Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test Odyssey Exo Seven: Quel est l’avantage d’un putter Face Balanced ?

Test Odyssey Exo Seven: Quel est l’avantage d’un putter Face Balanced ?

Mi-avril, la marque de putters Odyssey a mis sur le marché une nouvelle gamme de Putters EXO, avec, comme souvent, l’idée de nous faire rentrer plus de putts. J’ai pu me procurer un putter EXO Seven pour le tester, et répondre à une question : Est-ce qu’un putter face-balanced peut m’aider par rapport à mon type de stroke. Bien que j’entende beaucoup de pros arguer du fait que le putting doit être très instinctif, j’ai tout de même voulu quantifier les différences entre un putter lame, et un maillet à fort taux de MOI, et générant peu de flux en pointe.

Découvrez nos formules d'abonnements

Peut-on vraiment tester un putter ?

Le test d’un putter est - comme pour les balles - un exercice de modestie.

Tous les golfeurs n’ont pas le même stroke de putting. A chaque fois que je tente un test de putter, on me rétorque que le seul test valable est celui fait par un robot. Oui, mais je ne connais pas de golfeur robotique sur les parcours.

A chaque lancement d’un nouveau putter, les marques avancent pourtant des arguments pour expliquer le bénéfice du nouveau modèle : Plus de MOI, plus de consistance, plus de putts qui rentrent…

Je n’ai pas toujours la sensation que je rentre franchement plus de putts, alors je n’ai beau pas être un robot, et pas représentatif de plus de 400 000 golfeurs en France, j’ai tout de même essayé de comprendre le fonctionnement du nouveau putter Odyssey EXO Seven, autrement qu’avec des commentaires du type « touché plus doux » ou la « la balle part plus droite et roule mieux ».

Dans un précédent sujet consacré à Titleist, et Benoit Delcambre, ce dernier parlait des putters non face balanced qui pouvaient induire plus de flux en pointe. Cette notion m’avait interpellé.

Avec à ma disposition un Trackman 4 et un Zenio, deux outils qui permettent de quantifier des putts, j’ai voulu différencier un putter lame Scotty Cameron (générant à priori plus de flux en pointe, et étant plus adapté à un putting avec un arc plus prononcé) par rapport à ce nouveau putter EXO Seven.

Qu’est-ce que concrètement un putter Face Balanced ?

Ce type de putter présente une caractéristique très visible à l’œil nu.

Vous pouvez tenir le manche de votre putter avec un doigt près de la tête du club, et vous verrez que la face étant équilibrée, le club ne part pas dans un sens ou dans l’autre vers le sol. Le talon et la pointe restent « équilibrés ».

Tout est question de position d’entrée du manche sur la tête du putter, et donc de position du centre de gravité.

La principale propriété technique d’un tel putter est de permettre moins d’ouverture quand vous démarrez le backswing, et à l’inverse, au moment d’impacter la balle, la face se referme moins.

Comprenez que le putter face-balanced tourne moins pendant le mouvement, et surtout par rapport à un putter plus conventionnel, dit Toe Balanced.

Un putter Toe Balanced est le plus souvent un putter lame classique avec un manche positionné près du talon.

Qui a vraiment besoin d’un putter Face Balanced ?

Ce type de putter est idéal pour un golfeur qui joue plutôt straight, à savoir droit pendant le stroke de putting. Soit peu d’angle d’ouverture au moment du backswing, et relativement peu d’angle après à la fermeture.

Quand vous cherchez à putter de manière très rectiligne, vous ne voulez pas ouvrir et fermer excessivement la face.

A l’inverse, un putter face-balanced est souvent un mauvais choix pour un golfeur qui a tendance à putter avec un arc de swing important ou même un arc léger, comme c’est mon cas.

En général, ce type de joueur ouvre la face, et la referme naturellement. Il aime pouvoir guider la face, la contrôler. Avec un putter face balanced, il est contraint de « couper » cette sensation. C’est donc contre nature.

