Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Test de la série de fers Cobra F-MAX

Test de la série de fers Cobra F-MAX

Conçus à l’origine pour faciliter les conditions de lancement, et donner plus de tolérance, les nouveaux fers Cobra F-MAX visent clairement le marché senior. Le poids a été déplacé en arrière de la tête pour augmenter l’angle de lancement. Le dessin prend en compte un offset très prononcé au niveau du hosel pour créer une tendance au draw. Cobra a donc porté son attention sur la distance au carry. Nous avons testé pour nous faire notre propre opinion. Trois testeurs ont été sollicités dont un senior, et le pro, Xavier Bretin.

La série de fers Cobra F-MAX testés

Pour cet essai, Cobra nous a proposé une série complète du fer 5 au pitch sur des manches regulars et en graphites.

Le nom du manche est au moins très explicite : Superlite !

Comme évoqué dans notre précédent sujet, cette série est plutôt typée Senior.

Le grammage des shafts ainsi que les lofts ont été imaginés pour les golfeurs qui ont besoin d’un ajout de distance en fonction de leurs vitesses de swings.

Cobra entend renouer avec le type de produits qui a fait son succès dans les années 90 et 2000. Cobra était alors le numéro un mondial pour la vente de clubs, sous l’impulsion de Greg Norman, alors immense star du jeu.

Comme Tom Olsavsky l’affirmait dans sa dernière interview, Cobra n’est pas adepte du loft-jacking qui consiste à trop baisser les lofts des fers pour faire croire à un gain de distance.

Par exemple, sur la série Cobra F-Max, le loft du fer 7 est plutôt raisonnable, soit 31,5 degrés quand chez TaylorMade, un fer M CGB peut descendre jusqu’à 29,5 degrés !

L’argument de Tom Olsavsky est simple.

En-dessous de 23 degrés de loft, les amateurs n’ont plus assez de vitesse pour générer un bon centrage de balle dans la face. Revers de la médaille, au lieu de gagner en distance, les golfeurs en perdent.

Du coup, on imagine que le choix des lofts sur cette série F-MAX a été dictée par le fait de ne pas descendre trop bas dans les lofts. Pour la série que nous avons testé, le fer 5 est à 25 degrés.

Cobra considère aussi que de plus en plus d’amateurs remplacent les longs fers par des hybrides.

Toutefois, ce choix technique nous a posé un petit problème de classification de la série F-MAX par rapport à l’offre du marché.

Quelques semaines en arrière, nous vous avions proposé notre propre lecture sur la base de notre expérience des derniers fers mis sur le marché.

En tenant compte des lofts, nous étions arrivés à une classification à 6 niveaux, du loft le plus fermé au loft le plus ouvert.

Ce n’est pas tant une classification sortie de notre « chapeau » qu’une classification qui reprend tout simplement ce que les marques proposent.

On y retrouve les lames MuscleBack (MB), Cavity Back (CB), les nouvelles lames dites tolérantes, sortes d’hybrides entre un club pour bon joueur et pourtant tolérant, puis les clubs pour joueurs en progressions répartis en standard, distance et super-improvment.

Concernant la F-MAX, nous avons eu un dilemme.

La semelle du F-MAX est plutôt large, ce qui pourrait lui valoir d’être classée dans la catégorie Super Improvment. Mais voilà, le loft du fabricant correspond plutôt à un club classique et standard.

Dans l’évaluation de ce produit, nous serons donc forcément obligés d’en tenir compte.

Peut-être que Cobra n’a pas voulu opposer frontalement ses séries KING OS et F-MAX?

Les principaux chiffres pour établir notre analyse et évaluer la performance d’un club

La distance totale n’est pas un élément suffisant pour juger de la réelle performance d’un club de golf.

Il faut prendre en compte principalement les paramètres que sont la vitesse de swing, la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin donné à la balle.

Nous ajoutons en plus le smash factor qui est le ratio entre la vitesse de swing et la vitesse de balle, ce qui traduit l’optimisation du set-up club/joueur.

Nous allons plus loin avec le degré d’efficacité qui est un ratio que nous avons créé, entre la vitesse de swing, et la distance produite au carry. Cela résume l’énergie déployée pour produire une distance.

