Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fers Callaway XR OS 16

Test fers Callaway XR OS 16

La version XR avait été une des bonnes surprises de la saison précédente. Dans un souci de cohérence de sa gamme, Callaway a revisité son modèle phare avec une tête oversized, légèrement décalée en prix par rapport à l’offre Big Bertha. Nous avons donc testé cette tête XR OS 16 avec trois testeurs aux vitesses de swing bien différentes pour déterminer la tolérance, la puissance, et la précision. Quels avantages par rapport au précédent XR ? Quels avantages par rapport aux autres clubs concurrents ? Quel avantage pour un senior ? Nous vous apportons toutes les réponses dans cet essai très complet.

Découvrez nos formules d'abonnements

Information sur nos tests :

Avec ce nouvel essai, nous continuons notre processus d’amélioration de notre contenu.

Pour ce faire, nous avons mis sur pied une nouvelle charte de présentation encore plus segmentée, pour un plus grand confort de lecture, et avec de nouvelles données, pour plus de précisions.

Nous allons de ce fait produire les données de nos testeurs, plus des moyennes calculées et comparables à la vitesse moyenne de swing des golfeurs amateurs français.

De nouveaux tableaux et de nouveaux graphiques seront ainsi fournis.

1.Le club testé : un fer 7 Callaway XR 16 OS

Pour ce nouvel essai, nous avons utilisé une tête de fer 7 XR OS 16 mis à notre disposition par Callaway. Concernant les shafts, nous avons eu recours à deux modèles :

Soit un shaft graphite relativement léger qui devrait être bien adapté pour un golfeur à vitesse de swing modéré, et un shaft acier plus polyvalent.

A noter, les deux shafts standards fournis par Callaway sont légèrement courts par rapport à une moyenne constatée sur le marché de 37.5 inches pour un fer 7.

Ce paramètre peut favoriser un meilleur contrôle, et défavoriser la vitesse de swing.

1.1 La catégorie du club testé

Le fer testé est clairement un fer de la catégorie Improvment (cavity back).

Ci-dessous, un résumé de notre panel de clubs testés jusqu’à présent, et de leurs configurations (loft, poids du shaft, et longueur du shaft).

Le fer 7 XR OS 16 présente un loft de 31.5° pour un swing weight en D0 en graphite, et D2 en acier.

Comparativement à notre panel de tests de fers 7, le loft est légèrement plus élevé (31.1° en Graphite, et 30.7° en acier) pour des clubs improvments, et donc plus favorable à la tolérance, et à un angle de lancement plus élevé.

Le shaft graphite testé est aussi légèrement plus léger que la moyenne (63 grammes contre 68).

De même que pour la version acier qui est plus légère (88 grammes contre 94.3).

2. Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à trois testeurs au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, et utilisé un launch monitor Trackman.

Ci-dessous, les données moyennes de nos testeurs par rapport à tous les fers 7 improvment essayés avec des shafts regulars.

Ces données permettent de fournir un étalonnage par rapport au test d’un nouveau club, et vous donner des indications sur les caractéristiques des trois testeurs.

Le smash factor est l’indicateur de la tolérance (capacité à ramener régulièrement la balle au centre de la face), tandis que le degré d’efficacité est le ratio entre la distance générée au carry (avant la roule), et la vitesse de swing déployée pour générer cette distance. Ces deux indicateurs sont les plus importants dans nos tests.

Précision : Le troisième profil (20 à 29 d’index) est un senior de 65 ans, tandis que les deux autres profils sont des hommes entre 30 et 40 ans.

Tous sont des golfeurs très expérimentés avec plus de 20 ans de pratique.

3. Ce qu’il faut savoir à propos du fer Callaway XR OS 16

OS veut dire Oversized, et représente une catégorie de produits dans la « catégorie » !

Si on oppose souvent lames et cavity back, à l’intérieur du segment des fers à cavités, les clubs oversized désignent des clubs, dont les têtes sont encore plus imposantes.

Quelques années en arrière, ce marché était marginal.

Aujourd’hui, ce devrait être le plus important en rapport avec les besoins d’une grande majorité d’amateurs, d’amatrices, et de seniors.

