Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Ping i200

Test fer Ping i200

Avec le concours du magasin US Golf de Lyon, nous avons pu organiser le test du nouveau fer Ping i200. Trois testeurs - un senior, un amateur, et un pro - ont essayé ce nouveau fer avec des shafts acier et graphite en version regular et stiff, selon leurs vitesses de swings respectives mesurées à l’aide d’un radar trackman. Ce club est-il franchement plus performant que le précédent modèle ? Quel bénéfice apporte ce club typé cavity back ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Le club testé : Fer Ping i200 numéro 7 sur plusieurs shafts

Pour cet essai, nous nous sommes appuyé sur le cart fitting Ping à disposition du magasin US Golf de Lyon, notamment pour les essais réalisés en indoor.

Club à classer dans la catégorie des fers « Players » en cavity Back, il sera sans doute majoritairement proposé à de bons joueurs, et plus souvent sur des manches en aciers.

En stiff, vous avez de grandes chances de retrouver un excellent KBS Tour 120 (parfois un excellent manche fait plus que la tête), ou un manche « maison », le AWT 2.0, manche regular plus léger.

Pour les besoins du test, nous avons proposé un manche graphite regular Ping CFS 70 à notre testeur senior, alors que pour le test en outdoor réalisé avec Xavier Bretin au golf de la Sorelle, nous lui avons proposé le KBS Tour 120 Stiff.

Par rapport aux derniers fers testés sur notre site, le i200 se distingue par un loft à 33 degrés en version fer 7. C’est assez classique pour un club de ce calibre, et de ce niveau de jeu.

Une lame est souvent comprise entre 32 et 34 degrés de loft en version fer 7, alors que pour un club plus tolérant, le niveau de loft peut descendre à 28,5 degrés, toujours pour un fer 7.

Dans ces conditions, il y a des chances que l’angle de lancement et le taux de spin soient plus élevés, alors que le smash factor ou le degré d’efficacité pourraient être plus réduits.

Rien de bien particulier à noter concernant la longueur des manches qui se trouve dans la moyenne de notre panel pour un fer 7, à savoir autour de 37,25 inches.

S’agissant de la vitesse de swing, il n’y aura pas ici d’avantages ou de désavantages liés à ce paramètre, comme cela peut arriver sur les bois ou les drivers, annoncés pour aller plus loin, justement grâce à une longueur de shaft rallongé.

Les conditions du test

Je me suis prêté au jeu du test dans la peau de l’amateur de golf avec une vitesse de swing plutôt rapide, mais pas toujours régulier dans le centrage de la balle.

Avec un fer 7, je swingue en moyenne à 81 mph (150 mètres de moyenne en distance totale) avec un smash factor de 1.31. Avec ces mesures, je me situe entre un club player CB ou un bon club improvment standard.

Je joue le plus souvent un shaft acier stiff, mais je peux aussi bien jouer un shaft regular. Je commence à penser que l’équilibrage du club (swing weight) est bien plus important que la notion de stiff ou de regular.

Le pro Xavier Bretin swingue le fer 7 à une moyenne de 85 mph (168 mètres) avec un smash factor de 1.38. Avec de telles mesures, il est un excellent candidat pour des têtes de types lames MB ou CB comme par exemple, cette série i200.

Enfin, notre testeur senior de 66 ans, 24 d’index, qui joue une à deux fois par mois, swingue le fer 7 à une moyenne de 64 mph (105 mètres de moyenne) avec un smash factor de 1.25.

Jean est un bon candidat pour une tête improvment avec une semelle plus large et un loft fermé, ce qui ne révolutionne pas totalement les mesures, mais lui permet de gagner 5 à 10 mètres en moyenne à la roule de la balle.

Nos indicateurs de performance dont le nouveau spin/launch angle

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé, entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Pour déterminer la bonne utilisation du club par le joueur, nous utilisons aussi en plus, et récemment, un ratio entre le nombre de tours de spin donnés à la balle, et son angle de lancement exprimé en degrés.

