Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Mini-Driver TaylorMade Original One: Moins de dispersion?

Pour son anniversaire (40 ans), plutôt que de sortir les cotillons et les bougies, TaylorMade nous propose de revisiter son driver original, avec ce qui pourrait s’apparenter aujourd’hui à un Mini Driver ! En 1979, les drivers 460 cc n’avaient pas encore cours. En 2019, ils sont majoritaires bien que pour certains golfeurs des têtes plus petites favorisent une plus grande précision.

C’est sans doute un exercice de style, et un marqueur d’une date clé plutôt qu’une nouvelle révolution technologique.

Toute entreprise a sa propre histoire, et il est bon de parfois y faire référence, de faire en quelque sorte un retour aux sources. Se souvenir d’où on vient pour se rappeler où on veut aller.

Avec ce nouveau mini driver « Original One », TaylorMade nous livre une touchante manière de renouer avec l’esprit d’origine, mais avec les technologies d’origines.

Talentueuse, et parfois à l’excès sur le marketing, la qualité du message pourrait faire oublier qu’à l’origine, oui, TaylorMade est bien et a bien été une marque réellement innovante.

En 1979, son premier driver réalisé en acier, a bien été un tournant majeur, et quelque part dessiné le contour de l’industrie telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Est-ce que le nouveau mini-driver Original One va être une réussite commerciale majeure de l’année 2019 ? La marque l’espère toujours mais ce n’est sans doute pas sa première motivation dans cet exercice.

Il s’agit surtout de convoquer le passé, pour rappeler que TaylorMade est bien la marque des drivers et bois de parcours moderne.

Tomo Bystedt, ingénieur TaylorMade entend d’ailleurs bien le rappeler « En 1979, le golf a été changé pour toujours par le Pittsburgh Persimmon, notre driver original. Depuis 40 ans, TaylorMade a continué cet héritage d’innovation en apportant des technologies pouvant changer le jeu, et ce, dans le but d’aider les golfeurs à performer au mieux. »

Pour expliquer le pourquoi du nouveau driver, il argumente « Ce driver Original Mini Driver incorpore cet héritage de technologies, le tout dans un profil de tête censé inspiré la confiance pour délivrer de la distance, de la tolérance, et de la précision. »

S’agissant de la distance et de la tolérance, c’est tout de même un exercice délicat avec une tête qui justement ne mesure pas 460 cc.

Il suffit qu’une tête de driver perde 5cc pour que l’on observe chez un golfeur amateur, une légère baisse du smash factor, sa capacité à restituer le maximum de vitesse à la balle.

C’est pour le coup très mathématique.

En réalité, seuls les excellents golfeurs classés peut-être moins de 5 d’index dans le domaine du driving, ce qui nous approche quasiment exclusivement de la catégorie des golfeurs professionnels peuvent être capable de suffisamment bien centrés la balle dans la face pour ne pas perdre le bénéfice d’un volume de tête plus important.

Si j’ai du mal à croire que la distance et la tolérance seront à des niveaux comparables d’un driver 460cc, en revanche, la précision peut en théorie être améliorée.

Les mini driver ont fait leur première apparition sur le marché en 2014 avec le SLDR Mini Driver, un produit qui n’avait pas défrayé la chronique des ventes, mais suscité un vif intérêt des passionnés de matériel, surtout curieux du principe.

Pour essayer de faire mieux dans les ventes, cette fois, TaylorMade argumente que le SLDR puis l’Aeroburner, qui lui avait succédé dans la même veine, utilisait à l’époque une prédominance d’acier, cette fois, la conception du « Original Mini Driver » va permettre d’élever le niveau de vitesse, et de tolérance à un niveau jamais vu avant.

Tout commencerait par l’utilisation d’une construction avec trois matériaux, un corps en titane, une semelle de 50 grammes en acier, et une couronne en carbone composite.

Cette combinaison pourrait alors favoriser un centre de gravité abaissé à un niveau très bas pour plus distance et de maniabilité…

La maniabilité avec un driver est quelque chose de difficile à argumenter avec précision. C’est plus du ressort du feeling.

La tête du driver pourra être ajustée de + ou – 2 degrés.

TaylorMade appose une nouvelle fois sa technologie Twist Face, censée diminuer la dispersion. Cependant, sur une tête 460 cc, l’effet est limité. Il est probable que sur une tête plus petite, l’effet le soit encore plus.

S’agissant du profil des golfeurs visés par TaylorMade, la marque affirme que son produit peut correspondre à tous les profils… Cette affirmation est très optimiste.

Un golfeur senior qui manque de vitesse de swing aura besoin d’une tête la plus large possible pour transmettre un maximum de vitesse à la balle.

Cependant, TaylorMade marque le point sur un argument : Le produit a été conçu pour être une option depuis le tee de départ contre un bois 3 !

