Test du putter Pyramid AZTEC Series AZ1 : Gear effect ou pas ? Miracle ou pas ?

Dans le domaine du matériel de golf, et depuis des années, grandes marques ou « Geo trouvetou » au fond de son garage cherchent le prochain produit qui fera s’écrier « Eureka, j’ai trouvé un game changer «  Ah, ce fameux « game changer » qui pourrait transformer un golfeur amateur 24 d’index ou plus en véritable maestro des greens, capable de jouer au moins 5 à 10 coups de moins sur le parcours ! Au-delà des fabricants qui mettent beaucoup d’énergie, et aussi, il faut le dire, de créativité pour chercher la recette miracle, il y a encore toute une industrie des médias, des apprentis bloggeurs et youtubeurs qui poussent dans la même direction, celle de l'achat. Vous me direz, JeudeGolf est payant ! Oui, c’est ce qui a justement permis d’acheter ce putter Pyramid AZTEC Series AZ1, à la demande d’un lecteur, et de le tester en toute indépendance, pour donner le premier véritable avis critique, et argumenté avec des chiffres à l’appui (nécessite l’investissement dans un Trackman, un radar de putting, et accessoirement un studio) …Une question à résoudre : Ce putter tient-il sa promesse ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Déjà à l’occasion de la rédaction du premier sujet, j’étais très dubitatif sur le fait qu’un putter puisse aider à corriger la direction d’un putt.

Bien entendu, le système du GEAR EFFECT est une réalité prouvée depuis des années, au sujet de drivers, qui présentent par conséquent des faces… bombées.

Pour un putter, jusqu’à présent, aucune grande marque sérieuse ne s’était risquée sur ce terrain.

A la suite du premier article, et pour répondre à la demande légitime d’un de nos abonnés, on a effectivement commandé un modèle de putter AZTEC AZ1, sur le site de Pyramid putters, une société basée aux Etats-Unis.

Cela s’est produit début mai, pendant le confinement, et j’ai bien cru que le putter n’arriverait jamais, au point d’abandonner l’idée d’écrire cet article.

Au bout de plusieurs relances, constatant en ligne que le putter était perdu quelque part entre San Francisco et Chicago, le fabricant a fini par me rembourser l’intégralité de ma commande, putter et frais de port.

Il faut dire que je n’avais plus aucune nouvelle du putter entre mai et juillet.

Comme par hasard, le putter a fini par arriver début août à mon domicile, soit plus de 3 mois après la commande.

Assez surpris, j’ai donc pu tester ce putter en toute objectivité, et sur une partie du nouveau studio de Caluire disponible, alors que la plus grande partie est toujours en chantier à l’heure où j’écris ces lignes.

Sur une surface dédiée au putting, et sur plus de 4 mètres de long (j’ai vérifié avec l’application breakmeter, le fait que la surface de test était bien plane, avec aucune pente de gauche à droite, ou droite à gauche qui excède 0,4 degrés).

J’ai donc pu installer le Trackman 4 en mode putting pour réaliser 15 putts de 4m tout droit vers une cible, puis j’ai répété l’exercice en ciblant la même direction, mais volontairement en adressant la balle plus près du talon, puis de la pointe, pour le même nombre de balles.

J’ai répété le même exercice avec bien entendu un autre putter, qui lui ne vante pas ce principe de GEAR Effect. Pour cela, j’ai pris le dernier putter TaylorMade Spider OS FCG.

Avant de vous délivrer le résultat du test, et des mesures que j’ai pu effectuer, j’ai, par acquis de conscience, fait un petit tour sur la toile, pour éventuellement constater d’autres avis, si possibles critiques sur ce produit, dont il faut bien avouer qu’il est méconnu.

Pyramid Putters est loin d’être une marque de premier plan, et même reconnue sur le marché, loin de marques même émergentes, comme par exemple EVNROLL.

