Test des fers Callaway MAVRIK: Attention à l’effet Stinger!

Entre nouvelle série Mavrik, Mavrik Pro, et Mavrik Max, il y a un léger risque de confusion. 3 séries avec un même nom, on pourrait s’y perdre. Dans ce nouveau sujet, nous allons uniquement nous intéresser à la série Mavrik, finalement « tout court » ou standard, et pas ses déclinaisons Pro ou Max. Avant le confinement, Callaway avait eu l’amabilité de nous adresser quatre fers (4,6,8 et pitch) sur des manches aciers et stiff. Vous noterez ou avez peut-être déjà observé que les lofts de cette série destinée au cœur du marché golfique, présente des lofts vraiment très fermés. Le débat entre puissance et précision risque d’être rapidement tranché. Néanmoins, dans ce test, nous allons nous intéresser aux bénéfices, et aux inconvénients d’un tel produit, et selon le profil d’un golfeur amateur.

Découvrez nos formules d'abonnements

La série Callaway Mavrik 2020

Quelques semaines avant le confinement, Callaway nourrissait de très grandes ambitions avec sa nouvelle série Mavrik. Dans son communiqué, au moment du lancement, la marque américaine annonçait tout bonnement être la marque numéro au monde pour la vente de série de fers, et depuis 5 ans.

En France, petit village gaulois réfractaire, ce n’était pas tout à fait le cas dans ce match permanent, et à trois, entre Callaway, TaylorMade, et PING.

Toutefois, Callaway avait bien de très grosses ambitions avec cette série. Pour preuve, toujours dans sa communication, un argument pivot : « Nous continuons à développer inlassablement des technologies favorisant la vitesse de balle, conçues pour aider les golfeurs à frapper leurs fers plus loin que jamais ».

De toute la longue communication de la marque basée en Californie, c’est peut-être la phrase la plus symbolique, et la plus importante, pour comprendre la nouvelle offre Mavrik, qui évolue dans un contexte concurrentiel.

Passons rapidement la question de l’intelligence artificielle, principale technologie mise en avant par Callaway pour justifier un nouveau saut en avant, en matière de performance.

« Les fers MAVRIK possèdent une nouvelle Flash Face Cup conçue avec l'IA, qui créent une architecture de face sophistiquée pour chaque loft ; une prouesse d'ingénierie inédite dans le secteur du golf. »

La marque précise « En introduisant une architecture Flash Face différente dans chaque fer, nous avons considérablement augmenté la vitesse de balle et la constance du spin pour chaque club de la série. Notre 360 Face Cup leader sur le marché accroît encore plus la vitesse de balle, en fléchissant et en se relâchant à l'impact sur les coups centrés et décentrés. Ensemble, ces deux technologies constituent une percée dans la construction de la face du club en promouvant une distance longue et constante. »

Effectivement, comme le revendique Callaway, la vitesse de balle, et donc la distance est au cœur du sujet ou plutôt du projet de la marque pour cette série.

Les amateurs s’en défendent, et ont largement décodé depuis longtemps les techniques marketing des marques, et s’agissant des promesses de distance chaque année.

Cependant, ou bien les golfeurs ne lisent pas JeudeGolf, ou bien, malgré la mise en garde, les golfeurs sont tout de même assez majoritaires pour finir par acheter ce type de séries, qui sont largement en tête des ventes, y compris en France.

Oui, les golfeurs achètent de la distance, bien que certains s’en défendent. Et dans cette course aux armements, entre Callaway, TaylorMade et PING, c’est à qui dégainera le plus vite, ou le plus fort.

2020 marque même un tournant dans cette guerre commerciale. Les marques ont franchi le Rubicon avec des lofts de fer 7 pouvant descendre jusqu’ à 27 degrés !

