Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test comparatif fers PING i500 vs TaylorMade P790

Test comparatif fer PING i500 vs TaylorMade P790

C’est peut-être le match de l’année en matière de fers forgés et tolérants, entre d’un côté le TaylorMade P790, la bonne surprise de la fin d’année 2017, un temps numéro un des ventes en France, et son challenger, le PING i500, une réponse récente sur ce créneau de marché en développement, et même une première pour PING. Sans l’intervention des deux marques, qui ne coopèrent pas sur ce type d’exercice de tests, je vous propose ci-après un essai comparatif sans concessions. Ces deux clubs peuvent-ils vraiment se distinguer ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Les fers testés

A sa sortie, le TaylorMade P790 a réussi un coup de maître.

Se faire remarquer pour son esthétique très réussie, et susciter l’ire de son concurrent PXG, les deux cumulés profitant à la médiatisation de cette nouveauté.

Surtout ce club répondait à une forte évolution du marché vers des clubs dit forgés mais plus tolérants, se situant à la croisée des chemins entre les fers lames pour les très bons joueurs, et les fers pour golfeurs en progressions.

Les marques japonaises, Srixon et Mizuno, ont sans doute été les premières à se lancer sur ce créneau. Le très performant Srixon Z545 a d’ailleurs révolutionné le genre avec sa fameuse semelle en V.

Etonnement, les américains ont mis du temps à saisir cette évolution, et se l’approprier.

Alors que les ventes de lames déclinent de plus en plus vite, ce type de clubs déclarés comme forgés, mais avec des semelles plus larges, et des lofts plus fermés correspondaient pleinement à une attention d’une très large part de la population golfique, qui voulait se faire plaisir sans tomber dans la difficulté absolue de lames très fines avec des lofts plus ouverts.

TaylorMade a mis du temps à trouver la bonne formule, elle qui était quelque part coincée dans un ancien schéma, entre lames pour golfeurs sur le tour ou clubs improvment récréatifs pour golfeur plus de 18 d’index.

Le P790 a rencontré un succès immédiat, se classant numéro un des ventes en France sur le début d’année 2018.

Depuis, le TaylorMade M4, sorti quelques semaines plus tard, a repris l’ascendant, signe que le marché des golfeurs dit en progression reste le plus gros créneau.

Après cette première percée dans l’univers du forgé tolérant, PING, un des trois plus gros faiseurs en matière de fers sur le marché français avec Callaway, ne pouvait pas rester en retrait, surtout dans un domaine qu’elle n’avait jamais vraiment occupé jusqu’à présent, ce qui pouvait donc représenter une opportunité de croissance.

La marque de Phoenix en Arizona a donc dégainé son offre en milieu d’année 2018, seulement quelques mois après TaylorMade, et il faut bien admettre que le modèle i500 est sans doute l’un des plus beaux fers du marché actuel.

Avant de parler de jouabilité, il faut admettre que cette catégorie de clubs remporte largement les suffrages des concours de beautés, en arrivant à combiner subtilement classicisme du forgé et modernité d’un club tolérant.

Sans avoir de chiffres assez récents sur les ventes du i500, il semble néanmoins vraisemblable que ce modèle ait créé un appel d’air.

Peut-être pas au point de détrôner le G700, mais il a intrigué les golfeurs les plus passionnés par la matériel, et je sais que j’ai tardé à vous répondre avec cet essai.

Bien que JeudeGolf.org soit un site internet spécialisé sur les questions de matériel de golf, cela ne veut pas pour autant dire que toutes les marques collaborent avec enthousiasme à ce type d’essais.

C’est donc parfois plus compliqué qu’il n’y paraît de vous proposer ces essais, surtout comparatifs.

D’un point de vue des caractéristiques, c’est assez pratique car les deux fers sont très semblables.

Les lofts du fer 7 sont équivalents (30,5 degrés).

Avec l’appui d’un magasin de golf, j’ai pu tester deux fers 7 proposés habituellement dans le cadre d’un fitting.

Il s’agit donc de versions habituellement présentés à des golfeurs voulant essayer ces clubs. Je n’ai pas dicté ces configurations. Elles me semblent toutefois très cohérentes pour de l’acier regular.

Si les lofts sont équivalents, les lies diffèrent à la marge (0,5 degrés).

