Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Srixon Z155

Test fer Srixon Z155

Dernière série de club proposée par Srixon, la Z 155 est censée être la plus tolérante de toutes, et en fait, la plus éloignée de la série Z 9, la lame la plus exigeante. L’offre Srixon en matière de fers a le mérite d’être lisible et bien segmentée pour tous les profils de golfeurs. Cinq séries Z pour cinq maturités de swings différentes quand d’autres marques s’arrêtent à quatre...Est-ce un avantage ? Quelle est la vraie place de cette gamme Z 155 ? Est-elle légitime par rapport à la Z 355 ? Quel comportement par rapport à ses concurrents directs dans la hiérarchie des « game improvment » ? Nous avons eu recours à deux vitesses de swings distinctes pour éprouver ce club, et apporter des réponses à toutes ces questions.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur l’organisation du test fer Z155

Cet essai a été réalisé au magasin US Golf de Champagne au Mont d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle, qui a mis à notre disposition un simulateur trackman, outil permettant de mesurer précisément angle de lancement, spin, et vitesse de balle.

Pour ce test, nous avons utilisé un fer 6 Z 155 en deux versions de shafts distincts :

  • Un acier Nippon Shaft NS 950 GH Regular de 91 grammes
  • Un graphite Miayazaki Jinsoku Regular de 72 grammes

Srixon a le mérite de proposer des shafts de qualité y compris en standard.

Deuxième constat, les grammages des shafts que vous retrouverez au premier abord et sans fitting sont plutôt légers.

A titre de comparaison, en quatre ans de test, la moyenne des shafts a été pesée à 89,9 grammes, plus précisément 105 grammes pour un acier, et 69 grammes pour un graphite.

Enfin, il est très intéressant de noter qu’il s’agit exactement des mêmes shafts que nous avions utilisé avec la série Z 355. La comparaison en sera d’autant plus parlante !

Ce qu'il faut savoir sur la série Z155

Chez Srixon, le crantage de l’offre des fers a le mérite d’être simple à appréhender.

Partant d’une même base pour tous ces clubs, plus le chiffre baisse, et plus la top line et la semelle s’élargisse tandis que la cavité arrière se fait apparente.

Dans cette logique, le Z 155 est le club Srixon qui propose la semelle la plus large, et la cavité la plus prononcée.

Ceci étant dit, visuellement, ce n’est pas pour autant une pelle à tarte comme certaines de ses consœurs. C’est un premier bon point pour les golfeurs qui ont besoin de beaucoup de facilité, mais qui ne veulent pas renoncer à un minimum d’esthétique.

Le Z 155 est donc le concurrent direct du Ping Gmax, du prochain Callaway XR 16 OS (oversized) et de l’actuel Callaway Big Bertha, du TaylorMade Aeroburner ou encore du Mizuno JPX-EZ.

Il faut commencer à distinguer le fait que même dans la catégorie dite « game improvment » qui permet de séparer en deux l’offre des fers du marché avec d’un côté les lames pour les « players », et de l’autre les clubs à cavité pour 80% des golfeurs, dans cette fameuse catégorie, l’offre se subdivise à nouveau.

Le Z 155 et les clubs que nous venons d’énumérer appartenant à une catégorie à l’extrême que l’on pourrait appeler pour grands débutants.

Attention, il ne faut surtout pas dénigrer ses clubs, et faussement croire qu’ils seraient moins performants ou moins qualitatifs. A la limite, c’est tout le contraire !

Dans ce registre, Callaway a même poussé l’histoire à proposer une série « moyen de gamme » en prix (XR 16 OS qui va sortir en janvier 2016), et une série Big Bertha plutôt haut de gamme.

Beaucoup de golfeurs devraient considérer ce type de produits plutôt que de s’acharner à tenter d’apprendre à jouer avec des clubs trop durs.

Vous le verrez dans les chiffres ci-dessous, même un très bon golfeur trouve plus de performance avec ce type de produits plutôt qu’avec des clubs plus exigeants en qualité de centrage de balle.

Concernant spécifiquement la Z155, cette série incorpore la technologie VT Sole que nous avions déjà particulièrement apprécié sur la série Z545, une des meilleures ventes de l’année pour les revendeurs qui distribuent Srixon.

Le principe de cette semelle est de gérer l’effet rebond selon les phases de traversée du club dans l’herbe.

Cet élément technique s’avère déterminant pour réduire la dispersion, et favoriser la précision des coups joués.

Autre grand principe technique chez Srixon, le principe « Action mass » qui est utilisé sur la plupart de leurs clubs. Il s’agit de combiner un ajout de poids en tête avec une zone de torsion plus élevée au niveau du shaft pour favoriser la tolérance, et de ce fait l’accélération du club.