Vous pouviez imaginer que jamais ils ou elles n’oseraient aller aussi loin, et puis finalement si…

Alors bien sûr, on vous parlera de noyau en tungstène « Notre noyau réactif en tungstène nous a permis de positionner précisément des poids personnalisés en tungstène dans chaque fer, afin d'optimiser le lancement et la trajectoire. Nous avons ainsi pu renforcer les lofts tout en conservant les trajectoires, les taux de spin et les angles d'atterrissage préférés des joueurs. »

De ce point de vue, vous verrez que le test contredit cet argument, car si les semelles sont plus larges, l’abaissement des lofts opère tout de même un effet massue et d’abaissement sur les trajectoires.

Le titre de cet article n’a pas été choisi au hasard. Avec le fer 4, vous pourriez découvrir un véritable effet « stinger » avec une balle qui part très fort, et très tendue.

Est-ce mal pour autant ? Ce n’est pas à moi, à nous d’en juger. Il y a certainement une demande de golfeurs pour plus de distance, sans pour autant être du niveau d’un golfeur professionnel.

Callaway cherche ici à amener le plaisir de la compression à des golfeurs qui auront sans doute du mal à répliquer le swing des champions.

Callaway entend enfoncer le clou avec un dernier argument « Nous avons inclus nos microsphères en uréthane exclusives, notre technologie haut de gamme qui favorise un toucher sans précédent et une vitesse incroyable. Plus d'un million de microsphères sont stratégiquement placées dans chaque tête de club et absorbent les vibrations indésirables tout en optimisant le COR. Ce design nous permet d'offrir un toucher optimum et des distances constantes avec tous les clubs de la série. « 

Mon premier test de la série MAVRIK

Ci-dessus, les caractéristiques principales de la série Callaway Mavrik passée en test au studio, et pour laquelle, j’ai mesuré le swing weight et le poids total des clubs.

Dans ce second tableau, je vous propose d’emblée la comparaison des mêmes clubs pour la série MAVRIK par rapport à la précédente série EPIC.

Vous pourrez en retirer plusieurs constats :

L’abaissement des lofts par rapport à une série avec déjà initialement des lofts très fermés. Exemple : Le fer 6 descend de 26 à 24 degrés.

La longueur des manches a encore été augmentée, passant par exemple de 37.5 inches à 37.625 inches toujours pour le fer 6.

Par conséquent, les angles de lancements pour chaque fer descendent en moyenne de 3 degrés, ce qui résulte à des trajectoires de plus en plus tendues.

Toujours par effet domino, le roulement de la balle est fortement accentué, et en moyenne passe de 10 à 17 mètres.

Le taux de spin moyen s’effondre de 5400 tours en moyenne à 4100 tours.

Alors qu’un club de précision, et par opposition à un club de puissance devrait donner 50 degrés d’angle d’atterrissage pour le fer 8, cet angle descend à 43 degrés.

Effectivement, le smash factor augmente de manière spectaculaire, passant de 1.33 pour une série EPIC déjà puissante, à 1.36 pour la série MAVRIK.

En moyenne, entre les deux séries, par numéro, les distances totales augmentent de 10 mètres.

En synthèse, vous avez donc d’un côté un fort gain de distance par clubs, mais accompagné d’au moins deux inconvénients notoires :

Le loft du fer 4 passe sous la barre des 19 degrés, limite physique qui pose un problème à 90% des amateurs pour développer la vitesse nécessaire pour lever facilement la balle.

L’effet Stinger est palpable avec ce club qui pour ma vitesse de swing génère une distance pouvant dépasser les 200 mètres avec la roule.

Autre effet gênant des caractéristiques des clubs testés, l’écart de profondeur, et la dispersion constatée avec ces clubs MAVRIK augmente très fortement. Comprenez que cela affecte fortement la précision qui devient plus difficile à contrôler.

Observations sur le fer 4

Avec un loft de seulement 18 degrés, ce fer 4 Mavrik propose deux sensations très distinctes.

Avec une frappe parfaitement centrée dans la face, la sensation de puissance générée par la face à l’impact et transmise dans le shaft et le grip est assez saisissante. Le smash Factor dans ce cap peut bondir à 1.45 !

