Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test comparatif fers PING i210 vs i200

Test comparatif fers PING i210 vs i200

Est-ce qu’il y a plus qu’une dizaine d’écart entre le nouveau fer PING i210 et son prédécesseur le i200 ? Si le nouveau modèle épouse les codes esthétiques de la nouvelle génération des fers PING, comme le i500 ou le G700, peut-on trouver à shaft équivalent, un véritable bénéfice au strict niveau de la tête ? Par rapport aux autres fers de la gamme PING, comment se situe le i210 en matière de performances ? Avec l’aide d’un trackman, je me suis évertué à tenter de répondre à toutes ces questions.

Les fers PING i210 et i200 Testés

A l’été 2018, au moment du lancement des nouveaux fers PING i210, Tyrell Hatton, ambassadeur de la marque était monté au créneau.

A l’époque, il vantait un principe de trajectoire plus haute, et un meilleur touché. Pour avoir testé de manière simultané, les deux fers en version numéro 7, simple amateur, je dois admettre que je suis bien incapable de distinguer le touché entre ces deux fers.

Sur ce point, je n’aurai donc aucune valeur ajoutée ou plus-value à vous partager. C’est quelque chose qui me fascine, à propos de clubs de golf, qui obéissent à des dessins similaires, tout en utilisant des matériaux de fabrications proches… Comment sentir une différence de touché à l’impact entre deux clubs plus ou moins identiques ?

Visiblement les professionnels du circuit ou du marketing ont cette compétence.

Je préfère me fier aux chiffres qui sont souvent plus faciles à argumenter. Avant de revenir sur la question centrale de la hauteur de trajectoire pour une lame dite cavity back, qui s’adresse donc plutôt aux bons joueurs, j’avait noté au moment du lancement de la i210 que le principal changement allait se situer derrière la cavité.

Sur les photos, on peut distinguer nettement le changement du dessin au dos du club.

A l’époque, la marque argumentait que cet élément allait pouvoir rendre plus de vitesse de balle à l’impact, notamment sur les coups décentrés.

Hauteur de trajectoires et vitesses de balles sont justement des éléments vérifiables, et notamment avec un Trackman, professionnel de golf ou amateur…

Pour ce test, j’ai pu faire monter exactement le même manche sur les deux têtes, à savoir le True Temper Dynamic Gold 105 R300 du cart fitting PING, le même bon vieux True Temper que vous pourriez trouver au cours d’un fitting. Ce manche, parmi les plus anciens jamais fabriqués reste une référence, à défaut d’être novateur.

Les deux têtes, i200 et i210 présentent bien le même loft, à savoir 33 degrés pour un fer 7, ce qui caractérise bien une lame dite cavity back.

Mis à part, le dos du club, c’est très difficile de réellement les distinguer.

Comme souvent avec PING, il s’agit bien plus d’une évolution que d’une révolution. Il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

PING est rarement dans la surenchère, bien que le marketing ait tendance à dévier sous l’influence sans doute de ses deux principaux concurrents, TaylorMade et PING.

Petit élément distinctif, la nouvelle face du i210 est beaucoup plus foncée quand elle est neuve par rapport à celle du i200, qui sur la photo, a bien deux ans d’âge.

Au moins visuellement, le i210 donne bien un coup de vieux au i200.

Les résultats du test

Bien que j’eusse déjà testé le i200 en son temps, je vous affiche ci-dessus le test comparatif du i210 avec le i200 réalisé le même jour, et dans les mêmes conditions.

J’ai ajouté en complément des données de tests d’autres clubs PING comme le G400 ou le G700 qui avaient été réalisés en amont.

Est-ce que le i210 lève plus la balle que le i200 ?

Avec un loft identique, à iso shaft, et angle de lancement plutôt identique, cela parait plus tôt difficile à croire, pourtant, si on s’en réfère à la hauteur de trajectoire maximum sur 18 frappes, il y a un tout petit écart de 50 centimètres en faveur du nouveau i210.

Chapeau Monsieur Hatton d’avoir vu cet écart !

