Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test des balles Srixon Z-Star et Z-Star XV 2017

Suite du dossier consacré aux balles Srixon premium, je vous présente ci-après un test réalisé non pas avec un club, mais avec deux clubs très différents, pour justement distinguer au moins deux usages : celui d’un golfeur amateur jouant avec des clubs tolérants, et celui d’un même amateur jouant avec des lames. En fonction du club joué, effectivement, une balle de golf ne va pas avoir le même rendement.

Découvrez nos formules d'abonnements

Pourquoi tester les deux balles avec deux clubs différents ?

L’idée m’est venue après avoir réalisé un premier test non concluant. A savoir, je me suis trompé de clubs pour réaliser ce premier essai des balles Srixon Z-Star. En analysant les données, j’ai rapidement constaté que mes datas n’étaient pas comparables, et donc pas pertinentes en grande partie à cause du club.

Le loft, la semelle et la face d’un fer 7 peuvent considérablement différées.

Dans ce cas, et bien que le test d’une balle de golf soit l’exercice le plus délicat, tester une balle ne devrait pas se faire avec un seul club, mais avec plusieurs pour distinguer le rendement selon les usages.

Idéalement, il faudrait tester une balle avec plusieurs drivers, plusieurs fers, et aussi plusieurs wedges. Au lieu d’écrire un article, il me faudrait écrire un roman. Au lieu d’organiser un simple test pour décrire un produit et sa performance, il me faudrait faire un fitting de balle.

L’objet de cet article et plus généralement des tests est plus modeste. Il s’agit de mettre un produit dans une situation donnée. Limiter les paramètres variables et tenter d’isoler le produit testé pour confirmer les dires d’une marque ou ne pas y arriver.

Au final, comme pour n’importe quel golfeur, la question la plus pertinente reste « Est-ce un game changer ? » A savoir, un produit dont l’innovation est telle qu’elle casse les codes du marché ?

Un nouveau driver, un nouveau fer ou une nouvelle balle, et c’est la révélation…

Ceci dit, cela ne colle pas tout à fait avec le marketing volontairement humble de Srixon qui annonce surtout une évolution.

Si vous permettez, ci-après, essayons de distinguer seulement le rendement de la Z-Star versus la Z-Star XV, et essayons de distinguer ce rendement selon l’usage de deux fers 7 différents.

L’organisation du test

J’ai donc utilisé un premier fer 7 qui sert habituellement aux tests de balles depuis plusieurs mois, à savoir un Srixon Z545 (version 2015) qui présente un loft de 31 degrés et une semelle VT design qui fait la tolérance de ce club.

Le loft de 31 degrés n’est pas extrêmement plus fermé que la moyenne des fers 7. Un TaylorMade M2 est par exemple à seulement 28,5 degrés !

La semelle est assez large pour favoriser une bonne tolérance alors que la face en acier carbone 1020 est très favorable à l’augmentation de la vitesse de balle.

En résumé, un club qui va favoriser un bon smash factor, et un taux de spin réduit.

Pour le deuxième club, j’ai opté pour mon ancien fer 7 Nike Forged d’un loft plus conventionnel pour une lame, à savoir 33 degrés, ce qui correspond par exemple aujourd’hui au dernier Fer Ping i200 ou si nous restons chez Srixon, au loft d’un fer Z965 type lame.

A l’inverse du premier club, l’angle de lancement devrait être plus élevé, et le taux de spin devrait être aussi plus important du fait d’un temps de friction plus important avec le face, au moment du contact.

S’agissant d’évaluer le spin d’une balle ou sa distance, faire la distinction entre les deux clubs me permet de répondre à deux questions :

  • Quel rendement pour un golfeur qui jouerait des clubs tolérants ?
  • Quel rendement pour un golfeur qui jouerait des lames ?

Autre problématique ultra importante au moment de tester une balle, il est nécessaire d’être très régulier. C’est encore plus important que pour un test de driver ou de fer.

Sur un test de club, la vitesse de swing peut justement varier à cause du club.

Sur un test de balle, la vitesse de swing doit être la plus constante pour au moins comparer des choses comparables.

Pour tous les essais que j’ai eu à effectuer, je me suis évertué à swinguer le plus possible à la même vitesse, et comme cela a déjà été le cas pour les précédents tests de balles.

Pour chaque balle, je n’ai finalement conservé que 5 coups cohérents, éliminant les coups non pertinents ou les erreurs liés au radar.

Comme d’habitude, il s’agissait d’un trackman 2 mis à ma disposition par US Golf au magasin de Lyon.

Bien que très performant, il arrive que le radar se trompe sur le calcul du spin d’une balle. D’ailleurs, il ne dissimule pas son erreur. La valeur est affichée en italique de sorte que je sais que la mesure est trop approximative pour être exploitée.