Un putter toe-balanced est plus adapté.

Qu’est-ce qui change avec le nouveau putter Odyssey Exo Seven ?

Pour Odyssey, vous n’avez tout simplement jamais vu un tel putter auparavant.

La tolérance est poussée au maximum par le biais d’une création multi-matériau. Les ingénieurs ont concentré la masse tout autour du périmètre pour augmenter le MOI, pour rendre des vitesses de balles plus consistantes (plus régulières).

A cela, ils ont ajouté un insert hérité du légendaire modèle White Hot, et amélioré l’an passé avec le principe Microhinge, afin qu’elle gagne en roulement par rapport à la phase dite de skidding (glissement) qui caractérise tous les putts.

En effet, à chaque fois que vous puttez, la balle ne roule pas immédiatement. Elle commence par sauter ou glisser à l’impact, avant de rouler. Plus la roule est importante et moins le skidding est important, et plus le putt est consistant.

Dans la gamme EXO, Odyssey propose trois modèles : le Seven (face balanced), le Rossie, et l’Indianapolis.

Première impression

On dit souvent d’un putter qu’il présente un touché doux. C’est comme pour les balles qui sont toutes softs. C’est la tarte à la crème du putting.

Cependant, en testant deux putters différents en plus du EXO Seven, un TaylorMade Spider OS, et un Scotty Cameron (un très vieux modèle sans insert), je peux affirmer que des trois, le EXO Seven est très largement celui qui présente le touché le plus doux. C’est effectivement très agréable au contact.

Visuellement, c’est un putter futuriste. C’est moins exubérant qu’un putter TaylorMade, et plus proche d’un putter maillet Scotty Cameron. La finition est très soignée de sorte que l’on peut rapidement imaginer que c’est un putter haut de gamme chez Odyssey.

Effectivement, le prix du EXO Seven est bien au-dessus de la moyenne constatée généralement chez le fabricant, spécialiste des putters à moins de 250 euros. Sur Internet, on retrouve ce putter autour de 360-390 euros.

Le test au Trackman

Avec le trackman, j’espérais trouver des différences sur plusieurs critères : la vitesse de balle à l’impact, la perte de vitesse après l’impact, le pourcentage de skid, le taux de roulement, et les incidences sur mon swing (tempo, le lie dynamique, et la longueur de mon stroke avant et arrière).

Pour cela, j’ai testé un putter toe-balanced (le Scotty), un putter face-balanced de TaylorMade (Spider OS) et l’EXO Seven.

Les constats au Trackman

Entre un putter lame et un putter maillet, je note un écart de 3 à 4 degrés au niveau du lie dynamique. Avec un putter lame, le lie dynamique est plus proche de 70 degrés (club à plat au sol), et avec le putter maillet, il descend à 66 degrés.

Non, tous les putters ne se valent pas.

Sur plus d’une dizaine de putts à 3 mètres, j’ai constaté que mon tempo changeait très légèrement selon le putter (poids du putter et taille ?).

S’agissant de la longueur de mon coup (distance avant et après l’impact), il n’y a pratiquement aucune incidence quel que soit le putter, soit dans mon cas, environ 20 centimètres (un mouvement plutôt court).

Pour parcourir une distance légèrement supérieure à 3 mètres, j’ai noté qu’il me fallait en moyenne une vitesse de club de 2,9 mph pour générer une vitesse de balle de 4,6 à 4,7 mph.

Avec l’Odyssey EXO Seven, le contact franchement plus doux s’est traduit par une vitesse de club légèrement inférieure, soit 2,7 mph, ce qui s’est répercuté sur la vitesse de balle à 4,5 mph.

J’ai eu la sensation de mieux contrôler la vitesse donnée à la balle (en en donnant moins), et ce, assez naturellement.

Dans les faits, effectivement, la vitesse de roulement de la balle a légèrement baissé, ce qui a joué sur moins de 10 centimètres de distance parcourue en moins (non significatif).