Chaque golfeur génère un taux de spin et un angle de lancement qui lui est propre avec le matériel qui lui est donné. Cependant, des règles régulières s’observent.

Si une balle de golf part haute et prend beaucoup de spin, par rapport à une vitesse de balle donnée, elle monte au-dessus de la trajectoire idéale, ballonne, et perd en vélocité.

Si une balle de golf part basse et prend peu de spin par rapport à une vitesse de balle donne, elle descend trop vite en-dessous de la trajectoire idéale, et perd en vélocité.

Avec ces trois ratios, en plus des données trackman, nous pensons pouvoir argumenter sur la performance d’un club de golf en toute objectivité, et avec une approche rigoureuse.

Les datas pour le pro

C’est toujours délicat de juger une série de clubs sur le test d’un seul club. Cependant, au cours d’un fitting, les marques vous font rarement essayer plusieurs fers, et le fer 7 est souvent considéré comme l’étalon de la série.

Ci-dessus, vous pouvez retrouver les principales données mesurées au trackman concernant les derniers fers tapés par Xavier, en comparaison du Ping i200.

Le comparatif le plus juste est indiscutablement celui à faire avec le King Forged MB de Cobra. Bien que le MB soit encore plus difficile à taper qu’une lame CB, dans ce cas, on peut comparer des clubs assez proches au niveau du loft, de la rigidité du manche, et de son poids.

Néanmoins, la MB de Cobra relève deux petits handicaps : le loft est un degré plus ouvert, et le manche, 0,25 inches plus court.

Pourtant, Xavier qui est assez neutre dans ses frappes quel que soit la marque ou le modèle de club, a obtenu des datas légèrement supérieures avec le club Cobra versus le club Ping.

Premier constat, il a swingué en-dessous de sa vitesse habituelle. Est-ce le joueur ? Est-ce le club ? C’est souvent difficile à dire, mais il est possible que l’équilibrage du club ne lui ai pas totalement convenu.

Pour rappel, un fitting poussé avec n’importe quel club peut changer radicalement les données. Dans notre cas, nous testons des clubs standards, pas des processus de fitting.

Deuxième constat plutôt cohérent, avec un loft assez ouvert, l’angle de lancement est élevé : Soit 20 degrés au lieu de 17 degrés en moyenne pour Xavier.

Comme attendu, non seulement, ce club génère un angle de lancement plus élevé, mais c’est aussi, comme une véritable CB, une des lames qui produit le plus de spin (plus de 5000 tours).

Ce n’est d’ailleurs pas extravagant, car, pour un fer 7, le niveau de spin pourrait atteindre 7000 tours par minute.

Angle de lancement élevé cumulé à taux de spin prononcé… le point d’arrêt de la balle après le carry est assez rapide. Dans ce cas, seulement 9 mètres contre 11 mètres en moyenne pour le reste des clubs testés.

Bien que Xavier ait swingué moins vite, la distance n’est généralement pas le point fort d’une tête CB. Dans ce cas, c’est le club le moins long qu’il ait eu à tester, ce qui ne l'a pas empêché d'éprouver du plaisir à taper ce club.


Les datas pour un amateur à vitesse de swing rapide

Toujours pour des manches aciers, ci-dessus, les différents clubs que j’ai pu tester sur les deux dernières saisons en indoor.

Ayant pu essayer le i200 en deux versions, regular et stiff, le champ de comparaison est un tout petit peu plus large.

Comme Xavier, en version stiff, visiblement, là-aussi, j’ai swingué en-dessous de ma vitesse moyenne avec un écart de 2 mph par rapport à la moyenne.

Assez logiquement, j’ai trouvé un peu plus de tolérance avec la tête i200 par rapport à la version Muscleback de Ping, à savoir la iblade.

Le smash factor est à chaque fois plus élevé en regular et en stiff en faveur de la i200 versus la iblade, ce qui se retrouve aussi sur la distance.

