Posté par le dans Golf en France

Déconfinement : Quel juste milieu pour les mesures  permettant la reprise du golf ?

A quelques jours du déconfinement annoncé, mais pas encore vraiment confirmé, les golfs commencent à édicter les conditions propres à la reprise du jeu. C’est par exemple, le cas du très beau Golf de Pont-Royal. Ce week-end, un lecteur nous a interpellé sur ces mesures spécifiques pour ce golf, avec finalement en toile de fond, une question « Les golfs ne risquent-ils pas d’en faire trop ? » Où placer le curseur entre sécurité sanitaire et territoire anti-anxiogène ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Au risque de me répéter, entre l’article écrit au tout début du confinement sur une reprise idyllique et bucolique du golf, et ce qui se profile, l’ambiance autour de cette reprise s’annonce bien plus pesante, mais visiblement nécessaire, pour les golfs d’une part, et les golfeurs/golfeuses d’autre part.

Ce qui m’amène à préciser d’emblée, que chaque jour, le confinement entraîne son lot d’incertitudes et de questions. La vérité du 3 mai peut être battue en brèche par celle du 4 mai.

La crise sanitaire déstabilise, et le confinement pèse. Dans un monde où chacun a non seulement sa vérité, mais peut l’exprimer au plus grand nombre, et de plus en plus facilement avec les réseaux tellement pas sociaux.

Un jour, Didier Raoult peut s’exprimer pendant une heure sur BFM, et exprimer avec ses mots, son point de vue sur l’épidémie, sa vision et ses solutions, et le lendemain, le journaliste de l’émission « C’est à vous » Patrick Cohen, réaliser une chronique qui contredit en tout point les propos du premier nommé, et en avançant des arguments tout autant scientifiques.

Pour les non-médecins, les non-sachants, comment comprendre les enjeux ? A qui se fier ? Qui à raison ? Qui a réellement compris ce à quoi nous faisons face, et justement comment y faire face ?

Deux citations d’Hannah Arendt, politologue et philosophe Allemande du 20ème siècle prennent beaucoup de sens actuellement :

« La liberté d'opinion est une farce si l'information sur les faits n'est pas garantie et si ce ne sont pas les faits eux-mêmes qui font l'objet du débat. » La Crise de l'éducation : Extrait de La Crise de la culture

Et encore plus important à mes yeux « Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n’est pas que vous croyez ces mensonges, mais que plus personne ne croit plus rien. Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d’agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple vous pouvez faire ce qu’il vous plaît. »

Là, je ne sous-entend pas que les gens mentent, mais que si chacun a sa vérité, et qu'elle est très différente des autres, comment croire ? qui croire ?

Crise sanitaire, crise économique, et crise de l’information ?

Dans un tel contexte, quelles décisions sont justes ?

Les golfs sont bien pourtant amenés à décider. Il en va de leur survie. 

Si la réouverture semble en bonne voie, un nouveau défi se présente à eux : Trouver la bonne équation entre créer un climat de respiration nécessaire et attendu par les pratiquants, et se conformer aux demandes fortes de sécurité.

Luc, un abonné de longue date de JeudeGolf.org, déjà présent dans plusieurs émissions MyGolfTest, nous a donc écrit à ce sujet.

Je vais me permettre de vous rapporter ses propos.

« Comment rendre compliqué ce qui peut être simple ! Je te fais parvenir le mail du golf de Pont-Royal. »

Et effectivement, Luc l’a fait, et au passage m’a exprimé et détaillé les principales mesures « Masque obligatoire entre la voiture et le départ. Comment donner plus de contraintes que ce que l’état en donne lui-même. »

Il poursuit au sujet des chariots « On ne peut pas aller chercher son chariot, alors qu’au marché, on est tous à côté les uns des autres, à un mètre de distance »

Il met en avance la situation d’un autre golf, les Chanalets « Il y a trois allées. On peut imaginer des files avec un peu de discipline et de bons sens »

Au-delà de sa contestation des mesures prises, trop strictes à ses yeux ou pas assez, et sur lesquelles, j’espère la réaction du Golf de Pont-Royal pour équilibrer mon sujet entre avis client, et avis du golf cité, c’est la suite de son message que j’ai voulu vous retranscrire. Il pose un débat qui mérite d’être discuté.

« Je crois que nous sommes une société qui n’accepte plus la mort. On ferait bien de redevenir un peu plus réaliste. Ayant eu un infarctus et un cancer de la prostate, je suis programmé dans les premiers départs (sourire). »

Luc poursuit « C’est vrai qu’en 50 ans, la relation avec la mort a bien changé. On s’insurge contre 4000 morts sur la route… C’est insupportable. 25 000 morts du covid-19…  C’est inacceptable. Par contre, les 75 000 morts par la cigarette chaque année en France n’engendrent pas un confinement des fumeurs, et des non-fumeurs. Au grand-dieu, elle rapporte elle… »

Luc a plus de 65 ans.

