Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Cobra KING MB

Test fer Cobra KING MB

Proposée en deux finitions, chrome et black, la série de lames muscleback Cobra King MB a de l’allure ! Au-delà de l’aspect visuel, est-elle pour autant tolérante ? Donne-t-elle plus ou moins de spin, et en fonction de quels profils ? Ce sont toutes les questions que nous nous sommes posées au moment de réaliser ce nouvel essai avec un radar trackman, et en sollicitant trois testeurs dont un pro de golf, et un senior.

Découvrez nos formules d'abonnements

Le club testé : King Cobra MB pour MuscleBack

Dans le cadre du test de l’ensemble de la gamme Cobra, la marque nous a procuré un cart fitting complet.

Pour l’essai du King Forged MB, le club le plus pointu de la gamme, et réservé à l’élite des meilleurs amateurs, nous avons configuré un set-up classique. A savoir, un shaft C-Taper 120 de longueur 37 inches et d’un poids de 120 grammes en acier stiff.

Dans notre panel actuel de lames déjà testées, nous remarquons qu’en règle générale, et sans fitting particulier, les marques proposent des fers 7 dans un loft moyen de 34.5 degrés avec des shafts d’une longueur de 37.1 inches.

Le Cobra KING MB obéit donc clairement à cette même logique de marché.

Concernant les shafts, pour ce type de clubs exigeants, et bien qu’il soit en fait possible de monter un shaft regular graphite, le plus souvent, la logique veut que soit montée des shafts acier stiff d’un poids variant entre 100 et 130 grammes.

En somme, le club testé est tout à fait dans les standards du marché pour une lame.

Les conditions de l’essai

Nous avons sollicité trois testeurs, un senior avec une vitesse de swing modérée (70 mph) un golfeur amateur avec une bonne vitesse de swing (80 mph), et le pro Xavier Bretin qui swingue le fer 7 autour de 90 mph.

Soit trois testeurs très différents les uns des autres, et qui portent la balle respectivement à 100, 140 et 170 mètres avec un fer 7.

Pour ce test, nous avons utilisé le radar trackman mis à notre disposition par le magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, profitant de l’expérience de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Comme pour l’ensemble de nos essais, nous n’avons pas réalisé d’interventions sur le club pour le tester dans sa configuration la plus « standard ».

Les enjeux du test

Ils sont souvent assez simples concernant une lame ! Quel taux de spin peut être donné à la balle ? Peut-on travailler les trajectoires ? Est-ce un club suffisamment tolérant ?

Ceci étant, pour un golfeur, le choix d’une lame peut obéir à des critères plus sensoriels comme le touché ou le look. Aucun test ne peut remplacer un avis personnel.

Tolérance

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur.

Ce ratio varie justement selon les profils, et doit tendre à se rapprocher 1.50 pour un golfeur très régulier dans sa capacité à centrer la balle dans la face.

Tolérance et efficacité du club testé selon les profils

L’essentiel d’un test objectif d’un club commence par déterminer le ratio de smash factor (vitesse de balle / vitesse de swing), et le ratio de degré d’efficacité (distance au carry générée en mètres / vitesse de swing).

Pour chaque club, nous mesurons toujours ces ratios par rapport à la moyenne constatée du testeur par type de clubs.

Ce graphique illustre la différence de tolérance et de puissance entre la lame King Forged MB en version fer 7 pour chaque testeur par rapport à la moyenne équivalente tous types de fers 7, lames ou fers à cavité.

Plus loin, nous ferons un véritable comparatif lames contre lames. Il s’agit ici d’illustrer ou plutôt de quantifier ce qu’il faut pour jouer une telle lame.

Pour le testeur senior, l’écart est flagrant. Une telle lame coûte trop en tolérance, et en puissance pour être recommandée, en tout cas dans la configuration présentée dans ce test.

Et à l’inverse, même le pro qui est le seul profil à tirer son épingle du jeu avec un tel club, est bien entendu moins performant en tolérance, et en puissance pure. Sauf que le choix d’une lame n’est jamais pour aller chercher spécifiquement ces critères. Au contraire, l’amateur de lames recherche un feeling, et surtout plus de spin donné à la balle, tout en sacrifiant effectivement distance, et tolérance.

De ce graphique, il faut aussi retenir qu’un seul profil arrive à dégager assez de tolérance et de puissance : le pro.

Même l’amateur qui swingue à plus de 80 mph n’arrive pas à rentrer dans la partie droite et supérieure de ce tableau qui caractérise les meilleurs set-ups.

Encore une fois, ce graphique ne dit pas que le club est mauvais. Il indique qu’il est très exigeant, ce qui n’est pas une surprise, et donc pas forcément un critère de jugement.