A noter, regular ou stiff, dans mon cas, il n’y a pratiquement pas d’écart au niveau des ratios (smash factor, degré d’efficacité et spin/angle de lancement).

La seule chose qui varie en faveur du regular étant la vitesse de swing, et par conséquence la vitesse de balle.

Toutefois, cela ne représente qu’un écart de 2 mètres en distance totale.

Ayant testé la précédente ie1 de Ping, je peux constater que la nouvelle tête i200 n’est qu’une très légère amélioration. Là encore, l’écart de distance entre deux versions très proches est de seulement 2 mètres.

A ce stade, il y a deux manières de considérer les clubs de golf.

Soit, vous êtes un client régulier Ping, et à chaque fois que vous voulez changer de clubs, vous voulez retrouver le même standard de performance.

Soit, vous êtes un golfeur qui cherche une nouvelle série de fers pour obtenir ou des meilleures sensations ou plus de distance.

Par rapport à cette segmentation, je suis amené à penser que la nouvelle série Ping i200 correspond à la première attente. A savoir, proposer un standard de performance cohérent et régulier, avec à la marge, une petite amélioration.

Les datas pour un senior à vitesse de swing modérée

Ci-dessus, les données de notre testeur senior avec des clubs sur shaft graphites exclusivement.

Pour un golfeur expérimenté, à première vue, ce dernier pourrait se dire qu’une tête CB, même sur un shaft graphite, a peu de chances d’être le bon choix.

Cependant, et c’est un fait que j’observe de plus en plus, en-dessous d’une certaine vitesse de swing, et d’une certaine régularité dans le centrage des frappes de balles, parler de fitting ou de clubs plus adaptés que d’autres reste très théorique, et surtout ne se vérifie pas tant que cela dans la pratique.

Avec un fer i200 sur shaft graphite, le smash factor de ce testeur n’est pas franchement inférieur par rapport à un fer Callaway XR OS 16 Oversized.

Si je prends mon cas, pour les deux mêmes clubs, avec une vitesse plus importante, oui, j’arrive à créer un véritable écart entre les deux clubs, et bien en faveur du modèle avec la semelle la plus large, et avec le loft le plus fermé.

Pour ce senior, qui ne représente pas tous les seniors, les écarts entre chaque club ne sont pas extrêmement marqués, sauf avec les clubs XXIO qui ont trois particularités : des lofts fermés, des semelles larges, et des manches plus légers.

En résumé, entre la théorie et la pratique, vous gagnerez toujours à vérifier par vous-même.

Bilan du test

Vous attendez certainement de cet article une réponse à la question « bien ou pas bien ce Ping i200 ? »

Selon les profils, on voit bien que c’est une réponse difficile à donner.

Vous incitez à essayer ou de vous faire fitter est certainement une bonne réponse, mais cela consiste à enfoncer une porte ouverte.

De mon point de vue, si j’attends d’une série de fer i200 plus de performance, plus de tolérance, plus de distance par rapport à mon ancienne série de fers Ping, je ne trouverai pas cette réponse.

Par rapport à la précédente série i, les écarts de performances sembles exister mais relativement faibles. Comment pourrait-il en être autrement ? Le design des fers et les limitations réglementaires créent un cadre qui est de toute façon difficile à révolutionner.

En revanche, si j’attends de cette série de fers Ping i200, le même niveau de rendement, de sensation, et de performance que ma précédente série Ping, alors que je veux simplement renouveler mes clubs. Dans ce cas, j’ai plus de chances de trouver ce que je cherche.

Comparativement à d’autres lames CB, la série Ping i200 reste très traditionnelle. Pas de lofts très fermés, de semelles exubérantes, cela reste un club classique qui lance haut et donne du spin, ce que cherche un golfeur classé moins de 10 d’index.

Cela ne veut pas dire qu’un senior qui joue 30 ne peut pas se faire plaisir, si cette série lui plaît. La preuve, notre testeur n’est pas franchement beaucoup moins performant avec par rapport à des clubs censés être plus adaptés.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.