Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test de la série de fers Cobra KING OS

Cobra propose une nouvelle série Oversized pour un maximum de puissance. Nous avons pu tester au trackman la série complète du fer 4 au pitch, avec le concours de deux testeurs dont le pro Xavier Bretin. Plus de puissance sur tous les fers ? Quel niveau de spin gagné ou perdu ? Quelle performance en comparaison avec la Callaway Big Bertha OS ? Un échantillon des questions que nous nous sommes posés au sujet de cette nouvelle série de fers Cobra…

Découvrez nos formules d'abonnements

Les clubs testés : du fer 4 au pitch Cobra King OS

Pour cet essai, Cobra a fourni une série complète du fer 4 au pitch monté sur des shafts True Temper XP85 relativement légers (seulement 85 grammes pour un manche acier regular contre une moyenne habituelle de 100 grammes).

Par souci de cohérence avec de précédents tests, nous diffusons ci-après les tests des fers 4, 6, 7, 8 et pitch.

Cet article sera très prochainement complété avec l'essai d'un troisième testeur senior.

Les conditions du test

Ci-dessous, la moyenne des deux testeurs régulièrement utilisés pour comparer des clubs sur notre site avec les clubs Cobra King OS.

La différence de « compétence » entre les deux frappeurs se mesure particulièrement au niveau du smash factor et du degré d’efficacité. Plus ces ratios sont élevés, et plus la balle a des chances de parcourir une longue distance du fait d’un meilleur centrage de la balle dans la face, signe d’une meilleure maturité du swing.

Xavier Bretin, pro au golf de la Sorelle s’est prêté au test du pro. Il a la particularité de donner relativement peu de spin à la balle du fait de sa mécanique de swing.

J’ai participé au test en qualité de golfeur amateur alors qu’à l’inverse du pro, j’ai la particularité de donner beaucoup de spin à la balle, toujours du fait de ma mécanique de swing propre.

Cet article sera prochainement amendé avec les résultats du testeur senior qui ne sont pas encore à notre disposition.

Nos indicateurs de performances dont le nouveau spin/launch angle

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé, entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Pour déterminer la bonne utilisation du club par le joueur, nous utilisons aussi en plus, et récemment, un ratio entre le nombre de tours de spin donnés à la balle, et son angle de lancement exprimé en degrés.

Chaque golfeur génère un taux de spin et un angle de lancement qui lui est propre avec le matériel qui lui est donné. Cependant, des règles constantes s’observent.

Si une balle de golf part haute et prend beaucoup de spin, par rapport à une vitesse de balle donnée, elle monte au-dessus de la trajectoire idéale, ballonne, et perd en vélocité.

Si une balle de golf part basse et prend peu de spin par rapport à une vitesse de balle donnée, elle descend trop vite en-dessous de la trajectoire idéale, et perd en vélocité.

Avec ces trois ratios, en plus des données trackman, nous pensons pouvoir argumenter sur la performance d’un club de golf en toute objectivité, et avec une approche rigoureuse.

Les datas pour le pro

Pour le pro, Xavier Bretin les résultats du test traduisent une utilisation cohérente de la série avec des écarts logiques entre chaque club.

Avec le fer 4, il atteint une distance moyenne de 200 mètres alors qu’avec le pitch, cette distance tombe à 121 mètres. Entre ces deux extrêmes, l’écart de loft est 25 degrés !

Sans avoir procédé à un quelconque fitting, les écarts de tolérances et de puissances entre les fers sont cohérents. Le contraire aurait été étonnant et inquiétant…

Avec ce deuxième graphique, on peut constater que le taux de spin descend de club en club, du pitch au fer 4. Avec le pitch, Xavier donne autour de 8000 tours à la balle, alors qu’avec le fer 8, il est au-dessus de 6000 tours. Cela nous indique bien que les lofts sont beaucoup plus fermés sur cette série OS par rapport à une série de lames classiques présentant des lofts plus conventionnels, et plus ouverts.

Entre le fer 6 et le fer 7, l’angle de lancement a tendance à être très/trop proche…

Ci-dessus, nous vous proposons un comparatif entre la série Cobra KING OS et la dernière série testée sur jeudegolf.org, la TaylorMade M1.

Entre ces deux séries, si la Cobra est une Oversized assumée, la M1 présente aussi des lofts très fermés.

