Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test chipper Cleveland Smart Sole 2.0

Parmi les premiers à recevoir ce tout nouveau club très particulier, je me suis livré à un comparatif avec un pitch, et un gapwedge, dans la situation de jeu préférentielle de ce nouveau club de la marque championne du petit jeu, le chipping en bord de green.

Découvrez nos formules d'abonnements

Vous pouvez toujours avoir envie d’acheter le tout dernier driver le plus cher du marché dans l’espoir de gagner cinq mètres en distance, et vingt mètres en dispersion latérale, pourtant, le choix le plus judicieux que vous pourriez faire, serait de vous poser la question de votre « wedging system ».

A savoir, quels clubs allez-vous mettre dans votre sac pour jouer en-dessous de 100 mètres du green, et en particulier autour du green.

Combien de coups un amateur classé entre 16 et 30 d’index va-t-il jouer dans cette zone du parcours ?

Mis à part les joueurs scratchs qui ratent occasionnellement le green, beaucoup d’entre nous, ont entre 3, 6, 9 et parfois 12 coups d’approches à jouer à moins de 50 mètres du green dont la moitié même à moins de 10 mètres.

Le chipping est essentiel au golf

Paradoxalement, c’est censé être le coup le plus simple au golf…cependant, c’est aussi le plus exigeant.

Sur un coup de fer à 130 mètres, à moins de s’appeler Victor Dubuisson, le niveau d’exigence en termes de précision est généralement entre 5 ou 10 mètres pour un amateur.

Quand vous êtes à moins de 10 mètres de la cible, le niveau d’exigence ne peut pas être de 10 mètres !

Au contraire, nous espérons tous amener la balle à moins d’un mètre pour se laisser un putt sûr.

Beaucoup de golfeurs, notamment des seniors qui n’ont pas toujours la distance pour prendre les greens en régulations, sont devenus des spécialistes de l’approche putt pour néanmoins sauver des pars à la pelle.

Le chipping est censé être un type de coup très abordable pour la plupart des golfeurs.

Toutefois, bien chipper impose d’avoir un excellent tempo, une excellente capacité à cueillir la balle parfaitement au bon endroit quel que soit le lie, à doser avec justesse, et enfin de viser juste, tout en tenant compte de la topographie du terrain.

En lisant cela, la notion de simplicité du petit coup de balancier au chipping en prend un coup…

Ce n’est pas si simple.

Et si vous êtes comme moi, à la fin d’une partie de 18 trous, vous maudissez 2 ou 3 coups grattés ou mal maîtrisés, qui au contraire de vous approcher des trous pour gagner des coups, vous en ont fait perdre.

Quand on veut jouer autour de 10 ou même autour de 20 au-dessus du par, perdre 2 ou 3 coups plus d’éventuelles conséquences, ce n’est plus possible.

C’est dans cette logique que j’ai contacté Cleveland pour me faire prêter un Chipper Smart Sole 2.0, club censé convenir parfaitement aux golfeurs qui éprouvent des difficultés à chipper.

Vendu comme un club curatif, à savoir pour les grands « handicapés » du chipping, j’ai voulu constater concrètement ce que ce club très original pourrait m’apporter sur le terrain.

Certes, nous sommes limités à 14 clubs dans le sac.

Considérant que le putter, le driver, et au moins un bois de parcours sont incontournables, soit déjà trois clubs, reste à déterminer quels sont les 11 clubs qu’il faut ajouter.

Beaucoup d’entre vous ont sans doute 2 wedges.

Il reste donc en théorie 9 fers pour compléter le sac. De nos jours, une série classique comporte les clubs 3,4,5,6,7,8,9 et pitch…un total de 8 clubs.

Il nous reste donc un joker.

Et c’est tout l’enjeu de la composition du sac que de bien choisir ce joker.

Un bois 5 ? Un hybride ? Un troisième wedge ? Un chipper ?

La bonne stratégie consiste à toujours choisir en fonction de l’écartement des distances en fonction de chaque clubs. Par exemple, un hybride 4 et un fer 3 peuvent être en balance car ils doublonnent.

Le chipper peut être votre joker !

Pourquoi pas ?

Combien de chips avez-vous à faire par partie ? Et surtout combien en réussissez-vous ?

Si la réponse est peu et 100%. Passez votre chemin. Cet article n’a pas d’intérêt pour vous.

Dans le cas contraire, il convient de distinguer deux situations : l’entraînement, et la compétition.

Dans le premier cas de figure, nous sommes tous capables de rentrer des chips à 3, 7 ou 10 mètres du drapeau.

Sur le terrain, et même en compétition, au plus fort de la pression, cela peut être une toute autre histoire.

Et c’est bien là le cœur de ce qui m’intéressait au moment de tester ce chipper !

Sans raconter ma vie de golfeur qui ne vous intéresse pas nécessairement…J’ai toujours été un jouer de chipping très moyen sous pression.

C’est paradoxalement sur ce type de coup que je vais être un peu moins stable, un peu moins dans le tempo, un peu moins habile à prendre la balle clean dans le bon lie, un peu moins bon pour doser, et pour viser…alors qu’autour du green d’entraînement, je serais capable de réussir de très beaux chips !

C’est la vérité du golf. On s’en fout que vous soyez un bon technicien. Il faut sortir le bon coup au bon moment !

Sur le parcours, et en compétition, la pression n’est pas un vain mot même pour un simple amateur.

Ci-dessous, je vais donc vous présenter le résultat d’un test comparatif, et dans un deuxième temps, vous livrer ma conviction par rapport à l’intérêt de ce club.

