Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Fers PING i500 : La contre-attaque d’un premier forgé tolérant pour Ping

Quand une marque de clubs de golf lance une nouvelle série ou une nouvelle gamme de produits, il faut toujours se demander pourquoi. Comprendre l’origine d’un nouveau fer permet de mieux saisir quelle sera la cible ? Quel usage ? Et in fine, quels bénéfices pourra-t-on en tirer sur le parcours ? L’arrivée du nouveau fer i500 ne doit rien au hasard…

Les enjeux d'un nouveau fer PING i500

Comme toutes les marques, PING a ses points forts, et ses faiblesses. Comme toutes les marques, PING a ses convictions, et très souvent, elle doit les confronter avec la réalité du marché du matériel de golf.

Ce n’est pas faire offense à la marque américaine d’affirmer qu’elle est rarement la première à tenter une nouvelle aventure. Au contraire, avant de se précipiter, chez PING, on aime bien vérifier l’intérêt d’une nouvelle théorie, au risque de suivre les évolutions du marché d’un peu trop loin.

Cela tient peut-être au fait que la clientèle PING est très conservatrice. Cela tient aussi au fait que les best-sellers de la marque assurent l’essentiel des ventes.

Cela tient peut-être encore au fait que le cœur des golfeurs et golfeuses qui jouent du PING sont déjà bien servis par l’offre de fers à cavités G400, une offre Improvment Distance qui correspond de toute façon à la majorité des besoins exprimés.

Depuis quelques mois, on peut observer pourtant chez les concurrents une tendance à segmenter l’offre des fers de manière plus précise.

Pour bien comprendre le phénomène de répartition des golfeurs entre « Player » et « Improvment », il faut accepter l’idée qu’actuellement, les lames MB et CB se vendent de moins en moins, au profit de forgés tolérants.

Les forgés tolérants : Deux mots normalement antinomiques, pas forcément un nom glamour ou bien senti d’un point de vue marketing, mais pourtant, le seul segment de fers « Player » qui surnagent dans l’effondrement des ventes de forgés.

Le phénomène a de quoi inquiéter car cela signifie que la part des très bons joueurs diminuent, que la population golfique vieillit.

Cette réalité avantage des marques, et en défavorise d’autres. Ping, Callaway, XXIO, plutôt positionnés Seniors ont tendance à en profiter. Titleist, Mizuno ou Srixon souffrent davantage.

En 2018, TaylorMade a réussi un coup de maître avec le lancement à son tour d’un offre crédible de forgé tolérant, les P790.

S’agissant sans doute des plus beaux clubs du moment, ils ont rapidement pris la première place du marché dans les ventes, tous segments confondus, et notamment en France.

Traditionnellement leader du marché avec la série G, PING a donc décidé de réagir. Le fer PING i500 est un forgé tolérant. Il doit servir à contre-attaquer le P790 de TaylorMade.

Pour la première fois, PING sort de son territoire habituel, le G pour suivre la tendance du marché, et ainsi réagir.

Une politique de suiveur assumé, et forcément une bonne idée, étant donné que ce segment est l’un des rares à se développer aujourd’hui.

Comment réussir un nouveau forgé tolérant Made in PING ?

PING a parfaitement compris et intégré les codes de la réussite de ce nouveau type de fers : épuré et musclé !

Tout comme le TaylorMade P790, le PING i500 nous dévoile une ligne stylée, élégante et puissante à la fois. Rien que par le look, on comprend où PING veut en venir, et qui est dans le collimateur.

Sans avoir aucune espèce d’influence sur une marque, beaucoup de journalistes spécialisés avaient sans doute remarqué le trou béant dans le catalogue PING entre d’un côté les lames iblade, i200 et les fers à cavité G400 ou Gmax.

Il ne fallait pas être devin pour imaginer que la marque allait tôt ou tard réagir pour combler le vide, et répondre à la concurrence. Le résultat est plutôt enthousiasmant.

