Test des fers Mizuno MP-20 HMB et MMC par 4 amateurs

Quelques semaines après la sortie de notre test des fers Mizuno MP-20 (lames), complétons ce premier article avec le test des deux autres versions HMB et MMC. Jacques, Luc et Alexis m’ont rejoint au studio, pour tenter de distinguer des différences de sensations et de performances entre les différents modèles de fers de la marque Japonaise.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les clubs Mizuno MP-20 testés

Pour les besoins du test, Mizuno nous a gracieusement fait parvenir des fers 4,6,8 et pitch MP-20, MP-20 HMB, et MP-20 MMC sur manches en acier et stiff.

Ayant récemment équipé le studio d’une échelle à swingweight, je peux dorénavant non pas affiché le swingweight déclaré par les marques, mais le vérifier pour chaque club, de même que peser les clubs.

Cela permet justement de relever que pour les 4 fers MP-20, je trouve un swingweight (équilibre du club) en D3 pour les fers 4, 6 et 8, et D4 pour le pitch.

J’ai relevé ce même écart pour les trois séries.

S’agissant du poids total des fers, cette information est utile, notamment au moment de comparaisons avec les autres fers de la gamme Mizuno, et ajoute de l’explication quand on cherche des différences avec les modèles HMB et MMC, dont les poids diffèrent.

Précision importante, Mizuno a allongé les manches de sa série MP-20 par rapport à la série MP-18.

Enfin, les lofts de ces clubs illustrent bien qu’il s’agit de clubs « traditionnels » avec notamment un pitch à 46 degrés. Entre les trois séries MP-20, nous pouvons constater que la série MP-20 la plus traditionnelle présente les lofts les plus élevés, et les deux autres séries présentent des lofts équivalents, et légèrement plus fermés.

Les MP-20 sont à ranger dans la catégorie des fers pour la précision, plutôt que la puissance.

L’équipe de testeurs : Des abonnés de JeudeGolf.org

Alexis, Luc et Jacques, trois abonnés ont récemment participé au test des demi-séries Mizuno.

Alexis (40 ans) est un amateur qui privilégie souvent les fers aux départs des trous, se sentant en difficulté pour contrôler les trajectoires de ses bois.

Athlétique, il délivre une vitesse de swing très rapide, supérieure à 85 mp/h (136 km/h) avec un fer 7.

Cependant, cette vitesse ne le prémunit pas de fautes de trajectoires, et de balles perdues de temps à autre. Il oscille entre 18 et 20 d’index.

Jacques, 67 ans, parmi les premiers abonnés, a récemment rejoint l’équipe des testeurs. Classé 5 d’index, il est le mieux classé de notre « équipe », et délivre une vitesse de swing élevée, autour de 82 mp/h avec un fer 7 (131 km/h).

Luc n’a pas testé les MP-20. Il a en revanche testé les MP-20 MMC et HMB.

Je complète l’équipe de testeurs avec une moyenne de vitesse de swing, qui peut varier entre 80 et 85 mp/h (128 km/h à 136 km/h), toujours avec un fer 7.

Pour ce test, vous aurez donc principalement le résultat de 4 vitesses de swings de 65 à 80 mp/h.

Les résultats des testeurs

Ce tableau résume les principales données enregistrées avec le Trackman 4 utilisé en studio, pour les 4 fers utilisés, et toujours avec le même type de balles (Srixon Z-Star).

Les données présentées sont des moyennes pour les 4 clubs par séries. Le détail sera affiché pour chaque joueur ci-dessous.

Ce tableau découpe les résultats par clubs et par golfeurs, selon la tête, le manche, les vitesses, les trajectoires, les ratios de performances, les distances, le spin, la roule, et ce que j’appelle la tolérance qui est en fait la différence de distance entre la moins bonne et la meilleure balle.

Si on s’arrête aux moyennes par testeurs, ligne bleue, ce qui n’est pas normalement révélateur pour un club, on peut seulement bien constater qu’en moyenne, pour des clubs identiques, les quatre testeurs ont obtenu des résultats bien différents.

La synthèse du test pour Jacques

Possesseur de fers TaylorMade P790 sur manches en graphite, Jacques développe une vitesse de swing largement suffisante pour envisager de l’acier stiff. Sans faire de suspense, il a clairement affiché sa préférence pour les fers MP-20.

Comme Luc d’ailleurs, il valorise franchement le look d’un club dans son acte d’achat.

De ce point de vue, les MP-20 lui ont particulièrement plu, et largement plus que les autres versions HMB et MMC.

Son test est globalement concluant, d’autant qu’à l’inverse d’Alexis ou de mon cas, il ne s’est pas senti gêné au moment d’utiliser le fer 4.

Pour le graphique ci-dessous, vous avez à droite, pour un fer 6 MP-20, le comparatif de l'Optimizer de Trackman, qui nous révèle pour 6 caractéristiques, les zones idéales (en bleu) et selon le swing de Jacques (son résultat exprimé en Orange).

Si les valeurs oranges sont dans les zones bleues, il optimise son swing avec le club testé.

Avec le MP-20, du fait de son swing très tangentiel (angle d'attaque à 0°), Jacques arrive malgré un spin loft bas, et un angle de lancement élevé à optimiser les performances. C'est vraiment la recette spécifique de son swing qui génère un bon résultat, sans pourtant être à l'optimum pour chaque critère, mis à part la hauteur de balle...

Qui a dit que tous les golfeurs avaient des swings typiques ?

Quand on regarde les résultats de Jacques avec les autres fers, les différences sont minimes au global des 4 fers en moyenne.

C’est bien plus la « psychologie » du joueur et sa préférence naturelle qui va lui faire se diriger vers les MP-20.