Le test comparatif au chipping en bord de green

Pour ce test inédit sur jeudegolf.org, j’ai procédé de manière très simple et très naturelle, sans chercher à favoriser un outil plutôt qu’un autre pour ne pas altérer la nature de l’essai.

J’ai donc utilisé le chipper, mon pitch et mon gapwedge (52°) à trois distances distinctes du drapeau : 3 mètres, 7 mètres, et 10 mètres.

J’ai tapé successivement 10 balles avec les 3 clubs sur les 3 distances dans un laps de temps de 45 minutes.

Je n’ai pas réellement passé du temps à m’échauffer, et sitôt arrivé autour du putting green, j’ai commencé l’exercice.

Toujours pour ne pas altérer l’essai, je n’ai pas cherché à me perfectionner pendant plusieurs minutes sur mon geste de chipping, pour au contraire, tester en l’état naturel et actuel de mon swing.

L’objectif du test était de déterminer si un chipper Smart Sole 2.0 pouvait réellement me faire gagner des points dans les situations les plus courantes autour du green.

Souvent sur le parcours, et sous pression, je suis tenté de prendre le putter à 3 mètres du trou (dont un mètre en dehors de la zone de roulage du green).

Le problème de ce type de coups où la balle doit commencer sa course sur le pré-green ou le gazon du fairway, c’est que cela fausse complètement la gestion de la roule.

Vous n’avez plus une seule vitesse de roulement à déterminer, mais deux !

Si le parcours a le malheur d’être humide…vous pouvez même être en plus grande difficulté.

A 3 mètres du trou dont 1 mètre hors du green, vous n’avez pas une grande distance, mais cela peut-être un coup « tordu ».

A contrario, avec un club d’approche classique, vous avez peur (sous pression) d’accrocher ou de manquer le bon tempo, et dégager la balle trop loin.

Bref, malgré la faible distance, vous pouvez vous poser beaucoup de questions.

A 7 mètres, vous ne vous posez normalement plus le débat entre putter et club d’approche.

C’est une véritable distance de chipping.

De plus, à cette distance, vous aimez vraiment l’idée de mettre la balle à moins d’un mètre du trou, pour viser l’approche putt.

Vous pouvez encore hésiter entre un wedge et un pitch. Toute la question est de savoir ce que vous voulez réaliser avec la balle :

Une balle qui se lève un peu, et qui s’arrête rapidement….Vous choisissez le wedge.

Une balle qui se lève moins, et qui roule plus longtemps…Vous choisissez le pitch.

Idem pour 10 mètres, sauf que le niveau de difficulté s’élève.

Trois situations, trois clubs, et trois niveaux d’exigences…Mettre la balle à moins d’un mètre du drapeau, moins de deux mètres, et au-delà.

Sachant que le pourcentage de chances de rentrer le putt derrière ce coup d’approche chute drastiquement entre un et deux mètres, et à plus de deux mètres.

Ci-dessous les données chiffrées de mon essai :

Les résultats sont finalement assez logiques. A 3 mètres, le gapwedge reste globalement le bon club car avec une aussi faible distance, et à condition de ne pas gratter ou toper le coup, c’est avec ce club que vous avez le plus de chances d’arrêter la balle rapidement.

Avec le chipper ou le pitch, 20% de mes balles sont allées un peu trop loin.

En fait, le chipper est le club parfait à mi-distance. 50% de mes coups ont été acceptables contre 30% avec le pitch, et 40% pour le wedge.

A 10 mètres, le pitch a repris un léger avantage sur les deux autres clubs.

Conclusion : Dans les trois situations, on peut tout à fait utiliser le chipper. Sa zone de performance idéale est en réalité à mi-distance (5 à 7 mètres).

Conclusion du test, et convictions

Vous pouvez lire les résultats de cet essai de deux manières :

  • Soit vous considérez que les écarts sont minimes entre les clubs, et cela confirme que plus que le matériel, c’est la qualité technique du joueur qui compte qu’elles que soient les circonstances.
  • Soit vous considérez, et c’est mon point de vue, qu’à ce test, il faut ajouter la notion de pression. Vous savez ce chip que vous jouez pour sauver un par déterminant pour faire le 37ème point en stableford…

Ma conviction, c’est que le chipper fait son travail !

Comme on vous explique que c’est un club pour chipper facilement. Vous le croyez. Sa large semelle a justement ce but !

De mon point de vue, le chipping, c’est au moins 5 paramètres :

  • Viser
  • Doser
  • Stabiliser
  • Tempo
  • Lie

Le chipper simplifie un seul de ces 5 paramètres….Vous ne vous stressez plus sur la question du lie !

Bien entendu, le club ne vise pas, il ne dose pas, il ne gère pas la stabilité du corps, il ne gère pas le tempo….

Par contre, avec cette semelle rallongée, il favorise la tolérance quel que soit le lie.

Et c’est uniquement cela qui est intéressant quand on joue sous pression : Enlevez un paramètre sur cinq !

Dépolluez la tête, c’est l’intérêt de ce club quand on doit gérer beaucoup de paramètres, et encore plus sous stress.

Bonus : Il y a encore une autre situation où il me semble que ce chipper peut être très utile….Dans le rough sous les arbres quand on a peu de place pour taper un coup de recentrage. C’est beaucoup plus abordable de prendre ce club plutôt qu’un hybride ou de tenter un coup punché.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Commentaires   

Avec
 
REY
0 #1 RE: Test chipper Cleveland Smart Sole 2.0REY 10-10-2015 11:38
Toujours beaucoup de plaisir à vous lire.
Cordialement JR
 

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.