Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

McIlroy peut-il vraiment taper des bois 3 à 300 mètres ?

McIlroy peut-il vraiment taper des bois 3 à 300 mètres ?

D’un point de vue sportif, Rory McIlroy ne réalise pas une très bonne saison 2017. D’un point de vue comptable, TaylorMade se frotte les mains de l’avoir fait signer comme nouveau représentant de la marque. Si McIlroy ne gagne pas de tournois, il explose les concours de drives ou de bois 3. A lui seul, il est la meilleure publicité possible pour la distance sur un parcours de golf ou au practice. Au championnat du monde Bridgestone, il a battu le record du nombre de drives à plus de 300 yards sur 54 trous, et à l’occasion du PGA Championship, il a encore étonné son monde avec des bois 3 tapés à plus de 315 yards (288 mètres). 315 yards avec un bois 3, est-ce vraiment humainement possible ?

Découvrez nos formules d'abonnements

A l’issue d’un dernier majeur décevant pour lui, McIlroy a laissé entendre qu’il pourrait arrêter sa saison pour récupérer d’une blessure aux côtes, contractée en début de saison, et finalement pas complètement guérie !

Drôle de saison 2017 pour l’ex numéro un mondial, quelque peu rentré dans le rang l’année de ses 28 ans, et après deux saisons sans victoire en majeur.

Pourtant, au bénéfice de ses jeunes années, McIlroy reste l’une des plus grosses stars du golf mondial. Ses performances sont scrutées. Ses parties sont parmi les plus suivies pendant les tournois en Europe ou aux Etats-Unis. Il est un phénomène que tout le monde veut voir.

Souvenez-vous de sa présence à Paris pour l’Open de France 2016, il avait été et de loin, le joueur le plus attractif pour le public.

A l’occasion du PGA Championship 2017, et cela a été relevé par la télévision américaine, Rory, au moment de taper des bois 3 au practice, dépassait allègrement les 315 yards (288 mètres), ce qui paraît tout bonnement aberrant.

Pourquoi aberrant ?

En 2014, la société trackman qui suit les joueurs sur le tour avec ses radars hautes performances avait publié une étude sur les distances moyennes des professionnels masculins et féminins.

Pour les hommes, la moyenne constatée au drive était de 113 mph de vitesse de swing pour un total de 275 yards au carry (251 mètres).

L’angle de lancement moyen était de 10,9 degrés pour 2686 tours de spin.

Concernant le bois 3, la vitesse de swing moyenne était de 107 mph pour une portée au carry de 243 yards (222 mètres).

L’angle de lancement étant de 9,2 degrés pour 3600 tours de spin.

Au driving, la moyenne de 113 mph n’a pas franchement évolué depuis 3 ans. Nous touchons les limites de l’humainement possible. C’est sans doute aussi vrai pour le bois 3.

Le matériel peut permettre d’optimiser un peu l’angle de lancement (augmenter) et le taux de spin (abaisser) pour gagner quelques mètres à la marge.

Pour 113 mph de vitesse en moyenne, nous savons que les plus longs frappeurs dont Rory McIlroy sont capables de monter à plus de 120 mph !

En admettant qu’au bois 3, il en soit logiquement de même. McIlroy tape sans doute en moyenne autour de 110-115 mph avec son bois de parcours.

Il peut donc approcher les 265/275 yards de portée avec le bois 3.

De là à taper à 315 yards, soit près de 50 yards de plus au-dessus de sa moyenne (45 mètres), il faut donc des circonstances très particulières.

Pendant la séance de practice à Quail Hollow, la télévision américaine a donc affiché des chiffres très élevés, et un carry à plus de 315 yards.

Tom Stickney II, un professionnel enseignant PGA américain, souvent appelé comme consultant sur des sites américains a pourtant relevé des incohérences dans les chiffres affichés par la télévision, et notamment l’écart entre la vitesse de balle (autour de 170 mph) et la portée de balle jusqu’à 330 yards au bois 3.

En moyenne, la vitesse de balle au bois 3 pour un joueur du PGA Tour est selon trackman autour de 158 mph.

L’écart paraît énorme entre McIlroy et le reste des joueurs du haut niveau.

Stickney avance plusieurs arguments pour expliquer les causes de tels écarts.

En premier lieu, et ce n’est pas des moindres, la télévision américaine (CBS) n’affichait pas des données trackman, mais des données d’un autre launch monitor.

Effectivement, si le trackman suit la balle de son point de départ à son point de chute (placé derrière la balle et le joueur au départ), d’autres machines réalisent des calculs sur la base d’algorithmes, et selon leurs positions par rapport à la balle.

Par exemple, le Skytrack se place devant la balle, et non pas derrière.

Il peut enregistrer la vitesse de passage du club, et la vitesse de départ de la balle, mais ne peut pas la suivre ! Il doit donc calculer la distance, ce qui est forcément moins précis qu’un radar qui suit la balle sur toute sa trajectoire.

Autre élément relevé de manière pertinente par le pro américain, le practice de Quail Hollow, à l’image du practice à Crans-Montana en Suisse est en pente !

Il y a une certaine déclivité entre le poste de frappe et le point de chute de la balle ! Cet élément a aussi joué dans les chiffres de distances annoncées.

Troisième élément : la qualité des balles ! Bien entendu, il ne s’agit pas de simples balles de practices jaunes sans alvéoles, et avec des noyaux basses qualités.

Chaque balle Titleist Pro V1 tapée au practice de Quail Hollow en était peut-être à sa toute première frappe, ou au pire, la seconde par un joueur professionnel !

Neuves et de qualité TOUR, en ces chaudes journées d’été, les balles ont pu réagir favorablement.

Autre point favorable à la distance, le parcours de Quail Hollow est à 180 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui ajoute aussi à la distance.

En conclusion, pour Stickney, il est tout à fait possible que la machine utilisée n’ait pas été configurée correctement, en tenant compte de tous ces paramètres (niveau de la mer, balles premium, température extérieur, disposition du practice…).

Les distances annoncées doivent être relativisées.

Toutefois, McIlroy semble bien capable de taper des bois 3 à 265 yards de moyenne au carry (242 mètres).

Précisons qu’avec un angle moyen d’atterrissage de 43 degrés pour un bois 3, les balles des pros sur le PGA Tour ne roulent pas 40 mètres !

Avec un fer 7 tapé à 90 mph avec un angle d’atterrissage de 50 degrés, et 7000 tours de spin, les balles des pros ne roulent pas en avant… elles repartent en arrière sous l’effet du backspin qui cumule un point de chute élevé et beaucoup de spin.

Avec 3600 tours de spin, et 43 degrés avec un bois 3, les balles ne font pas de backspin, mais tout au plus, elles peuvent rouler une dizaine de mètres, et peut-être un peu plus, selon les conditions météos et la fermeté du parcours.

De là à affirmer que McIlroy tape régulièrement des bois 3 à plus de 300 mètres, il y a en fait un grand pas à faire…

Les chiffres ne sont pas tout. Il faut savoir les lire, et conserver à l’esprit quelques repères.

Les joueurs du PGA Tour ne sont pas les joueurs du championnat du monde de long-drive comme Jamie Sadlowski capable de taper des drives à 400 yards avec un matériel adapté, et un swing assez différent.

Sur le parcours, si McIlroy and co approchent les 300 mètres au drive, avec un bois 3, ils en sont encore loin en moyenne, sauf dans des circonstances extérieures particulières.

Source : Trackman Golf

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.