L’avantage d’un forgé tolérant est double.

D’un point de vue esthétique, c’est un club très agréable à regarder, mais en plus, la fermeture du loft et la largeur de la semelle offrent des bonnes garanties de puissance, sans perdre trop en toucher.

Bien entendu, pour accompagner le lancement d’un nouveau produit, la marque ne va pas se contenter de vous raconter que le loft est fermé à 30,5 degrés pour un fer 7 standard ou 29 degrés en mode « Power » avec une semelle plus large.

Au chapitre des arguments, le corps en acier inoxydable 17-4 à cavité creuse va supporter une face en acier forgé maraging C330 qui aura été soudée au plasma pour maximiser la vitesse de balle.

Je vous l’assure…30,5 de loft ou 29 degrés, cela suffit déjà pas mal à faire exploser les vitesses de balles d’un fer 7 transformé en fer 5,5.

Toujours est-il que le top-Edge de la face (partie haute) a été dessinée pour augmenter le lancement avec moins de spin pour des lofts qui sont de toute façon 1 à 2,5° plus fermés par rapport à un fer i210 équivalent.

S’agissant du spin, à nouveau, un fer fermé à 30,5 degrés ne permet de toute façon pas assez de temps de friction sur la face pour espérer donner beaucoup plus de spin, ou alors, il faut modifier l’angle d’attaque, et le loft dynamique pour transformer le club et son coup par la même occasion.

Un schéma commercial et technique classique avec la fonction Power Spec en plus

Sans avoir encore testé les clubs, je sais déjà qu’ils vont suivre la même tendance que les Mizuno MP-18 en version MB, CB ou MMC, la même tendance que les fers Srixon Z965, Z765 ou Z565….

Entre iblade, i210, et i500, vue la taille de la semelle, le design des clubs, et la fermeture du loft, il paraît évident que le dernier nommé va lancer entre 0,5 et 1 degré plus haut, prendre environ 1000 tours de spin en moins, et descendre les balles sur une trajectoire plus tendue d’environ 2 à 3 degrés.

Le principe d’un forgé tolérant étant de transformer un fer 7 en fer 5 !

Et vue ce qu’annonce PING en matière de loft, ils n’ont pas fait dans la demi-mesure.

Comme déjà évoqué sur d’autres clubs, et pour d’autres marques, tout ceci serait parfait dans un monde idéal, si cela ne présentait pas un revers de médaille.

Le problème des forgés tolérants, c’est que du fait du loft, ils ne donnent plus assez de spin, et l’angle de descente est trop tendu pour prétendre contrôler la balle sur une approche vers le green.

C’est certes sans commune mesure avec un fer improvment, mais par rapport à une CB, il y a un écart qui peut s’évaluer à environ 2 mètres de « frein » en moins sur un coup de fer 7 à 140 mètres.

Au lieu de rouler 7 mètres avec un fer 7 ping i210, un PING i500 va donner 9.

Il faut le savoir. Le smash factor gagné d’un côté va coûter un peu en contrôle. On peut penser que c’est un moindre mal mais je peux vous assurer que l’été sur sol très ferme, vous sentez la différence quand votre balle touche le green, et roule derrière.

Avec un hosel assez épais, et une semelle plus fine que le nouveau i210, PING se démarque néanmoins des Srixon Z565.

Avec un prix très comparable au TaylorMade P790, on comprend très vite quel va-t-être l’objectif commercial de PING…ce qui nous promet un match très intéressant.

La vraie question va consister à déterminer si ce tout nouveau club au catalogue PING va lui ouvrir une nouvelle clientèle, et alors là, ce serait le jackpot pour une des marques qui pour l’instant, résiste le mieux à la crise d’achat du matériel neuf.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
jeanlucfabre0@gmail.com
0 #1 Retro specsjeanlucfabre0@gmail.com 21-07-2018 18:22
On peut aussi gagner du spin en perdant un peu en distance avec les "Rétro Specs"
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.