Test des manches Aldila Rogue White 130 M.S.I. 70 stiff versus Extra-stiff

A l’occasion du test des bois de parcours Callaway MAVRIK, j’ai fait la découverte de nouveaux shafts premiums, destinés aux vitesses de swings rapides à très rapides, les séries 130 de l’Aldila Rogue White. Deux manches 70 qui pèsent 73 (stiff) et 76 grammes (extra-stiff) et dont les performances sont étonnantes. Et si la série ROGUE WHITE était une "spin killer" ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Présentation des nouveaux manches Aldila Rogue White 130 M.S.I. 

Aldila, une marque de shafts bien connus des fans de matériel de golf a bouclé sa mutation en tant que filiale de Mitsubishi Chemical.

Il semblerait que le nouvel actionnaire pousse la société basée à Carlsbad en Californie, au plus près des sièges des grands donneurs d’ordres que sont TaylorMade, Callaway, Cobra ou encore Titleist, à réaliser des manches premiums, avec des prix pour certains modèles qui dépassent les 300 dollars.

Les nouveaux Rogue White ne sont pas une génération spontanée. Quelques années en arrière, Aldila avait déjà lancé des shafts Rogue Silver et Black qui ont connu une certaine popularité auprès des golfeurs professionnels sur le PGA Tour.

La marque annonce 35 victoires dont 3 majeurs depuis la sortie de ces manches.

Au moment de leur mise sur le marché pour le grand public, Aldila en réclamait pas moins de 800 dollars !

Silver ou Black, les deux manches présentaient des caractéristiques très voisines. 

Entre les deux, la différence se mesurait essentiellement au niveau du tip, partie du manche proche de la tête qui était plus soft sur la version Black, et plus « stiff » ou rigide sur la version Silver.

Le Silver concédait légèrement moins de spin, et un angle d’envol un soupçon plus tendu.

Les shafts ROGUE auraient été initialement conçus à partir de matériaux destinés à l’industrie aérospatiale.

Tout début janvier, Aldila a donc mis sur le marché une troisième version de son manche Rogue, la série White dont l’objet est de proposer un vol de balle plutôt bas, et avec peu de spin.

Cette nouvelle série déclinée en de nombreuses versions de poids et de rigidités devrait justement s’intercaler avec la version SILVER, pour des lancements encore plus bas, et la version BLACK, plutôt pour des lancements intermédiaires.

Aldila affirme que la série WHITE va apporter plus de stabilité, et beaucoup de retours de sensations à l’impact.

Comme les autres shafts ROGUE 130 M.S.I., la version White fait appel à la technologie propriétaire d’Aldila, la NexGen Micro Laminate dont l’objet est de réduire les risques d’inconstances d’un coup à un autre, et d’améliorer la performance avec un point d’équilibre plus haut, et ce, pour augmenter la vitesse de balle.

Pour Mark Gunter, VP Marketing et ventes « Désormais, nous avons une option de fitting pour chaque joueur. Nous avons créé trois différents profiles de shafts qui rencontrent les exigences les plus pointues des meilleurs joueurs. »

Les manches ROGUE seraient plus particulièrement destinés aux golfeurs à la recherche d’un manche avec un feeling plutôt soft, avec un lancement intermédiaire, et peu de spin.

La série ROGUE WHIITE est annoncé à un prix tarif de 350 dollars.

Test des manches stiff versus extra-stiff

A l’occasion du test des bois de parcours Callaway MAVRIK, j’ai donc découvert pour la première fois ces manches d’exceptions, une versions stiff de 73 grammes, et une version extra-stiff de 76 grammes.

Il faut savoir que la série WHITE se décompose en plusieurs sous-catégories de poids, de 60 à 80, qui à chaque fois se déclinent en regular, stiff, et même extra-stiff.

Le shaft le plus léger pèse 63 grammes quand le plus lourd pèse 85 grammes.

Sur le tableau ci-dessus, les caractéristiques précises de deux manches testés, et surtout séparés par le degré de torque plus bas pour la version extra-stiff.

Ci-dessus, le premier manche testé sur une tête de bois de parcours numéro 3 Callaway MAVRIK.

La combinaison tête et manche semble excellente. Le niveau de spin inférieur à 2700 tours pour un bois 3 est bien évocateur d’un manche qui donne peu de rotations à la balle.

Le Dynamic loft est plutôt évocateur d’une trajectoire de balle plutôt tendue, ce qui est confirmé par l’angle de lancement de seulement 14 degrés.

En conséquence, c’est surtout la roule de la balle qui est accentuée.

Pour une vitesse de swing légèrement inférieure à 100 mp/h, la distance au carry est logique. C’est surtout la distance totale comprenant la roule qui est optimisée.

Ci-dessus, le deuxième essai avec cette fois la version extra-stiff, réalisée avec la tête Sub Zero du MAVRIK.

La vitesse de swing est légèrement plus importante en moyenne (101 mph).

Pour ma vitesse de swing, la version stiff est particulièrement recommandée. La version extra-stiff est tout à fait jouable, mais plutôt recommandée pour une vitesse de swing d’au moins 110 mph.

Je n’ai touché cette vitesse que sur une ou deux balles.

La première bonne surprise : Le shaft extra-stiff n’est pas injouable. La différence de 3 grammes de poids en plus ne se perçoit pas.

Au global, entre les deux clubs avec les shafts montés, je n’ai trouvé qu’un écart total de 5 grammes (2 grammes supplémentaires pour la tête), soit 325 et 330 grammes, dans la marge d’erreur.

Dans les deux cas, les clubs testés étaient équilibrés en D3.

Avec cette version extra-stiff, les différences sont notables sur la question du smash factor, légèrement moins bon, par rapport à la version stiff.

En réalité, les différences importantes se situent sur toujours les deux mêmes paramètres : Le loft dynamique qui impacte l’angle de lancement, et le taux de spin.

Dans les deux cas, la version extra-stiff agit en réduction. Les trajectoires sont encore plus tendues, et avec un peu moins de spin.

Ce qui n’est pas exprimé par les graphiques, c’est que bien entendu, le manche extra-stiff ne pardonne pas ! Un coup moins bien rythmé, et le résultat devient franchement mauvais.

Dans mon cas, le manche extra-stiff pénalise la régularité, alors que paradoxalement, il y a une certaine forme de constance pour les balles bien tapées.

Si c’est raté, c’est très raté, en revanche, si c’est bon, c’est très bon !

En résumé, entre les deux shafts, la version extra-stiff tend encore plus la trajectoire avec une hauteur de balle à son pic maximum réduit de 6 mètres.

En distance totale, cela finit par revenir au même, ce qui dans mon cas ne justifie pas l’extra-stiff. L’écart se réalise surtout au niveau de la distance au carry plus importante avec le manche stiff.

Bilan du test

Les manches ROGUE WHITE me paraissent particulièrement recommandés pour des vitesses de swings autour et supérieur à 100 mp/h, mais plus important, ces manches semblent agir sur une réduction du loft dynamique à l’impact.

Dans mon cas, c’est parfait car la plupart du temps, j’ai tendance à ajouter trop de loft et à décentrer haut dans la face.

Avec ce type de shafts, avec moins de loft, je trouve plus facilement le centre de la face à l’impact, et optimise mieux les caractéristiques de la tête.

Des manches à recommander pour des joueurs qui veulent abaisser leurs trajectoires de balles avec un driver ou un bois de parcours.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.