Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test long fer Titleist TM-B 716

Test long fer Titleist TM-B 716Pour ce test, nous inaugurons notre deuxième centre d’essai de clubs, au Golf du Gouverneur (Ain), dans les locaux du clubmaker et clubfitter, Loïc Monchalin. Ce dernier a mis à notre disposition un radar de mesure FlightScope et les moyens logistiques d’un essai en outdoor. En toute indépendance vis-à-vis de la marque, nous avons pu organiser un essai de plusieurs clubs Titleist avec deux vitesses de swings distinctes, 95 mph et 105 mph, soit deux golfeurs amateurs classés moins de 15, et moins de 5 d’index.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur l’organisation du test Titleist TM-B 716

Cet essai a été réalisé début novembre sur le practice du golf du Gouverneur avec un radar Flightscope qui diffère légèrement de notre habituel radar Trackman.

Cependant, nous avons pu recueillir les mêmes données, à savoir vitesse de swing, vitesse de balle, distance au carry, distance totale, et taux de spin.

Données qui nous permettent de calculer les ratios habituels que nous utilisons comme le smash factor ou le degré d’efficacité.

Dans la suite de cet article, vous pourrez constater que nous allons publier des graphiques de dispersion des balles différents de ceux que nous obtenons avec un trackman, mais bien sûr, l’idée reste la même.

Ce deuxième centre d’essai après celui du magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-D’Or, nous permet d’élargir notre champ d’actions, et d’avoir accès à des produits complémentaires.

Pour ce premier test, nous avons sélectionné un produit assez rare, et pourtant intéressant, un long fer !

Titleist fait partie des rares marques avec TaylorMade, Callaway, et Srixon à en proposer comme concurrent des hybrides ou des bois comme clubs de départs.

Nous avions un a priori concernant ce type de clubs, à savoir que nous pensions qu’ils étaient particulièrement injouables pour le commun des golfeurs. L’essai nous a surpris, et démontré le contraire !

Pour cet essai, nous avons eu recourt à un fer 3 TM-B 716 (nouveauté 2015-2016) monté sur un shaft True Temper Dynamic Gold AMT R300, soit un acier regular pesant 112 grammes, et d’une longueur de 39 inches.

AMT voulant dire Ascending Mass Technology, un concept qui a tendance à se répandre chez les fabricants actuellement. Nous retrouvons cette notion chez Srixon pour ses gammes 355.

Le loft réel de ce long fer étant de 20°

Deux golfeurs amateurs de bons niveaux se sont succédés sur le tapis de practice pour que nous retenions dans chaque cas, dix balles tapées pour ensuite vous proposer l’analyse du résultat de la manière la plus objective et transparente possible, comme nous avons toujours l’habitude de le faire.

Ce qu'il faut savoir à propos du Titleist TM-B 716

Selon Titleist, ce club est destiné aux golfeurs qui recherchent une alternative aux bois comme coups de départs, et même un club jouable sur le fairway pour produire des trajectoires hautes, et longues distances.

Ces fers sont proposés en plusieurs lofts (de 2 à 5) en droitier et gaucher.

Au niveau technique, en dehors de l’angle de fermeture du loft, et la longueur du shaft qui déjà démontrent qu’il s’agit d’un long fer, le fabricant se targue d’avoir produit une face plus fine pour justement accentuer le phénomène d’angle de lancement plus élevé, et de vitesse de balle plus important par rapport à un fer 3 classique.

« La construction creuse avec du tungstène haute densité offre un profil puissant et tolérant avec une trajectoire facilitée jusqu'au bout. »

Ce qui nous a frappé quand nous avons eu ce club en main, c’est surtout la forme de la tête, qui de l’aveu de Titleist doit proposer moins de résistance dans l'herbe grâce à une semelle large avec une cambrure et un bord de fuite adouci.

Pour avoir essayé ce club sur un tapis de practice, effectivement par rapport à un fer 3 classique, il nous a paru plutôt maniable. Nous développerons ce ressenti avec les données mesurées au flightscope plus loin.

Les enjeux du test

Du fait que nous ayons eu recours à deux profils distincts de testeurs, découvrirons-nous le même smash factor (tolérance) quel que soit le joueur ?

Jusqu’où peut-on pousser ce type de club ? Quelle distance parcourue en fonction d’une vitesse de swing de 95 ou 105 mph ? Est-ce un club plus dispersant ?

Au final, quel intérêt par rapport à d’autres clubs longues distances comme un bois 5, un hybride ou même un fer 3 classique.

Les 4 paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • l’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

1-Tolérance et puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Rien d’étonnant à retrouver ce club dans la catégorie des clubs puissants, c’est sa raison d’être, en revanche, première surprise, ce long fer est plutôt tolérant !