Dans le détail, et le cas du fer 6 MP-20 contre MP-20 HMB, l'écart n'est pas cette fois minime, et confirme que le joueur est plus à l'aise avec le club le plus exigeant, et le moins tolérant !

D’un point de vue des sensations, si Jacques exprime une préférence, elle ne se traduit pourtant pas dans les chiffres, et notamment le smash factor, quasi identique selon les trois séries, et à la moyenne des 4 fers !

Le seul élément réel de distinction, et il est important, c’est en fait l’angle de décollage, qui est forcément plus élevé avec la série MP-20. Le loft du club joue bien son rôle.

A l’œil nu et sans radar, Jacques ne pourrait néanmoins pas le constater.

Ma synthèse du test

Je pourrais considérer une série MP-20 du pitch jusqu’au fer 7, et ensuite basculer sur des clubs MP-20 HMB, qui dans mon cas, m’apporteraient un léger gain de toucher, et de tolérance sur les longs-fers.

Si je devais seulement me fier à ma moyenne globale des 4 fers et pour les 3 séries, le plus simple serait peut-être de tout simplement faire une série complète MMC, du fait des datas légèrement meilleures...

Cependant, dans les trois cas, je ne suis pas arrivé à optimiser le smash factor. Ma vitesse de balle est restée sous la valeur optimum à viser.

La synthèse du test d’Alexis

Le plus rapide des trois testeurs confirme que la vitesse ne doit jamais être le seul argument, pas plus que l’index pour choisir une série de fers.

Le niveau de dispersion constaté pour Alexis est trop élevé, et serait pénalisant pour le score.

Il y a plusieurs éléments qui démontrent l’inadéquation des clubs. L’angle d’attaque est d’abord trop tangentiel, et explique en partie pourquoi malgré une vitesse de swing très élevée, la vitesse de balle n’est finalement pas assez importante.

Avec un club plus adapté, Alexis pourrait obtenir des vitesses bien plus importantes (entre 110 et 116 mp/h).

Au global, Alexis peut perdre jusqu’à 12 mètres de longueur au carry par rapport à un club mieux optimisé pour son swing.

Des trois testeurs, son smash factor révèle un centrage beaucoup plus disparate sur la face, et donc beaucoup d’imprécision.

Si le manche pouvait tout à fait lui convenir, Alexis devrait préférer une tête peut-être plus lourde ou plus stable dans la zone d’impact. Alexis pourrait avoir peut-être intérêt à « plomber » les têtes de ses fers.

Cependant, le matériel ne peut pas complètement occulter la question technique.

Alexis aurait la vitesse pour jouer de tels clubs, mais aurait surtout besoin d’améliorer le contrôle de la face de club, préalablement à l’usage de ces MP-20.

Des trois séries, pour Alexis, la série la plus abordable semble être la MMC, aussi bien pour le smash factor que pour le degré d'efficacité, ratio entre sa vitesse de swing, et la distance au carry qu'il produit.

Le point très négatif reste l'explosion de ses écarts de profondeurs entre la moins bonne, et la meilleure balle. Alexis n'a aucune précision, et donc certitude sur le parcours avec ce type de clubs. Cela devrait être un gros frein à l'achat, et plus que n'importe quel autre indicateur.

La synthèse du test pour Luc

Comparativement aux autres testeurs, ces clubs paraissent vraiment et complètement inadaptés pour Luc. Sa vitesse de swing est vraiment trop insuffisante pour lui permettre de pleinement les exploiter.

Entre HMB et MMC, même combat, et dans les deux cas, si la version HMB semble légèrement moins défavorable, les valeurs obtenues illustrent surtout une trop grande perte de distance par rapport à des clubs « improvment ».

Les graphiques issus de l'Optimizer de Trackman illustrent des plages bleues dite "idéales", et des valeurs réelles oranges obtenues par Luc.

Mis à part l'angle d'attaque de Luc cohérent pour l'usage d'un fer 6, pour toutes les caractéristiques, Luc est en-dessous de l'optimum. Avec le club HMB, il perd 12 mètres par rapport à ce qu'il pourrait obtenir avec un club plus tolérant.

C'est moins flagrant avec le MMC. Il perd seulement 4 mètres. La vitesse de balle, et le spin donné à la balle sont trop bas pour ce type de club.

Bilan du test

Entre les trois séries MP-20, il faut admettre que les différences ou écarts sont très relatifs, et fortement dépendant du joueur.

Si Jacques n’a pas caché sa préférence pour l’esthétique des clubs les plus fins, d’un point de vue des performances, les écarts sont faibles. C’est plus sa psychologie qui emporte le choix.

Le test démontre que la qualité du contrôle dépend aussi beaucoup du joueur. Pour de mêmes clubs, j’ai donné nettement plus de spin à la balle par rapport à Jacques, et pourtant, il est mieux classé.

Dans le choix d’une série, on ne peut jamais occulter le fait que c’est nous, notre swing, qui contribuons aux performances.

Ces trois séries sont trop peu distinctes pour établir des catégories. Des quatre testeurs, on voit bien que la maturité du swing de chaque joueur l’emporte sur les caractéristiques des clubs.

En réalité, ces séries sont très peu complémentaires. Mis à part mon cas, où éventuellement, en poussant dans le détail d’un fitting, j’aurai un éventuel gain à faire une combo entre MP-20 et MP-20 HMB, pour les autres testeurs, cela ne saute pas aux yeux.

Pour Alexis, il y a par exemple un énorme statut quo et quelle que soit la série.

Enfin, et cela paraissait évident avant de démarrer le test, sous la barre des 75 mph de vitesse de swing en moyenne, ces trois séries sont à déconseiller. Le joueur ne trouvera pas de plaisir ou de distance.

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 5 sur 1 votes)

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.