Enfin, pas de réelle différence entre le Z155 et le Z355, si ce n’est la dimension de la tête du club qui se veut donc plus large, surtout pour inspirer de la confiance à l’utilisateur.

D’un point de vue plus technique, les deux clubs présentent strictement les mêmes caractéristiques : loft du fer 6 à 27°, lie à 61.5°, swing weight en D2 en acier, et D1 en graphite, et un manche d’une longueur standard de 37.5 inches.

Les enjeux du test

Quelle est la vraie place de cette gamme Z 155 ? Est-elle légitime par rapport à la Z 355 ? Quel comportement par rapport à ses concurrents directs dans la hiérarchie des « game improvment » ? Quelle performance pour une vitesse de swing lente ?

Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à deux testeurs. Le premier disposant d’une vitesse de swing moyenne de 84 mph avec un fer 6, et pas naturellement concerné par ce type de clubs.

Le second disposant d’une vitesse de swing plus modérée à 66 mph toujours avec un fer 6, et beaucoup plus concerné par ce type de clubs.

Les 4 paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • l’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

1-TOLÉRANCE-MANIABILITÉ ET PUISSANCE-DISTANCE

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

1.1 Test en version acier

Premier constat très parlant, les deux golfeurs n’obtiennent pas du tout les mêmes résultats avec les différents clubs testés dans la catégorie « game improvment ».

Et c’est plutôt le golfeur au swing le plus rapide qui tire la meilleure partie de ces clubs.

Deuxième constat, si le testeur vitesse 84 mph n’a pour ainsi dire aucune différence entre les deux fers Srixon, ce n’est pas du tout le cas pour le golfeur 66 mph, qui est nettement plus à l’aise avec la version Z 355. Au risque d’être très tranché, ce club en version acier est inadapté !

Troisième constat, alors que les fers Z545 dans une catégorie plus neutre font un véritable tabac. A l’inverse, les Z 155 et Z355 n’apportent pas réellement un gain de tolérance ou de puissance évident par rapport aux stars du secteur que sont les Ping Gmax et Mizuno JPX-EZ 16, pour le coup plus pelles à tartes !

1.2 Test en version graphite

Après s’être un peu fait peur avec le premier tableau qui donnait un avis assez tranché et défavorable aux fers Srixon Z155, ce second tableau concernant les clubs sur shafts graphites est un peu plus nuancé.

Pour le golfeur le moins concerné par ce type d’offres, le verdict est toujours identique. Il trouvera plus de performances avec des clubs parfois moins esthétiques, mais finalement redoutables d’efficacité.

Il est très difficile de départager le Gmax des deux versions du Mizuno Jpx-EZ 16.

Le Cleveland CG Black qui présente un look plus classique se rapproche des deux fers Srixon qui à nouveau ne se différencient pas entre eux d’un point de vue performance !

Concernant le golfeur 66 mph, les choses ont un peu évolué. Et pour le coup en version graphite, le Z155 ressort comme le club le plus tolérant, et le plus efficace avec un crantage net par rapport au Z355.

Crantage qui se retrouve aussi entre le Mizuno JPX-EZ et le Forged, mais dans le sens inverse de la logique de difficulté !

Le Cleveland CG Black se situant finalement au milieu de la bataille…un peu isolé !

Conclusion :

Pour un golfeur ayant une vitesse de swing relativement rapide, pas de différence notable entre les deux clubs Srixon.

Bien que relativement tolérant et puissant, ils ne rivalisent pas avec les Ping Gmax et Mizuno JPX-EZ Forged, sauf au niveau du look où pour le coup, il y a un net avantage aux Srixon.

Pour le golfeur avec une vitesse de swing lente, l’analyse est plus complexe au premier abord. Ceci dit, l’acier n’est en fait pas recommandé !

Et alors si on ne s’intéresse qu’au graphite, le Z155 ressort finalement comme la meilleure solution, et mieux que le Z355.

Bémol, à ce niveau vitesse de swing, il semble que les résultats du test soit aussi plus aléatoires. En effet, alors qu’en version, le testeur a obtenu de bons résultats avec le Mizuno JPX-EZ, cela a été tout l’inverse en version graphite.

Ce n’est pas totalement le jouer qui est à mettre en cause. Il se peut que l’équilibre du club d’un shaft à une autre, soit considérablement modifié.

Dans ce cas, un fitting est incontournable pour se prémunir d’une pareille mésaventure.

En fin de compte, l’intérêt du Z155 se justifie dans un seul cas, une vitesse de swing relativement lente, et seulement dans un usage avec shaft graphite !

2-QUELLE DISTANCE AU CARRY ?

C’est finalement un indicateur assez simple et assez fiable concernant la performance d’un club de golf.