Pour cette série, Callaway revendique toujours l’usage de son principal argument technique, sa face cup qui permet de générer une plus grande vitesse de balle à l’impact, mais en complément, la XR OS embarque une semelle bien plus large, et donc comparable à celle de la Big Bertha.

Objectif : Plus de maniabilité, et de tolérance pour une vitesse de swing modérée.

En revanche, la vitesse de balle ne doit justement pas être modérée.

Pourquoi ? Le fait d’élargir la semelle n’est pas anodine, et seulement cosmétique.

Cela permet effectivement d’abaisser, et de reculer le centre de gravité de la tête de club, ce qui sera plus adapté à un golfeur à la recherche de facilité pour lever la balle.

Ensuite, effectivement, une semelle plus large à beau transformer le club en pelle à tarte (c’est valable pour toutes les marques), c’est clairement une addition en distance, en plus de faciliter l’interaction entre le club et le gazon.

Autre avantage pour les amateurs, des clubs avec une top line plus large apportent un soupçon de confiance supplémentaire à l’adresse.

Petit détail et variante par rapport à la précédente version XR, Callaway a travaillé sur un changement du traitement de la face (façon de chauffer la face multi-matériau) pour favoriser un touché plus doux.

La série XR OS possède cette caractéristique, avec en plus une zone plus fine autour du périmètre du sweet spot.

L’idée étant de faire mieux correspondre la zone de frappe réelle et moyenne des amateurs intéressés par ce type de clubs avec la zone idéale du club.

C’est ce petit changement invisible à l’œil nu qui fait de l’XR OS un club qui peut lancer théoriquement la balle plus vite, même quand les coups sont mal centrés dans la face.

Pour les puristes, un tel changement pourrait poser en théorie un autre problème !

Quand un club présente une face plus fine, cela peut amoindrir le toucher du fait de vibrations supplémentaires à l’impact.

Pour justement réduire ces vibrations, les ingénieurs ont décidé de placer du TPU entre la face et la cavité. Ils l’ont appelé « Snubber » ou littéralement l’amortisseur.

Voir la page complète sur Callaway XR 16 : Une affaire de semelle ?

4. Les enjeux du test

Dans sa catégorie, le fer XR 0S 16 est censé présenter un meilleur smash factor, un angle de lancement plus élevé, et finalement un degré d’efficacité accru.

Et ce par rapport à sa catégorie, mais aussi par rapport à son prédécesseur le XR de 2015.

Etant en cours de test d’un produit équivalent et concurrent, le TaylorMade M2, nous pourrons comparer le XR OS 16 avec ses principaux rivaux.

5. Les paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • La tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • La puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • L’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • La précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

5.1 Tolérance & puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

5.1.1 Test en version graphite (catégorie improvment)

5.1.2 Test en version acier (catégorie improvment)

5.1.3 Commentaires :

En fonction des trois profils, les résultats sont très différents.

Pour le profil 20-29 (senior), le golfeur le plus concerné par ce type de clubs, pas de gains particuliers à noter en graphite. Le XR 16 est dans la périmètre de performance habituelle du joueur. En revanche, en acier, le testeur a trouvé un gain de tolérance, et de puissance notable.

Pour le profil 10-19, probablement, le testeur qui a obtenu le plus de bénéfices avec ce club, aussi bien en shaft graphite qu’en acier.

Pour le profil 0-9, le golfeur le moins concerné par ce type de clubs, le test est contre-productif en graphite, alors qu’à niveau de tolérance stable en acier, il trouve un gain de puissance.

5.2 Distance (carry) en mètres

C’est souvent l’indicateur le plus recherché par les golfeurs. Veuillez trouver ci-dessous les données brutes du test.

L’écart de profondeur exprime l’écart en mètres entre la balle la plus courte, et la plus longue.

5.2.1 Comparatif :

Vision de l’ensemble des fers 7 sur shafts regulars en graphites, et aciers pour la catégorie improvment.


5.2.2 Commentaires :

Au global des trois testeurs, nous confirmons une légère hausse du smash factor par rapport au panel, ainsi qu’une légère augmentation du degré d’efficacité. Le point le plus notable est la baisse moyenne du taux de spin autour de 400 tours par minute.

En revanche, nous ne confirmons pas l’angle de lancement plus élevé avec le XR 16 par rapport au reste du panel.

