Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fers Mizuno MP-18 (Muscle Back)

Troisième et dernière partie de notre test consacré aux fers Mizuno MP-18 avec la version Muscle Back (MB). Nous avons testé les MP-18 avec le concours de trois testeurs, et un radar Trackman pour déterminer ce que vous pouvez attendre en termes de smash factor, distance, et précision. Y-a-t-il encore un intérêt à jouer une lame Muscle Back quand les Cavity Back font très bien le « travail » ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Les fers Mizuno MP-18 Muscle Back testés

Pour cet essai, Mizuno nous a proposé trois fers MP-18 4, 7 et pitch. Des têtes montées sur des manches True Temper Dynamic Gold S300 en acier stiff, pour une configuration plutôt typée swing rapide.

Par rapport aux deux autres séries, c’est la configuration la plus « lourde » proposée par Mizuno avec des manches de 130 grammes.

Les MP-18 se déclinent en trois versions. La version MMC est la plus abordable des trois avec par exemple, le loft du fer 7 à 32 degrés de loft alors que la version SC propose un loft classique à 34 degrés, identique à celui de la MB.

On pourrait « ranger » cette série dans la catégorie des fers Muscle Back. Soit la catégorie la plus exigeante et la plus délicate à jouer, même pour des professionnels. Il s’agit d’un club vitrine de savoir-faire.

La MP-18 vient remplacer la MP-15, et s’inspire des anciennes lames de la marque, une sorte de retour aux sources. La longueur de la lame est plus courte, et la top line plus cambrée.

Pas particulièrement de technologie à promouvoir sur ce type de clubs, il s’agit simplement de pureté et de feeling pour des clubs censés donner le plus de spin possible à la balle, ce qui va t’être apprécié par un golfeur aimant travailler la trajectoire de ses balles.

Les principaux chiffres pour établir notre analyse et évaluer la performance d’un club

La distance totale n’est pas un élément suffisant pour juger de la réelle performance d’un club de golf.

Il faut prendre en compte principalement les paramètres que sont la vitesse de swing, la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin donné à la balle.

Nous ajoutons en plus le smash factor qui est le ratio entre la vitesse de swing et la vitesse de balle, ce qui traduit l’optimisation du set-up club/joueur.

Nous allons plus loin avec le degré d’efficacité qui est un ratio que nous avons créé, entre la vitesse de swing, et la distance produite au carry. Cela résume l’énergie déployée pour produire une distance.

Et enfin, nous utilisons en plus le ratio spin sur angle de lancement, qui traduit la performance balistique d’un club.

Le bénéfice d’utiliser des ratios permet de neutraliser des effets extérieurs comme les variations de vitesses de swings entre plusieurs essais.

Les données pour 3 testeurs avec les fers Mizuno MP-18 Muscle Back

Pour ce test, nous vous proposons les résultats de trois testeurs qui ont chacun tapé plusieurs dizaines de balles avec chaque club, afin de conserver des données exploitables pour dessiner des tendances de performances.

Trois testeurs dont Jean, un senior de 69 ans, moi en qualité de simple amateur, et le pro, Xavier Bretin, sans doute le « profil » le plus enclin à jouer ce type de clubs.

Il faut admettre que le testeur senior avec une vitesse lente n’a pas le profil adapté pour jouer des Muscle Back

Sur des clubs « player », le niveau de jeu ou capacité à centrer la balle régulièrement se distingue très rapidement entre les différents testeurs.

Pour un senior

Sans trop s’attarder sur le profil de Jean, senior de 69 ans, plus habitué à jouer des clubs plus tolérants, des clubs pour lever plus rapidement la balle, sans faire de mystère, le test n’a pas été du tout concluant.

Le test des fers Mizuno en version acier stiff est rédhibitoire. C’est pourtant la version qui risque d’être la plus vendue par Mizuno par rapport au profil des golfeurs intéressés.

Quand on compare les trois versions de têtes Mizuno, on retrouve une logique de tolérance déclinante entre MMC, SC et MB.

Régulier dans sa vitesse de swing, on voit que Jean perd en vitesse de balle avec des lames, et c’est encore plus marqué avec la MB.

Un club absolument à proscrire pour une vitesse de swing inférieure à 80 mph…

Le fait qui nous alerte est particulièrement l’écart entre la meilleure et la moins bonne balle par série de frappes qui augmente considérablement avec des lames versus des clubs plus abordables (entre 30 et 40 mètres).

On peut voir ci-dessus pour le test du fer 7 que pour 4 coups moyennement tapés, 3 autres sont immédiatement sanctionnés par des tops ou des sockets. Il n’y a aucune tolérance à espérer…

Pour un amateur à vitesse de swing relativement rapide

Pour ma part, deuxième testeur, je n’ai pas plus d’intérêt à envisager une lame MB. Je perds trop en distance, alors que comparativement, une version CB (Cavity Back) m’apportera autant de contrôle.

Alors que la version SC m’a plutôt séduit chez Mizuno, la MB est certes très belle, mais hors de portée. C’est un trop gros risque à prendre par rapport aux bénéfices.

Ci-dessus, on peut voir que pour deux balles parfaitement tapées avec le fer 4, procurant, distance, précision, et même plaisir des sensations, 6 sont moyennes, et 3 franchement en retraits, alors que j’ai pris soin de vous illustrer des balles tapées avec un chemin de club proche de 0 degré, et une face le plus square que possible.