Du fait d’un équilibre des clubs un peu plus léger, il semble que Xavier ait pu swinguer plus vite avec la série Cobra KING OS, soit 89 mph pour le fer 4 versus 86 mph pour le M1.

Cela se retrouve sur tous les lofts de la série pour une moyenne supplémentaire de 2mph.

Cet écart de vitesse de swing se retrouve exactement dans la vitesse de balle, qui est elle-aussi supérieure en moyenne de 2 mph avec la série Cobra KING OS.

Autre particularité qui joue en faveur de la vitesse, les manches de la série Cobra KING OS sont légèrement plus longs sur la série M1. Cela joue aussi dans l’ajout de vitesse…

N’oublions pas que si le shaft est plus léger, la tête est plus lourde et plus massive avec le KING OS puisqu’il s’agit d’un club oversized ou surdimensionné.

On pourrait « schématiser » de la manière suivante les différences de trajectoires entre les deux séries, qui au final, produisent les mêmes distances. La version KING OS favorise un angle de lancement plus tendu mais paradoxalement un angle d’atterrissage plus prononcé. (Exemple pris pour le fer 4).

La véritable surprise et le point à retenir concernant cette série King OS concerne le spin!

Le nombre de tours donnés à la balle est supérieure à ce que l’on aurait pu attendre pour une série présentant des lofts aussi fermés !

En moyenne, sur chaque fer, le pro donne 500 tours de plus avec la série King OS par rapport à la série M1, et pourtant, bien entendu, sa mécanique de swing est comparable.

Comprenez que la KING OS apporte un bénéfice de vitesse de balle par rapport à une série classique du fait de la masse en tête, sans pour autant entraîner le désagrément le plus courant avec une série oversized : enlever du spin, et donc du contrôle !

Est-ce que ce sera un argument suffisant pour interpeller des bons joueurs ? Pas certain… mais c’est assez étonnant pour être relevé.

Retrouvez les commentaires du pro dans la vidéo suivante :

Une série qui inspire confiance, et apporte de bonnes sensations. Toutefois, j’ai pu noter de grandes disparités de performances, selon que l’on prend ou pas, le centre de la face avec régularité.

Un coup parfaitement centré, et la balle part nettement plus loin.

Il faut donc être vigilant sur sa propre régularité sur le parcours, pour ne pas risquer de dépasser un drapeau annoncé à une distance, et tenant compte de votre moyenne habituelle.

Selon moi, le revers de la médaille d’une série très puissante…

Sans contrôle, la puissance n’est rien comme disait un certain Carl Lewis…

Sur ce graphique, on peut voir que les meilleures balles au fer 6 sont au niveau des moins bonnes avec le fer 4 !


Les datas pour un amateur à vitesse de swing rapide

Pour ma part, j’avais émis un commentaire très positif au sujet des TaylorMade M1.

Avec les Cobra King OS, j’ai obtenu des ratios encore plus élevés à la faveur de cette tête vraiment oversized !

Le smash factor constaté avec la série Cobra KING OS est supérieur de 0,02 points en moyenne, de même que l’efficacité.

Cette série « tous niveaux » apporte clairement un boost de tolérance et de puissance.

Cela ne peut pas être une surprise, étant donnée la configuration des lofts, et des manches allongés en même temps que légers.

La KING OS dans cette configuration a forcément tout d’une petite bombe.

En moyenne par club, je me suis gagné 4 mètres en longueur par rapport à la M1 !

Comme Xavier, j’ai swingué 2 mph plus vite en moyenne.

En revanche, j’ai gagné 4 mph de vitesse de balle quand Xavier n’en obtenait que 2 mph…

Autrement dit, cette série a plus corrigé et aidé ma mécanique que la sienne, ce qui est aussi logique, compte tenu de ma moins grande maturité de swing.

Le profil pro de Xavier n’est pas la cible de ce type de clubs. Il n’a pas besoin d’être autant aidé pour compresser la balle…

Par rapport à une série classique ou même des lames, les ratios de la série OS sont plus élevés surtout sur les fers les plus fermés où le bénéfice est plus évident.

En fait, si on compare des fers 7 (smash factor du KING OS à 1.30), c’est assez comparable à d’autres séries classiques.

Par exemple, le TaylorMade M1 m’a donné 1.31 alors que la CB TaylorMade P770 m’a aussi donné 1.30.

En l’espèce, sur un fer 7, on ne trouve pas nécessairement un gain de vitesse de balle.

