Test des fers Mizuno MP-20

Deux testeurs amateurs sont venus au Studio pour essayer les nouveaux fers Mizuno MP-20. Jacques (67 ans, index 5), Alexis (40 ans, index 20) se sont ajoutés à mon test, pour déterminer le niveau de tolérance et de performance des nouveaux fers, en comparaison des HMB et MMC, autres versions présentées par la marque nippone. Les fers MP-20 sont-ils vraiment injouables pour des amateurs ? Est-ce seulement une question de vitesse de swing ? Le temps des lames est-il vraiment révolu ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Les clubs Mizuno MP-20 testés

Pour les besoins du test, Mizuno nous a gracieusement fait parvenir des fers 4,6,8 et pitch MP-20 sur manches en acier et stiff.

Ayant récemment équipé le studio d’une échelle à swingweight, je peux dorénavant non pas affiché le swingweight déclaré par les marques, mais le vérifier pour chaque club, de même que peser les clubs.

Cela permet justement de relever que pour les 4 fers MP-20, je trouve un swingweight (équilibre du club) en D3 pour les fers 4, 6 et 8, et D4 pour le pitch.

S’agissant du poids total des fers, cette information est utile, notamment au moment de comparaisons avec les autres fers de la gamme Mizuno, et ajoute de l’explication quand on cherche des différences avec les modèles HMB et MMC, dont les poids diffèrent.

Précision importante, Mizuno a allongé les manches de sa série MP-20 par rapport à la série MP-18.

Enfin, les lofts de ces clubs illustrent bien qu’il s’agit de clubs « traditionnels » avec notamment un pitch à 46 degrés, quand pour des séries plus « fermées », ce dernier peut être descendu à 43 degrés.

Clairement, les MP-20 sont à ranger dans la catégorie des fers pour la précision, plutôt que la puissance.

L’équipe de testeurs : Des abonnés de JeudeGolf.org

Alexis, Luc et Jacques, trois abonnés ont récemment participé au test des demi-séries Mizuno.

Alexis (40 ans) est un amateur qui privilégie souvent les fers aux départs des trous, se sentant en difficulté pour contrôler les trajectoires de ses bois.

Athlétique, il délivre une vitesse de swing très rapide, supérieure à 85 mp/h (136 km/h) avec un fer 7.

Cependant, cette vitesse ne le prémunit pas de fautes de trajectoires, et de balles perdues de temps à autre. Il oscille entre 18 et 20 d’index.

Jacques, 67 ans, parmi les premiers abonnés, a récemment rejoint l’équipe des testeurs. Classé 5 d’index, il est le mieux classé de notre « équipe », et délivre une vitesse de swing élevée, autour de 82 mp/h avec un fer 7 (131 km/h).

Luc n’a pas testé les MP-20. Il a en revanche testé les MP-20 MMC et HMB dont les résultats seront présentés dans les articles concernés.

Je complète l’équipe de testeurs avec une moyenne de vitesse de swing, qui peut varier entre 80 et 85 mp/h (128 km/h à 136 km/h), toujours avec un fer 7.

Pour ce test, vous aurez donc principalement le résultat de 3 vitesses de swings de 85 à 80 mp/h, sachant qu’en-dessous, la perte de distance peut s’avérer vraiment plus importante, en comparaison de clubs plus tolérants.

Les ventes de lames en France restent marginales, et concernent plus rarement des golfeurs dont les index sont supérieurs à 9, bien qu’il n’existe aucune loi ou règle absolue pour enfermer des clubs selon des index.

Les lames présentent l’avantage de favoriser la précision avec des lofts plus ouverts, et moins d’offsets, en comparaison des clubs dit « super improvment ».

Les résultats des trois testeurs

Ce tableau résume les principales données enregistrées avec le Trackman 4 utilisé en studio, pour les 4 fers utilisés, et toujours avec le même type de balles (Srixon Z-Star).

Ce tableau découpe les résultats par clubs et par golfeurs, selon la tête, le manche, les vitesses, les trajectoires, les ratios de performances, les distances, le spin, la roule, et ce que j’appelle la tolérance qui est en fait la différence de distance entre la moins bonne et la meilleure balle.

Si on s’arrête aux moyennes par testeurs, ligne bleue, ce qui n’est pas normalement révélateur pour un club, on peut seulement bien constater qu’en moyenne, pour des clubs identiques, les trois testeurs ont obtenu des résultats bien différents.

Pour résumer, Alexis développe la plus grande vitesse de swing (85 mp/h en moyenne), mais pas la plus grande vitesse de balle. Sa dispersion est la plus importante des trois testeurs, avec des écarts plus importants entre ses meilleures et moins bonnes balles (écart de profondeur).

