Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Plus de distance sur le fairway? Augmentez votre vitesse de swing !

Plus de distance sur le fairway? Augmentez votre vitesse de swing !

Une des choses qui indubitablement donne le plus de plaisir aux golfeurs est de frapper la balle le plus loin possible, que ce soit au driver ou avec les fers. Or, la distance n’est pas qu’une question de puissance, c’est beaucoup plus une affaire de vitesse de swing.

Découvrez nos formules d'abonnements

Frapper plus fort ne devrait pas être l’objectif ! Au contraire, il devrait surtout s’agir de frapper plus vite.

Pour produire un coup plus rapide, la théorie est assez simple à appréhender

Il convient de créer le maximum de distance entre le point de départ du club dans sa phase ascendante en termes de vitesse, et la balle, pour qu’au point d’impact, la rencontre se fasse dans les conditions optimums.

Toute la question est donc d’être en mesure de créer cet écart de distance entre ces deux points : le point de départ du club, et son point d’arrivée sur la balle.

Le point de départ n’est pas comme vous pourriez le croire, le point où se situe le club à l’adresse avant que vous ne démarriez votre geste, mais bien au sommet du backswing.

Si on schématise un swing de golf, il se décompose en deux grands mouvements : le backswing et le dowswing.

Occultons pour l’instant le take-away et le follow-through qui caractérisent la phase de démarrage et la phase de finition du geste.

  • Le backswing consiste à monter le club à son point le plus haut de l’arc de swing, le sommet.
  • Le downswing consiste à descendre le club à son point le plus bas de l’arc de swing, idéalement sur la balle.

Première chose importante à comprendre quand on veut générer plus de vitesse !

Le backswing ne sert qu’à tendre l’élastique ! Ce n’est pas cette étape qui est déterminante dans la création de vitesse pure.

illustration du take-away du golfeur professionnel Adrien Saddier

C’est aussi pourquoi, il n’existe pas un seul swing de golf. Prenez le cas de Jim Furyk qui présente l’un des backswings les plus atypiques au monde.

Bien qu’il y ait des principes techniques qui régissent la montée, et comme par exemple, le fait d’amener l’épaule gauche au-dessus de la jambe droite, ce qui est le point clé du backswing.

Il ne faut pas confondre le moyen et la finalité !

Amener le club le plus loin du sol sans perdre l’équilibre, et au contraire, en restant en tension pour ramener le club le plus vite possible à l’impact est la finalité.

Ce qui importe plus, c’est à quel niveau vous amenez le club en son sommet d’arc de swing.

Cas d'école avec un amateur comparé à un professionnel

Servons-nous de l’application Zepp Golf qui permet de mesurer la durée, et le degré de montée d’un backswing amateur comparé à celui d’un pro.

Dans la base de swings, nous avons un coup tapé au fer 7 par un golfeur d’index 15 mesurant 1m80, et 90 kgs, utilisant un fer monté sur un shaft acier stiff.

La vitesse de swing de ce coup a été de 75 mph avec une vitesse des mains mesurée à 17 mph.

Ce n’est pas particulièrement beaucoup compte tenu du gabarit du joueur.

Allons plus loin dans le détail de ce swing.

Exemple 1

Le club a été monté à 234 degrés par rapport au sol, et dans un tempo de 2,3 secondes à la montée pour une 1 seconde à la descente.

Deux remarques : La montée a été trop rapide par rapport à la descente. Le tempo n’est pas bon, et idéalement, il aurait fallu au minimum un tempo de 3 pour 1.

Ensuite, en plus d’une montée trop brève, elle a aussi été trop courte pour correspondre à notre objectif initial.

Je rappelle que pour créer de la vitesse de swing, en caricaturant, il faut créer un angle du club par rapport au sol, et donc une montée maximum.

Dans ce cas, la montée est le principal facteur qui explique une vitesse relative de notre amateur, et le fait qu’il n’ait pas optimisé au maximum ses chances de distance.

Prenons exemple sur un golfeur professionnel, et par exemple, Keegan Bradley, joueur sous contrat avec Zepp, ce qui nous permet d’avoir accès à ses données.

Pour un même coup de fer 7, Keegan Bradley produit un tempo de 4 pour 1 (bien au-dessus du minimum de 3 pour 1). Sa montée est donc quatre fois plus lente que sa descente, ou inversement, sa descente a été quatre plus rapide que sa montée !

Le tempo est plus une mesure qu’un facteur d’explication…

Résultat, il swingue la balle à 98 mph !

Soit 23 mph de plus que notre amateur. L’écart est énorme, et peut se traduire dans un écart de distance au carry de plus de 40 mètres pour un même club.

Deux paramètres peuvent expliquer l’écart de vitesse en plus du tempo

La vitesse des mains qui a été de 24 mph dans la zone d’impact contre 17 mph pour notre amateur.

Et surtout la montée qui a atteint 250 degrés par rapport au sol contre 234 degrés pour notre exemple.

Soit un écart de 16 degrés entre les deux joueurs.

C’est bien parce que la montée a été plus longue, et plus haute, que derrière, au downswing, le pro a produit une plus grande vitesse de swing.

C’est de l’arithmétique pure !

