Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test de la demi-série de fers Cleveland HB Launcher

Il s’agit des fers qui présentent les semelles parmi les plus larges du marché avec un profil de tête tout à fait non-conventionnel. Les fers HB pour Hibore revendiquent un angle de lancement plus élevé que la moyenne, et surtout une grande maniabilité qui devrait interpeller les débutants. Nous avons testé avec un trackman une demi-série (6,8 et pitch) pour vérifier les bénéfices affichés de cette série. Angle de lancement, taux de spin, distance, qu’en-est-il vraiment ?

Découvrez nos formules d'abonnements

La demi-série de fers Cleveland HB Launcher

Pour cet essai, Cleveland nous a proposé une demi-série composée du fer 6, 8 et du pitch sur des manches regulars et en graphites.

Pour une série destinée à être commercialisée en standard et à un prix de 699 €, Cleveland propose des manches Miyazaki, une fabrique plutôt réputée.

Le modèle C KUA 6R, un shaft graphite regular d’un poids de 61 grammes, qui monté sur la tête HB Launcher, donne sur le papier, un swing weight en D2, un ensemble plutôt léger, et qui va bien correspondre à des profils de vitesses plutôt lentes ou même débutants, la cible de ce type de clubs.

Sur cette série, c’est surtout la forme de la tête qui mérite des commentaires.

Près de 6 ans après la série 588 Altitude, déjà une série de fers semblables à des hybrides, Cleveland prend le contrepied du design habituel pour des clubs de golf.

Entre 2012 et 2018, le marché a sensiblement évolué avec une augmentation sensible du nombre des clubs oversized.

Le HB Launcher n’est plus tout seul sur le segment.

Dans certains cas, c’est plutôt une bonne chose, cela permet de ne plus porter seul un marché.

Auparavant, le HB Launcher faisait office de particularité.

Désormais, beaucoup plus de marques ont bien ce profil de club à larges semelles et lofts fermés au catalogue, sans toutefois aller aussi loin que Cleveland en matière de volume de tête ou de design.

La forme de tête très particulière du HB Launcher n’est pas simplement un choix esthétique.

C’est justement le fait de déplacer très nettement le centre de gravité vers l’arrière qui doit favoriser l’angle de lancement, et contrebalancer le loft plus fermé.

L’intérêt de fermer le loft réside dans le fait d’augmenter la vitesse de balle. Cependant, sans changer les conditions de lancements, et notamment la hauteur, ce serait purement une manipulation visant à transformer un fer 7 en fer 5.

Le cas présent, le fabricant essaie de mixer la vitesse de balle d’un fer 5 avec la hauteur de trajectoire d’un fer 7. Le test permettra justement de constater si oui ou non, il y parvient ou plutôt si le golfeur arrive à retrouver dans la pratique, ce qui est énoncé en théorie.

Clairement, le HB Launcher est un club destiné à ceux qui voudraient faire décoller plus facilement la balle.

De ce point de vue, ce n’est pas le plus beau des clubs, ni celui qui fera rêver, cependant, c’est un club utile, et à ne pas mésestimer.

Finalement, dans l’offre du marché actuel comme passé, les marques se sont très peu souciées des débutants, au profit des golfeurs experts avec des lames, certes très belles, et symboles de savoir-faire.

Avec les Callaway Big Bertha OS, Cobra KING OS, et Ping Gmax, les Cleveland HB Launcher jouent un rôle utile pour le golf : Rendre les coups plus accessibles, surtout en tant que premier achat de série pour un nouveau golfeur.

Le retrait d’un certain nombre de marques a réouvert une opportunité pour Cleveland. La question reste de savoir si le marché arrive à regénérer suffisamment de débutants…

Les principaux chiffres pour établir notre analyse et évaluer la performance d’un club

La distance totale n’est pas un élément suffisant pour juger de la réelle performance d’un club de golf.

Il faut prendre en compte principalement les paramètres que sont la vitesse de swing, la vitesse de balle, l’angle de lancement, et le taux de spin donné à la balle.

Nous ajoutons en plus le smash factor qui est le ratio entre la vitesse de swing et la vitesse de balle, ce qui traduit l’optimisation du set-up club/joueur.

Nous allons plus loin avec le degré d’efficacité qui est un ratio que nous avons créé, entre la vitesse de swing, et la distance produite au carry. Cela résume l’énergie déployée pour produire une distance.

Et enfin, nous utilisons en plus le ratio spin sur angle de lancement, qui traduit la performance balistique d’un club.

