Test des fers TaylorMade P790 version 2021

Quatre ans après l’apparition de la première version des fers TaylorMade P790, la marque de Carlsbad en Californie nous propose déjà une troisième version, et pour beaucoup de Youtubeurs britanniques (Rick Shields, Sophie Walker…), il s’agit peut-être des meilleurs clubs du moment, ou tout du moins, ils espèrent susciter l’intérêt en se posant la question. Une série de fers peut-elle être dans l’absolu et intrinsèquement meilleure que toute autre ? C’est plus qu’improbable. En revanche, c’est révélateur de la pénétration de cette série sur le marché. Depuis 2017, indiscutablement du point de vue commercial, TaylorMade a su ouvrir une nouvelle brèche entre les clubs pour très bons joueurs, et les clubs en progression. En revanche, à tort de notre point de vue, cette série est déclarée pour tous les golfeurs entre un index de 0 à 20 (ce qui ne veut rien dire), et nous allons démontrer ci-après pourquoi c’est une bonne série, mais pas forcément pour un champ de joueurs aussi large, et surtout vous illustrer les véritables différences clés entre la version 2021, et la version 2019. Elles sont parfois imperceptibles à l’œil nu, pourtant décisives, et traduisent la direction dans laquelle les ingénieurs de TaylorMade veulent nous emmener insidieusement…

Découvrez nos formules d'abonnements

L'essai des fers TaylorMade P790 version 2021

Avec un peu de retard, nous avons finalement reçu au Labo/studio de Caluire, trois fers P790 version 2021 de la part de TaylorMade, et nous les en remercions chaleureusement. La marque n’est toujours pas effrayée de nous envoyer des échantillons, tout comme Callaway, et à contrario de beaucoup d’autres marques, ne craignant pas que nos essais et observations puissent être critiques.

Déjà au premier regard, on peut constater que le nouveau look des fers P790 en version 2021 est dans la veine des précédents P770, déjà parmi les plus beaux clubs du moment.

Depuis quelques saisons, le design des produits TaylorMade, et notamment en matière de fers, a pris un virage que nous ne pouvons saluer que comme excellent.

La ligne produits inspire à la fois modernité et classicisme dans un seul et même dessin. On pourrait ajouter puissance et sobriété. En fin de compte, TaylorMade arrive parfaitement à marier des caractéristiques qui pourtant pourraient s’opposer.

Si nous étions amenés à délivrer des médailles en chocolat pour la qualité du design, TaylorMade pourrait arriver à la première place du podium… Cette nouvelle série P790 en version 2021 arrive justement à monter une marche de plus pour la qualité de son dessin, et ce n’est pas anodin de l’écrire.

Pourquoi ?

Le tour de force réussi par TaylorMade a justement été d’ouvrir un marché dans le marché, dirons-nous un segment qui parle à des golfeurs qui n’ont pas tout à fait l’impression qu’ils pourraient jouer des lames exigeantes, et à contrario, n’ont plus tout à fait envie d’être cantonnés ou condamnés à jouer des pelles à tarte un peu grossières, et habituellement réservées aux golfeurs en progression.

Le design est donc un élément clé du succès commercial de la série P790 depuis 2017. Certes, ce n’est pas le produit le plus vendu en Europe, encore loin derrière des fers TaylorMade SIM2 Max ou PING G425… la série P790 réussit néanmoins à très bien se classer dans les ventes, et suffisamment pour qu’effectivement, nombre d’observateurs parlent de « meilleure série du moment ».

 

Si vous avez l’occasion de jouer cette série, vous-même serez frappé par deux caractéristiques clés : La première, oui, le plaisir de frappe est grisant. La seconde, la capacité de contrôler la trajectoire de balle et le point d’arrêt sur les greens est faible.

Pour cette deuxième raison, le test ci-après va expliquer pourquoi un golfeur qui ambitionne de jouer moins de dix sur le parcours (moins de 80) pourrait ne pas opter pour cette série, ou pas sans des ajustements importants ou alors parce qu'il présente un swing extérieur-intérieur avec une face orientée à droite de la cible, pour fader la balle naturellement...

Comme déjà écrit dans plusieurs articles sur JeudeGolf.org, on ne choisit pas sa série de fers en fonction de son index ! Votre index n’est pas révélateur de votre jeu ou projet de jeu spécifique avec les fers sur le parcours, et idem pour le drive, les wedges ou le putter.

Au golf, il faut considérer chaque segment du jeu de manière indépendante.  Une série pour golfeur 0, 10, 20 ou plus d’index n’a aucun sens.

