Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Labo Golf : Quelle est la bonne hauteur des mains sur le grip ?

Labo Golf : Quelle est la bonne hauteur des mains sur le grip ?

Quand on observe les joueurs professionnels, on peut voir qu’ils n’adoptent pas tous le même grip, et en particulier, la même hauteur de position pour les mains sur le grip. Ci-dessus, Tommy Fleetwood, l’un des européens les plus talentueux sur le circuit actuellement, connu pour sa précision (70% de fairways en régulation sur le PGA Tour en 2018) place plutôt les mains à mi-hauteur. On peut voir le bout de son grip dépasser nettement de ses mains. A l’inverse, Jon Rahm place ses mains à l’extrémité, ne laissant pas dépasser ce bout, sans doute pour chercher la vitesse de swing maximum. Distance ou contrôle ? Précision ou puissance ? Des questions qu’un amateur peut avoir envie de se poser…

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule

Depuis que j’ai débuté le golf, je me suis souvent demandé quelle pourrait être la meilleure hauteur pour mes mains sur le grip, celle qui pourrait me procurer le plus de distance, et le moins de perte de contrôle.

Sans outil de mesures, souvent obsédé par la distance maximum avec les fers, j’ai fini par opter pour la hauteur la plus importante, comme si instinctivement, je sentais qu’elle me procurait la plus grande vitesse de swing.

Avec le Trackman, et ses nouvelles fonctionnalités permettant de visualiser la qualité du centrage à l’impact, j’ai mené un test entre trois différentes positions des mains sur le grip, afin de déterminer toutes les conséquences, à la fois sur le lie dynamique, le smash factor, la distance, et le contrôle. Au final, je vais vous illustrer pourquoi je vais changer une habitude vieille de 20 ans…

La position des mains sur le grip

Pour illustrer ce sujet, j’ai opté pour des clichés de trois joueurs professionnels actuellement sur le circuit : L’anglais Tommy Fleetwood, le français Alexander Levy, et l’espagnol Jon Rahm.

Les deux premiers nommés placent très régulièrement les mains à mi-hauteur sur le grip, alors que l’espagnol choisit le plus souvent une position haute, proche du maximum possible.

Entre Fleetwood et Levy, les photos laissent penser que le français descend même encore un peu plus les mains sur le grip, que ce soit avec un wedge pour un coup contrôlé à 80 mètres ou un coup de départ sur le tee.

Idem pour Fleetwood, qui place ses mains de la même façon pour un coup de wedge ou un coup de bois sur le fairway.

Par opposition, Jon Rahm utilise l’intégralité de la longueur du grip, pour une approche comme pour un drive.

Ce choix est-il simplement une habitude, une question de confort ou dicté par un impératif technique ?

D’un point de vue des statistiques, les trois golfeurs se distinguent sur le circuit européen. Contrairement aux apparences (Fleetwood paraît plus fluet), il n’est pas nécessairement beaucoup moins long que Rahm, et même devant Levy en moyenne.

Pour la précision au drive, Rahm est légèrement devant Levy.

La position des mains sur le grip a-t-elle une si grande influence ?

Quand on compare les principales statistiques de ces trois golfeurs présents sur l’European Tour, on constate que Fleetwood est bien le plus précis en moyenne, alors que Jon Rahm est bien le plus long au drive. Les écarts sont toutefois très resserrés.

Les conditions du test

Pour ma part, j’ai choisi un fer 5, une seule et même balle, et j’ai tapé plus de 20 coups en plaçant les mains en haut du grip, à mi-hauteur, et même complètement en bas, afin d’observer les multiples conséquences que cela pourrait avoir sur les données mesurées par le radar.

Innovation permise par le Trackman, je vais aussi pouvoir vous illustrer une carte de chaleur des impacts dans la face.

Les mains à la hauteur maximum (mon grip habituel)

On peut voir ci-dessus sur une 20 de frappes que la vitesse de swing moyenne avec un fer 5 est de 85,9 mph.

Le rendement pour cette vitesse est de 1.32 de smash factor, note de qualité de frappe et de centrage de la balle dans la face.

Un très bon joueur pourrait monter facilement ce ratio au-dessus de 1.38… je suis donc loin de taper parfaitement.

En distance, je peux produire en moyenne 168 mètres avec la roule.

Cependant, je constate malheureusement une grande dispersion des coups.

Sur la carte, on peut voir des coups tapés au-dessus de 140 mètres, et d’autres à plus de 180 mètres. Il y a parfois 40 mètres d’écarts entre une bonne et une mauvaise frappe. Surtout, la dispersion latérale peut être de + ou – 15 mètres, soit 10% de la distance totale.

Sur la carte de chaleur fournie par Trackman, on peut voir que la majorité des frappes ne sont pas prises au centre de la face ! C’est la principale explication d’un ratio de smash factor bas, et de seulement 1.32

L’impact est en moyenne à 7 millimètres du centre de la face sur une ligne horizontale, alors qu’il est en moyenne trop haut de 4 millimètres.

Que se passe-t-il quand on raccourcit les mains sur le grip ?

Les mains à mi-hauteur

Sans changer son swing, mais seulement la position des mains sur le grip (en les avançant vers le bas), on peut voir des changements majeurs sur le rendement, et sans une perte majeure de distance.

Pendant longtemps, sans mesures, j’ai cru que le fait de baisser les mains sur le grip n’aurait pas d’autre effet que de me faire perdre de la distance.

