Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers Titleist 718 T-MB

A l’origine, il ne s’agissait que d’un long fer pour compléter l’offre d’une série Titleist CB ou MB. Après avoir testé l’idée sur le marché japonais, en 2017-2018, la marque californienne vient ajouter une nouvelle série complète de T-MB à son catalogue, du pitch au fer 2 avec un mot d’ordre : Proposer une alternative à des golfeurs qui ne pourraient plus ou ne voudraient plus jouer des lames Muscle Back, sans pour autant jouer des clubs « Super Improvment ».

Les nouveaux fers Titleist 718 T-MB créent une nouvelle catégorie ou sous-catégorie de clubs dans la gamme Titleist.

Dans un environnement où il n’y a pas forcément beaucoup d’espace, les nouveaux T-MB poussent un peu les murs pour s’intercaler entre la 718 AP2 et la 718 AP3.

Comme déjà vu dans les précédents articles consacrés à la nouvelle gamme 718, Titleist a franchement revu sa copie en 2018 en poursuivant à mon sens deux logiques :

D’abord, celle de sa clientèle, majoritairement composée de bons joueurs, très sensibles au touché et au travail des effets.

Ensuite, celle du marché qui suit une tendance d’une plus grande et plus lisible segmentation des fers en au moins 6 catégories.

La véritable question sera de savoir si les nouveaux 718 T-MB arrivent à se faire une place dans un environnement restreint, car la part de marché potentielle est limitée, tout du moins en France.

Cependant, dans la logique d’une marque qui se voudrait la championne du fitting, c’est une alternative qui présente du sens, et démontre que Titleist est capable d’écouter sa clientèle, et lui proposer une offre adaptée.

Pour le coup, c’est du vrai bon marketing. L’offre comprend la demande, et lui répond avec le produit attendu.

Par le passé, la T-MB était donc plutôt un long-fer ou une solution de remplacement à un hybride. Sur la gamme 716, ce fer était principalement décliné du numéro 5 au numéro 2.

Il faut admettre qu’il fallait avoir de sacrés muscles pour taper une 716 MB ou CB, et générer une grande vitesse de balle à l’impact.

La T-MB déployée en série est donc toujours un fer dit « distance » selon la propre terminologie de Benoît Delcambre, responsable fitting de la marque que j’avais interviewé à ce sujet en octobre 2017.

A la différence d’une MB classique (lame), la T-MB est bien un fer moulé dont le grand avantage réside dans le fait que la face a pu être amincie, pour justement créer cette vitesse de balle qui peut manquer sur un club plus exigeant.

C’est bien cet élément qui doit favoriser une distance plus importante par rapport à la MB.

L’autre élément déterminant et différenciant avec cette série, c’est bien sûr l’ajout de tungstène derrière la face.

Dans le cas de la T-MB, le tungstène n’est pas seulement ajouté sur les longs fers, mais bien sur l’ensemble de la série, du wedge au fer 2, avec un placement stratégique en pointe, et en talon.

Toutefois, Benoit Delcambre explique que la densité de tungstène sera un peu moins importante sur la T-MB versus la 718 AP2.

On peut parler de 93,9 grammes, ce qui est tout de même supérieur aux 80 grammes de la MB.

De fait, il estime que la T-MB doit être plus longue que l’AP2 .

En revanche, il considère que la T-MB va être en contrepartie un peu moins tolérante que l’AP2, qui reste de toute façon, le club star de la gamme Titleist.

Pour le clubfitter, ce type de fer est idéal pour un golfeur qui a joué de l’AP2 et qui pourtant voit sa distance diminuer avec l’âge. Avec la T-MB, ce même joueur pourra maintenir son niveau de distance pendant un peu plus de temps.

En standard, Titleist propose un manche Project X LZ 6.0 qui présente un point de flexion un tout petit peu plus bas que le Project X classique, toujours dans l’idée de proposer un club moins physique à jouer.