A l’inverse, dès que la balle est décentrée dans la face, les sensations sont radicalement moins bonnes, et le smash factor peut tomber à 1.20, ce qui fait que d’un coup à l’autre, sur une dizaine de frappes, vous pouvez ressentir de très grandes différences dans les sensations, un peu comme dans une attraction de fête foraine, avec de grands hauts, et de grands bas.

Surtout, du fait du loft, il y a un fort risque de coups manqués, car il faut une très grande vitesse de swing, et une grande maniabilité pour toujours lever proprement la balle.

Pour quelques coups superbes, le risque est élevé d’avoir beaucoup de déchets en contrepartie.

Observations sur le fer 6

J’ai constaté une très grande dispersion de mes frappes, de gauche à droite. Cela tient au fait que malgré ma vitesse de swing rapide, je n’ai pas le niveau de contrôle et de maniabilité d’un très bon joueur de golf. Sur 10 frappes, je peux ouvrir ou fermer la face à l’impact de -3 à + 3 degrés.

Avec ce type de clubs, justement le smash factor ou vitesse de balle accentue l’effet de dispersion.

Entre le fer 6 et le fer 4, vous noterez qu’il y a un affaissement de l’écart de distances entre les deux clubs, car justement trop fermé, le fer 4 perd en efficacité, ce qui n’est pas le cas du fer 6.

Pour cette série, il sera probablement raisonnable de s’arrêter au fer 5, et ensuite de basculer sur des clubs hybrides…

Des clubs globalement imaginés pour des golfeurs qui présentent un chemin de club extérieur-intérieur et qui auraient besoin de roule

Je me suis livré à un deuxième test pour cette fois illustrer le cas de golfeurs qui présentent un chemin de club inverse au mien, et qui m’a jusqu’à présent servi pour illustrer ce test.

Du fait de l’offset très prononcé de la série MAVRIK, un golfeur avec un chemin de club intérieur-extérieur pourrait potentiellement avoir du mal à contrôler les trajectoires de balles, et surtout sans ajustement ou en tenir compte.

A l’inverse, un golfeur avec un swing extérieur-intérieur, et qui peut à l’extrême lutter avec le slice, ce type de club peut apporter une aide, et jusqu’à un certain point.

Dans une organisation qui pour moi correspond à faire du « fade », naturellement les données mesurées au Trackman change.

L’angle de décollage et le taux de spin augmentent, alors qu’inversement, le smash factor et la distance diminue. En quelque sorte, la puissance est refreinée tandis que la précision s’améliore légèrement.

L’offset joue alors son rôle pour réduire les trajectoires qui s’échappent à droite, cependant, dans une limite. Par exemple, sur une frappe où le club est déplacé de plus de -4 degrés extérieur-intérieur, et la face ouverte de +2 degrés, la balle va fortement courber sur la droite, partir au-delà de 21 mètres à droite du centre du fairway, et selon le point d’impact dans la face.

A l’inverse, pour un coup similaire avec un fer 6, si le chemin reste autour de -4 degrés, mais la face est square… dans ce cas, la balle va se diriger sur la droite du centre du fairway d’environ moitié moins de distance latéral, et dans ce cas, de seulement 7 mètres.

L’offset est une bonne aide pour contrer le slice, mais dans une certaine limite de cohérence entre chemin de club, et position de la face à l’impact.

Bilan du test

Du fait de ses caractéristiques, la série MAVRIK est très clivante ! Elle s’adresse à des golfeurs qui aimeraient avoir les sensations de très bons joueurs, sans en avoir la vitesse de swing.

Elle va offrir des niveaux de smash factor très élevés.

Pour obtenir ce gain, il faudra accepter de payer une forte contrepartie sur la précision, et le contrôle des trajectoires. Le loft du fer 4 à seulement 18 degrés est trop bas, et peut poser plus de problèmes que de solutions.

Globalement une série à proscrire aux golfeurs avec un chemin de club naturellement très intérieur-extérieur, et au contraire, à recommander à des golfeurs avec le chemin inverse, et à condition qu’ils misent avant tout sur la roule.