Le résultat ci-dessus démontre que c’est faux à deux mètres près !

Surtout, le rendement me concernant est nettement amélioré puisque je passe de 1.32 à 1.34. Autrement dit, pour une vitesse de swing qui baisse de seulement 0,8 mph entre les deux positions, la vitesse de balle, elle, augmente de 0,4 mph !

Pourtant, la distance moyenne descend de 2 mètres au total, de 168 à 166 mètres…

Oui, mais à bien y regarder, c’est le taux de spin donné à la balle qui a augmenté en baissant les mains, soit 4000 tours contre 3600. En réalité, la distance au carry est restée similaire à 151 mètres.

Le fait d’augmenter le spin n’est pas une mauvaise chose sur un coup de fer. Au contraire, cela augmente le contrôle sur la profondeur.

De plus, entre les deux positions, si l’angle de lancement de la balle n’a pas réellement changé, l’angle d’atterrissage a augmenté. Ce qui explique aussi pourquoi la balle roule moins.

D’un point de vue du centrage dans la face, la carte de chaleur nous révèle deux choses :

La première étant que j’ai en moyenne encore moins bien centré la balle dans la face. J’ai tapé la balle encore plus haute dans la face (8 millimètres par rapport au centre), et plus intérieure (13 millimètres vers le hosel).

Le lie dynamique a augmenté de près d’un degré.

Si en profondeur, j’ai commis sensiblement le même nombre d’erreurs (entre 140 et 180 mètres), en largeur, j’ai visiblement gagné près de 5 mètres de dispersion en moins…

Les mains très basses sur le grip

Dans ce cas, les mains touchent l’extrémité basse du grip.

Aucun golfeur professionnel n’adopte normalement cette position pendant le jeu, sauf pour des coups spéciaux, et notamment des balles basses… vous allez comprendre pourquoi.

S’agissant de la dispersion, le résultat n’est pas du tout probant. Les mains sont trop basses sur le grip pour réellement trouver un plus en matière de confort, et au contraire, je recommence à beaucoup disperser en largeur.

La vitesse de swing baisse franchement. Je perds 5 mph en passant de 85 à 80 mph de moyenne.

La vitesse de balle ne chute pas autant, passant de 113 mph à 110 mph, ce qui équivaut en fait à une hausse très sensible du smash factor.

Autrement dit, plus les mains seraient basses, et plus le retour de sensations de l’impact avec la balle dans les mains se ressent nettement !

Surprise pour moi, la distance ne faiblit pas de manière drastique. Ma moyenne est encore de 163 mètres versus 168 mètres avec les mains tout en haut du grip.

En réalité, le taux de spin baisse à 3400 tours alors que la trajectoire de balle se tend nettement.

La hauteur de balle n’est plus que de 17 mètres contre 21 mètres pour un grip normal. L’angle d’atterrissage chute de 38 à 33 degrés. Clairement, la trajectoire de balle est plus tendue.

Ce n’est toujours pas pour autant que je centre mieux la balle dans la face. Le lie dynamique se modifie encore. Il augmente à 61, 6 degrés.

Précaution

En qualité de journaliste qui investigue sur le swing de golf, et non pas en qualité de clubfitter ou d’enseignant, je découvre à travers ces résultats, que le fait de changer la position des mains sur le grip influe donc clairement sur le lie dynamique du club.

Un mot sur le lie dynamique

L’angle de lie est fixe sur chaque club de golf. La plupart des fers peuvent être ajustés. On peut donc légèrement augmenter ou réduire le lie.

Le lie est un angle formé entre le centre du shaft et la semelle du club. Cela agit sur le comment un club entre en contact avec le sol, et donc par conséquence, dans quelle direction la balle va partir.

Un lie parfait (square) intervient quand la semelle du club est parallèle au gazon.

Le lie dynamique est à mettre en relation directe avec votre plan de swing.

Dans mes trois exemples, quand le lie dynamique est modifié par la position des mains sur le grip, c’est que le plan de swing a aussi été modifié.

Le fait de changer la position des mains de seulement quelques centimètres à cette influence.

Plus je baisse les mains sur mon grip, et plus je verticalise mon plan de swing.

Conclusion

Le fait d’abaisser les mains à mi-hauteur me procure en réalité de meilleures sensations (smash factor plus élevé) sans réellement me coûter en distance (à peine 2 mètres de roule).

Le gain n’est pas encore extrêmement flagrant en dispersion latérale, mais on sent qu’il se passe quelque chose.

Il faudrait continuer à travailler dans ce sens.

S’agissant des impacts non centrés dans la face, pour avoir interrogé Alexandre d’Incau, il est possible que le lie statique de mon fer 5 ne soit pas ajusté correctement à mon swing.

Le fait de bouger les mains sur la hauteur du grip ne suffit pas à améliorer le centrage.

Bilan de cet article, je vous encourage à tester pour vous, différentes hauteurs de positions sur votre grip, et à privilégier celle qui donne le plus de confort.

Surtout, je vous encourage à faire vérifier vos lies, pour obtenir le meilleur rendement de vos clubs.

Mains à mi-hauteur ou pas, Rahm ou Fleetwood, il semble que le choix est surtout une affaire de sensations et d’habitudes.

Dans mon cas, cet exercice m’a donné envie de remettre en cause mon grip naturel, pour apprendre à privilégier le contrôle.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.