Individuellement, c’est la catégorie d’index 10 à 19 qui obtient le plus grand gain de distance, mais à pondérer par une hausse notable de la vitesse de swing.

5.3 Optimisation du vol de balle

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Avec un fer 7, vous pouvez aussi chercher une trajectoire haute, et plus de spin, pour au contraire, freiner la balle plus rapidement, notamment sur un coup d’approche en direction du green.

5.3.1 Commentaires :

Quand un golfeur qui swingue à près de 90 mph teste un club improvment (XR OS 16) et un fer plus pointu (Apex Pro), nous ne notons pas un écart significatif en terme de hauteurs de trajectoires.

En revanche, le taux de spin est moins élevé avec le club le plus tolérant, ce qui augmente la portée, mais réduit le pouvoir stoppant.

Au global des trois testeurs, l’angle de lancement et le taux de spin sont légèrement favorables à plus de distance par rapport au reste du panel.

5.4 Précision & dispersion

Les points d’impacts représentent les points d’arrivées de la balle après le roulement.

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

5.4.1 Dispersion à vitesse 90 mph

5.4.2 Dispersion à vitesse 80 mph

5.4.3 Dispersion à vitesse 70 mph

5.4.3 Commentaires :

La dispersion n’est pas un élément discriminant et défavorable. Au contraire, en corrélation avec le smash factor, la dispersion est plutôt faible pour les trois testeurs.

Concernant la précision, un élément plus facile à estimer, les écarts de profondeurs ont été plus réduit avec le XR OS 16 par rapport au panel (de l’ordre de 15.5 mètres contre 17 mètres en graphite / et plus relatif en acier).

6. Comparaison au panel

Ce tableau synthétise les résultats des tests pour le fer XR OS 16 (tous shafts et tous testeurs confondus ce qui nivèle les écarts), et donne des tendances.

En substance, effectivement le XR 16 OS est une légère amélioration du précédent XR qui était lui-même un club dans la bonne moyenne de notre panel, et même légèrement au-dessus.

C’est essentiellement au niveau de la réduction du spin que l’on peut trouver un écart favorable à un ajout de distance.

Bien entendu, comme vu plus haut dans le test, et par testeurs, il existe des écarts par profils de joueurs, et de shafts.

7. Données ramenées à un swing de vitesse moyenne

Désormais, nous allons systématiquement vous fournir de nouvelles données de comparaisons pour nos tests.

Pour apporter un résultat comparatif à vitesse de swing totalement identique, et dans la vitesse de swing moyenne des golfeurs amateurs français. Nous avons appliqué un ratio par rapport à la vitesse réellement produite par nos testeurs, et afin de la ramener à une vitesse médiane de 75 mph.

Nous avons fusionné les données de tous nos testeurs par clubs, et appliqué ce ratio pour recalculer les données trackman, tenant compte d’une seule vitesse de swing (75 mph).

7.1 Panel pour une vitesse moyenne de swing 75 mph en version graphite

Ci-dessus, toutes les données ont été recalculées en appliquant un ratio d’écart entre la vitesse désirée (75 mph pour un fer 7), et la vitesse réelle constatée pendant les tests des différents testeurs.

Il ne nous restait plus qu’à appliquer ce ratio à toutes les autres données pour équilibrer toutes les valeurs.

A ce jour, dans cette catégorie de produits, en théorie,le Ping Gmax reste le club le plus tolérant, et le plus puissant.

7.2 Panel pour une vitesse moyenne de swing 75 mph en version acier

En version acier, le TaylorMade M2 serait le club le plus tolérant (mais il nous manque encore des données).

8. Bilan du test

Un club globalement tolérant (smash factor élevé), puissant (degré d’efficacité élevé), peu dispersant, et peu spinnant. En définitive, le club idéal pour bons nombres d’amateurs à la recherche de facilité.

En revanche, les golfeurs d’index inférieurs à dix rechercheront d’autres solutions, notamment pour travailler la balle, et donner des effets plus marqués.

Ce produit est à mettre en concurrence avec le Ping Gmax, le TaylorMade M2, le Titleist AP1, le Mizuno JPX-EZ 16, le Callaway Big Bertha et le Srixon Z 155.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.