Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Srixon Z355

Test fers Srixon Z355

Nous avons eu l’occasion de tester en avant-première les tous nouveaux fers Z 135 et Z 355, des clubs annoncés par le fabricant comme étant parmi les plus tolérants possibles, et visent un public de golfeurs qui cherchent des clubs faciles à manier pour une plus grande vitesse de swing. Plus tôt dans l’année, nous avions déjà eu l’occasion de tester les autres séries Z. Comment le Z 355 se positionne-t-il en performance par rapport au Z 545, au PING Gmax, et Mizuno JPX-EZ nouvelle génération ? Les réponses de notre test au trackman…

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur l’organisation du test fer Z 355

Cet essai a été réalisé au magasin US Golf de Champagne au Mont d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle, qui a mis à notre disposition un simulateur trackman, outil permettant de mesurer précisément angle de lancement, spin, et vitesse de balle.

Pour ce test, nous avons utilisé un fer 6 Z 355 en deux versions de shafts distincts :

  • Un acier Nippon Shaft NS 950 GH Regular de 91 grammes
  • Un graphite Miayazaki Jinsoku Regular de 72 grammes

Premier constat, Srixon a le mérite de proposer des shafts de qualité y compris en standard. Ici, pas d’offre basique avec un bon vieux Dynamic Gold !

Deuxième constat, les grammages des shafts que vous retrouverez au premier abord et sans fitting sont plutôt légers.

A titre de comparaison, en quatre ans de test, la moyenne des shafts a été pesée à 89,9 grammes, plus précisément 105 grammes pour un acier, et 69 grammes pour un graphite.

Ce qu'il faut savoir sur le Z 355

Dès cet été, Lionel Caron, directeur des ventes en Europe de Srixon nous avait annoncé l’arrivée d’une nouvelle série Z 355 pour compléter le dispositif de la marque, et surtout répondre à une demande grandissante d’amateurs, déjà agréablement surpris par la gamme Z.

Et effectivement, la série Z 545 semble bien partie pour être le hit de l’année 2015 !

Avec la Z 355, les japonais ont repris les principaux éléments qui contribuent à ce succès, et en particulier, la semelle Tour VT en forme de…V dont l’objet est de favoriser la tolérance sans renoncer à la qualité du touché.

La face a été travaillée pour augmenter cette même tolérance, mais ce n’est pas l’élément le plus notable. Tout comme le driver du même nom, les fers Z 355 sont montés selon la technologie Action Mass qui consiste à faire coexister une tête plus lourde avec un point d’équilibre plus haut dans le shaft.

Objectif : Favoriser la distance !

Pour être tout à fait complet, il faut surtout retenir qu’à chaque fois que la série Z descend en numéro de 945 à 135, la semelle s’élargit allant de la lame la plus pure au club à la cavité la plus large.

Au milieu, la série Z 545 présente une « top line » digne d’un club épuré et la semelle d’un club tolérant.

La nouvelle Z 355 n’en est pas trop éloigné. Au contraire, visuellement, les différences sont ténues.

Les enjeux du test

Nous avons testé tous les fers Srixon sortis en 2015 de la série exigeante Z 945 à limiter aux golfeurs classés moins de 5 d’index à la Z 135 pour les débutants. Pour le test de la Z 335, quelles performances, et surtout quel crantage par rapport aux autres produits Srixon, et en particulier la Z 545 ?

Et enfin, quelles performances par rapport aux autres produits « Improvment* » sortis en 2015, à savoir les Ping Gmax, Cleveland CG Black, et Mizuno JPX-EZ ?

*Le marché des fers peut se séparer en deux grandes catégories :

  • Players pour les golfeurs qui cherchent à faire des effets.
  • Improvments pour les golfeurs qui ont besoin de distance, et de tolérance.

Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à un testeur disposant d’une vitesse de swing moyenne de 84 mph avec un fer 6.

Les 4 paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • l’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

1-TOLÉRANCE-MANIABILITÉ ET PUISSANCE-DISTANCE

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

En version acier, les résultats ci-dessus pourraient laisser penser que les fers Srixon Z135 et Z355 sont hors course par rapport aux autres clubs comparables du panel.

