Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test comparatif balles Callaway Speed Regime SR1, SR2, et SR3

A l’origine quand Callaway a lancé la série des balles Speed Regime, nous avions trouvé qu’il s’agissait de la meilleure communication réalisée auprès des amateurs. Enfin, une marque crantait de manière intelligible son offre de balle, à savoir en positionnant trois balles en face de trois vitesses de swings distinctes, moins de 90 mph, entre 91 et 105 mph, et plus de 106 mph au drive Restait à en tester l’efficience, et c’est pourquoi, nous avons eu recours à un golfeur professionnel pour déterminer le smash factor, le taux de spin, la distance au carry et totale, tout en relevant son avis sur le touché.

Les conditions du test balles Callaway Speed Regime SR1, SR2, et SR3

Cet essai a été réalisé à l’aide d’un radar Trackman pour « traquer » toutes les données balistiques.

Nous avons eu recours à un golfeur professionnel pour obtenir des balles toujours régulières, et systématiquement consistantes.

Si un robot Byron présente un intérêt pour les tests menés par les marques, cela n’en présente aucun pour les golfeurs…

Jean-Nicolas Billot, golfeur professionnel régulièrement dans le top-30 français depuis 10 ans nous a donc apporté son concours.

Le test a été mené au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont d’Or avec un fer 6 pour favoriser le ressenti de la balle au contact.

La vitesse de swing moyenne globale de Jean-Nicolas a été de 86.40 mph (139 kmh).

L’intérêt de ce test étant qu’il a swingué toutes les balles entre 85 et 87 mph pour nous fournir des données très comparables d’une balle à une autre.

Cela correspond à des balles tapées à 165/170 mètres au fer 6.

Balle Callaway SR1 en quelques mots

4 pièces avec une coque en uréthane et 332 alvéoles pour une compression moyenne, et un positionnement « recreational » ou « démarrage ».

Pour la SR1, l’objectif de Callaway était de fournir une balle au noyau et un revêtement de coque le plus doux possible, surtout en faveur des swings les moins rapides, tout en créant un dessin des alvéoles favorables à un vol de balle plus long.

Conséquence, cette balle coûte beaucoup plus chère que des balles dans le même segment de marché, à savoir le segment des balles entrée de gamme ou de démarrage.

Le coût de la douzaine de SR1 étant deux à trois fois plus élevé qu’une balle de son segment, ce qui lui confère une beaucoup plus grande pression pour satisfaire les golfeurs intéressés par ce type de balles.

Balle Callaway SR2 en quelques mots

5 pièces avec une coque en uréthane et 332 alvéoles pour une compression haute, et une positionnement « premium » ou « intermédiaire ».

La SR2 a déjà plus de points communs avec la SR3 étant donné qu’elle a été pensée pour les swings les plus rapides.

La particularité des trois balles SR étant d’être toutes vendues au même prix, cette balle s’adresse à la majorité du marché, à savoir les golfeurs qui ont une vitesse de swing entre 90 et 105 mph au drive (hormis les seniors).

Tout comme la SR3, il s’agit d’une balle 5 pièces avec une coque légèrement plus ferme que la SR1.

Les différences de compressions ou de dessins des alvéoles sont extrêmement infimes entre une SR2, et une SR3.

Balle Callaway SR3 en quelques mots

5 pièces avec une coque en uréthane et 332 alvéoles pour une compression haute, et un positionnement « Tour ».

Pensée pour les meilleurs joueurs, ceux qui peuvent driver à plus de 105 mph, la SR3 obéit au même cahier des charges que les autres balles TOUR, à savoir une forte compression combinée à un revêtement très doux.

Pour Callaway, l’objectif de la SR3 est de produire des trajectoires basses et plus de contrôle sur les coups joués à moins de 100 mètres du green.

Comparatif

Premier fait notable du test, entre les trois balles SR, plus on monte dans le chiffre, et plus la trajectoire se tend, ce qui valide le discours de la marque sur le fait que la SR3 privilégie les trajectoires les plus tendues.

Une SR3 swinguée à près de 86 mph au fer 6 ne décolle que de 16.1° contre 17° pour une SR1, ce qui se retrouve dans l’angle d’atterrissage 44.8°.