Cependant, curieusement, cela n’a pas vraiment d’effet tangible sur l’angle d’atterrissage de la balle. Au contraire, l’écart est cette fois plus prononcé avec le i200. Donc, malgré une hauteur de trajectoire à peine plus élevée, cela n’améliore pas le contrôle de la balle au sol, en ne limitant pas plus la roule.

Est-ce que le i210 restitue un meilleur smash factor ? Sans un radar, vous ne le sentirez pas vraiment, mais là-encore, c’est plutôt vrai même si c’est très léger.

Dans le même exercice de test, j’ai trouvé 0.01 d’écart entre les deux têtes.

Cumulé à un taux de spin amoindri, il y a un écart sensible de distance.

A la différence de ce que l’on aurait pu imaginer de la part de Tyrell Hatton, à savoir des trajectoires plus hautes, plus de spin, et donc plus de contrôle, j’ai plutôt trouvé l’inverse.

Je trouve même un gain de quelques mètres au carry (+6 avec le i210), à la faveur d’un léger gain de vitesse de swing (+1 mph avec le i210), et une baisse du taux de spin de près de 700 tours.

En admettant une marge d’erreur humaine, quand je regarde l’ensemble des coups tapés, je constate pourtant bien une nette tendance des balles tapées au i210 légèrement devant le i200, alors que pourtant, il s’agit du même shaft, et d’une tête dont les changements sont tout de même mineurs.

Le custom tuning port à l’arrière du dos semble jouer ce rôle. Je pourrai me dire que la face du i200 plus ancien, est usée et donc moins performante.

Dans ce cas, ce serait l’inverse, le taux de spin aurait tendance à baisser sous l’effet des rainures usées. Il s’agit d’un club en magasin, susceptible d’avoir été tapé fréquemment.

Ce n’est pas le cas. Le taux de spin du i200 est supérieur à celui du i210.

En moyenne, la roule du i210 est améliorée d’un mètre par rapport au i200.

test du i210

En comparaison des autres fers PING, et notamment i500, G400 ou G700, on retrouve bien une logique de gamme différenciée entre tous ces clubs.

Plus les lofts se ferment et plus les taux de spin dégringolent. Plus les lofts se ferment et plus les vitesses de balles augmentent. Les trajectoires se tendent. Entre un G700 et un i210, on peut facilement trouver un écart de 13 mètres au carry et de 20 mètres avec la roule.

test du i200

Bilan du test comparatif i200 versus i210

Alors que je m’attendais à plus de contrôle, surtout à la suite des déclarations de Tyrell Hatton, j’ai trouvé moins de spin et plus de restitution de la part de la face. Le i210 semble apporter plus de distance supplémentaire que de hauteur de trajectoire.

Comme souvent avec la ligne i de PING, on retrouve un club sérieux qui tient sa promesse de club pour bon joueur, sans être injouable.

D’ailleurs, je trouve que la différence de rendement avec le i500 n’est pas si marqué. C’est d’ailleurs un peu confusant.

Il y a pourtant près de 3 degrés d’écart au niveau du loft entre un i500 et un i210, et pourtant, à en juger par les résultats de ce test, ce n’est pas si flagrant en matière de trajectoires. Il y a bien un léger écart en faveur du i500, surtout du fait du spin qui tombe encore.

Pour un golfeur classé légèrement au-dessus de 10, sur cette base, le i210 serait un meilleur choix que le i500.

Pour une lame CB et par rapport à d’autres modèles que j’ai pu tester dans d’autres marques ces deux dernières années, la i210 se situe exactement dans la moyenne, en matière de performances, aussi bien pour le smash factor ou l’efficacité ramené à la vitesse de swing.

La seule chose qui la distingue, c’est un taux de spin un peu bas pour ce type de club.

Comme souvent le manche est un élément capital, surtout sur cet aspect.

Comme évoqué, quand on regarde la roule, le i210 reste dans la moyenne du marché, pas mieux, pas moins bien. Il n’y a donc pas de mauvaises ou bonnes surprises avec ce fer qui répondra aux attentes des bons joueurs.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.