Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test fer Callaway Steelhead XR

Test fer Callaway Steelhead XR

Près de 6 mois après la sortie de la série TaylorMade M2 qui prenait des options « tactiques » très marquées en faveur de la distance, Callaway a répondu avec la série Steelhead XR, et pied à pied en termes d’options de lofts, de poids et de longueurs de shafts. Le match M2 vs Steelhead est lancé. Qui sortira vainqueur ? Nous avons testé plusieurs versions du dernier fer Callaway avec le concours de plusieurs profils de joueurs, et notre radar trackman, pour des données seulement objectives.

Découvrez nos formules d'abonnements

Les clubs testés : Fers Callaway Steelhead XR

Pour cet essai, Callaway nous a adressé deux fers 6 et 7 montés sur des shafts acier et graphite regular.

Première remarque très importante, le loft du fer 6 Steelhead est beaucoup plus fermé que la moyenne des clubs de sa catégorie (27,5°), soit 1,5° de moins.

C’est un petit peu moins vrai concernant le fer 7 qui s’il conserve un loft plus fermé et cranté logiquement (30°), ce dernier est moins fermé de seulement 0,7° par rapport à la moyenne. Essentiellement du fait que d’autres marques, et notamment TaylorMade ont aussi enclenché ce principe de fermer les lofts avec par exemple, le fer 7 M2 à 28,5°.

Pour la catégorie des clubs improvments de taille normale, la tendance est à des lofts plus fermés, et des semelles plus tolérantes pour compenser la difficulté de maniabilité accrue par un angle de lancement plus élevé, et à priori, plus de distance.

Concernant les shafts, l’acier regular est légèrement plus court que la moyenne (37 inches contre 37,4) alors que le poids de 95 grammes est dans la moyenne pratiquée pour ce type de clubs (98 grammes).

Pour le graphite, cette fois , le shaft est dans une longueur standard alors que le poids du Ozik est très inférieur à ce qui se pratique (74 grammes).

Les conditions du test

Nous avons sollicité trois testeurs, un senior avec une vitesse de swing modérée (65 mph) un golfeur amateur avec une bonne vitesse de swing (80 mph), et le pro Xavier Bretin qui swingue un fer 6 autour de 90 mph.

Ce dernier vous livre d’ailleurs ses impressions dans une vidéo publiée à la fin de ce sujet.

Soit trois testeurs très différents les uns des autres, et qui portent la balle respectivement en moyenne à 105 m, 150 m et 170 m

Pour ce test, nous avons utilisé le radar trackman mis à notre disposition par le magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, avec le concours de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Les enjeux du test

Il nous semble que le Callaway Steelhead XR est une réponse directe au TaylorMade M2, nous aurons l’occasion de les comparer dans le suite de ce test.

A noter, pour ce test, nous comparons le Steelhead XR a sa catégorie de clubs sur le marché, à savoir les fers « Improvments » standards ou non Oversized.

Il s’agit ni plus ni moins de la catégorie la plus fréquemment vendue en magasins par oppositions aux lames CB ou MB en haut de la pyramide, typés bons joueurs et les fers Oversized en bas de la pyramide, typés débutants.

Nos indicateurs de performances

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Les résultats pour les 3 testeurs

Ci-dessus, les données brutes du test pour le fer 6 Callaway Steelhead XR selon les 3 profils de testeurs (senior, amateur et pro).

Figurent aussi les données comparables pour des fers 6 de notre panel dans le même type de gammes et de formats, et tous fers 6 confondus (lames, cavity back,…)

En résumé, pour un profil, le gain est spectaculaire ! L’amateur qui swingue en moyenne à 82 mph a enregistré un très net gain de vitesse de balle, et donc de smash factor en comparaison des autres clubs. Cela se traduit par un gain très important en distance.

En revanche, concernant un pro qui par définition possède un swing plus mature, les gains sont fortement atténués. Idem pour notre profil senior qui bien que performant avec le Steelhead n’a pas obtenu un gain aussi net.

Ce test illustre le fait qu’un shaft graphite léger et long, peut dans certains cas, notamment celui d’un amateur qui ne choisirait pourtant pas à première vue cette configuration, produire des résultats très différents de son habitudeet milite une nouvelle fois pour le bénéfice de faire un fitting.