Entre les deux testeurs, ci-dessus, les performances enregistrées avec le Z 155 entre version graphite et acier. Globalement, des smash factors moyens et des taux de spins assez élevés en particulier pour le testeur le plus rapide.

A titre de comparaison sur l’ensemble de notre panel, pour un fer 6 de type « game improvment » en acier comme en graphite, le testeur de vitesse rapide enregistre un taux de spin moyen autour de 5000 tpm.

Pour le débat plutôt Z155 ou Z355, en version graphite, ce tableau conforte le Z155 pour le golfeur à vitesse modérée, tandis que pour l’autre testeur, pas vraiment d’écarts significatifs entre les deux clubs.

Dernier tableau, uniquement pour le testeur avec une vitesse de swing plutôt rapide dans toutes les têtes Srixon mais seulement sur des shafts acier pour une meilleure comparaison, et la confirmation que chez Srixon pour des golfeurs classés au-delà de 10 d’index jusqu’à 18, la Z545 est vraiment la meilleure alternative.

Plus le club s’affine, et on se rapproche d’une lame, et plus la performance décroit logiquement.

La lame Z945 est à réserver uniquement aux golfeurs professionnels, et encore pas tous ! Beaucoup de pros en contrat chez Srixon jouent la Z745…

3-OPTIMISATION DU VOL DE BALLE : ANGLE DE DÉCOLLAGE RÉEL ET TAUX DE SPIN

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Avec un fer 6, vous pouvez aussi chercher une trajectoire haute, et plus de spin, pour au contraire, freiner la balle plus rapidement, notamment sur un coup d’approche en direction du green.

Comme déjà un peu vu plus haut, globalement des clubs qui donnent beaucoup de spin, et donc favorisent le contrôle de profondeur et l’arrêt rapide de la balle sur les greens.

En revanche, l’angle de lancement est tout à fait dans la moyenne de ce que nous observons pour des fers 6 classiques.

Pour le testeur à vitesse de swing plutôt rapide, les trajectoires sont légèrement plus hautes avec le Z355 alors que l’angle de décollage est très similaire au départ.

4-PRÉCISION-DISPERSION

Les points d’impacts représentent les points d’arrivées de la balle après le roulement.

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

Pour le testeur à vitesse de swing plutôt rapide, la dispersion entre le Z155 et le Z355 en version graphite n’est pas un élément segmentant ! La dispersion est tout à fait équivalente.

BILAN DU TEST

De manière générale, les fers Srixon Z 155 et Z355 sont plutôt des clubs qui permettent un bon contrôle des trajectoires, avec relativement peu de dispersion, à défaut d’être vraiment très puissant.

Objectivement, entre les deux clubs, il y a relativement peu de différences ou c’est une affaire de détail comme la hauteur de trajectoire maximale légèrement plus haute avec le Z355.

De toutes les configurations testées, pour le golfeur avec une vitesse de swing modérée, la version graphite s’est illustrée comme étant une des plus tolérantes.

Toutefois, ce test illustre les limites du fitting en-dessous d’une certaine vitesse de swing !

En effet, le joueur n’est pas suffisamment consistant et régulier dans ses frappes pour être certain que le club est en cause plus que le joueur, et pas l’inverse.

Si le fitting a ses limites, il démontre néanmoins que chaque joueur a des compétences différentes en fonction de chaque club, et même chaque configuration de club.

Quelle est la vraie place de cette gamme Z 155 ?

Effectivement, pour un golfeur à vitesse de swing modérée, la Z155 est à considérer en premier, avant d’envisager la Z355. Elle va être légèrement plus tolérante, et du coup efficace en distance.

En revanche, plus le golfeur swingue vite, et plus l’écart se resserre, jusqu’à s’annuler.

Pour le coup, cette série fait bien ce qu’on lui demande.

Est-elle légitime par rapport à la Z 355 ?

Oui et non…comme écrit plus haut, les écarts de performances ne sont pas spectaculaires.

Quel comportement par rapport à ses concurrents directs dans la hiérarchie des « game improvment » ?

Le bilan est contrasté. Pour une vitesse de swing rapide, la Z155 est désavantagée par le fait de présenter des dimensions raisonnables, et une cavité qui n’est pas exagérément prononcée.

Visuellement, la Z155 est plus dans l’esprit de ce que peuvent attendre de bons joueurs. Cependant, si on enlève la question esthétique, un Ping Gmax ou Mizuno JPX-EZ 16 ont un effet puissance plus important.

Par contre, pour un golfeur à vitesse modérée, cet effet puissance n’est pas aussi évident, et pour le coup, la relative tolérance, et maniabilité du Z155 en fait un club plus efficace, tout en étant assez peu dispersant.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.