En revanche, une série comme la P790 (2017, 2019 ou 2021) s’adresse à un golfeur qui cherche à tendre les trajectoires, gagner en distance, et notamment à la roule et/ou pour compenser par le niveau d'offset, une tendance à slicer.

Inversement, elle ne s’adresse pas à un golfeur qui cherche à obtenir des balles qui tombent de haut pour s’arrêter rapidement sur un green, avec un swing notablement intérieur-extérieur ou qui joue naturellement en draw.

En plus du design très réussi, et même prouesse par rapport à 2019, avec encore plus de finesse du trait notamment sur la cavité très épurée, et qui rappelle furieusement la récente P770, TaylorMade réussit le pari de vous proposer un club qui rend de très bonnes sensations à l’impact… par le fait, sans surprise d’un loft très abaissé par rapport à la norme.

Votre fer 7 P790 est en fait bien plus proche d’un fer 5 classique, et donc le smash factor est forcément grisant. Vous pensez envoyer un fer 7 à la distance d’un fer 5 avec le bon retour de sensations dans les mains.

Rien d’étonnant ! Avec un loft du fer 7 à 30,5 degrés par exemple, vous avez un club qui va forcément donner plus de vitesse de balle à l’impact, versus un fer 7 classique à 34, 35 ou 36 degrés pour les modèles les plus anciens.

Jusque-là rien de nouveau avec la série 2021, ce principe était déjà adopté en 2017. D’ailleurs, TaylorMade n’a pas poursuivi dans une logique de « Loftjacking », ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas travaillé d’autres aspects…

Avant de vous expliquer ce qui a en revanche change de manière très subtile, évoquons l’offset (par exemple, 2,7 mm pour un fer 7), et pour confirmer que le fer P790 se situe entre un fer P770 et un SIM2 Max.

Tout cela se joue en quelques millimètres seulement, le P790 nous propose un offset de 2,7 mm pour le fer 7, tandis que le P770, version un tout petit peu plus technique, propose pour le même fer, un offset de 2,4 mm, et le SIM2 Max propose un offset de 4,2 mm.

Au moment de votre choix de série, vous devez prendre en compte plusieurs paramètres clés : Loft, lie, swing weight, et l’offset.

Le niveau d’offset est directement en lien avec la correction du chemin de club à l’impact, et notamment une forme, même si c’est un peu un abus de langage, de correction anti-slice, la problématique la plus répandue pour les amateurs, surtout quand ce n’est pas désiré ou contrôlé.

Sur la question de l’anti-slice, le SIM2 MAX est grossier. Le P770 est plus fin, et autorise donc plus de maniabilité pour un joueur qui commence à vouloir jouer avec les effets de draw ou de fade.

Le P790 est en réalité plus proche du P770. C’est une version un peu plus abordable, sachant qu’à l’autre bout de la chaîne, la P7MB, la lame pure ne propose, toujours pour le fer 7 qu’un offset de 1.6 mm.

Ainsi, vous constatez qu’il s’agit de différences assez minces, pourtant décisives sur votre capacité à prendre en mains des nouveaux clubs.

Autre différence qui en revanche est moins explicitée par les marques, et notamment en mesures, la taille de la semelle, de la top-line, et globalement de la face est aussi légèrement plus importante avec la P790 versus la P770, mais inférieure à la SIM2 MAX.

Vous êtes donc vraiment sur un produit qui fait la jonction entre des clubs pour golfeur en progression, et des clubs pour bons joueurs. C’est cela le coup de maître réussi par TaylorMade depuis 2017, et pourtant, ils n’avaient rien inventer. C’est même Srixon et Mizuno qui ont les premiers créé ces types de clubs. On pense en particulier à la première Srixon Z545.

En revanche, avec des moyens marketings supérieurs, et une pénétration dans les points de ventes plus importantes, TaylorMade a notablement réussi à imposer ce produit.

Vous pouvez donc bien percevoir ici qu’il ne s’agit pas d’index du joueur, mais de caractéristiques d’un produit qui doit être ajusté à un golfeur bien conscient de ce qu’il achète et pourquoi il le fait. Quel est son projet de jeu ? Tendre les trajectoires, prendre du plaisir à taper plus loin et plus facilement, tout en acceptant à contrario, qu’il ne pourra pas facilement lever la balle, et la faire tomber de haut pour l’arrêter rapidement sur un green, sauf à créer d'importantes compensations par son swing.