Ce sont ses mots. Ceux d’un golfeur qui a certainement hâte de reprendre la pratique, et profiter de la vie.

Pour être exhaustif, et présenter tous les points de vues à cet article, et avant de donner le point du vue du golf, un récent article publié sur Linkedin par Olivier Sibony, professeur de Stratégie amène un autre axe de réflexion et contradictoire à celui de Luc.

« On peut bien sûr répondre que chacun prend ses risques en connaissance de cause, que les personnes âgées, ou à risque pour d’autres raisons, en sont conscientes, et qu’elles n’ont pas besoin qu’on les inquiète encore plus. Hélas, c’est un raisonnement dangereux.» 

Olivier Sibony argumente son point de vue « D’abord, l’appréhension des risques individuels est un exercice difficile, qui donne lieu à d’innombrables erreurs. Nous ne sommes pas câblés pour calculer des probabilités et des risques. Si chacun évaluait les risques rationnellement, nous serions moins nombreux à avoir peur des accidents d’avion ou des attentats terroristes, et moins nombreux, aussi, à fumer ou à rouler en deux-roues.»

Le professeur de stratégie nous exhorte alors « Regardons autour de nous : on voit des parents terrorisés à l’idée de renvoyer leurs enfants à l’école, où le risque est insignifiant ; alors que les grands-parents de ces mêmes enfants se félicitent de pouvoir reprendre dans dix jours leur vie sociale, ce qui les expose à un risque certain. Mais, demandera-t-on, peut-on faire autrement ? La solitude, l’isolement, ne sont-ils pas, aussi, néfastes à la santé, pour les personnes âgées et à risque, comme pour les autres ?  Si, hélas. Mais il faut bien rappeler que si nous sommes dans une situation sans précédent, c’est pour une raison et presque une seule : la préservation de notre système de santé. »

Enfin de compte, Olivier Sibony insiste sur la notion de risque individuel, mais surtout de risque collectif.

« Si les victimes du SARS-Cov-2 étaient foudroyées instantanément par la maladie, nous n’aurions pris aucune des mesures d’exception actuelles. Le sujet de préoccupation majeur, celui qui nous fait tant redouter une nouvelle flambée de l’épidémie, c’est la saturation du système de soins, et en particulier des lits de réanimation.»

Il conclut « Le problème n’est donc pas seulement le risque que chaque personne dans une sous-population donnée accepte de prendre pour elle-même : c’est celui qu’elle fait courir à l’ensemble de la population, si elle contribue à cette saturation du système. Un risque individuel, mais aussi un risque collectif. »

Lire l'intégralité de son intervention sur Linkedin

De son côté, le Golf de Pont-Royal, dont j'utilise l’exemple explique sa position au travers de son communiqué.

« Vous êtes nombreux à vous poser de multiples questions quant à la reprise de notre jeu favori, quelle date précise, parties de 2, 3 ou 4, gestion du practice et de l’enseignement. »

Roland Andres, président de la SAS GIPR, Alain Rault président de l’ASPR, et Jérôme Lauredi, directeur général du golf signent ce communiqué, tout en espérant la réouverture prochaine du golf, et l’accueil des golfeurs.

« Le Golf de pont Royal est prêt à vous accueillir, les équipes de terrain ont peaufiné le parcours, la Direction du Golf a travaillé sur les modalités d’accueil, le système de réservation et la protection sanitaire. Nous vous informerons de la date d’ouverture des réservations dès que possible. »

Ils confirment effectivement des mesures exceptionnelles « En complément des interactions limitées entre individus et pour prendre en compte le contexte exceptionnel de l’épidémie du Covid-19, le Golf de Pont Royal a adopté des mesures complémentaires afin de protéger ses membres et son personnel »

La mesure la plus emblématique « Toute personne désirant venir au golf de Pont Royal pour y pratiquer le Golf devra obligatoirement porter un masque dès son arrivée sur le parking du Golf et jusqu’au moment où il aura quitté le départ du trou N°1 (ou du trou N° 10) ainsi qu’à son retour entre le green du trou N° 18 (ou du trou N° 9) et le parking du Golf. »

D’autres mesures très strictes sont avancées : Accès seulement possible pour les joueurs ayant réservé, caddy master fermé, vestiaires fermés, restaurant et bar fermés, restauration à emporter, accueil ouvert pour un joueur à la fois, marquage au sol, les joueurs devront quitter le club dans les 15 minutes qui suivront la fin de la partie, partie de deux balles maximum, arrivé au club seulement 30 minutes avant la partie…

Sur le parcours, il est précisé que les joueurs devront se tenir à une distance de sécurité de 3 mètres, ne pas échanger les cartes de scores, ne pas se prêter de clubs, ne pas toucher les piquets, un système sera mis en place pour éviter de toucher le drapeau, pas de râteaux dans les bunkers mais possibilité de placer la balle, voiturette pour une seule personne, les bancs, les lave-balles et les toilettes seront neutralisés…

Les zones d’entraînements seront fermés, y compris le putting-green.

