Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Titleist 716 CB

Test fer Titleist 716 CB

A bien y regarder, il semble qu’il y ait beaucoup de points communs entre la nouvelle tête CB 716 et l’AP2 716, des clubs revisités en 2016 par Titleist dans sa gamme de produits pour Serious Golfers. Ayant pu tester l’ensemble des produits, nous avons pu nous faire une idée assez précise du niveau de jeu nécessaire pour jouer ce type de lames et de la pertinence du crantage entre AP1, AP2, CB et MB. A l’aide de deux testeurs disposant de vitesses de swings distinctes, nous avons jugé la tolérance réelle de la CB en comparaison avec les autres têtes Titleist.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les conditions du test Fer Titleist 716 CB

Cet essai a été réalisé fin décembre sur le practice du golf du Gouverneur avec un radar Flightscope mis à notre disposition par notre consultant clubfitting/clubmaking, Loïc Monchalin.

A l’aide de ce radar comparable au trackman, nous avons pu recueillir vitesse de swing, vitesse de balle, distance au carry, distance totale, et taux de spin.

Données qui nous permettent de calculer des ratios comme le smash factor ou le degré d’efficacité.

Le club testé

Comme nous avons réalisé le test du fer 716 CB le même jour que le 716 MB, nous avons aussi utilisé le même shaft sur les deux têtes, ce qui a rendu la comparaison encore plus patente.

Shaft qui n’a été autre que le fameux True Temper Dynamic Gold R300 AMT d’une longueur de 37 inches, et d’un poids de 124 grammes…Un manche évidemment acier et regular !

Au global, le club est déclaré comme étant monté pour un swingweight théorique en D2.

Concernant la tête, il faut noter un loft de 35°, soit 1° de plus qu’une tête de fer 7 équivalente en AP2, et même 4° de plus qu’une AP1.

De ce point de vue, Titleist ne cherche pas à gagner en distance en fermant les lofts sur ses séries les plus exigeantes, au contraire !

Si vous cherchez des différences techniques au niveau des fers Titleist, vous en trouverez à minima aux niveaux des offsets qui sont décroissants entre AP1 et MB d’un bout à l’autre de l’offre de la marque, avec 0.137’ d’offset sur l’AP1, 0.110’ sur l’AP2, 0.102’sur la CB, et 0,098’ sur la MB

Les enjeux du test

Avec l’apport du tungstène dans la tête du fer 7 CB, avons-nous trouvé une plus grande tolérance ? Allons-nous trouver le même crantage de difficulté que Titleist entre la CB et la MB ? Que dire de l’angle de lancement, sera-t-il effectivement plus haut, et favorable à un meilleur contrôle de trajectoire ?

Les testeurs

Pour ce test, nous avons fait appel à deux testeurs avec deux vitesses et maturité de swings distinctes.

Le premier disposant d’une vitesse de swing rapide de 91 mph avec un fer 7. (Niveau de jeu à un chiffre) Un golfeur qui correspond tout à fait à la cible de ce type de clubs.

Le second disposant d’une vitesse de swing plus modérée à 81 mph toujours avec un fer 7, et pas très loin de pouvoir choisir ce type de club, ou en tout cas dans la catégorie qui pourrait éventuellement se laisser tenter.

Ce qu'il faut savoir sur la série CB 716

La nouvelle série CB revisitée au dernier quadrimestre de 2015 par Titleist a pour principale ambition de favoriser le touché et un contact plus consistant, en particulier au moment du contact avec le gazon.

Tout comme les séries AP1 et AP2, les lames CB 716 ont reçu un traitement en tungstène.

En 2015, de nombreux fabricants comme Ping, Mizuno et donc Titleist ont revu leurs offres de fers sous l’angle du matériau.

Ainsi, le tungstène a pour objet d’abaisser le sweet spot sur les longs fers, et d’augmenter la stabilité des fers pour les rendre plus résistants aux effets de « twisting » à savoir mouvements intempestifs dans la zone d’impact.

L’objectif étant d’augmenter le MOI et de favoriser la tolérance. Dans la série CB, seuls les fers 3 à 7 sont concernés par ce procédé d’ajout de poids en tungstène, qui est justement co-forgé dans la tête au cours du processus de fabrication.

C’est pourquoi ce n’est pas tout à fait une lame forgé au sens strict du terme. Concernant les autres fers de la série, les fers 8 au pitch, pas de nécessité d’ajouter du tungstène selon la marque, en revanche, les lofts ont été augmentés avec un point d’impact légèrement plus haut dans la face pour aboutir au même résultat que sur les longs fers.

En fin de compte, Titleist espère proposer un fer pour golfeurs à index bas qui soit jouable, maniable, et avec un MOI très comparable à celui du précédent AP2 714 avec toutefois une tête plus large.

Par rapport à une lame MB, le club le plus exigeant de la gamme Titleist, la top-line de la CB est censée vous apporter plus de confiance, n’étant pas trop fine.

En comparaison de l’ancienne tête CB 714, le « muscle back » partie arrière de la tête parait plus prononcée pour justement favoriser ce sweet spot plus bas.

Usuellement, Titleist propose un large éventail de shafts pour sa nouvelle série 716 CB. Ce qui est intéressant cette année, c’est le fait que la marque propose pour la première fois un nouveau manche True Temper Dynamic Gold AMT (ascending Mass Technology).

Pour faire simple, le poids du manche est plus léger sur les longs fers, et augmente de trois grammes sur chaque club.

Soit de 112g pour le fer 3 jusqu'à 130g pour le Pitching Wedge. Ce procédé rend les longs fers plus faciles à swinguer, et permet de lancer plus haut pour notamment plus de contrôle de profondeur de trajectoire sur les fers ouverts.