Je rappelle que la promesse de Pyramid Putters, c’est de grosso modo, affirmer qu’avec une conception mimant le GEAR EFFECT, avec ce putter, vos coups décentrés vont tout de même trouver le fond du trou, et notamment sur des putts à 3 mètres, où une petite erreur d’alignement peut commencer à faire une différence.

En matière de qualité de putting, il y a quelques règles dramatiquement importantes, et largement admises par la communauté « scientifique » des golfeurs.

Je vais donc citer le maître en la matière, Dave Pelz.

Ce dernier rappelle les règles suivantes :

Vous ne pouvez pas dominer votre putter si vous ne visez pas correctement votre cible.

L’angle de la face est bien plus important que le chemin du club à l’impact (Mémorisez cette affirmation car vous allez voir à quelle point elle est fondamentale dans ce qui va suivre).

Si votre putter se déplace dans une direction, et votre balle dans une autre, vous avez un problème.

Les putts tapés sur différents points sur la face engendrent des variations de vitesses de balles. Tapez le plus souvent sur le sweet spot !

Dans un précédent article consacré au putting, et inspiré par le coach Rudy Olmos, j’avait surtout apprécié l’affirmation suivante, et toujours inspirée de Dave Pelz « Les meilleurs putters au monde ont trois choses en commun : Une bonne manière de lire les greens, une bonne ligne de démarrage de leurs putts, et un excellent dosage. »

A aucun moment, il ne parle de GEAR EFFECT, mais plus important, dans ses règles d’or, il ne met pas particulièrement le point d’impact de la balle dans la face comme un élément critique, c’est pourtant ce que fait Pyramid Putters.

Relisez plutôt la phrase citée plus haut : « Les putts tapés sur différents points sur la face engendrent des variations de vitesses de balles. »

Il n’est pas question ici de correction de la trajectoire, mais au contraire, de vitesse de balle, et donc de contrôle du dosage.

Je vais y revenir avec le résultat du test qui va tomber comme 1+1=2

Sur Internet, je suis donc tombé sur un tissu d’âneries, et de mensonges réalisés par des vidéastes amateurs, et au sujet de ce putter, pour aller dans le sens du fabricant.

Le meilleur est encore Colin Callahan et ses 11 abonnés sur Youtube, mais pourtant mis en avant dans les premiers résultats par le moteur de recherche, et sa démonstration avec un « robot de putting » fabrication maison.

Pardon Colin, mais votre démonstration qui consiste à taper 3 putts avec le putter Pyramid en déplaçant le point de contact, entre centre, talon et pointe, ne prouve rien, et certainement pas la démonstration du fonctionnement du GEAR Effect.

Pire, Colin n’a pas pris le soin de refaire ce même test avec n’importe quel autre putter. 

Vous l’aurez compris, sans même regarder sa vidéo…Il rentre les 3 balles dans le trou quelle que soit la position de la balle dans la face !

Miracle ?

Qu’est-ce que dit Dave Pelz ? Je cite : « Une bonne manière de lire les greens, une bonne ligne de démarrage de leurs putts, et un excellent dosage. » et je rajoute encore « L’angle de la face est bien plus important que le chemin du club à l’impact »

C’est le point clé !

Je vous passe les autres avis, les autres vidéos qui expliquent que ce putter est génial, et a changé leur jeu, en ajoutant au passage un lien pour l’acheter.

Bref, il n’y a pas du tout de GEAR Effect sur ce putter.

Premièrement, sur la face, vous constaterez par vous-même qu’elle n’est pas bombée !

Le placement des rainures n’est en aucune façon une autre manière de produire cet effet.

Deuxièmement, et c’est plus important, vous pouvez rentrer un putt à 3 mètres en tapant en talon ou en pointe.

Troisièmement, sur 45 balles tapées, je n’ai jamais vu la balle dessiner un effet de droite à gauche (tapée en pointe) ou de gauche à droite (tapée en talon).

