Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Etude sur la progression des clubs de golf depuis 2012

Etude sur le matériel de golf et la progression des clubs de golf depuis 2012

Dans la foulée de notre précédent sujet consacré à l’étude des drivers, nous avons voulu poursuivre le raisonnement, et vérifier les mêmes paramètres pour les fers. Par « mêmes paramètres », nous entendons des éléments strictement comparables comme le smash factor ou le degré d’efficacité d’un club, ratio entre la vitesse de swing, et la distance au carry générée. En revanche, à la différence des drivers, nous avons dû créer beaucoup plus de sous-segments de produits pour apporter une réponse simple et lisible.

Découvrez nos formules d'abonnements

Origine de cette étude

Au risque de répéter ce qui a été écrit dans la première partie du sujet, nous sommes partis sur cette enquête après avoir écouté les propos d’un clubfitter, affirmant qu’en réalité, aucune progression ne pouvait être constatée sur le matériel de golf depuis au moins cinq ans.

Ce jugement nous a paru trop définitif, et méritait que nous vérifions, en nous servant de la totalité de notre panel de clubs testés depuis 2012 (plus d’une centaine de fers dans toutes les marques) pour finalement apporter une réponse argumentée, quantifiée, et bien entendu neutre.

Neutre, car nous n’avons pas d’intérêt à vous vendre des clubs, ni à vous les fitter !

Comme vous, comme les ingénieurs de marques de matériel, comme les clubfitters, tous des passionnés, nous cherchons la vérité sur ce qui génère de la performance au niveau du matériel.

Evolution de la performance des fers sur 4 ans

C’est plus compliqué à réaliser que notre précédent sujet sur les drivers, mais tout de même possible !

Il faut pour cela séparer les fers en deux grandes familles : les fers pour « players » et les fers pour « Game Improvment ». Et en plus, séparer les fers testés entre shaft acier et graphite !

Les fers « players » sont la plupart du temps des lames ou des fers très exigeants.

Les fers « game improvment » sont des clubs à cavités et avec des semelles plus larges pour favoriser les joueurs en mal de vitesse de swing.

Au global, notre panel contient 116 configurations testées depuis 2012.

Nous allons donc couper le tableau en quatre, et partir sur des éléments comparables fixes.

Nous avons 63 tests de fer 6, et 53 tests de fer 7 que nous allons volontairement mélanger pour chercher à donner un diagnostic sur un seul paramètre.

Nous avons aussi voulu fusionner ces données, car toutes les marques ne fournissent pas les mêmes clubs au cours des tests.

Certaines travaillent en fer 6 et d’autres en fer 7. Le fait de tout combiner, nous permet de donner une tendance plus représentative du marché total.

En préparant ce sujet, nous avons constaté que « trop de données tuent la donnée » !

A la différence du driver, nous n’allons retenir que deux paramètres, le smash factor et le degré d’efficacité qui sont propices à cet exercice, et permettent de parfaitement pondérer les effets variables.

Dans les paramètres fixes, nous avons retenu les clubs testés sur des shafts regulars, à l’exclusion des shafts stiffs.

Nous avons conservé les clubs testés sur des shafts de longueur standard, et exclu les shafts hors standard.

En revanche, pour éviter de faire des échantillons trop petits, nous n’avons pas filtré les résultats selon le poids des shafts testés qui oscillent entre 55 et 115 grammes.

La grande majorité des shafts acier tournant autour d’un poids de 100 grammes.

Et 70 grammes pour les shafts graphites !

Résultats de l’étude, nous basons notre analyse sur 64 configurations sur 116 possibles

Pour tirer une analyse de ce tableau au premier abord complexe, il faut se concentrer sur une seule partie des données : le smash factor et le degré d’efficacité comparés entre 2012 et 2015.

A la différence de l’étude sur les drivers, cette fois, le paramètre concernant la vitesse de swing est resté assez stable dans le temps (du fait de la moyenne sur un échantillon plus important entre des fers 6 et des fers 7).

Verdict de l’étude

Pour donner une synthèse sur les fers, il faut interpréter quatre résultats :

  • Les fers aciers pour le « game improvment »
  • Les fers aciers pour « players » (la configuration la plus réaliste pour ce type de joueurs)
  • Les fers graphites pour le « game improvment » (la configuration la plus réaliste pour ce type de joueurs)
  • Les fers graphites pour « players »

Admettons que le premier tableau est relativement indigeste. Ci-dessous, nous vous proposons une synthèse pour baser nos conclusions.

Au premier abord, et concernant le smash factor, soit la note de tolérance, l’étude démontre essentiellement une grosse stabilité sur quatre ans.

Les variations sont infimes !

Ce n’est pas si surprenant compte tenu que les formes des clubs ne changent pas radicalement d’une année sur l’autre.

En revanche, les matériaux commencent à évoluer, notamment cette année où Ping et Mizuno emploient de nouveaux procédés, qui nous l’avons observé, commencent à donner des résultats supérieurs.

Concernant le degré d’efficacité, au global, on trouve une légère progression, et en tout cas plus marquée que pour le smash factor.

C’est l’ensemble des paramètres travaillés par les marques, et en particulier, sur les centres de gravités qui permettent de très légers gains sur cette période.

Dans le détail, si on s’intéresse aux fers improvment graphite, on peut conclure à une légère progression de smash factor et de degré d’efficacité, alors que pour les fers aciers « Players », c’est la grande stabilité.

De ce point de vue, rien d’étonnant par rapport aux contraintes actuelles du marché !

C’est bien le segment le plus important en nombre de golfeurs qui concentrent toute l’attention des marques pour proposer plus de solutions de facilités, et de performances.

Conclusion générale

Le matériel de golf progresse globalement et lentement, ce qui justement crée les conditions de fausses croyances.

Certains clubfitters ne sont pas sérieux quand ils affirment que les drivers ne progressent pas depuis cinq ans, car ils savent pertinemment que ce n’est pas exact.

En revanche, s’agissant de fers, pour l’utilisateur, golfeur du week-end ou plus assidu, les gains ne sont pas très visibles à l’œil nu, et pas suffisamment spectaculaires pour qu’ils soient faciles de démentir cette affirmation.

Pour les marques, sur un marché du matériel de golf à maturité, il est difficile de ne pas crier au génie quand elles réalisent de petits exploits pour gagner quelques grammes ou quelques degrés pour augmenter la portée d’un, deux, cinq ou dix mètres.

Le véritable progrès immédiat au golf s’acquière de deux manières :

  • Travailler le physique pour gagner en élasticité et en résistance.
  • Travailler la technique pour gagner en synchronisation, en placement du club, et dans le respect des phases de biomécaniques.

Le matériel intervient pour une portion réelle, mais plus petite dans les gains, et surtout, si les deux premiers points (physique et technique) sont validés.

Faire du fitting est bien entendu, une bonne idée pour valider l’ensemble du processus de recherche de performance.

Chaque année, les marques lancent des nouveaux produits, car chaque année, de nouveaux golfeurs arrivent sur le marché pour acheter un driver ou une série.

Ces golfeurs ou golfeuses n’auraient pas envie d’acheter un club de cinq ans d’âges. Les marques sont donc amenées à revoir leurs lignes de produits à minima tous les ans ou tous les deux ans.

D’une année sur l’autre, les gains sont faibles, mais sur cinq ans, on commence justement à les constater distinctement.

C’est notre vérité à cet instant T. Tout est toujours contestable, mais c’est mieux quand c’est argumenté avec des faits, et pas des opinions qui dissimulent des intérêts.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.