Tester une balle de golf est donc l’exercice le plus délicat. Je dois donc faire preuve de beaucoup d’humilité par rapport aux résultats. C’est aussi pourquoi, sur le site, nous faisons appel aux services d’un golfeur professionnel du tour pour donner un éclairage encore plus pointu, une fois tous les deux ans dans une grande revue des balles du marché. Cette revue aura d’ailleurs lieu dans quelques mois.

Dans mon cas, je vais surtout chercher, comme pour les Pro V1 et les Chrome Soft déjà testées, à me mettre « dans ma peau » de simple golfeur amateur, pour déterminer ce que je ressens ou ce que je suis capable de produire comme différences avec ce type de balles.

Le credo de Srixon pour 2017, c’est « Plus de distance, plus de spin, et plus de constance dans le vent. »

Sur le troisième critère, je dois admettre en toute humilité que je ne pourrai pas apporter un jugement suffisamment pertinent. Sur les deux premiers, je vais en revanche pouvoir comparer les deux balles.

Résultats du test

Le couple balle-club est déterminant ! Ci-dessus, le tableau résume mes essais entre les deux balles, et les deux clubs. Entre un fer tolérant et une lame, les écarts de distances et de tolérances sont flagrants. Les balles vont alors apporter des réponses différentes.

Avec une lame, la balle offre beaucoup plus de spin, un angle de lancement plus prononcé et moins de vitesse de balle, comme on pouvait s’y attendre.

Ce qui intéressant, c’est l’écart !

Avec un fer tolérant, la balle prend nettement moins de spin (pratiquement 1000 tours de moins), un angle de lancement de 2 degrés moins prononcé, et beaucoup plus de vitesse de balle à vitesse de swing équivalente (entre 6 et 7 mph).

En comparaison, un club tolérant porte la balle 17 à 18 mètres plus loin alors qu’une lame permet de réduire la roule de 3 mètres justement sur le fait du spin supplémentaire.

Test avec une lame

Premier constat entre les balles Z-Star et Z-Star XV, avec une lame, difficile de distinguer le niveau de spin, et en fait, difficile de distinguer distance, roule et angle de lancement.

Au cours d’un autre essai, cette fois entre Pro V1 et Pro V1 X 2017, j’avais réussi à créer de l’écart au niveau du spin, et de la vitesse de balle avec la même lame…

Avec le club tolérant, les écarts sont plus marqués entre XV et Z-Star. Contrairement à ce que j’attendais, la balle XV a généré plus de vitesse de balle sur un coup de fer 7, comme si j’avais trouvé plus de tolérance avec une balle beaucoup plus compressée.

Autre constat, la XV prend 500 tours de spin de plus par rapport à la version normale. Cela s’explique sans doute du fait du point précédent…

Test avec un fer tolérant

Conclusion, entre les deux balles Srixon, comme imaginé, les écarts sont infimes.

Cela se traduit par une distance maximale tout à fait proche et à un mètre près. Les comportements des deux balles divergent assez légèrement. La XV donne plus de spin, et plus de vitesse de balle (pour ce test, et ce testeur). L’angle de lancement est légèrement plus bas (un demi degré d’écart) pour une balle qui porte un mètre plus loin au carry, et un mètre moins loin après la roule versus la Z-Star.

En toute humilité, entre ces deux balles, ce n’est pas les coups de fers qui peuvent être réellement déterminants pour choisir. Ceci étant, on peut imaginer que la XV donnera aussi plus de spin sur les coups de wedges autour du green, et dans ce cas, les très bons joueurs la choisiront.

Pour un amateur moins sensible à ces questions de spin, une balle type AD333 ou Ultisoft chez Srixon apportera d’autres bénéfices, comme notamment le fait de prendre moins d’effets latéraux.

Maintenant s’agissant de la performance des balles, en moyenne avec un fer 7 tolérant, je porte une balle premium à 144 mètres au carry pour un smash factor de 1.35.

En comparaison, je suis arrivé sur ce même niveau de performance avec les dernières Z-Star, et de la même façon, en refaisant, un test identique le même jour avec des Pro V1 et Pro V1 X, comme je l’avais déjà détecté depuis quelques années, les balles premium Srixon sont au moins à leurs niveaux, et parfois même un soupçon plus spinnantes selon les circonstances.

Difficile d’affirmer que j’ai gagné beaucoup de distance avec les nouvelles balles, en revanche, elles font assurément parties des meilleures balles premium du marché pour qui voudrait jouer ce type de balles. Il suffit de noter le degré d'efficacité des deux balles avec un fer tolérant, soit proche du maximum observé depuis que je test des balles (entre 1.94 et 1.95 pour la XV et la Z-Star)

Sur le marché actuel, la différence entre Srixon, Titleist, Callaway ou encore TaylorMade se fait surtout par le niveau d’attachement du consommateur à la marque, car les écarts de performances sont très ténus.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.