A l’inverse, Jacques obtient les meilleures moyennes de vitesses de balles, et produit les trajectoires les plus tendues. D’un point de vue de la distance au carry, par rapport à sa vitesse, il est le plus efficace.

De mon côté, je suis le moins long, mais aussi celui qui produit le moins de roule, et le plus de spin.

Avant de détailler les résultats des clubs pour chaque testeur, le test du fer 4 dans mon cas et celui d’Alexis s’est révélé plus difficile. La vitesse de swing ne suffit pas. Il faut aussi une excellente capacité à centrer la balle dans la face avec ce club.

Le débat pourrait largement s’ouvrir sur le fait de combiner différents fers MP-20, MP-20 MMC ou MP-20 HMB sur cette question des « longs clubs ».

La synthèse du test pour Jacques

Possesseur de fers TaylorMade P790 sur manches en graphite, Jacques développe une vitesse de swing largement suffisante pour envisager de l’acier stiff. Sans faire de suspense, il a clairement affiché sa préférence pour ses fers MP-20.

Comme Luc d’ailleurs, il valorise franchement le look d’un club dans son acte d’achat. De ce point de vue, les MP-20 lui ont particulièrement plu, et largement plus que les autres versions HMB et MMC.

Ci-dessus, les résultats de Jacques avec le fer 8 MP-20.

Ce graphique illustre à la fois les trajectoires, et les données optimisées selon Trackman, et pour des trajectoires hautes de préférences.

Avec la fonction Optimizer du Trackman 4, nous avons une comparaison du vol de balle classique d’un fer 8 en théorie versus le fer 8 testé, et les données réelles du test par rapport aux attendus classiques d’un fer 8, et le tout par rapport à la vitesse de club de Jacques.

Comment lire les données ? Pour chaque critère, l’Optimizer propose une plage idéale (bleue). La valeur réelle du joueur est affichée en orange.

En résumé, Jacques n’est pas un joueur qui développe naturellement beaucoup d’angle d’attaque (seulement -0,3 degrés).

Au global, selon Trackman, il optimise très bien ce club avec une portée au carry à 133 mètres contre 127 mètres en théorie pour cette vitesse de swing.

Jacques compense son angle d’attaque peu prononcée avec une qualité de centrage excellente et produit donc une vitesse de balle élevée (105,7 mp/h).

L’angle de lancement, et la hauteur de balle sont cohérentes avec son projet de lancer ses balles hautes vers le ciel. A contrario, Jacques ne produit pas nécessairement beaucoup de spin, ce qui est pourtant l’une des fonctions de ce club.

Son test est globalement concluant, d’autant qu’à l’inverse d’Alexis ou de mon cas, il ne s’est pas senti gêné au moment d’utiliser le fer 4.

Ma synthèse du test MP-20

Toujours pour le fer 8, si je swingue moins vite que Jacques, à l’inverse, j’affiche un angle d’attaque bien trop prononcé (+ de 5 degrés) ce qui peut risquer de plus gros divots, mais surtout de faire passer la face du club sous l’équateur de la balle, et atténuer le smash factor.

Les balles sont ainsi susceptibles d’être tapées hautes dans la face.

Résultat, je n’optimise pas la vitesse de balle qui est sous la bonne plage de valeurs (98 à 104 mp/h) pour ma vitesse de swing.

A la différence de Jacques, je cherche plutôt des trajectoires intermédiaires en hauteur, et dans ce cas, bien que le shaft me soit adapté (acier, stiff, 130 grammes), selon Trackman, je n’optimise pas la distance que je pourrais atteindre avec un fer 8.

Je perds même 8 mètres alors qu’avec d’autres clubs plus tolérants, je peux trouver un résultat inversement plus positif, sur ce seul argument de la distance au carry.

Le fait est que je ne compresse pas assez la balle, ma valeur de spin loft est trop élevée, comme si je déloftait légèrement le club à l’impact, ce qui monte l’angle de lancement, et le spin donné à la balle.

Malgré un smash factor bas, je pourrai très bien considérer ces clubs pour mon sac, dans la mesure où je recherche plus la précision que la distance. Le niveau de spin et l’angle d’atterrissage que j’obtiens avec cette série limite la roule, et les écarts entre les moins bonnes ou les meilleures balles.

Je pourrais considérer une série MP-20 du pitch jusqu’au fer 5…

La synthèse du test d’Alexis

Le plus rapide des trois testeurs confirme que la vitesse ne doit jamais être le seul argument, pas plus que l’index pour choisir une série de fers.