Le putter Pyramid présente un grip très sympa, un look très distinctif, et même un touché que je pourrai qualifier de franc et agréable. C’est un bon putter, comme il en existe des milliers, si ce n’est plus, MAIS, il ne fait pas de miracle.

Preuve à l’appui, je n’ai trouvé aucune espèce de bénéfice qui justifierait de parler de « game changer ».

Centrée, talon ou pointe, je n’ai pas observé de résultats différents en termes de dispersion.

Par contre, j’ai observé des résultats classiques en précision et pour un putter. (A suivre, les résultats illustrés par des graphiques pour des balles tapées au centre, en pointe, puis en talon)

Décentré, les frappes de balles sont moins régulières s’agissant… de la profondeur. Le Pyramid putter n’apporte donc aucune réponse supplémentaire sur ce point.

Le fait de taper des balles hors du centre de la face d’un putter a bien un effet sur la direction du lancement de la balle.

En talon, le putter s’ouvre à l’impact, et en pointe, il se ferme un peu plus. Ce n’est pas un GEAR EFFECT ! C’est le résultat normal de coup mal tapé ou décentré.

Cela étant dit, quand j’ai centré la balle dans la face, j’ai observé au Trackman un mieux au niveau de cet angle de direction du putt (plus neutre, et autour de -0,4 degrés). Logique !

Le véritable « effet » des coups décentrés avec le Pyramid Putter est au contraire bien commun à tous les putters : Perte de vitesse !

Pour un putt tapé à 4 mètres, la vitesse de balle en roulement a été mesurée à 4,4 mph quand elle est centrée dans la face. Décentrée en pointe ou en talon, cette vitesse a baissé de 0,1 à 0,2 mph en moyenne !

La distance a en fait baissé en moyenne de 30 centimètres.

Surtout, finalement, je n’ai pas moins dispersé les éventuels putts manqués.

Le test au Trackman est sans appel, et ne démontre aucun véritable bénéfice ou avantage de ce putter par rapport à la réalité de ce qu’il faut faire, pour rentrer des putts à plus de 3 mètres : Démarrer le putt sur la bonne ligne, et réussir son dosage !

Oui, vous pouvez taper un putt en pointe et en talon, et pourtant la mettre sur la bonne ligne !

Le point clé n’est pas ici le centrage de la balle dans la face, mais l’angle de la face au moment de l’impact par rapport à votre cible.

C’est cet angle qui est critique.

Pour rentrer un putt en ligne droite vers une cible, il faut placer la face de putter square.

Aucun fabricant n’a encore inventé un putter qui pourrait le faire à votre place.

La seule chose que j’ai réussi à me prouver après des dizaines d’heures de tests de putters, c’est que l compétence du putter surpasse toujours celle du club (n’en déplaise aux clubfitters), mais par contre, effectivement, de manière plus ou moins importante, un putter peut être plus adapté à son mouvement que tous les autres (pour faire plaisir aux clubfitters).

Ce test du putter Pyramid AZ1 est donc absolument pas concluant.

En-dehors de cela, c’est un putter comme il en existe d’autres, et cela ne lui enlève pas son look que vous pourriez apprécier, et en particulier aussi le confort de son grip.

Je précise encore que le test du putter TaylorMade Spider OS FCG a démontré exactement la même chose : Un putt tapé en pointe ou en talon peut tout de même rentrer à 4 mètres, et ne fait que perdre en vitesse de roulement, et donc en distance versus un putt centré.

Sans vouloir être cassant, à la limite, les pertes de vitesses de balles sur les coups décentrés ont été moindre avec le putter TaylorMade vis-à-vis du Pyramid Putter. Cela aurait pu être un autre argument défendu par la marque.

Bref, pas de miracle avec ce putter…

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 3.3 sur 3 votes)

Commentaires   

lepage.pe@gmail.com
0 #1 putterlepage.pe@gmail.com 21-08-2020 00:07
auriez vous une possibilité de vous renseigner sur les putters. golf herria, ( cylindrique ) eux aussi ils sont originaux

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.