Deux raisons à cela :

  • Les nouveaux Z 135 et 355 donnent beaucoup plus de spin que les autres fers comparables (entre 500 et 1000 tours par minute de plus)
  • Un poids de shaft sensiblement plus léger par rapport aux autres clubs peut expliquer le fait que le smash factor soit moins élevé. La masse déplacée influe avec la vitesse de swing sur la compression de la balle.

Pour la version graphite, peu d’écarts de poids entre les clubs que nous avons testés (compris entre 66 et 75 grammes).

Cependant, à nouveau les fers Z 135 et Z 355 donnent beaucoup plus de spin que les autres clubs du panel.

Une tendance commune, acier ou graphite, qui limite la distance et donc explique un degré d’efficacité relatif.

Pour rappel, le degré d’efficacité est le ratio entre vitesse de swing, et distance générée. Or, la distance peut être amoindrie par un taux de spin excessif, qui par contre, favorisera un pouvoir stoppant important.

En réalité, les fers Srixon sont bien des clubs de fitting, et le choix du shaft peut considérablement modifier les résultats.

Ne nous arrêtons donc pas à ce premier constat !

Que vaut le Z 355 par rapport aux autres fers Srixon ?

Logiquement, en version acier, le Z945, la lame la plus exigeante est le club le moins tolérant, et le moins puissant, surtout pour un golfeur avec une vitesse de swing inférieure à 85 mph.

Il est intéressant de noter, et cela valide le crantage produit de Srixon que plus le club est exigeant, et plus la vitesse de swing se réduit.

Le Z 945 a été swingué à une vitesse moyenne de 79,7 mph alors que par opposition le Z 135 a été swingué à 90,7 mph, ce qui a une incidence non négligeable sur le degré d’efficacité.

Comme nous l’écrivons souvent, en matière de clubs de golf, il s’agit plus souvent de compromis que d’autre chose.

En réalité, dans la gamme Srixon, le club qui avant fitting, ressort comme étant le plus performant pour une grande majorité de golfeurs, est bien le Z 545.

Le graphique ci-dessus illustre le fait que le Z945 est à réserver aux golfeurs qui centrent parfaitement la balle, étant donné que la lame est fine, et le sweet spot relatif.

La Z 745 est à peine plus tolérante, et ouvre son champ d’application à des joueurs à peine moins performants.

A l’inverse, et c’est illustré ici, un golfeur d’index moyen (entre 10 et 18), n’obtiendra pas le maximum de performance possible avec les clubs entrée de gamme de Srixon (Z 135 et Z 355 étant très proches). D’où la pertinence du Z 545 qui ressort mieux que les autres.

En fait, pour que le Z 355 s’illustre, il faudrait une vitesse de swing plus faible (en-dessous de 80 mph).

Dernier commentaire, mis à part le cas du Z545 qui ressort comme le club le plus adapté au testeur, en réalité, les fers Srixon sont tous très proches en ressenti et en performance, ce qui est assez crédible.

N’oubliez pas que d’un fer à un autre, les différences sont souvent infimes (surtout au niveau des têtes).

2-QUELLE DISTANCE AU CARRY ?

C’est finalement un indicateur assez simple et assez fiable concernant la performance d’un club de golf.

Les résultats ci-dessus sont à prendre avec des pincettes. Les vitesses de swings ne sont pas toutes comparables.

Et pour cause ?

Entre les premiers fers Srixon mis sur le marché, les plus exigeants, la marque a proposé en standard des shafts plutôt lourds, alors que logiquement, par rapport à la cible de golfeurs visés, les Z 135 et Z 355 sont proposés d’entrée de jeu avec des shafts plus légers.

La conséquence est tout à fait directe sur la vitesse de swing qui ne cesse d’augmenter plus vous utilisez un club tolérant chez Srixon.

Si les ratios relativisent la performance, en revanche, en données brutes, un gain de 10 mph entre le Z 135 et le Z 945 peut donner un écart de distance au carry de 20 mètres !

Comprenez que les faces des différents fers présentés ci-dessus sont en fait très semblables. Ce n’est pas un élément de différenciation à l’intérieur de la gamme Srixon.

De même que les lofts !

Remarquez que les lames les plus exigeantes sont en fait plus ouvertes en loft réel que les têtes les plus tolérantes, et pourtant le loft dynamique (ce qui est réellement produit par le testeur) est relativement proche.