En revanche, sur le fer 4, le smash factor de la KING OS monte à 1.40 contre 1.37 avec un TaylorMade M1.

Observation que je n’aurai pas pu faire sans tester toute la série…

A la différence de Xavier, j’ai une mécanique de swing qui génère potentiellement plus de spin. C’est donc intéressant de constater une même série avec deux mécaniques très différentes.

Dans le cas du pro, avec le fer 4, il était en-dessous du seuil des 4000 tpm alors que pour ma part, je me situe à 4500 tpm… un ratio cohérent pour un fer 4 alors que pourtant le loft du club est fermé à 26 degrés.

En comparaison, avec le fer 4 M1, j’ai donné seulement 3800 tours alors qu’avec le Cobra KING OS, le taux est monté à 4500 tpm dans les mêmes conditions de tests, et avec la même balle.

Je n’aurai pas parié pour autant de spin sur une série Oversized qui généralement propose l’inverse.

Concernant l’angle de décollage, en moyenne sur les 5 fers, j’ai noté une tendance plus basse d’un degré en moyenne par club par rapport à la M1, qui déjà était une série plutôt fermée.

La KING OS est clairement une série à trajectoire basse, en tout cas montée, sur shaft XP 85 regular, pourtant réputé pour donner justement beaucoup de spin...

Au fer 8, on constate une anomalie au niveau du spin. J’ai bien peur que cela provienne plus de mon essai que du club.

Une balle moins bien centrée donne franchement moins de spin. Vous pouvez créer un écart du simple au double entre une balle bien contactée, et une balle mal centrée, ce que justement relevait Xavier dans son essai.

Bilan du test série Cobra KING OS

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées » qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

Néanmoins, avec le concours de deux testeurs distincts, on retrouve des tendances qui méritent d’être relevées.

Après cette mise en garde, je suis embarrassé au moment de conclure sur cette série.

D’un point de vue performance, la série KING OS produit ce qu’elle promet ou ce pourquoi elle a été conçue.

A savoir, sur les fers les plus longs, des balles plus puissantes, et même très puissantes.

Le test démontre que l’avantage de puissance/tolérance se réduit fortement, et même s’annule sur les fers courts. Le smash factor n’est plus discriminant à partir du fer 7 jusqu’au pitch.

En termes de sensations à la frappe, le contact semble légèrement plus sec par rapport à une série plus standard en termes de taille de tête.

On a un peu moins de retours dans les mains. A l'opposé, si bien centrée, la balle part franchement très vite de la face. C’est clairement un club puissant.

Le fait qui est étonnant avec la KING OS, c’est son taux de spin relativement élevé malgré des lofts fermés. (le shaft est probablement en cause)

Comme si cette série pouvait être jouée par des bons joueurs qui cherchent contrôle de profondeur avec des balles qui s’arrêtent vite sur les greens, et un gain de distance.

Embarrassé, car le contact de balle n’est pas celui que je préfère, intrigué par le spin élevé et donc plutôt positif, et forcé d’admettre la puissance indiscutable de ce club, notamment sur les longs fers.

A l’adresse, le club posé derrière la balle, un bon joueur aura du mal avec la taille imposante de la top-line. Toute la question sera de savoir, si un golfeur classé autour de 24 d’index et plus n’y verra pas au contraire, un gain de confiance…

Pour essayer de contextualiser ce test, je vous propose encore deux tableaux comparatifs.

La comparaison du fer 6 KING OS versus d’autres fers 6 montés sur shaft acier regular, dont le concurrent direct Callaway Big Bertha OS.

Vous pourrez ainsi constater à travers ces exemples, le bénéfice de vitesse de swing et de vitesse de balle avec le KING OS, pourtant annulé par le taux de spin élevé, et un angle d’atterrissage très marqué.

Le KING OS et le Callaway Big Bertha OS offrent la même distance au carry !

Le Cobra freine la balle plus vite et plus fort ! Notez encore la différence de vitesse de balle spectaculaire entre une série OS et une lame MB, soit près de 10 mph !

Deuxième tableau avec cette fois des fers 7 toujours sur shaft acier regular….on peut constater que le shaft 10 grammes plus léger contribue à une vitesse de swing en hausse de 3 à 4 mph !

Pour autant, d’autres clubs m’ont apporté une même vitesse de balle à la faveur d’un meilleur smash factor, et donc une plus grande efficacité ! La vérité n’est pas toujours dans l’oversized… et en particulier sur les fers courts.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.