Puissance et précision ne feront pas bon ménage. Ici, il vous faudra faire un choix radical.

Toutefois, le fait de jouer en fade, pour un droitier, peut atténuer les effets des lofts trop fermés, et apporter un minimum de contrôle sur les trajectoires.

Pour finir, bien centrée, le point fort de cette série, c’est le retour de sensations dans les mains, la compression de balle exprimée en smash factor élevé.

Pour autant, faut-il continuer à fermer toujours plus les lofts, c’est finalement vous, les consommateurs, qui détenez une partie de la réponse…

Restez informé

Recevez notre newsletter
(Note moyenne de 3.6 sur 5 votes)

Commentaires   

admin
0 #2 Réponseadmin 03-05-2020 13:46
Bonjour Monsieur, et cher client,
J'ai bien pris note de tout votre message et de votre mécontentement fortement exprimé, et que vous avez décidé de partager publiquement sur cette page, plutôt que de me l'exprimer à titre personnel.
Je vais tâcher de vous répondre, et de regretter de vous témoigner mon incompréhension de certains points, qui me laissent penser que mes écrits ont été mal interprétés.
Je constate, et là je le regrette, que vous êtes propriétaires de clubs MIzuno MP-20 HMB, et que je vous ai visiblement heurté, pour ne pas dire blessé, je vous apporte mes excuses pour cela.
Cependant, à vous lire, j'ai beaucoup d'incompréhension. D'abord, cette page traite des fers Callaway Mavrik, et je ne vois pas le lien avec les Mizuno MP-20 HMB qui ont été traité dans plusieurs articles, dont le dernier en date le 13 mars 2020.
Ensuite, dans chaque article, je, nous, prenons le soin de décrire chaque produit, et chaque caractéristique testé.
Vous contestez notre modèle économique qui existe depuis 2010. Je vous rappelle que ce modèle permet plusieurs choses importantes : Nous finançons graçe à vous, et tous les clients abonnés, la réalisation d'un studio d'essai indépendant, l'achat d'un trackman 4, l'approvisionnement en clubs de golf pour test, et vous semblez oublier que nous n'appartenons pas à un magasin de golf ou à une marque, ce qui de fait rend notre accès aux produits plus délicats, surtout, et je vais encore l'affirmer pour apporter une critique constructive. Oui, vous avez constaté, depuis notre origine où nous étions plutôt seuls sur notre créneau, il y a eu pléthore de nouveaux contenus. Tous sont-ils indépendants ? Et oui, nous, je reste dans une position qui n'est pas l'émerveillement systématique sur des nouveaux clubs de golf qui sortent tous les ans avec de nouveaux arguments marketings. Vous pourrez constater que la page ou l'article que vous critiquez ne contient pas de publicité quand vous la parcourez.
S'agissant du fond de notre, mon article que du coup j'ai relu avant de vous répondre. Je ne comprends pas votre commentaire. Permettez moi de citer des passages que bien entendu, je n'ai pas modifié pour l'occasion :
"Jacques, Luc et Alexis m’ont rejoint au studio, pour tenter de distinguer des différences de sensations et de performances entre les différents modèles de fers de la marque Japonaise." Comme vous le constatez, j'ai fait appel à 4 personnes dont un golfeur d'index inférieur à 9 (Jacques), un excellent golfeur. Je n'ai pas donc donné un avis seul et sur mon seul "mauvais" swing.
A ce sujet, j'ai écrit et dans le dernier paragraphe consacré au bilan " Le test démontre que la qualité du contrôle dépend aussi beaucoup du joueur." ce qui confirme ce que vous dites, et infirme le fait que vous laisseriez penser que je n'en tiens pas compte dans les tests. Ce n'est pas vrai.