Toutefois, cette configuration ne nous surprend pas totalement.

Loft fermé favorable à un angle de lancement tendu, shaft propice à créer de la vitesse de swing (long et léger), et semelle large pour optimiser l’efficacité conduisent généralement à une augmentation de la distance.

Ratio Smash factor / Degré efficacité

Les ratios permettent essentiellement de pondérer les résultats d’un test, et notamment par rapport aux vitesses de swings variables des testeurs.

Ci-dessus, en version fer 6 sur shaft graphite, ou fer 7 sur shaft acier, le Steelhead XR cumule à chaque fois des bons ratios de tolérance, et d’efficacité s’agissant de produire de la distance.

Dans son mano à mano avec le TaylorMade M2, sur ce double critère, il semble l’emporter…

Test du pro Xavier Bretin

Ci-dessus, les trajectoires produites par Xavier Bretin.

Avec le Steelhead, notre pro a été relativement régulier, et peu dispersant.

En termes de trajectoires de balles, il a obtenu des résultats dans sa moyenne habituelle, notamment au niveau de l’angle de lancement (15°), et le taux de spin (4700 tpm).

Comparaison des données par rapport au panel (Pro) – fer 6

Pour le pro

Ce type de clubs ne sera sans doute pas le premier choix pour un golfeur du niveau d’un professionnel ou d’un golfeur d’index à un chiffre.

Ce n’est tout simplement pas la forme de tête privilégiée par cette catégorie.

D’autre part, elle ne donne pas assez de spin et donc de contrôle de profondeur, alors que le pro n’obtient pas réellement de gains de distance malgré une semelle plus tolérante.

Pour ce profil, le Steelhead ne procure pas de bénéfices véritables.


Test amateur (swingspeed 80 mph)

Ci-joint, les trajectoires produites avec le Steelhead versus le Big Bertha OS testé le même jour, et toujours en comparant des fers 6.

A l’inverse du pro, ce profil a généré des trajectoires plus tendues qu’à son habitude (4 degrés d’angle de lancement en moins) avec beaucoup moins de spin (900 tours d’écarts par rapport à sa moyenne), ce qui a donné un très net gain de distance.

Comparaison des données par rapport au panel (Amateur 80 mph) – fer 6

Pour un amateur (à swingspeed 80 mph)

Pour ce profil de testeur avec une vitesse de swing rapide mais moins régulière que celle d’un pro, la configuration du Steelhead donne d’excellents résultats notamment en termes de distance.

Toutefois, un bémol à relever : la dispersion qui est franchement accrue!

Test senior (à swingspeed 65 mph)

Ce graphique illustre les points d’arrivées des balles pour le testeur senior à l’usage de têtes Steelhead et Big Bertha OS, soit sur des shafts acier ou graphite.

Pour ce profil, le modèle Big Bertha OS produit des résultats plus favorables avec un shaft…acier, à la fois en distance, et en dispersion.

Comparaison des données par rapport au panel (Senior 65 mph) – fer 6

Pour un senior (à swingspeed 65 mph)

Bien que le Steelhead pourrait être une option à considérer, ce type de profil à vitesse lente bénéficie encore plus de têtes plus larges, et plus tolérantes comme les Oversized.

En l’occurrence, la tête Big Bertha OS peut produire de meilleurs résultats, surtout en distance, et même en dispersion !

Bilan du test

La série de fers Callaway Steelhead XR est une réponse directe au TaylorMade M2 ! Même tendance à fermer le loft et à contrebalancer la perte d’angle de lancement avec une semelle plus large ou une cavité retravaillé !

En théorie, le Steelhead légèrement plus récent pourrait dépasser le M2, sauf que cela dépend grandement du choix du shaft, et en particulier de la longueur et du poids. Ainsi, avec un shaft plus long et plus lourd, un de nos testeurs amateurs a envoyé des balles plus longues avec le M2 !

La vérité est certainement dans le fitting bien qu’au sujet du Steelhead, le gain net de distance s’explique par un loft beaucoup plus fermé que l’usage…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.