  • Plus vous tendez l’élastique, et plus vous générez de la tension pour qu’au moment de relâcher, le coup parte plus vite.
  • Plus vous créez de distance par rapport au point bas de l’arc de swing, et plus vous avez de chance d’arriver vite dessus.

Le club de golf contribue à la création de vitesse de swing

En plus de vous, qui créez les conditions de lancement, la tête, et le shaft influent grandement sur la vitesse. C’est une des raisons qui fait qu’un fitting est indispensable pour justement optimiser ce qui vous aide à créer de la vitesse.

Une tête plus lourde comme un fer à cavité (par opposition à une lame, fine, légère et compacte) favorisera la prise de vitesse pour certains types de golfeurs. A l’inverse, une tête moins lourde en favorisera d’autres.

De même, une tête de driver d’un volume de 460 cc apportera plus de vitesse qu’une tête d’hybride ou de bois de seulement 160 cc !

C’est pourquoi, vous allez plus loin à swing constant entre un drive, et un coup de bois de parcours.

Autre élément, la longueur du shaft tout comme sa flexion influent sur la création de vitesse.

Plus un shaft est long, et plus l’inertie créée va permettre d’augmenter la vitesse de swing avec le risque d’augmenter la dispersion latérale, mais c’est un autre problème.

Revenons à la création de vitesse pour notre cobaye amateur.

Cas concret : Test avant / après pour notre amateur

Quelques mois après lui avoir fait prendre conscience de sa montée trop courte, et compte tenu de ses capacités physiques, ce dernier a augmenté son amplitude.

Prenons un des coups qu’il a produit récemment, toujours mesuré avec l’application Zepp.

Exemple 2

Cette fois avec son fer 7 inchangé, il a produit un coup tapé à 86 mph (soit 11 mph de plus que lors du précédent exercice) avec un tempo de 3.7 pour 1, et surtout une montée de 266 degrés par rapport au sol.

La vitesse de passage de ses mains a été mesurée à seulement 16 mph.

Comparativement au premier coup, ce n’est pas cet aspect qui a progressé chez ce joueur.

C’est bien l’amplitude de son mouvement qui a suffi à créer plus de vitesse de swing, passant de 234 degrés à 266 degrés.

La montée ayant été plus importante, et plus longue, le tempo s’est en ressenti d’une seconde supplémentaire.

A ce stade, les exemples ci-dessus permettent de démontrer que le backswing ne crée pas la vitesse de swing, il créé les conditions.

C’est bien en réalité la vitesse donnée au downswing par un point de départ éloigné au maximum de la balle, qui va donner les conditions d’une plus grande distance.

Parlons justement de distance !

Un coup tapé au fer 7 avec une vitesse moyenne de 75 mph peut donner (sous réserve d’autres variables) un coup porté au carry à 125 mètres.

Un gain de 11 mph, et c’est 20 mètres de gagner !

Avant de changer de clubs, vous constatez qu’il y a déjà beaucoup qui peut être fait en augmentant l’amplitude de son geste.

Comment peut augmenter ce degré de montée ?

Prenez un club de golf, et fixez le à hauteur de vos épaules.

Posture à l'adresse

Entraînez-vous à déplacer vos épaules de sorte de créer les conditions d’une meilleure amplitude, à savoir, amenez votre épaule gauche au-dessus de votre jambe droite.

Rotation des épaules

Ensuite, reproduisez l’exercice avec le club dans les mains, et amenez votre épaule gauche au-dessus de votre jambe droite, et notez à quel point, vous créez de l’amplitude.

Position à l'adresse

Bien entendu, à condition de maintenir l’extension du bras gauche durant toute la montée, afin de monter le club le plus haut, et le plus loin possible de la balle.

Rotation des épaules

Notez à quel point sur la photo ci-dessus, je tourne le dos à la cible au sommet de mon backswing.

Si vous réalisez une rotation beaucoup plus complète de la partie haute de votre corps, tout en n’oubliant pas d’amener votre poids sur la jambe droite, pour charger au maximum, vous serez véritablement en mesure de donner plus de vitesse à la tête de votre club dans la zone d’impact, partant simplement d’un point plus haut, et plus éloigné du point bas de l’arc de swing.

Il ne reste plus qu’à relâcher, tel un élastique, toute la tension que vous avez accumulé en créant une telle rotation des épaules, et des hanches, et en transposant le poids de votre corps sur la jambe gauche.

Le club, les bras, les mains, la partie haute du corps, et la partie basse accélèrent au downswing en suivant le bon ordre.

A savoir, en premier, le bas du corps qui donne l’impulsion, puis la partie haute, les épaules, les bras, les mains, et enfin la tête de club. C’est une séquence de swing.

En conclusion, le backswing ne créé pas la vitesse, il créé les conditions. C’est à cette étape que vous créez la puissance alors qu’au downswing, vous la relâchez !

L’exemple cité dans cet article suffit à démontrer qu’un gain de 11 mph de vitesse de swing s’obtient par une plus grande amplitude, sans même chercher à accélérer la vitesse des mains, ce qui peut se faire en créant plus de retard dans le release…ce sera l’objet d’un autre sujet !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.