Là, ce n’est pas de la théorie ou du discours marketing de marque, et effectivement, en mains, les testeurs ont paru plutôt à l’aise, sachant qu’effectivement, nous n’avons pas passé ce club à des grands débutants ou des golfeurs d’index 50 avec une faible vitesse de swing qui nous paraissent pas être la cible de ce type d’offres.

Quel que soit le testeur, celui qui swingue en moyenne à 95 mph ou celui à 105 mph, le smash factor sur dix balles a été identique, soit 1,33.

A titre de comparaison, sur des fers 6 ou des fers 7 « classiques », au mieux, dans le même exercice, nous trouvons un smash factor de 1,37.

Effectivement, un long fer 3 ne sera jamais aussi facile à jouer qu’un fer 7, mais l’écart mesuré et ressenti en mains n’est pas flagrant.

Deuxième surprise, en terme d’efficacité, à savoir comment le golfeur utilise le club pour générer de la distance, c’est plutôt le golfeur 95 mph qui obtient le meilleur ratio…d’une courte tête, soit 1.89 contre 1.86, comme s’il y avait une petite prime en faveur du moins long frappeur.

2-Distance (carry)

C’est finalement un indicateur assez simple et assez fiable concernant la performance d’un club de golf.

Au carry, le golfeur 95 mph obtient une distance de 162.4 mètres contre 174 mètres pour le golfeur 105 mph.

En distance totale, carry + roule, le long fer porte la balle respectivement à 182.7 et 196.8 mètres.

On retrouve des caractéristiques de roulement de balle d’un bois 3, à savoir une moyenne de 20 mètres après le contact avec le sol, alors que pourtant l’angle d’atterrissage de 49° avec un long fer est supérieur à celui d’un bois 3 tapé à la même vitesse (37°).

Entre les deux testeurs, en dehors de la vitesse de balle qui varie sous l’effet de la vitesse de swing, l’angle de lancement varie aussi sensiblement.

Le golfeur 105 mph donne une trajectoire plus tendue (13.9° contre 18.8°) que celle du golfeur 95 mph.

La différence se fait donc sur la vitesse de balle et l’angle de lancement, mais pas sur le taux de spin qui est sensiblement le même quel que soit le testeur (autour de 4800 tpm), ce qui est nettement supérieur à ce qui peut être produit avec un bois 3 à vitesse comparable (à savoir 3100 tmp).

Comprenez que ce type de club est plus légitime pour viser un green à 190 mètres afin d’avoir une chance d’arrêter la balle dessus.

3-Optimisation du vol de balle

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Avec un fer 3, vous pouvez aussi chercher une trajectoire haute, et plus de spin, pour au contraire, freiner la balle plus rapidement, notamment sur un coup d’approche en direction du green.

Le ratio idéal pour un driver est de 17° d’angle de lancement pour 1700 tours par minute de spin.

Par rapport à cette donnée balistique, pour un long fer 3, le constat est qu’il donne un angle de lancement relativement tendu pour un club censé lancer loin, mais en contrepartie, un taux de spin très élevé.

En comparaison avec un hybride de loft 20°, ce long fer donne un angle de lancement légèrement plus tendu et plus de spin.

A la différence d’un bois ou d’un hybride, clairement le long fer permet un meilleur contrôle de la balle, et son pouvoir stoppant sur une arrivée sur green.

4-Dispersion

Ci-dessus, les trajectoires de balles réalisées par le testeur 105 mph :

  • 3 balles terminent leurs courses dans un rayon d’action inférieur à 10 mètres du centre du fairway.
  • 3 balles terminent leurs courses dans un rayon d’action inférieur à 20 mètres du centre du fairway.
  • 4 balles terminent leurs courses dans un rayon d’action inférieur à 30 mètres du centre du fairway.

Le résultat démontre un club relativement dispersant !

A titre de comparaison, cette dispersion s’accentue fortement pour le golfeur 95 mph.

Bilan du test TM-B 716

Le long fer Titleist TM-B 716 est un club très particulier ! Tous les golfeurs n’auront pas intérêt à envisager ce club dans leurs sacs.

Cependant, première surprise, il est relativement tolérant, ce qui est intéressant pour un club longue distance.

Toutefois, un hybride donne un smash factor moyen plus élevé (autour de 1,41 en moyenne).

En fait, ce club est adapté à une situation donnée : le départ d’un long par 3 ou éventuellement une approche longue distance sur le fairway, et sur un lie favorable.

C’est à vous de déterminer si sur les parcours où vous jouez, vous pouvez retrouver ce type de situation pour éventuellement vous poser la question.

Le gros point fort du Titleist TM-B 716 reste incontestablement ce qui pourrait paraître paradoxalement un gros point faible pour un driver, un bois 3 ou un hybride : le taux de spin !

Avec un spin aussi important, vous propulsez une balle haute et loin tout en vous laissant la possibilité d’arrêter « relativement » rapidement la balle sur le green, ce que vous ne pourrez pas faire avec un hybride.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.