Et enfin, nous utilisons en plus le ratio spin sur angle de lancement, qui traduit la performance balistique d’un club.

Le bénéfice d’utiliser des ratios permet de neutraliser des effets extérieurs comme les variations de vitesses de swings entre plusieurs essais.

Ainsi, nous estimons que nous pouvons passer derrière le discours marketing, pour distinguer ce qui est de la performance du « blabla », et pour quelles raisons.

Les données pour 3 testeurs avec les fers Cobra F-MAX

Pour ce test, il n’y a qu’un seul profil complètement concerné par ce type de produit, c’est notre habituel testeur senior, Jean. Pour ma part, et Xavier, le principe du test est forcément un peu moins valide.

Pour un senior

Conscient que les tableaux peuvent être difficiles à lire, nous vous proposons ci-dessous une traduction graphique du croisement de deux critères : la tolérance exprimée par le smash factor, et l’efficacité en termes de distances, pour chaque club de la série.

On peut donc distinguer l’adéquation de la série, et en particulier son set-up (réglages en termes de lofts, shafts, lies…) avec le joueur.

La difficulté d’un test étant qu’il ne s’agit pas d’un fitting avec la recherche de la meilleure configuration possible. Il s’agit bien d’un test de produits standards.

Dans ce cas, on retrouve des tendances assez fréquentes comme un espacement des performances pas toujours régulières (voir l’écart entre pitch et fer 9 par rapport à l’écart entre fer 9 et fer 8).

En d’autres termes, cela se traduit par une petite irrégularité dans les écarts de distances entre chaque club.

Un fitting de la série F-MAX aurait justement pour mission d’affiner ces écarts.

Le problème qui s’est posé devant nous, c’est plutôt la position du fer 7 comme club le plus tolérant et le plus efficace versus les fers 5 et 6. Dans ce cas, ce n’est pas logique.

Naturellement, le golfeur est en cause, mais cela veut aussi dire qu’à partir du fer 7, il ne trouve plus d’efficacité et de tolérance suffisante avec la série. Il faudrait passer en hybride dès le fer 6.

C’est envisageable d’un point de vue distance, mais en contrepartie, cela veut dire que Jean ne pourrait pas espérer la même capacité de précision, et devrait limiter son jeu d’approches au fer 7 maximum…

Deuxième grille de lecture avec le croisement de l’angle de lancement et le taux de spin par club.

Là encore, on retrouve quelques petites irrégularités liées au joueur. Le spin ne baisse pas tout à fait régulièrement du pitch au fer 5, mais ce n’est pas encore un problème important.

La plage d’écarts de spin n’est pas assez marquée entre le fer 5 et le pitch.

Le fer 7 ne donne que 5000 tours de spin, ce qui est logique quand on considère le loft. Dans le cas d’une série avec des lofts plus fermés, cela pourrait être encore plus bas.

Si on prend l’ensemble des derniers tests menés avec Jean sur des fers (manche graphite regular), la comparaison n’est pas favorable au F-MAX en grande partie du fait que les lofts ne sont pas aussi fermés que les concurrents.

Est-ce que c’est Cobra qui est trop fair-play ou les autres marques qui poussent le bouchon trop loin ?

Comme les lofts sont plus ouverts, la distance est légèrement amoindrie.

Bien entendu, un seul testeur senior ne suffit pas, et c’est pourquoi, il nous faut être très humble dans l’analyse de ces résultats.

On voit que le testeur manque de régularité. Cependant, il est aussi un très bon cobaye de ce qui pourrait se produire pour beaucoup d’amateurs qui ne sont pas des stakhanovistes de l’entraînement ou même joueurs professionnels.

La question qui reste prépondérante quand on choisit une nouvelle série, c’est « pourquoi faire ? »

Voulez-vous des clubs pour gagner de la distance par numéro ? Voulez-vous des clubs qui offrent plus de précision ? Des clubs plus tolérants ? Plus légers ? Des lofts raisonnables ?

Cobra a fait le choix de vous présenter des clubs avec des lofts raisonnables montés sur des manches légers.