Ensuite, par rapport à cette série, j'ai loin d'avoir été si négatif que ce que vous le laissez entendre. J'ai vanté la possibilité de faire un combo. En revanche, quand vous dites que c'est un club plus tolérant. Je ne partage pas ce commentaire à 100% pour des lofts seulement 2 degrés plus fermés en moyenne par rapport à une série lame MP-20 classique. Je persiste à penser que cette série présente un intérêt complémentaire pour les fers 3, 4 et 5, que cet intérêt se perd en comparaison des fers 6 au pitch. Je suis confirmé dans cette observation 100% mesurée au trackman, par les ventes de clubs qui confirment que cette série est très peu vendue en France, et surtout justement en combo sur les fers les plus fermés du sac.
S'agissant de la description que je ne ferai pas des produits, je ne vous comprends pas. Sur ce seul sujet des MP-20, et pour les 3 séries concernées, nous avons publié près de 4 pages différentes, pour détailler chaque produit, et à la fin, produire un test comparatif avec 4 joueurs différents, dont effectivement un senior, qui je continue de penser compose la majorité du bataillon des golfeurs français, et certains sont même d'excellents joueurs avec des index proches en-dessous de 10, c'est le cas de Jacques. Dans le cas de Luc, qui effectivement n'a pas le swing encore pour jouer ce type de clubs, il me paraît au contraire intéressant d'illustrer pourquoi. Vous noterez que tout l'article n'est néanmoins pas construit sur ce seul argument. Bref, je reste très circonspect par toute cette négativité. Je vais la prendre en compte, parce que comme vous le signalez, nous sommes payants, ce qui veut dire que nous avons des clients, que l'on tient compte de tous leurs avis, même si dans la majorité des cas, ils sont positifs, mais pas là, et justement pour continuer à progresser, à parler à tous les golfeurs, et toutes les golfeuses. Ce n'est clairement pas une tâche facile. Je suis blessé par vos propos, mais je vais continuer à travailler à m'améliorer. Enfin, vous m'annoncez quitter le navire. Vous étiez abonné à l'année en 2016, et depuis vous ne revenez qu'épisodiquement sur le site, et à la journée. Pour ma part, j'avais plutôt la déception qu'on vous avait déjà perdu depuis longtemps. J'espère qu'on va s'améliorer assez dans les années à venir, pour que vous puissiez un jour, peut-être changer d'avis. Je vous souhaite aussi une bonne continuation, un bon golf, et surtout une bonne santé. Cordialement,
Laurent
s.w65@hotmail.fr
0 #1 Mp20s.w65@hotmail.fr 03-05-2020 12:03
quand je lis tout ce que vous écrivez... je suis choqué
Le look entre une hmb et une mp20 n'est vraiment pas radicalement différent sauf l'épaisseur.. par contre un joueur 18 d'index vous dites qu'il tape mieux des vrais lames qui doivent correspondre à un index 5 mini en rapport des hmb qui sont des clubs biens plus tolérants .. hum j'ai déjà un doute
Ensuite sur je ne sais quel tableau vous mettez des dispersions plus affolantes sur un fer 8 style 28m ... moi quand je fais ça... cest que ça vient de moi et pas du club !!!! Vous avez des dispersions affichées bien moindre sur un fer 4
Entre ça et le reste !! Faire tester des manches stiff a un senior qui doit jouer avec un flex 2 grades en deçà !! Quel intérêt ????
J'ai une série mp20 hmb je suis 11 et j'ai 85 mph de vitesse de club... je joue du regular...
J'ai lu et visionné tout ce qui a pu être fait sur ces clubs sur les 3 continents ( merci YouTube).. a aucun moment vous de décrivez la caractéristique de chaque série.. hmb = hollow body... mp20 = lame
Etc...
Bref je suis déçu par tout ce que peux lire
Faudrait il inclure dans vos test un gars qui joue parfaitement avec des coups réguliers etc etc.. 28 m sur fer 8.. on est plus en 1932 .. l'erreur de swing ???
Bonne continuation mais moi je quitte le navire car ailleurs c'est gratuit vous en plus il faut payer pour lire ça
Cdt

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.