Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test Driver Srixon Z565

Test Driver Srixon Z565

Ce nouveau driver mise sur un principe : le Ripple effect ! A savoir, "faire des vagues", notamment sous la semelle, et ainsi augmenter les effets positifs d’une bonne frappe ! Justement pour mesurer sa tolérance, et sa performance, nous avons fait appel à trois testeurs dont un pro, Xavier Bretin, et un senior.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le club testé : Driver Srixon Z565 en 10,5° regular

Pour cet essai, Srixon nous a passé deux drivers, un Z565 en stiff 9,5 degrés, et un regular avec un loft de 10,5 degrés. Nous avons retenu ce deuxième produit pour établir notre comparatif, d’autant que nous avions déjà testé le modèle précédent (Z545) dans cette même configuration.

D’ailleurs, vous pourrez retrouver ci-dessus un comparatif des caractéristiques principales entre le Z545 et le Z565.

A noter, qu’entre ces deux drivers, c’est surtout l’équilibrage qui change (D5 contre D3). Le poids du shaft est très légèrement supérieur sur la nouvelle version du Miyazaki Kaula Tour Issue 6S.

Par rapport aux autres drivers testés en 2016, il faut noter que la moyenne généralement proposée pour les poids de shafts se situe autour de 58 grammes, le Z565 reste donc légèrement en-dessous de cette valeur.

Retrouvez notre précédent sujet consacré au driver Srixon Z565 en cliquant sur ce lien.

Les conditions du test

Nous avons sollicité trois testeurs, un senior avec une vitesse de swing modérée (70 mph) un golfeur amateur avec une bonne vitesse de swing (95 mph), et le pro Xavier Bretin qui swingue le driver au-delà de 100 mph.

Ce dernier vous livre d’ailleurs ses impressions dans une vidéo publié à la fin de ce sujet.

Soit trois testeurs très différents les uns des autres, et qui portent la balle respectivement en moyenne à 130/140 m, 220/230 m et 260 m

Pour ce test, nous avons utilisé le radar trackman mis à notre disposition par le magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, avec le concours de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Les enjeux du test

Naturellement, nous avons voulu mesurer les écarts de performances par rapport au précédent Z545, et ensuite, comparer par rapport aux autres drivers mis sur le marché en 2016.

Se basant sur le principe du ripple effect, nous devrions trouver logiquement une amélioration du smash factor, au moins pour les profils senior et amateur.

Nos indicateurs de performance

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Les résultats pour les 3 testeurs

Pour ce driver par rapport à ses prédécesseurs (Z545 mais aussi Z355), nous n’avons qu’un seul profil qui a pu tous les tester, soit l’amateur avec une vitesse de swing entre 91 et 99 mph selon les modèles.

Pour ce testeur, le Z565 n’a pas obtenu un smash factor supérieur aux précédents. En réalité, le léger gain de distance finalement obtenu a été le résultat d’un taux de spin légèrement inférieur (seulement 2370 tpm), et d’un angle de lancement légèrement plus tendu (14,70 degrés).

Pour le profil senior, nous n’avons pas le comparatif avec le Z545 mais avec le précédent Z355, un club typé improvment, et là, à l’inverse, notre testeur a mieux centré la balle mais moins vite, d’où une meilleure tolérance mais moins de distance.

S’agissant du pro, Xavier Bretin à qui nous avons fait tester les clubs 2016, l’angle de lancement est effectivement plus tendu, et le spin relativement moindre, cependant, la vitesse de balle n’est pas au rendez-vous, du coup, la distance n’est pas la meilleure.

Ratio Smash factor / Degré efficacité – Testeur amateur

Ci-dessus un tableau qui croise le smash factor (tolérance) et l’efficacité pour le seul testeur amateur.

Pour cet exercice qui nivelle les valeurs, le Srixon n’obtient pas les meilleurs ratios.

Test du pro Xavier Bretin


Ci-dessus, les trajectoires produites par Xavier Bretin.

Avec le Z565, le pro réalise effectivement ses angles de lancements les plus bas à loft équivalent (trajectoires plus tendues), le fait d’augmenter le loft ne serait pas superflu pour accroître la portée.

En moyenne, Xavier lance à 12,5 degrés. A 11 degrés, il est trop bas.

Concernant le spin, ce dernier est plutôt bon par rapport à ce que le pro produit habituellement, et proche de l’idéal.

A ce stade, c’est pour l’instant, le rendement de la face qui est en cause dans la perte de distance relative.


Comparaison des données par rapport au panel (Pro)

Par rapport aux drivers déjà testés en 2016 par Xavier, le Z565 est essentiellement performant en matière de spin, se rapprochant très près de l’idéal imaginé par les ingénieurs (1700 tpm) toutefois, l’angle de lancement proposé par la tête en 10,5 s’éloigne trop de la bonne valeur (17 degrés) pour optimiser la portée.

Un ajustement du loft paraît indispensable pour faire remonter cette valeur, et celle du smash factor. Le rendement de la face ne semble pas exceptionnel en l’état.

Test amateur swingspeed 95 mph

Ci-dessus, les trajectoires produites avec le driver Z565 (jaune) et le Callaway Big Bertha Fusion (blanc). Il ressort au premier coup d’œil, que comme pour le pro, la tendance est à des trajectoires plus tendues.

Pourtant à la moyenne des dix balles, l’angle de lancement constaté est de 14,7 contre 14,6 pour le Callaway, soit équivalent pour un testeur dont la moyenne est de 13,7.

Cependant, aucun de ces deux drivers n’a permis la distance maximum déjà obtenue avec d’autres clubs.

Si le Fusion donne un meilleur rendement de face que le Srixon Z565, son excès de spin le pénalise.

Dans le cas du Srixon, c’est bien le manque de vitesse de balle qui réduit la portée alors que le spin est tout à fait convenable. (seulement 2300 tours contre une moyenne à 2700).

Comparaison des données par rapport au panel (Amateur 95 mph)

Le Srixon Z565 est peu spinnant, en revanche, le smash factor est trop bas, et pénalise l’efficacité, notamment d’un point de vue distance.

Test senior swingspeed 70 mph

Comme pour les autres testeurs, on retrouve une tendance nette à lancer trop bas (9,20 degrés), et un taux de spin intéressant (2190 contre 2700 en moyenne).

Dommage, la portée est pénalisée ! Une augmentation du loft ajustable paraît là-aussi indispensable.

Comparaison des données par rapport au panel (Senior 70 mph)

Inversement aux deux précédents testeurs, le Z565 produit un excellent smash factor, mais toujours un degré d’efficacité réduit.

La vitesse de balle à l’impact est toujours en cause (145 mph contre 153 mph pour la moyenne du panel senior) combinée à un léger manque de hauteur de trajectoire. Ce dernier paramètre peut être ajusté pendant un fitting.

Bilan du test

Pas de suspense, tout au long du test, nous avons constaté les mêmes effets.

Contrairement au Z545 qui avait été l’une des grosses surprises de l’année précédente, le Z565 ne donne pas sa pleine mesure.

Si le niveau de spin rendu est excellent, une certaine tendance à ne pas assez lever la balle, en particulier pour le senior, et une vitesse de balle un peu en-dedans à l’impact pénalise l’efficacité.

Concernant le smash factor, le Ripple Effect ne nous a pas convaincu.

Un fitting personnalisé concernant ce produit paraît indispensable, notamment pour trouver un shaft qui favorise un meilleur rendement, et un réglage du loft plus élevé.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.