Pour un amateur à vitesse de swing rapide

Pour ma part, deuxième testeur, je retrouve une progressivité du ratio tolérance sur efficacité jusqu’au fer 6.

Par contre, à partir du fer 5, il semble que moi-aussi, je manque de vitesse pour exploiter ce club. La question de le remplacer par un hybride se pose… C’est un peu trop tôt selon moi.

Quand deux bulles se superposent, cela veut dire que l’écart de loft ne permet plus de gagner suffisamment en distance, essentiellement parce que la tolérance du club n’est pas suffisante.

Bien entendu, je ne suis pas le golfeur cible pour cette série. Mon test est à relativiser.

L’évolution du taux de spin est déjà plus cohérente alors que les angles de lancements semblent fonctionner par paliers.

Pour le fer 7 qui sert souvent d’étalon, le taux de spin est bas par rapport à une lame, mais très raisonnable pour un club distance.

Même phénomène observé pour moi comme pour Jean, et toujours pour la même raison, le choix des lofts plus conventionnels « pénalise » la série F-MAX par rapport à des clubs exagérément fermés sur l’aspect distance, alors qu’à l’inverse, le taux de spin sera légèrement meilleur.

Concernant l'argument du draw, ci-dessous des trajectoires de balles réalisées avec le fer 7 F-MAX.

Des trajectoires pleinement satisfaisantes...Difficile d'affirmer que le club corrige le slice tant la relation du chemin par rapport à la face est prépondérante dans ce cas, et seul le joueur est en cause.

L'impact du club ne peut être que marginal, mais ce n'est pas un argument discriminant ou négatif en défaveur du F-MAX.

Pour un pro

Pour le pro, Xavier Bretin, un profil qui n’est pas vraiment dans la cible pour ce type de clubs…

Des trois testeurs, il est néanmoins celui qui parvient à tirer le plus de cohérence de la part de cette série.

A partir du fer 5, il commence à perdre en efficacité. Est-ce à dire que si les lofts avaient été plus fermés, même un joueur à vitesse de swing rapide aurait eu du mal à tirer parti de ces clubs ?

Le résultat de ce test doit surtout vous inviter à réfléchir sur le seuil de rupture entre fers et hybrides.

A quel moment, devez-vous songer à arrêter la série de fers, et commencer à opter pour un hybride.

Troisième testeur, troisième forme de résultats…

Même constat lié aux lofts, Xavier perd en distance.

L’avis de Xavier :

En termes de design, ils ne m’ont pas fait rêver, et idem pour les sensations. Il m’a semblé que le manche avait réagi bizarrement avec ce point de flexion mid. Je le trouve un peu rigide pour un regular. S’agissant des données, je n’ai pas fait de bons coups sur les longs clubs. Pour le spin, les taux sont très/trop proches du fer 7 au fer 5. Il y a peu d’écarts de longueurs. Dessinés pour faire du draw, il y a un différentiel qui effectivement le permet, mais de mon point de vue, il faut tout de même une vitesse de swing élevée pour retrouver le phénomène. Je ne suis pas sûr qu’un joueur qui slice soit suffisamment compensé.

Bilan du test des fers Cobra F-MAX

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées », qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

Néanmoins, avec le concours de trois testeurs distincts, on retrouve des tendances qui méritent d’être relevées.

Et notamment les lofts qui sont à contre-courant de la tendance actuelle ultra fermée. Cet élément ne peut pas être ignoré au moment de faire des comparaisons.

Avec cette série, Tom Olsavsky et son équipe ont voulu vous proposer un choix raisonnable avec des semelles élargies et des manches légers.

Un test doit toujours être un exercice d’humilité. Nous n'avons pas le monopole de la vérité.

On doit admettre que ce n’est pas la série Cobra qui nous a le plus interpellé ou la plus facile à classer dans l’offre du fabricant.

Les séries KING F7 et KING OS ont des arguments à faire valoir pour les joueurs en progression, alors que les bons joueurs apprécieront certainement les séries FORGED.

Pour un golfeur à la recherche de distance maximum chez Cobra, la série KING OS reste le choix à considérer en priorité.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.