Le seul fait qui me semble à retenir en dehors du touché et de la vitesse de balle, c’est le skidding.

Au bénéfice de la face Microhinge, j’ai noté un très infirme gain sur la phase où la balle ne roule pas.

Si le taux de roulement ne varie pas quel que soit le putter (90%), j’ai trouvé un tout petit gain de skidding en moins sur le modèle Odyssey. Autrement, ce putter aurait mis la balle en action plus vite, sur 2 centimètres.

Pas de quoi sauter au plafond, par contre, cela me rapproche d’une bonne valeur, et d’un bon indicateur de qualité au putting.

Le test au Zenio

Même test, toujours à 3 mètres avec 3 putters…

Si le Trackman s’intéresse beaucoup à la balle et au déplacement du club. Le Zenio s’intéresse au stroke, et à la face.

Avec cet outil, je peux confirmer un arc de swing qui balance entre slight et strong. Je ne suis donc pas le meilleur client pour un face-balanced.

J’en arrive à ce qui me paraît le plus intéressant dans cet article : La confrontation entre la pratique d’un amateur, et la théorie parfois dogmatique de ce qu’il faut faire au golf !

En une phrase, avec le putter face-balanced, j’ai mieux putté par rapport au putter toe-balanced !

Le Zenio juge la qualité du putting sur au moins 7 putts (j’en ai exécuté 14 par clubs).

Le Zenio juge la qualité du putting sur 3 critères : L’impact, le rythme, et la gestion de la face.

En résumé, j’ai eu immédiatement de meilleurs résultats avec l’EXO Seven.

Habituellement, mon point fort au putting est le rythme très consistant. Sur ce point, j’ai obtenu d’excellents résultats avec le putter Odyssey, et paradoxalement, pas avec mon putter Toe Balanced Scotty Cameron !

Premier accroc entre la pratique et la théorie !

Avec mon style de stroke, j’étais censé être moins bon pour la gestion de la face ou plus contrarié.

Deuxième accroc entre la pratique et la théorie… j’ai été meilleur avec le putter face balanced, et dans des proportions importantes.

En réalité, c’est sur le centrage de la balle dans la face que j’ai été nettement meilleur avec mon putter par rapport au modèle Odyssey.

Conclusion

Il est bien difficile de valider la théorie qui veut qu’un type de putter correspond vraiment à un golfeur. Alors imaginez le fait de choisir un putter au hasard ou seulement au feeling.

Si je me fie au Zenio, le putter face balanced présente au moins 2 avantages (rythme et gestion de la face). Si je me fie au Trackman, ce putter Odyssey présente un tout petit avantage sur le skidding.

Que ce soit pour moi, ou pour vous, le choix du putter est certainement le choix le plus complexe du sac.

S’agissant du EXO Seven, je retiens un putter avec un touché parmi les plus doux, ce qui m’a permis d’avoir la sensation réelle de moins accélérer mon putt.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
jmvitiello@gmail.com
0 #1 Lochnessjmvitiello@gmail.com 27-05-2018 10:38
Bonjour,
Merci de vous donner tout ce mal!
Je fais partie de ceux qui aiment les faits.
Et malgré beaucoup de lectures, impossible comme pour vous de trouvez un texte fiable sur les chemins de clubs et les faces équilibrées ou non...
De plus personne pour y adjoindre la position du shaft...vous ne referiez pas un test facebalanced ou pas et center shaft ou en talon voir en pointe?le tout avec un joueur typé arc et un autre typé neutre.
Enfin l'idéal serait peut être de faire tout ça après les avoir briefé avec un pro du putting (Vaudreuil en putting zone?)qui pourra aussi fitter le lie de leur putter (souvent trop faible apparemment).
Voilà, vous seriez sans doute le premier à tenter le coup et ça donnerait, via un trackman et votre zenio, une idée plus claire et non commerciale du putting ?
Bien à vous, un gars qui aimerait le faire mais qui ne peut pas
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.