D’un point de vue look, et c’est peut-être son point fort, il faut bien reconnaître que cette série ressemble bien à une lame, mais avec une dimension plus importante, et presque rassurante.

D’ailleurs la dimension de la T-MB est plus proche de l’AP2 que de la MB

En termes de construction, du fer 2 au fer 7, les têtes ont été produites en acier inoxydable 17-4 (pour le corps) alors que Titleist a incorporé un insert de face dit « Japanese Spring Steel L » qui démarre sous la semelle.

En revanche du fer 8 au wedge, la face est en acier 17-4, mais au moment où j’ai essayé les clubs, je n’ai pas franchement fait attention à cette différence.

A l’adresse, vous n’avez pas l’impression que vous allez jouer autre chose qu’une lame, et c’est sans doute, ce que Steve Pelisek, Marni Ines et le staff Titleist voulaient.

Je n’ai pas non plus noté de différences notables de touché et de son quand j’ai testé l’ensemble de la gamme 718. J’ai bien peur que l’on m’aurait bandé les yeux, et je n’aurais pas été capable de faire des différences…

Pourtant, un tout petit élément est à prendre en compte, le loft des fers T-MB est légèrement plus fermé d’un degré.

Par exemple, pour le fer 7, alors qu’une AP2 est à 34 degrés, la T-MB est à 33 degrés.

Ce n’est pas extravagant, et on ne peut pas crier au loft-jacking mais cela contribuera bien à rendre le club un peu plus puissant.

Pour mémoire, Jordan Spieth a tapé son coup de golf mémorable sur le « practice » du dernier Open Championship avec un fer 3 T-MB…

Pour ma part, au moment du test, sur le « practice » du golf des Chanalets en octobre dernier, j’ai pu relever plusieurs constats à l’aide du Trackman 3 que m’avait prêté Benoit Delcambre pour l’occasion.

Il s’agit ci-après d'essais avec un fer 7 à chaque fois.

Avec un manche légèrement plus lourd, le Project X LZ 6.0, acier stiff de 120 grammes, j’ai swingué un peu plus vite qu’avec le 718 AP2 monté sur un manche de 115 grammes, soit 86 mph au lieu de 83 mph.

Cela aurait dû valider le principe d’augmentation de la distance du TM-B, ne serait-ce que par la seule augmentation de la vitesse de swing.

Cependant, la vitesse de balle est restée identique à 110 mph entre les deux clubs.

Là, où la comparaison est effective, c’est entre la 718 MB et la 718 T-MB avec des poids de manches équivalents, et swingués à la même vitesse.

Dans ce cas, effectivement, la T-MB génère bien 5 mph de plus en termes de vitesse de balle !

Le smash factor est bien augmenté de 1.23 à 1.28 par la nature de la tête.

Résultat, j’ai pu créer un écart de 10 mètres entre les deux clubs.

Avec l’AP2, l’écart est plus réduit (seulement 3 mètres) car ce n’est pas la vitesse de balle qui favorise ce résultat, mais le taux de spin qui chute dramatiquement de 6500 tours à 5000 tours avec le fer 7.

Conséquence, la distance gagnée, l’est surtout par l’augmentation de la roule au sol (+4 mètres), et donc par de la perte de contrôle de profondeur.

Effectivement, l’AP2 apporte plus de tolérance que la T-MB qui est finalement une MB avec des muscles, et un loft plus fermé de 2 degrés pour tendre la trajectoire (la MB en fer 7 est à 35 degrés).

De mon point de vue, l’AP2 reste le meilleur des fers Titleist, alors que la T-MB est effectivement le club distance de la gamme 718, sauf à prendre une AP1 dont le loft n’est plus que de 30 degrés avec un fer 7.

En conclusion, Titleist nous propose de bons moments de débats au moment du choix avec différentes solutions possibles.

Comme je l’ai déjà écrit dans les précédents sujets, je valide cette augmentation de la gamme avec 6 séries distinctes pour répondre à tous les besoins.

Il faut simplement bien identifier les différences, et les comprendre pour les exploiter.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.