Et en l’occurrence, vous allez voir que ce n’est pas un détail. Pour un fer 7, notre test a démontré qu’il faudrait en moyenne plus de 15 mètres entre le carry et la roule avec un fer P790 tapé à 135 mètres, contre moitié moins pour par exemple un fer 7 P770 envoyé à la même distance !

 

Dans cet article, vous avez la description simple de ce que peuvent faire des fers P790, (pas des baguettes magiques) ou ne pas faire.

Après avoir justement testé trois fers 5, 7 et 9 envoyés par TaylorMade, et d’ailleurs notons qu’ils les ont envoyés avec exactement les mêmes manches versus les versions qu’ils nous avaient déjà envoyés en 2019, à savoir un True Temper Dynamic Gold acier S300 (stiff) de 105 grammes.

A l’œil nu, vous ne verrez donc pas deux changements majeurs apportés à la version 2021 versus la version 2019…

Au studio, en-dehors de tester les clubs selon un protocole rigoureux, nous avons fait deux constats importants : Le premier, on pourrait croire que les clubs mesurent la même longueur entre 2019 et 2021, et en fait non, TaylorMade a subtilement ajouté 0,15 inches aux manches. C’est infime, mais cela peut jouer sur les résultats de trajectoires de balles ou l’augmentation de la vitesse de swing.

Pourtant, et c’est le deuxième constat, le swing weight des clubs est plutôt similaire entre 2019 et 2021. C’est justement ce qui nous a poussé à vérifier la longueur des manches… car les têtes pèsent toutes 5 grammes de plus, en 2021 versus 2019.

A shaft de longueur constante, le swing weight aurait dû en être modifié…

Têtes un peu plus lourdes, manches un peu plus long, il n’y a pas besoin d’inventer des concepts marketings venant de la cuisse de Jupiter pour comprendre que potentiellement, cela peut améliorer le smash factor.

Ce tableau vous synthétise les éléments clés que nous avons pu mesurer. Au passage, vous constaterez que le loft du fer 5 est très proche d’un loft plus habituel pour un fer 4 et dans certaines séries, un fer 3.

Toutefois, le fer 5 n’est pas injouable… au bénéfice de la semelle plus large. En revanche, le fer 4 avec seulement 21 degrés est sous la frontière d’un club facilement jouable, surtout pour une vitesse de swing modérée ou faible.

Vous noterez aussi quelques petites imperfections au niveau du swing weight mesuré, d’une part, nous pouvons avoir une petite marge d’erreur, mais la marque aussi, dans son montage à la chaîne…

Pour ce type de clubs, si vous les achetez, nous ne pouvons que vous conseiller de les faire préparer par un clubfitter, pour avoir les caractéristiques les plus adaptées.

Les chiffres Trackman

Ci-dessus, le test du fer 9 P790 version 2019 (shaft identique à la version 2021).

Les données clés sont la vitesse de club (identique pour chaque club), le smash factor (rendement entre la vitesse de club et la vitesse de balle), la vitesse de balle en sortie de face, le loft dynamique (par opposition au loft statique déclaré du club, soit 40 degrés ici), le taux de spin mesuré au studio par le Trackman en indoor, l’angle d’atterrissage, la distance au carry et avec la roule, la hauteur de balle, et en complément deux indicateurs qui traduisent le centrage de la balle dans la face (en vertical, et en horizontal qui doivent se rapprocher le plus possible de 0).

Les données de chemin de club, d’angle d’attaque, de direction du swing, de position de la face à l’impact, nous servent à comprendre ce que nous avons produit pendant le test, et si c’est vraiment comparable d’un club à un autre.

Par exemple, dans un test, un piège consiste à vanter le smash factor d’un club alors que la face arrive plus fermée à l’impact, et par rapport à l’autre produit testé.

Ci-dessus, le test de la version 2021 avec strictement la même vitesse de swing moyenne (68,2 mph) et qui n’était d’ailleurs pas très élevée, et plus représentatrice d’un golfeur amateur.

Fait intéressant, entre les deux clubs swingués aussi avec le même loft dynamique (entre 30 et 31 degrés), il y a un léger écart de smash factor (1.28 contre 1.27), alors que dans les deux tests, la face était en moyenne square (entre -0,5 et +0,3).

Si l’incidence du nouveau club est nulle sur le spin (5400 tours dans les deux cas à un niveau trop bas pour un fer 9, normalement compris entre 8000 et 9000 tours à l’idéal), l’angle d’atterrissage est sensiblement comparable entre 43 et 44 degrés.

