vous.

Le niveau de performance est très similaire. C’est plutôt le choix du manche qui va être crucial pour maximiser les rendements.

Dernier constat s’agissant de l’offset, il y a une toute petite différence et impact sur le chemin de club moins intérieur-extérieur avec la version Pro, mais c’est quasiment indétectable sans Trackman.

Définitivement, les trajectoires de balles de la version Pro sont plus proches de la Forged et de la Tour, alors que la version Hot Metal standard est légèrement plus imprévisible.

Ce qui est gagné en distance peut se perdre en précision…

Comme écrit plus haut, je ne suis pas convaincu, car je ne vois justement pas un réel crantage entre Hot Metal et Forged, trop proches selon moi.

C’est peut-être plus marqué sur un fer 5 ou un fer 4, ce qui serait tout de même souhaitable pour justifier une combo.

Cet article a commencé par des questions. Il s’achève quelque part par une autre question… Pour justifier la Hot Metal Pro, tout pourrait se jouer sur les longs fers ?

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 0 sur votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.