S’agissant des manches, si on retrouve très souvent la marque True Temper, dans les deux cas, les marques s’évertuent à ne pas s’opposer frontalement, en proposant des manches légèrement distincts en longueur et en grammage.

Le manche un quart de pouce plus long du P790 risque d’avantager ma vitesse de swing, alors que le grammage plus important du i500 devrait favoriser mon smash factor.

Résultats du test comparatif P790 vs i500

Comme c’était à craindre entre deux clubs très semblables, les résultats sont très proches.

Dans les deux cas, j’ai frappé 25 balles Srixon Z-Star neuves qui servent dans tous les tests, pour justement ne pas fausser les données.

Malgré les légères différences entre les deux manches regular acier, j’ai swingué les 50 shots à une vitesse de swing tout à fait comparable, soit 83 mph.

D’un point de vue purement des trajectoires, il faut considérer que ces deux clubs procurent les mêmes vols de balles avec des angles de lancement et d’atterrissages identiques.

Les variations de lofts dynamiques sont marginales. J’ai swingué ces deux clubs de la même façon, avec la même intensité, et obtenu les mêmes trajectoires.

Il y a toutefois deux différences, et certainement à mettre au crédit du manche : Le smash factor et le taux de spin.

Avec plus de poids sur la balle, le smash factor a été logiquement plus élevé avec le PING i500.

Attention, trop de poids aurait pu ralentir ma vitesse de swing, et finalement être contreproductif.

Trajectoires fer i500

Dans le cadre de cet essai, alors que je joue habituellement avec encore plus lourd, cela ne m’a pas perturbé. A l’inverse, je dirai que le manche du TaylorMade présent dans le chariot de fitting de la marque est peut-être un peu trop léger.

Autre phénomène, le taux de spin du PING i500 est franchement sous la barre des 6000 tours, ce qui ne me surprend pas.

Avec un loft de 30,5 degrés, nous sommes plus proches d’un fer 6 que d’un véritable fer 7. C’est bien entendu valable pour le P790.

Trajectoires P790

Précédemment, je vous ai mis les chiffres issus du test sans aucune forme de modification. C’est le reflet de mon test dans des conditions strictement identiques, y compris ma forme du moment.

Il se trouve que j’avais déjà testé le P790 l’an passé, et à sa sortie. A nouveau, tributaire d’un manche choisi en fonction du cart fitting dans un magasin de golf, j’avais testé un acier regular de 95 grammes.

A l’époque, j’avais mieux tapé, et obtenu des rendements supérieurs.

Ce nouvel exemple permet d’illustrer l’importance du manche, et du swing du moment entre deux têtes qui me semblent très similaires en performances.

Bilan du test : Match nul à la question près du prix tarif...

Je serais étonné que l’une aille vraiment plus loin que l’autre, surtout étant donné le loft, et les formes de têtes très similaires.

Cependant, je note tout de même une pointe maximum plus élevée avec la P790 (avec deux manches différents) et inversement moins d’écart entre la meilleure et la moins bonne de mes frappes avec le i500.

Plus que la tête, comme très souvent, c’est vraiment le choix du manche qui va influer sur la performance de votre club. PING ou TaylorMade, ce sera surtout une question de prix, de look et d’affinité avec la marque.

Dans les deux cas, j’ai noté des top-line très fines, qui font plus tôt penser à des lames plus qu’à des clubs tolérants. C’est sans doute volontaire de la part des deux marques.

Le sentiment de facilité ou de tolérance à l’adresse n’est donc pas le plus gros point fort de ces deux clubs. De ce point de vue, le Srixon Z585 me paraît être toujours un peu devant.

En revanche, sur les balles bien claquées, le sentiment de puissance restituée par la face est excellent, et à nouveau, bien malin qui pourra distinguer les deux clubs.

En conclusion, il s’agit de deux clubs que je pourrais acheter. J’ai une petite préférence pour la ligne du P790, mais c’est une question purement de goûts et de couleurs. PING a réellement réussi un très bel ajout à sa gamme. Ce club i500 manquait et pourrait lui permettre de parler à une nouvelle frange de la clientèle.

Dans les deux cas, j’émettrai un bémol sur les grips un peu basiques pour des séries vendues autour de 1200 euros les 6 fers (PING) et 950 euros les 6 fers (TaylorMade).