Le bénéfice d’utiliser des ratios permet de neutraliser des effets extérieurs comme les variations de vitesses de swings entre plusieurs essais.

Ainsi, nous estimons que nous pouvons passer derrière le discours marketing, pour distinguer ce qui est de la performance du « blabla », et pour quelles raisons.

Les données pour 3 testeurs avec les fers Cleveland HB Launcher

Pour ce test, il n’y a qu’un seul profil réellement concerné par ce type de produit, c’est notre habituel testeur senior, Jean qui peut manquer de vitesse de swing ou avoir besoin de lancer ses balles plus hautes. Pour ma part, et Xavier, le principe du test est forcément un peu moins valide.

Pour un senior

Pour Jean, testeur senior de 69 ans, le test des Cleveland HB Launcher doit nous permettre de voir si ces clubs favorisent un angle de lancement plus élevé, et une plus grande maniabilité.

La distance est aussi un élément qui peut traduire la plus grande efficacité de ces clubs.

Quand on compare les performances de Jean avec les HB Launcher versus un panel réduit de clubs traditionnels sur des manches en graphites et en régulars présentés ci-dessus, on peut commencer à distinguer des tendances.

Sachant que le panel de comparaison est composé de fers Cobra F-Max, XXIO10, et de Callaway EPIC, des clubs avec des lofts sensiblement équivalents.

Premièrement, Jean a swingué dans sa moyenne habituelle avec ces clubs Cleveland versus ce qu’il fait d’habitude.

A première vue, il n’a pas réellement augmenté l’angle de lancement de ses coups avec les fers HB Launcher.

En moyenne avec le fer 6, Jean a lancé à une hauteur de 20 degrés par rapport au sol, ce qui est assez tendu, alors qu’en moyenne, son angle de lancement est plutôt de 22 degrés.

A peu de choses près, les données sont assez équivalentes.

Ceci étant, on compare des clubs assez similaires dans la promesse.

Pour vraiment juger de l’efficacité des HB Launcher sur cet argument, il faudrait regarder par rapport à des clubs plus conventionnels.

En reprenant ci-dessus un échantillon plus large avec d’autres fers 6, on ne constate toujours pas un gain net d’angle de lancement. La moyenne pour ce testeur est plutôt toujours de 22 degrés avec un fer 6.

En revanche, à vitesse de swing équivalente, on peut constater un léger bénéfice de smash factor, lié aux lofts relativement fermés.

En d’autres termes, Jean génère bien plus de vitesse de balle par rapport à sa moyenne habituelle, ce qui se vérifie surtout sur le fer 6 versus le pitch.

Avant d’aller plus loin, on pourrait déjà considérer que ce type de clubs avec une tête très large, et un centre de gravité plus reculé, fonctionne surtout quand le loft se ferme, et du coup, se rapproche d’un véritable hybride. Il pourrait y avoir débat autour du fer 6 ou du fer 5.

Première hypothèse, pour un golfeur à swing lent : Peut-être ne faut-il pas prendre toute la série en HB Launcher, mais surtout les fers 5, 6 ou même 7, pour ensuite rebasculer sur des fers plus conventionnels, comme par exemple des fers Cleveland CBX.

Pour un débutant senior ou pas, le bénéfice des semelles très larges devrait rester sensible du fer 5 au pitch.

Concernant ce premier testeur, au global, en distance, il n’y a pas réellement de différences. Jean ne gagne pas ou ne perd pas de distance avec les HB Launcher. Dans le détail, il en gagne sur le fer 6 (+4 mètres), mais en perd avec le pitch (-3 mètres).

A noter, il donne nettement plus de spin à la balle qu’à l’accoutumée.

C’est en partie, ce qui explique que les distances soient comparables, malgré une vitesse de balle accrue, deux effets qui peuvent s’annuler.

A ce stade du test, les HB Launcher sont peut-être encore plus des clubs pour débutants que pour seniors en manque de vitesse de swing, sauf pour les longs fers, ce qui revient de toute façon à panacher des hybrides dans la série…

Pour un amateur à vitesse de swing rapide

Pour ma part, deuxième testeur, justement, je vérifie l’argument de l’accroissement de la trajectoire, ce qui me laisse penser que le principe de fonctionnement des fers HB Launcher est fortement dépendant de la vitesse de swing.

En clair, ça fonctionne, mais pas forcément quand on manque de vitesse de swing.

A l’inverse de Jean, j’ai une perte de vitesse de balle sensible avec les HB Launcher.