Là-encore, c’est trop peu pour arrêter rapidement les balles sur un green ferme.

Toutefois, la hauteur de balle augmente de +1 mètre.

C’est le seul changement vraiment notable entre les deux versions. En réalité, il faut admettre que la différence de performance entre les deux séries est trop marginale.

Toujours pour le fer 9, ce second graphique illustre l’optimisation du club (version 2019).

Ci-dessus le même graphique pour le fer 9 P790 version 2021, et dans les deux cas, il ressort que les P790 apportent directement à ce testeur un gain de carry de +9 mètres.

Cependant, toujours dans les deux cas, aucune valeur est optimisée. Si le testeur a développé un angle d’attaque trop prononcé, le spin loft obtenu est inférieur au niveau idéal, la vitesse de balle est trop supérieure, l’angle de lancement trop bas, et le spin trop bas.

Seule la hauteur de balle est classique pour un coup de fer 9, ce qui est en soit une prouesse de la part de TaylorMade.

Ces chiffres ne disent pas que le club n’est pas bon. Simplement, les valeurs ne sont pas optimisées, et ne sont pas le résultat d’un ajustement du club au joueur.

Au moment d’acheter votre série, vous devrez au contraire viser à optimiser un maximum de ces paramètres.

Ici, en résumé, le P790 donne trop de vitesse de balle, et pas assez de spin.

Si TaylorMade a trouvé un artifice pour atteindre son objectif en termes de hauteur de balle, l’angle de lancement est en fait bien conforme à des clubs aux lofts plus fermés.

Ci-dessus, les résultats du fer 7 P790 en version 2019…

Ci-dessus, le résultat du test P790 en version 2021, et fer 7 et toujours à la même vitesse de swing (71,1 mph) ce qui est toujours une vitesse très modérée.

Vous pourrez apprécier que pour cette vitesse, le testeur obtient tout de même une distance à la roule de 145 mètres !

C’est d’ailleurs le principal facteur explicatif des ventes de P790 !

En revanche, les golfeurs ne mesurent peut-être pas assez le trop grand écart de distance entre roule et carry, soit ici +17 mètres ! C’est trop fort pour des golfeurs qui ambitionnent de jouer moins de 10 d’index, et notamment à la faveur de coups d’approches vers des greens en régulations le plus souvent joués à plus de 100 mètres.

Le choix d’une série doit être dictée par votre niveau de jeu réel sur le parcours, et notamment votre attaque en distance moyenne vers les greens.

A moins de 100 mètres, vous mettez plus souvent en jeu des wedges ou des fers courts, à plus de 120 mètres des greens, vous risquez d’avoir plus souvent besoin d’un fer 8, 7 ou mieux. C’est dans ce cas que la question de l’angle d’atterrissage est un élément à prendre en compte.

Pour le P790, c’est le résultat d’une trajectoire en moyenne trop basse (angle d’atterrissage entre 36 et 37 degrés) très loin du standard pour un fer 7.

En revanche, quel plaisir de taper des coups de fers avec des rendements de 1.35 ou même 1.40 alors que le standard est plutôt de 1.33 pour un fer 7.

Entre les deux tests, attention, si nous avons bien réussi à obtenir la même vitesse moyenne de swing, en revanche, la position de la face à l’impact n’a pas rigoureusement identique, et c’est la seule explication pour l’écart de smash factor. La version 2021 n’est pas si puissante par rapport à la version 2020. Le testeur peut contribuer involontairement à fausser le test, comme vous pourriez avoir le même problème. Pour un amateur, il est très difficile d’arriver à une régularité aussi parfaite pour comparer totalement deux clubs. Au cours de vos tests, surveillez ce point en particulier.

Entre les deux clubs, à nouveau, le taux de spin est comparable, tout comme la hauteur de balle.

Encore une fois prudence, on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres surtout en décontextualisant. Comprenez qu’entre les deux clubs, les écarts sont trop infimes, trop marginaux pour conclure que la version 2021 pourrait apporter quelque chose de significatif par rapport à la version 2019.

Ci-dessus, les valeurs liées à l’optimisation de la version 2019

Ci-dessus, le même graphique pour la version 2021 qui illustre un gain là encore de plus de +10 mètres versus un club traditionnel, et comme pour le fer 9, les mêmes causes produisent les mêmes effets.

A noter, cette fois, la hauteur de balle est insuffisante, aussi bien en version 2019 qu’en version 2021.

