Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test comparatif fers Ping G30 versus Gmax

Test comparatif fers Ping G30 versus Gmax

A l’occasion de la sortie du fer PING Gmax sur le marché francophone, nous avons eu envie de nous replonger dans les datas du fer PING G30. Si vous avez acheté récemment une série G30, devriez-vous être frustré de ne pas avoir attendu la Gmax ? Nous avons scruté les performances, et les caractéristiques de ces deux clubs pour comprendre ce qui allait réellement être en jeu entre ses deux fers très semblables.

Découvrez nos formules d'abonnements

Quelles différences entre G30 et Gmax, et quels argumentaires chez PING ?

Tout d’abord, revisitons l’argumentation commerciale de la marque américaine pour le G30.

A l’origine, cette série mettait en avant une progressivité dans la longueur des lames, et des lofts, couplés avec une face plus fine pour optimiser les conditions de lancement de la balle.

Objectif : Augmenter la vitesse de balle à l’impact sur une catégorie de fers dite « Game Improvment » qui ciblait les joueurs à vitesse de swing faible et moyenne, soit un large scope de joueurs de golf.

Mais plus que la distance, ce qui a sans doute frappé les utilisateurs de cette série, et ils ont été nombreux depuis sa sortie, c’est une certaine facilité et maniabilité pour swinguer la balle.

Les principaux éléments techniques de cette série étaient le CTP (custom tuning port) qui selon les ingénieurs contribuait à un contact plus solide, tandis que le centre de gravité du club avait été abaissé et reculé pour propulser la balle plus haute, et plus droite.

Par rapport aux séries G précédentes, une nouvelle semelle et des têtes légèrement plus longues permettaient d’augmenter le MOI, surtout sur les coups décentrés.

A la sortie du Gmax, les arguments n’ont pas vraiment changé !

Ping nous parle toujours de longueurs et de lofts progressifs, et d’une face plus fine pour optimiser les conditions de lancement !

Cependant, le principal argument n’est plus le CTP, mais le COR-EYE, une technologie révolutionnaire imaginée pour augmenter la torsion de la face à l’impact, et donc générer une plus grande vitesse de balle, quel que soit l’endroit où la balle va être prise…

Il semblerait que la promesse soit plus forte sur le Gmax que sur le G30…

Concrètement, pour constater les différences techniques, nous avons construit le petit tableau ci-dessous, où nous avons repris les principaux éléments constitutifs d’un club de golf (un fer 7), à savoir le loft, la longueur du shaft, l’offset, le lie, la largeur de la semelle, et l’équilibrage.

Comme vous pouvez le constater, les différences sont minimes. Le Gmax présente un plus grand offset, un peu plus de lie, et une semelle très légèrement plus large.

L’équilibrage est aussi assez différent.

Toutefois, comme vous pouvez aussi le voir sur les photos, les deux clubs sont très ressemblants.

Pourtant, les petits écarts sont tout de même significatifs d’un club, le Gmax qui est encore plus destiné aux joueurs qui ont du mal à attraper, et à centrer la balle que ceux qui utilisent déjà le G30.

Pour avoir testé récemment les deux clubs, de notre point de vue, le G30 peut correspondre sans problème à des golfeurs d’index compris allant de 30 à 10, alors que le Gmax pourrait être positionné de 40 à 20 pour caricaturer.

Par rapport à la question initiale posée dans cet article, seront seulement concernés les golfeurs au croisement de ces deux plages d’index. A savoir, les golfeurs classés entre 20 et 30 !

Voyons concrètement les écarts quand un golfeur classé autour de 15 avec une vitesse moyenne de swing de 80 mph au fer 7, utilise les deux clubs.

Pour les besoins du test, nous avons strictement comparés des fers 7, en version de shaft acier et graphite.

Précisions que les versions aciers sont vraiment totalement comparables avec les mêmes poids de shafts, alors que concernant les versions graphites, il existe un léger écart, soit environ 8 grammes.

Quels sont les constats que nous pouvons réaliser à première vue ?

Si, on prend en compte la distance totale entre le Gmax et le G30, on trouve un écart très faible, et en défaveur du dernier fer PING, qui est en fait plus court de près de 3 mètres alors que pourtant à vitesse de swing comparable, la vitesse de balle à l’impact est très proche, surtout sur la version acier.

Les deux grandes différences entre GMAX et G30 se matérialisent au niveau de l’angle de lancement, et du taux de spin.

Le GMAX lance plus haut et donne plus de spin que le G30, ce qui favorise le contrôle des distances, et la répétition de ces distances à chaque coup tapé.

Les 200 ou 300 tours par minute d’écarts de spin constatés ralentissent un tout petit peu la balle sur son chemin pour faire de la distance (en contrepartie, son pouvoir stoppant est plus grand…), et l’angle de lancement plus conséquent de 1 à 2 degrés sur le Gmax accentue aussi ce phénomène de pouvoir stoppant !

Par contre, pas de changement au niveau de la face qui donne strictement les mêmes résultats, ce qui est matérialisé par le smash factor totalement comparable entre les deux clubs, et quel que soit le shaft.

Quand on se contente de regarder les données de distance au carry, on pourrait conclure qu’entre les deux clubs, il n’y a aucun changement.

C’est bien au niveau de la roule que l’écart se matérialise, élément confirmé par l’angle d’atterrissage qui est logiquement plus favorable au G30. (l’angle d’atterrissage est forcément corrélé à l’angle de lancement).

Bilan du test comparatif :

Si vous avez déjà acheté un fer PING G30, et en plus apprécié sa maniabilité (son grand point fort), pas de frustration avec la série Gmax qui n’amènera pas plus de performance, ni en tolérance, ni en distance.

Et comme Ping va continuer à vendre les deux séries, il faut bien y voir le signe que ces deux séries vont cohabiter pour répondre à deux besoins légèrement différents.

De notre point de vue, la G30 est une bonne série, passe-partout. C’est-à-dire qu’un golfeur bien classé pourra l’utiliser tout comme un golfeur plus moyen.

Dans le cas de la Gmax, avec sa semelle légèrement élargie, PING entend surtout enfoncer le clou auprès des golfeurs en mal de swing.

SI la G30 est très facile à jouer (vraiment c’est frappant), la Gmax l’est encore un peu plus !

Conclusion, la Gmax n’amène pas de performance en plus par rapport à la G30, c’est surtout le profil d’utilisateurs qui pourra légèrement évoluer.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.