C’est particulièrement visible sur le fer 8 que j’ai swingué dans ma vitesse habituelle, soit 77 mph (123 kmh).

La vitesse de balle a alors décru de 4 mph par rapport à ma moyenne.

De manière globale sur les trois fers testés, mon smash factor a été aussi sensiblement plus bas.

Par contre, j’ai lancé 2 degrés plus haut en moyenne, et surtout avec le fer 8 et le pitch, alors qu’à l’inverse de Jean, le spin a plutôt baissé.

Finalement, des résultats qui contrastent complètement d’un testeur à un autre, mais pas forcément illogiques.

Dans mon cas, avec une vitesse de swing plus rapide que celle de Jean, on peut considérer que j’ai « mis en marche », le principe de centre de gravité reculé pour lancer plus haut, mais en contrepartie, j’aurai aussi dû augmenter le taux de spin, ce qui n’a pas été le cas (le taux a baissé d’une centaine de tours en moyenne).

En version graphite regular, le manche trop souple n’a pas favorisé mon swing, et cette capacité à générer du spin.

La configuration testée n’était donc pas la plus pertinente pour moi, mais elle a permis de valider le principe d’augmentation de l’angle de lancement mis en avant par la marque sur les fers courts, à condition d’avoir assez de vitesse de swing…

Néanmoins, il faut reconnaître que pour une vitesse de swing modérée ou rapide, ce club perd complètement de son intérêt.

Avec des fers Cleveland CBX Launcher, des clubs plus conventionnels, j’ai créé une différence de distance d’au moins 10 mètres à club équivalent.

Pour un débutant, c’est une série qui pourra être très utile pendant 6 mois à un an, le temps de bien comprendre le swing, et les principes de lancements. Il ne faudra pas hésiter ensuite à revenir sur une série plus conventionnelle, pour continuer à progresser.

Pour avoir testé un fer 6 588 Altitude en 2013, je détecte une augmentation de la vitesse de balle avec le HB Launcher par rapport à l’ancien modèle, sans pouvoir être certain à 100% que dans ce laps de temps, ce n’est pas mon swing qui a perturbé le test.

Un élément laisse penser que le nouveau club est bien plus performant : Le smash factor n’indique pas vraiment une très nette amélioration du swing (1.29 contre 1.30)…

Pour un pro

Pour le pro, Xavier Bretin, un profil qui n’est pas vraiment dans la cible pour ce type de club, mais aussi plus régulier que les deux autres profils, le test illustre bien qu’à vitesse de swing rapide, l’angle de lancement augmente avec les fers HB.

En moyenne, Xavier gagne bien 2 degrés d’angle de lancement par clubs versus d’autres clubs similaires.

Plus régulier et adroit que moi, il perd moins en vitesse de swing (-1 mph) et en vitesse de balle (-3 mph), mais tout de même, c’est le même principe observé. Les fers HB Launcher n’apportent pas ce bénéfice, bien que l’on puisse les considérer sur le papier, comme des clubs puissants.

En réalité, c’est le manche graphite regular qui n’est pas du tout adapté.

Avec un manche acier stiff, ce qui ne sera pas de toute façon, la configuration la plus vendue par Cleveland, on aurait pu trouver théoriquement, à la fois, une hausse de l’angle de lancement, et de la vitesse de balle. C’est pourquoi, il faut toujours relativiser et rester humble par rapport à un test figé.

Troisième testeur, et troisième combinaison différente, cette fois, Xavier produit plus de spin avec les HB Launcher, un peu comme Jean…

Bilan du test des fers Cleveland HB Launcher

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées », qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs.

D’habitude, on arrive au moins à trouver deux profils de tests assez similaires. Dans ce cas, il faut admettre une certaine retenue par rapport aux conclusions.

Trois testeurs, et finalement trois combinaisons de résultats divergentes : Jean et Xavier produisent plus de spin. Moi et Xavier arrivons à augmenter l’angle de lancement. Jean augmente son smash factor, ce qui n’est pas le cas de Xavier et moi…

Au final, Jean est le profil le plus proche de celui qui pourrait utiliser ces clubs. Pour lui, le bénéfice serait surtout intéressant à partir du fer 6.

Sur les fers courts, l’intérêt d’une tête aussi large n’est pas aussi évident.

Si on déconnecte l’aspect performance, ce type de clubs à semelle extra-large va surtout présenter un intérêt pour les grands débutants, notamment pour apprendre à lancer plus facilement.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.