La différence de prix ne me paraît pas trop justifiée entre deux séries aux performances plus que comparables. C’est peut-être ce qui explique pour l’instant l’avantage de TaylorMade dans les ventes…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
admin
0 #2 Réponseadmin 21-11-2018 13:24
Tout d'abord bonjour Monsieur Billot,
Je vous remercie pour votre question qui me permet d'apporter la précision suivante : Nous testons des produits qui existent, et donc des produits que les golfeurs sont susceptibles d'acheter. Ne pouvant pas toujours compter sur les marques pour nous proposer tous les modèles de clubs existants, et c'est précisé dans cet article, nous avons sollicité un magasin de golf, et un vendeur spécialisé de ce magasin pour nous soumettre les deux clubs en version acier regular, et comme c'est écrit. Surtout, il est important d'expliquer que PING et TAYLORMADE sont deux marques distinctes. Etant distinctes, bien qu'elles fabriquent toutes deux des clubs de golf, des têtes et achètent des composants comme les manches et les grips, elles montent par intérêt commercial évident des connecteurs rigoureusement différents. Un connecteur permet de faire le lien entre la tête et le manche, notamment pour des clubs issus d'un cart fitting, outil qui permet au magasin ou à la marque de monter/démonter rapidement des manches pour proposer plusieurs essais différents. En l'occurence, le connecteur de PING permet un certain nombre de manches adaptés, et celui de TaylorMade, d'autres manches. Aussi par intérêt commercial, il arrive que dans une même marque, pour deux têtes différentes, les connecteurs changent, ce qui ne permet pas de monter exactement la même référence de shaft, sauf à démonter les connecteurs. En l'occurence, et n'oubliez pas que nous faisons du journalisme, et pas du clubfitting, et que nous nous adressons à l'immense majorité des golfeurs de tous horizons et toutes expériences, pour délivrer une information que nous avons soigneusement énuméré dans cet article, ce qui vous permet d'ailleurs de réagir. Les deux manches sont déclarés comme équivalents par les marques pour de l'acier regular, mais ne sont pas identiques dans une proportion que nous considérons marginale, et qu'il convient aussi de relativiser par rapport à la performance pour un amateur. Commentaire que je me permets sur la base de 8 ans d'expériences et plus de 2000 tests de clubs à iso-shafts ou shafts légèrement différents avec plusieurs dizaines de testeurs amateurs. Il ne s'agit pas non plus d'un clubfitting pour un golfeur professionnel qui cherche une fréquence parfaite, car il pourrait estimer que cela joue sur sa performance dans une proportion à démontrer. Nous testons des clubs susceptibles d'être achetés en l'état par des golfeurs amateurs, sachant pertinement qu'un golfeur expert pourra demander un niveau de précision d'expert à un clubmaker tel que vous, mais dans ce cas, ce n'est plus le même sujet, et vous vous en doutez certainement.
Si vous avez eu le loisir de lire l'article sur la comparaison entre le i210 et le i200 de la même marque, PING, vous avez peut-être constaté que dans ce cas, le test a été mené avec un seul et même shaft, toujours en raison du connecteur. Ici, je m'intéressais au match i500 versus P790. Pour rappel, la majorité des clubs de golf en France sont achetés en magasin, en grande surface, en pro-shop et sur Internet. Ces configurations sont les plus susceptibles d'être achetées par la majeure partie des golfeurs.
Merci pour votre question qui permet de faire cette précision utile. J'ai noté que vous seriez intéressé que je vous sollicite en qualité d'expert du clubmaking. Nous avons justement une émission à tourner dans le cadre de jeudegolf.tv qui proposera un débat entre deux clubfitters pour parler de ce beau métier. Je ne manquerai pas de vous inviter et vous donner la parole, ce qui reste le métier premier de jeudegolf.
 
 
billot.claude@gmail.com
0 #1 ESSAI AVEC SHAFT IDENTIQUEbillot.claude@gmail.com 21-11-2018 11:51
De nouveau sur le site:
Il serait quand même beaucoup plus parlant, d'utiliser des shafts rigoureusement identiques pour vos essais de têtes de clubs.
il suffit au moins de mesurer la fréquence de chaque club, et là vous allez avoir des surprises ! Quand au D. pure, là encore !!!
Je renouvelle mon invitation à me joindre par e-mail.
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.