Le niveau de dispersion constaté pour Alexis est trop élevé, et serait pénalisant pour le score.

Il y a plusieurs éléments qui démontrent l’inadéquation des clubs. L’angle d’attaque est d’abord trop tangentiel, et explique en partie pourquoi malgré une vitesse de swing très élevée, la vitesse de balle n’est finalement pas assez importante.

Avec un club plus adapté, Alexis pourrait obtenir des vitesses bien plus importantes (entre 110 et 116 mp/h).

Au global, Alexis peut perdre jusqu’à 12 mètres de longueur au carry par rapport à un club mieux optimisé pour son swing.

Des trois testeurs, son smash factor révèle un centrage beaucoup plus disparate sur la face, et donc beaucoup d’imprécision.

Si le manche pouvait tout à fait lui convenir, Alexis devrait préférer une tête peut-être plus lourde ou plus stable dans la zone d’impact. Alexis pourrait avoir peut-être intérêt à « plomber » les têtes de ses fers.

Cependant, le matériel ne peut pas complètement occulter la question technique.

Alexis aurait la vitesse pour jouer de tels clubs, mais aurait surtout besoin d’améliorer le contrôle de la face de club, préalablement à l’usage de ces MP-20.

Bilan du test

Une lame Mizuno MP-20 n’a rien d’injouable et de seulement réserver à une élite de golfeurs. C’est un club qui présente un intérêt et un inconvénient : Plus de précision, et moins de distance.

Avant le test, Jacques avait un a priori positif au sujet de ces fers, et n’a pas masqué sa préférence, notamment pour le toucher.

Par rapport à ses fers TaylorMade P790 sur manche regular et senior, il pourrait largement considérer cette configuration sur manche acier et stiff.

N’ayant pas de problème avec la distance, il gagnerait en contrôle. Pour ma part, ses fers m’apporteraient un plus sur le contrôle de mes trajectoires, et notamment au bénéfice d’un faible offset. En revanche, il me faudrait envisager un combo à partir du fer 5, avec des clubs plus tolérants.

J’ai été surpris de mesurer une différence de swing weight entre tous les fers et le pitch. Logiquement, l’équilibre devrait être le même sur toute la série...

Pour Alexis, malgré la bonne vitesse de swing, il faut un peu plus de maturité de ce même swing pour mieux contrôler la position de la face à l’impact.

Cet ultime tableau permet de comparer pour les 4 testeurs, les performances des 3 séries Mizuno par numéro de fers, et d'ainsi cranter les MP-20 par rapport aux autres séries MP-20 HMB et MP-20 MMC.

Jacques est par exemple légèrement plus performant avec la MP-20. Dans mon cas, la série MP-20 MMC semble un soupçon plus tolérante, et performante. Idem pour Alexis. 

Entre les 3 séries, les écarts sont très/trop faibles. Il faut rentrer dans le détail de chaque fer pour réaliser des combinaisons MP-20 et MP-20 HMB ou MMC.

C'est l'un des enseignements de ce test : Il faut s'attendre à faire des combinaisons, sans pour autant que les écarts soient flagrants.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 2 votes)

Commentaires   

admin
0 #2 ARGOLFadmin 23-12-2019 19:29
Bonjour Monsieur RIhouet,
Tout d'abord merci pour votre confiance, et vos encouragements. J'y suis sensible. Votre fidélité depuis toutes ces années est une véritable motivation.
Concernant ARGOLF, je note la demande, et comme Pour Inesis qui était demandée par un autre client. Je ferai de mon mieux. Cela étant, ce n'est pas une marque "moins marketing". Simplement, ils préfèrent des bons mots chez des concurrents moins sévères, et tissent des amitiés avec d'autres directeurs de publications. Cette série n'est accessible que chez quelques clubfitters, ce qui va me rendre la tâche plus compliquée. Cependant, je vais relever le challenge, et le note dans les choses à faire en 2020. Je reste à votre écoute, et je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.
Laurent
PS : Quand vous avez une demande, n'hésitez pas à me demander pour que je l'inscrive au planning rédactionnel.
erihouet@hotmail.fr
0 #1 Clubs "alternatifs"erihouet@hotmail.fr 22-12-2019 10:29
Etant tres sensible à l'application que vos essais forts bien réalisés mettent à douter rationnellement de tous les arguments commerciaux des clubs de grande série, il m'aurait été agréable de pouvoir profiter de tests de marques non (ou peu) concernées par le marketing...

Par exemple, j'attends désespérément depuis quelques mois de vous lire au sujet de la série Argolf AR F-18...

Pensez vous qu'on puisse espérer que la ligne éditoriale se développera un peu dans ce sens?

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.