Trajectoires de balles avec le club testé

Un club de golf permet plus ou moins de travailler la trajectoire d’une balle de golf, en hauteur, ou selon des effets. Le cas présent, nous nous intéressons essentiellement à l’angle de décollage, et l’angle d’atterrissage, plus spécifiquement pour les clubs d’approches.

Le taux de spin est aussi un élément très intéressant pour comprendre le vol d’une balle de golf.

Ci-dessus, notre pro a testé les deux clubs Cobra les plus exigeants, la MB qui est donc la lame dite « Muscleback », et la King Tec qui est plus comparable à une « cavity back », soit un club toujours pointu mais un peu plus tolérant.

A l’aide des données Trackman, on constate qu’entre les deux têtes tapées dans les mêmes conditions, la MB donne 100 tours par minute de spin en plus (4450 tpm) !

Cependant, si l’angle de décollage constaté avec la MB est seulement de 14.90 degrés, l’angle d’atterrissage est de 40 degrés, soit 2 degrés de moins qu’avec le King Forged Tec.

Conclusion, pour ce golfeur, la MB ne donne pas un pouvoir stoppant à la balle supérieure à l’autre lame Cobra puisque à l’arrivée, la balle est sur une trajectoire plus tendue. 100 tours de spin d’écarts ne suffisent pas à compenser.

Autrement dit, entre les deux clubs Cobra, la lame n’arrête pas la balle plus vite. En revanche, il y a un véritable écart de distance entre les deux, dans la mesure où la KING Forged Tec est beaucoup plus tolérante. L’écart de distance se mesure jusqu’à 7 mètres dans ce cas.

La rigidité du shaft peut être un des facteurs explicatifs…

Dispersion des balles en largeur et profondeur avec le club testé

La dispersion constatée avec un club est plus le résultat d’une adéquation ou inadéquation d’un golfeur avec un club que le simple fait de l’outil ! C’est un indicateur intéressant pour faire un fitting.

Cependant, tous les clubs testés sont à iso-conditions…

Le cas présent pour le golfeur senior, nous pouvons comparer sa dispersion moyenne avec l’ensemble des clubs Cobra présents dans le cart fitting.

Nous pouvons constater qu’il a été relativement peu dispersant, à la fois de manière latérale, mais aussi en profondeur. Bien que ce club ne soit pas à privilégier pour ce type de golfeur, ce n’est pas non plus totalement injouable !

Ce graphique est d’ailleurs plutôt flatteur pour la lame !

Pour l’amateur à vitesse plus élevée, assez fréquemment, la dispersion a tendance à augmenter avec la vitesse de swing.

Ceci étant, alors que la vitesse de swing du senior ne permet pas de distinguer des écarts flagrants, dans ce cas, nous pouvons observer que de tous les clubs Cobra, la lame (cercle vert) est effectivement en retrait en termes de distance, et ce n’est pas non plus le club le plus précis pour ce profil.

Le Cobra KING F6 sur shaft acier regular se détache (cercle bleu).

Comparaison des données par rapport au panel des clubs testés dans la même catégorie

Pour établir un comparatif entre plusieurs clubs, nous n’avons retenu que les données du deuxième golfeur, swinguant en moyenne à 80 mph.

Le tableau ci-dessous illustre les grands ratios comparables à iso-conditions (balle, radar, situation de test…) pour trois clubs, et la moyenne du panel pour ce testeur.

Les clubs choisis pour la comparaison ont le mérite de présenter à peu de choses près les mêmes caractéristiques techniques en termes de loft, de poids de shafts, de longueurs de shafts…

Ce comparatif positionne la lame Cobra comme un peu moins spinnante que ses rivales, notamment l’Apex Muscleback qui est aussi plus tolérante.

Bilan du test

La lame Cobra fait partie des plus belles du marché. Une fois posée au sol à l’adresse, un golfeur sensible à ce type de clubs appréciera la top-line très fine. D’ailleurs, pour ce type de golfeur, il est très difficile d’apprécier une top-line plus large.

Pour Xavier Bretin, pro de golf et consultant sur Jeudegolf.org qui a testé ce club, et vous livre ses impressions dans la vidéo suivante, le King Cobra MB lui a donné de très bonnes sensations en mains.


En conclusion, ce n’est pas malheureusement ou heureusement, un club à mettre entre toutes les mains. De notre point de vue, la Callaway Apex Muscleback est un petit peu plus abordable pour un golfeur qui ne serait pas tout à fait classé à un chiffre…

Parler de tolérance pour une lame est presque un abus de langage. Par rapport aux enjeux proposés en introduction de cet article, nous pouvons simplement constater que pour un swing à 80 mph, la configuration testée mériterait de donner un peu plus de spin...

Pour autant, la cible de ce type de clubs est bien le golfeur confirmé et classé à un chiffre qui devrait retrouver le même type de sensations exprimée par Xavier.

Nous vous laissons vous faire votre propre opinion sur la base de nos tableaux…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.