Comprenez pour arrêter plus régulièrement et plus rapidement la balle sur les greens avec un angle d’atterrissage plus marqué.

Les 4 paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • l’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

1-TOLÉRANCE-MANIABILITÉ ET PUISSANCE-DISTANCE

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Pour être tout à fait complet, nous avons illustré les quatre têtes Titleist testées par nos soins, et pour nos deux testeurs qui ont tous deux swingués plus ou moins au-dessus de leurs vitesses de swings moyennes avec ces clubs.

Premier constat qui sonne comme une évidence, il s’agit globalement de clubs très exigeants et qui dans les deux cas ne se sont pas illustrés comme des clubs extrêmement tolérants et puissants.

Les têtes Titleist confirment qu’elles ne se laissent pas facilement dompter, et même pour un golfeur à un chiffre.

Le moindre coup légèrement décentré dans la face ne pardonne pas.

Pour le golfeur qui swingue en moyenne au-dessus de 80 mph (étoiles), le résultat est net ! Le club le moins favorable est bien le CB alors que l’on aurait logiquement dû trouver plus de difficulté avec la lame MB !

En revanche, et c’est intéressant, le golfeur qui swingue au-dessus de 90 mph (losanges) a été plutôt mal à l’aise avec la grosse tête AP1 par rapport aux petites têtes CB et MB, des résultats strictement inverses entre les deux profils de joueurs. C’est en fait assez logique !

Jusqu’à un certain niveau de pratique, les têtes plus tolérantes type AP1 apportent de l’aide au joueur, notamment avec un gain de distance supplémentaire, ensuite, ce gain se dilue ou s’annule parce que le joueur s’est habitué à jouer des têtes plus petites et plus exigeantes pour le centrage de balle.

Cependant, un premier constat commun peut être dressé ! Entre les deux lames CB et MB, dans les deux cas, il y a un avantage de puissance pour le club censé être le plus exigeant, la lame la plus pure, la MB.

Concernant la tolérance, la CB est un soupçon devant la MB…mais un soupçon !

Si le golfeur qui swingue à 80 mph a sans doute envie de se laisser tenter par ce type de lames, objectivement, il va perdre nettement en distance, et en tolérance par rapport à des têtes plus larges.

2-QUELLE DISTANCE AU CARRY ?

Finalement un indicateur assez simple et assez fiable concernant la performance d’un club de golf.

Ci-dessus, ce tableau reprend l’intégralité de nos tests de fer Titleist pour la période 2015/2016 pour deux vitesses de swings distinctes (80 et 90 mph).

Alors que pour les trois autres têtes testées, l’écart a été bien marqué entre nos deux testeurs, pour la CB, les vitesses de swings ont été beaucoup plus proches.

Dans les deux cas, c’est avec la CB que les distances ont été les plus courtes.

Si le swing 80 mph aurait intérêt à privilégier l’AP2, le swing 90 mph a été plus performant avec la tête la plus pointue, la MB.

Notez que le taux de spin donné aux balles a été nettement plus élevé avec les CB et MB par rapport aux AP1 et AP2.

En revanche, pas réellement d’angle de décollage plus élevé ou d’angle d’atterrissage plus prononcé avec la CB par rapport aux autres têtes…

3-OPTIMISATION DU VOL DE BALLE : ANGLE DE DÉCOLLAGE RÉEL ET TAUX DE SPIN

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Avec un fer 6, vous pouvez aussi chercher une trajectoire haute, et plus de spin, pour au contraire, freiner la balle plus rapidement, notamment sur un coup d’approche en direction du green.

Si on isole les datas du golfeur qui swingue à 80 mph son fer 7, on note que l’angle de lancement et le taux de spin moyen donnés à la balle sont un peu en-dessous de sa moyenne, tandis qu’avec le MB, les données balistiques sont nettement supérieures (trop).

4-PRÉCISION-DISPERSION

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Pour le golfeur à la vitesse de swing la plus élevée, et la plus adaptée à ce club, le résultat n’est pas particulièrement impressionnant avec une balle particulièrement hors-jeu.

Pour le golfeur à la vitesse de swing la plus modérée, la dispersion est comparable.

BILAN DU TEST

Interrogé après le test, le golfeur le moins vite (80mph) n’a pas du tout aimé les sensations procurées par la tête CB. Dès les premières balles, et même la première, il n’a pas compris l’équilibrage du club qui a accentué un phénomène d’embarquement du haut du corps par rapport au bas du corps avec pour résultat des balles fortement envoyées sur la gauche.

Comparativement, la MB lui a paru beaucoup plus agréable, et abordable techniquement, alors que cela aurait dû être le contraire.

En conclusion, des têtes Titleist, la CB n’est pas celle qui reçoit le plus grand suffrage de notre part, et au contraire, elle illustre notre surprise quant à la MB, pratiquement plus abordable.

Ceci dit, les deux testeurs ont obtenu des résultats divergents. A mesure que les têtes se sont complexifiées, notre testeur 90 mph a obtenu de plus en plus d’efficacités dans ses frappes.

A l’inverse, le testeur 80 mph a été plus consistant avec les têtes les plus larges.

Par rapport aux enjeux initiaux du test, nous n'avons pas trouvé la tête CB particulièrement tolérante par rapport aux autres clubs Titleist. Entre CB et MB, avantage net pour la lame, qui a shaft équivalent produit plus de distance.

Enfin, la CB n'a pas réellement permis des trajectoires plus hautes, et un contrôle de profondeur plus net par rapport aux autres têtes.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.