Ce n’est en fait pas suffisant, car, il faut vraiment viser l’excellence pour obtenir de très bonnes balles. Du coup, au lieu d’être précis, c’est le phénomène inverse qui se produit, et la dispersion augmente plus du fait du joueur que du club.

A titre de comparaison, toujours avec le fer 4 en version Cavity Back, le degré de précision remonte complètement, comme illustré ci-dessous.

Pour comprendre le fonctionnement des clubs MB, je vous présente ci-après un tableau résumant mes derniers essais de fers dans cette catégorie.

Le manche plus court et plus lourd ne se révèle pas nécessairement le meilleur choix pour faire une comparaison en faveur du MP-18.

Si la vitesse de swing bénéficie finalement du poids de 130 grammes au niveau du shaft, cela dessert franchement le smash factor qui tombe assez bas, signe d’une difficulté à trouver régulièrement le centre de la face.

Si la forme de trajectoire est tout à fait cohérente (angles de lancements et d’atterissages), je perds 2 mph de vitesse de balle, ce qui explique une distance légèrement moindre que les rivaux.

C’est donc bien le shaft qui n’est pas le plus adapté ou le joueur qui n’est pas au niveau de cette configuration.

Sur ce type de clubs, le choix du poids du manche va se révéler crucial. Pensez-y au moment d’un éventuel fitting.

Pour un pro

Le pro est très nettement celui qui obtient les meilleurs résultats avec les fers MP-18.

C’est aussi le plus révélateur du véritable crantage des clubs entre MMC, SC (CB) et MB.

On distingue clairement le rendement de chaque lame. Il décroit de la MMC à la MB du fait du rétrécissement des semelles, et surtout de l’augmentation des lofts.

Si l’écart entre la cavity back et la muscle back est réduit, ce qui créé les conditions d’un débat, avec la version MMC, effectivement, Xavier obtient le plus de tolérance et d’efficacité.

Cela se retrouve dans les distances produites puisqu’avec un fer 4 MMC.

Il envoie la balle en moyenne à 195 mètres contre 191 mètres pour la version SC, et 184 mètres en version MB.

A vitesse de swing équivalente, la vitesse de balle décroit nettement avec la MB (117 mph) par rapport à la MMC (124 mph).

C’est plus marqué sur un long fer comme le fer 4 que sur un fer d’approche comme le fer 7.

Le crantage est parfaitement logique entre les 3 lames Mizuno. Si la SC et la MB présentent le même loft, c’est alors la semelle, et la cavité qui créent des différences minimes de trajectoires.

Alors que dans mon cas, je créé des différences de niveau de spin entre les trois versions de fers Mizuno, ce n’est pas le cas du pro Xavier Bretin, qui génère sensiblement le même spin avec chacun des clubs Mizuno.

Dans son cas, et parce qu’il a la particularité de ne pas donner trop de spin, du fait de son swing, quel intérêt de partir sur une lame MB ? Il perd 10 mètres de distance, et ne gagne pas en contrepartie plus de contrôle.

Pour un très bon joueur, la tentation pourrait être de partir sur un club Muscle Back pensant donner plus d’effets à la balle… Oui, en théorie…mais si votre geste ne s’y prête pas, ce n’est finalement pas le choix le plus pertinent.

L’avis de Xavier : « Les têtes sont très belles.Petite chose à noter, et qui milite pour faire une combo, je suis plus précis avec le pitch en version MB alors que je suis plus à l’aise en version SC avec le fer 4. J’aurai tendance à prendre des clubs MB jusqu’au fer 7, puis des SC sur les longs fers. Je donne assez peu de spin à la balle du fait de ma mécanique qui ne donne pas assez d’angle d’attaque. »

Dans les faits, en comparaison avec une lame Cobra King Forged MB, on peut voir que le shaft à 130 grammes finit par pénaliser le pro. Sans swinguer aussi vite, alors qu’il centre très bien la balle dans la face, il peut facilement perdre 10 mètres de distance.

La lame Mizuno n’est pas moins efficace. Simplement, le choix du manche peut s’avérer crucial pour optimiser les performances, surtout dans le cas d’un golfeur qui crée un release tardif, et donc susceptible de sentir les différences d’un shaft à un autre.

Bilan du test des fers Mizuno MP-18 Muscle Back

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées », qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

Un club à ne surtout pas mettre dans toutes les mains, et même dans très peu de mains!

L’usage d’une MB requiert des compétences précises, et surtout un swing qui génère du spin, sinon, cela perd complètement de son intérêt.

Inadapté pour un senior, trop difficile à jouer pour un amateur au-delà de 8 d’index, même pour le pro, cette lame va demander un fitting précis au niveau du manche pour trouver la meilleure adéquation possible.

Entre une cavity back et une muscle back, c’est difficile de trouver des raisons de jouer la lame la plus exigeante. Xavier a trouvé plus de précision sur les fers courts, et par exemple, le pitch.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
geofsegond@hotmail.com
0 #1 Mercigeofsegond@hotmail.com 23-02-2018 11:27
je vais au fitting dans 4 jours,cet article tombe a pic car j étais hésitant au crantage des mizuno.
Votre approches de ratios d efficacité me permet de mieux comprendre et aussi les 3 vitesses de swing m'aident bien aussi a determininer mon point de vue.

j en profite pour vous remercier pour la qualité de vos articles,c'est juste complet et top .

Geoffroy Haute savoie
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.