Avec le fer 5 version 2019 ci-dessus, étant donné le loft très bas, il y a potentiellement plus de risques de disperser… en longueur avec des coups pas très bien centrés, et trop courts, et des coups mieux centrés, et franchement plus longs. Cela va entraver votre capacité à vraiment prévoir comment atteindre une cible longue distance (plus de 150 mètres).

Pour la version 2021, confirmation du trop faible écart des caractéristiques par rapport à la version 2019… cette fois, c’est la version antérieure qui donne plus de smash factor !

Dans ce cas, la différence vient du loft dynamique, moins élevé avec la version 2021, et des trajectoires un peu plus hautes…  à vitesse identique.

Ci-dessus, l’optimisation de la version 2019 démontre que là, il n’y a plus de gains par rapport à un club classique, et malgré la vitesse de balle très supérieure à la norme, et pour la vitesse de swing de ce test.

Même constat pour la version 2021, où malgré un angle d’attaque convenable pour jouer ce type de club, le spin loft est trop bas, et le gain de vitesse de balle s’amenuise.

En revanche, l’angle de lancement est trop faible, tout comme la hauteur de balle, et le taux de spin.

L’artifice trouvé par TaylorMade pour nous griser par des bonnes sensations à la frappe (smash factor élevé) s’évapore dans les faits.

Pour obtenir le meilleur de ce type de club, il faut passer par la case fitting, et ajuster un manche, ou alors revoir le loft des fers les plus fermés (ce qui n’est pas une mauvaise idée pour bénéficier des semelles plus larges).

Pour les plus passionnés, nous vous mettons en complément les graphiques de deux frappes réalisées avec les fers 7 2019 et 2021 à vitesse identique, et surtout centrage de balle identique :

Ci-dessus, une frappe réalisée avec le 2019 à 71 mph de vitesse de swing et centrée dans la face…

Ci-dessus, la même frappe à la même vitesse, et aussi centrée dans la face, avec cette fois la version 2021, il y a bien un très léger gain de smash factor qui est intéressant à relever sur un loft dynamique identique, et une position de la face à l’impact square.

Dans les deux cas, le spin est équivalent (trop bas pour un fer 7), tout comme la hauteur de balle et les angles de trajectoires (lancement/atterrissage). Au final, le club donne un léger gain de distance (+2 mètres).

Cependant, le test en combinant la moyenne de plusieurs frappes illustre que pour un amateur, ce gain potentiel sera difficile à répéter de manière systématique, car trop marginal.

Bilan du test

Le nouveau P790 est un club magnifique, et parmi les plus beaux de ces dernières années. A la frappe, il propose, surtout en fer 7 (pas trop en fer 5 à cause du loft trop bas pour un amateur à vitesse de swing modérée) d’excellentes sensations qui vous donneront certainement très envies.

En revanche, en creusant, le club demande un vrai effort d’ajustement (fitting) pour contrer des lofts trop bas (soit les remonter si possible), ou par un manche qui propose un angle de lancement plus élevé (kickpoint plus bas ?).

Les golfeurs avec un swing impliquant un chemin extérieur-intérieur et qui ont tendance à ne pas beaucoup abaisser le loft dynamique au contraire, pourront apprécier ce set-up.

Difficile de préconiser cette série pour un golfeur qui voudrait jouer moins de 10 coups au-dessus du PAR, et notamment à la faveur d’attaques de greens qui le laisseraient près des drapeaux. Difficile aussi parce que du fait de l’offset et des lofts, il aura moins de possibilités de donner des effets.

En revanche, pour un golfeur qui manque de distance, qui ne veut pas forcer dans la balle pour tout de même générer de la vitesse, et sans compromettre son équilibre (garder de la maîtrise des trajectoires), cette série est franchement plus trépidante qu’une série type SIM2 MAX.

Le plus important, c'est quel que soit le profil du golfeur, il faut optimiser les paramètres clés du vol de balle, et c'est bien entendu possible avec ce nouveau P790.

Nous pouvons féliciter TaylorMade pour nous avoir proposer un produit aussi intéressant et qui créé un vrai débat technique, entre distance et contrôle sans sacrifier… l’esthétique.

Il est en revanche faux de dire que la version 2021 ne présente pas de changements par rapport à 2019 : La longueur des manches, et le poids ajouté en tête sont autant d’éléments notables à prendre en considération. Cependant, le bénéfice pour l’utilisateur reste marginal. Une fois de plus, un club de golf n’est pas une baguette magique.

Restez informé

Recevez notre newsletter

(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.