C’est une affaire de petits détails, mais effectivement combiné à un taux de spin plus élevé (6446 tpm), la SR3 est sans aucun doute celle qui permet le plus de contrôle de la balle pour les coups d’approches où il faut arrêter rapidement la balle sur le green.

Au niveau de la longueur, la SR3 est aussi plus courte de 2 mètres par rapport à la SR2, et 5 mètres par rapport à la SR1, essentiellement en raison de son pouvoir stoppant plus important, et de sa résistance dans l’air plus importante.

L’avis de Jean-Nicolas Billot (golfeur pro)

« Je trouve qu’elles ont toutes les trois un bon contact dans le club. C’est un bon mix par opposition à la Callaway supersoft qui est trop soft ou la Callaway X2 Hot qui est trop dure. On sent qu’il y a du répondant. »

Avant d’ajouter « Globalement, on sent que c’est très ressemblant. Les écarts ne sont pas assez marqués. C’est sans doute une volonté de leur part. C’est vrai que les professionnels du PGA Tour ont énormément de toucher et de feeling. Peut-être apprécieront-ils les nuances.»

Panel

Ce tableau doit vous permettre de situer les balles par rapport aux autres produits que nous avons eu l’occasion de tester fin 2015.

Dans les balles dites « Recreational » ou « démarrage », il est vrai que la SR1 est totalement dépositionnée en termes de prix.

A 47 dollars la douzaine alors que le prix moyen est de 29 dollars, le prix ne peut pas être son argument premier.

En revanche, pour un senior qui chercherait une balle indépendamment du tarif, la SR1 présente l’avantage d’être bien « proportionnée » (pas trop soft ou pas trop dure), et performante.

En quelque sorte, Callaway a inventé le haut de gamme de l’entrée de gamme…

Pour la SR2, positionnée sur le marché intermédiaire ou milieu de gamme, à nouveau son prix de 47 dollars la douzaine la dépositionne alors que le prix marché moyen est de 37 dollars.

Si pour la SR1, il peut y avoir débat, et ce malgré un écart de prix plus important, dans le cas de la SR2, la concurrence est plus vive…et l’apport de performance pas assez net.

Enfin, la SR3 se positionne clairement comme la balle la plus spinnante de la catégorie Tour, ceci dit, cela se fait vraiment au détriment de la longueur (2 mètres de moins qu’une Pro V1 et même 5 mètres de moins qu’une Z-Star)

Conclusion :

A l’inverse des balles Nike RZN, le marketing et la communication des balles Callaway Speed Regime (SR) est très réussi. On comprend facilement la distinction de chaque balle.

Ceci dit au touché, les écarts ressentis sont vraiment minimes.

Le positionnement prix qualitatif et identique des trois balles est une innovation propre à Callaway, et qui pourrait perturber la lisibilité du consommateur, même si du point de vue fabricant, on peut comprendre le principe, car dans le cas des 3 SR, il ne s’agit pas de déprécier la qualité d’une balle par rapport à une autre, mais au contraire, l’adapté à trois besoins distincts sans jugements de valeurs.

Au final, la SR1 est peut-être la plus intéressante alors que c’est la plus dépositionnée en prix par rapport à son segment, car elle apporte une sorte de réponse haut de gamme au segment démarrage ou entrée de gamme.

A l’inverse, la SR3 qui est dans le prix marché d’une balle TOUR ne se distingue pas réellement des autres balles de sa catégorie.

Certes, elle propose plus de spin mais au détriment de la distance sur un coup de fer 6.

Pour l’utilisateur qui drive à plus de 106 mph (une infime partie des golfeurs), ce sera vraiment une question de choix entre spin ou distance, et sur un réglage ultra-fin.

Finalement, la SR2 pourrait être celle qui devrait recueillir tous nos suffrages puisque correspondant à la majorité des besoins.

Cependant, dans sa catégorie, son dépositionnement tarifaire (moindre que pour la SR1) la dessert réellement car dans le segment Premium, d’autres très bonnes balles se distinguent plus, tout en restant près du prix moyen.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.