Le mini driver devrait proposer plus de distance et de tolérance qu’un bois 3 dans le même exercice.

Cette affirmation fait alors écho au fait que beaucoup d’amateurs, et je peux en faire partie, commencent à ne plus sortir le driver pour privilégier un bois 3, afin de limiter la dispersion.

Ces dernières années, en allongeant les manches des drivers, les marques ont favorisé l’accentuation de la vitesse de swing, mais au détriment du contrôle.

De sorte qu’une fois sur le parcours, vous avez de plus en plus de mal à maintenir la balle en jeu, et dans les limites du parcours. L’utilisateur a du mal à remettre en cause l’outil, et pense que cela vient de sa technique, ce qui est partiellement vrai.

Le driver devient un club qui fait peur dans le sac.

Le bois 3 est alors plus rassurant, et tant pis, on peut sacrifier 10, 15, 20 mètres de distance, à condition d’être sur la piste ou pas loin.

Si le Mini-driver peut se positionner en solution intermédiaire, c’est peut-être une bonne réponse. Encore faut-il que la longueur du manche soit cohérente avec le projet ?

Pour une tête de seulement 275cc, effectivement, TaylorMade propose un manche de seulement 43,75 inches, et c’est peut-être l’information la plus importante à retenir.

Pour un driver, c’est nettement moins que le standard de 45,5 inches. Pour un bois 3, c’est légèrement plus qu’un standard de 43 inches.

Plus court qu’un driver, le Mini va forcément moins disperser. Le volume de tête de 275 cc contre 175 à 185 cc en moyenne pour un bois 3, le Mini a bien sur le papier un positionnement hybride qui devrait convenir à beaucoup de golfeurs en mal de réussite au drive.

Sur le papier, c’est bien une alternative améliorée du bois 3 versus le driver…

Sur le papier, il reste à accepter la perte de distance réelle versus le driver, et mesurer le gains en nombre de coups, ou pénalités évitées.

Pour choisir un Mini-driver, il ne faut pas regarder la distance moyenne au drive, mais bien la réduction de dispersion, ou alors un gain versus le bois 3.

Selon TaylorMade, ce mini-driver peut se jouer sur le lie d’un fairway, et notamment grâce à son centre de gravité très abaissé qui peut favoriser un lancement haut.

Pour TaylorMade, ce mini-driver peut s’intercaler entre un bois et un driver classique. Il peut remplacer un driver. C’est finalement selon le joueur.

J’aurai tendance à penser qu’un joueur qui serait tenté de mettre ce club dans son sac, justement par crainte de trop disperser sur le parcours (mon cas) aurait déjà fait plus de la moitié du chemin pour remplacer un driver classique par un mini-driver.

Disponible à partir du 1er mai en magasin, le Mini-driver présente aussi l’avantage d’être moins coûteux qu’un driver 460 cc, et vendu sous la barre des 400 euros.

Proposé en 11,5 ou 13,5 degrés de loft (mais ajustable de 2 degrés), il est proposé en standard avec un Mitsubishi Diamana F Limited de 55 grammes en regular, 65 grammes en stiff, et 75 grammes en extra-stiff pour un équilibrage en D3.

Jusqu’à présent, les Mini-drivers n’ont jamais réussi à s’imposer dans les ventes.

Depuis l’allongement des manches de drivers, peut-être que d’autres golfeurs amateurs ont commencé à expérimenter une forme d’imprécision, et aujourd’hui, plus susceptibles de chercher une autre solution ?

Finalement, peut-être qu'un petit flash back a du bon ?

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

billot.claude@gmail.com
+1 #2 Longueur du shaft / viesse de têtebillot.claude@gmail.com 05-05-2019 13:36
Bonjour Laurent, j'ai remarqué dans cet article une remarque qui me dérange vous reprenez certainement ce que vous affirment les marques : "en allongeant les manches des drivers, les marques ont favorisé l'accentuation de la vitesse de swing, au détriment du contrôle".
Rapprochez vous des 12 Mythes du golf de Tom Wishon, un personnage qui fait référence en matière de clubmaking, semble-t-il ! Vous verrez qu'il dit l'opposé sur la vitesse.
Bien cordialement.
Claude
admin
0 #1 Longueur des manches et vitesseadmin 05-05-2019 11:58
Bonjour Claude, je vous rassure, je sais faire la part des choses s'agissant des marques. Je vous propose en complément de lire cet article où nous avions fait une expérience sur la longueur du manche au drive : https://www.jeudegolf.org//Comment-bien-acheter-ses-clubs-de-golf/comment-la-longueur-d-un-shaft-de-driver-influe-sur-la-performance.html
Je ne conteste pas les propos de Tom Wishon, mais c'est article est plutôt la base de ma pensée sur la longueur des manches, plutôt que toute autre influence.
Merci

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.