L’élément de différenciation majeur…c’est le shaft !

Pour le Z 355, ce qui est gagné en vitesse de swing, et donc en vitesse de balle (qui n’est pas accentuée par la face, simplement restituée), est atténué par un taux de spin très élevé (près de 5500 tours par minute).

Si les ratios trahissent un certain équilibre entre tous les clubs Srixon, à nouveau, en donnée brute, à savoir la distance au carry ou la distance totale, le Z 355 permet une plus grande distance qu’un club plus exigeant.

Ce deuxième tableau permet de comparer les actuels leaders du secteur dans la catégorie « Game improvment ».

Il en ressort que les fers PING Gmax, Mizuno JPX-EZ et Srixon Z 355 sont très proches en performances avec des caractéristiques techniques semblables (loft réel, longueur de shaft ou poids de shaft), mais quelques légères différences de comportements.

Si le Srixon Z 355 est le fer qui se swingue le plus vite (un peu plus léger), il donne plus de spin que ses rivaux.

En revanche, traduit en distance totale, les trois clubs donnent des résultats très proches.

Le Z 355 étant même un soupçon moins dispersant en moyenne relative !

3-OPTIMISATION DU VOL DE BALLE : ANGLE DE DÉCOLLAGE RÉEL ET TAUX DE SPIN

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Avec un fer 6, vous pouvez aussi chercher une trajectoire haute, et plus de spin, pour au contraire, freiner la balle plus rapidement, notamment sur un coup d’approche en direction du green.

Globalement, peu ou pas de différences en termes d’angles de lancement entre les fers testés en 2015 sur la catégorie Improvment. Les différences se font essentiellement au niveau du spin.

Le club qui potentiellement peut donner les balles les plus longues avec le pouvoir stoppant le plus faible reste le Z 545.

Entre le Z 355, le Ping Gmax, et le Mizuno JPX-EZ, relativement peu de différences constatées pour des clubs qui boxent dans la même catégorie.

4-PRÉCISION-DISPERSION

Les points d’impacts représentent les points d’arrivées de la balle après le roulement.

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

Le Z 355 va être moins dispersant qu’une lame Z945 et plus qu’une tête ultra-tolérante et facile à jouer comme la Z 135 (illustré ci-dessus).

BILAN DU TEST

En résumé, la tête Z 355 peut donner des résultats très variables selon le shaft monté. Bien entendu, en standard, les résultats que nous trouvons laisse penser qu’avec un shaft relativement léger en acier ou en graphite, cette configuration favorisera essentiellement la vitesse de swing, et en fin de compte la distance.

Le très fort taux de spin pourrait défavoriser la distance, mais comme vous en gagnez par ailleurs, au contraire, le spin aide à obtenir du pouvoir stoppant pour arrêter les balles rapidement sur les greens.

Comme toujours, il s’agit de faire le bon choix technique par rapport à ce qui est réellement souhaité par le golfeur en termes de trajectoires de balles.

La Z 355 est à conseiller aux golfeurs qui cherchent plus de distance à travers un gain de vitesse de swing.

Par rapport à d’autres fers, et notamment le Ping Gmax, ce n’est pas la face du club qui permet de faire la différence. Le Smash factor du Z355 est assez moyen (1.27 contre 1.34 pour le PING).

De manière globale, l’offre de Srixon est actuellement assez élaborée, et relativement bien crantée entre lames, et clubs tolérants (du 945 au 135)

Revers de la médaille, mis à part les deux lames qui sortent nettement en termes de difficulté, les écarts entre Z 355 et Z 545 pourront rendre le choix plus difficile ou une affaire de petits détails.

Le tableau illustre ci-dessus qu’il n’y a pas un seul chemin pour aller à Rome !

Vous pouvez utiliser un club super tolérant comme le GMAX ou un club super rapide comme le Z 355 pour arriver à la même distance…

Pour les golfeurs d’index supérieur à 20 et à la recherche de clubs pour progresser, le Ping Gmax, le Mizuno JPX-EZ et donc le Srixon Z-355 sont très proches en performances.

Le choix pourra se faire sur l’esthétique, le prix ou un feeling particulier plus que sur la performance pure, sauf à préférer un fer qui donne un smash factor élevé et peu de spin, ou alors un club avec un moins bon smash factor et plus de spin…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.