Si la direction précise que les règles seront évolutives, elle affirme « La direction sera informée en urgence de tout problème de comportement d’un joueur n’appliquant pas ces dispositions et prendra les mesures nécessaires telles que décrites dans le règlement intérieur COVID 19 ».

La question qui va bientôt se poser, c’est la reprise du golf mais à quel coût dans la relation golf-golfeurs ou à quel coût dans la relation protection sanitaire sur reprise du jeu ?

Pour beaucoup d’entre nous, en plus d’être un sport de passion, le golf est aussi synonyme de convivialité, de plaisir, et même de bonheur à échapper quelques heures à la vie quotidienne, parfois aux mauvaises nouvelles, se retrouver libre en pleine nature hors du temps… dans une sorte de bulle.

Quel est le juste milieu pour préserver l’essence même du golf, la distanciation sociale et la protection de tous ?

Pour une fois, pardonnez-moi par avance, je ne vais pas formuler une position.

Est-ce que toutes ces mesures me donnent envie d’aller jouer au golf, d’être léger, et d’aller me faire plaisir ? Il n'y a pas de réponse simple.

  • Taille du texte: Agrandir Réduire
  • Lectures : 514
  • 2 commentaires
  • Imprimer
Modifié le
Twitter
Facebook
G+
In
pinterest

Restez informé

Recevez notre newsletter
Rina Rajao et le golf scolaire : La provoc’ utile ...
La reprise du golf à la TV pour la  bonne cause av...

Auteur

 

Commentaires   

direction@groupesavas.com
0 #2 L’économiedirection@groupesavas.com 07-05-2020 08:43
Peut-on oublier, l’enjeu économique et financier de cette crise. Hélas aujourd’hui ces enjeux semblent bien plus graves que les enjeux sanitaires et les échanges d’idées sur la mort ou la prise de risques.
Combien de familles vont se retrouver à la rue, surendettées, de salariés au chômage, d’entreprise en liquidation...
Sans compter de sportifs sans sponsors, de compétitions sans partenaire, de golfeurs ne pouvant plus régler leur cotisation.....
Je suis désolé mais pour moi, l’on oublie le principal...comment le golf peut il aider à une reprise de l’économie et la vie sociale de millions de personnes qui vont être en détresse...et là si nous nous mobilisons a chercher des idées et de l’argent nous serons serons grands et fiers de notre sport.
mhezkia@gmail.com
0 #1 Interdictionsmhezkia@gmail.com 05-05-2020 00:43
Bonsoir,
Nous sommes tous d'accord pour être les plus prudents possible, mais quand je vois le nombre d'interdictions affichées pour jouer, je suis assez dubitatif. Allons-nous subir les petits caporaux, aussi, dans notre sport préféré. Comment peuvent-ils interdire de prêter un club à un ami, pendant la partie (même si je ne le ferai pas), vont-ils mettre quelqu'un derrière chaque partie ? Rien que le fait d'interdire cela dénote un certain état d'esprit, non ? Un masque avant et après la partie, et pas pendant ? Vont-ils empêcher les gens de se parler sur le parking ? Les zones d'entrainement fermées ? On n'y est jamais les uns sur les autres, non ? Les toilettes fermées ? A nos âges, notre prostate nous chatouille un peu. Pas grave, nous pisserons (dru !) dans les fourrés ! Etc... Etc... En fait, je me dis que je n'ai pas besoin de ces interdictions, le bon sens suffit à lui-même et ça fait deux mois qu'on nous serine 10 fois par jour, au sujet de ce qui est prudent de faire ou de ne pas faire. Nous sommes infantilisés depuis des semaines, ça devient franchement lassant. Autour de moi, j'ai des amis qui ont été atteints par le covid et j'ai un ami très proche qui en est mort, et je ne pense pas être un kamikaze et j'ai envie de vivre encore longtemps. Espérons que les Directeurs de clubs n'en rajouteront pas plus qu'il n'est nécessaire, et surtout que les joueurs seront respectueux... J'attends avec impatience de voir comment cela va se passer, mon sac est prêt ! Bonne soirée ! Take care and fuck the covid ! ;o))

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.