Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test balles de golf VICE DRIVE

Test balles de golf VICE DRIVE

Cinquième modèle de balle testé, la VICE Tour est une deux pièce sans coque externe en uréthane au profit d’une construction en Surlyn moins qualitative pour le toucher, mais peut-être plus résistante à l’abrasion, et donc plus durable dans le temps. Avec 368 alvéoles symétriques, VICE prétend qu’il s’agit de la balle qui offre le plus de longueur à un golfeur avec une faible vitesse de balle. A quoi peut-on s’attendre avec cette balle ? Plus de distance ? Ou seulement plus de marketing ?

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule du test VICE DRIVE

La balle VICE DRIVE est vraisemblablement la moins technologique des 5 balles VICE. Plus simple, elle semble aussi plus ferme.

Mis à part une promesse de roule maximisée, le discours de la marque est aussi moins dithyrambique.

En testant avec le trackman, j’ai trouvé des éléments vérifiables sur le comportement de cette balle. (Lire le guide de choix 2018 sur les balles)

Pour ce test, je vais utiliser les notions de vitesse de club, vitesse de balle, smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle), efficacité (distance au carry par rapport à la vitesse de swing), distance au carry (avant la roule), distance totale, roule, taux de roule par rapport à la distance, hauteur de balle au sommet de la trajectoire, taux de spin (rotation de la balle sur elle-même), et enfin, la note de A à G que j'attribue à chaque balle pour sa performance dans un des trois compartiments du jeu mesurés (wedging, driving, et les fers).

Test Wedging

Logiquement, la balle DRIVE est celle qui donne la plus grande « efficacité » s’agissant de la distance.

Effectivement, avec un faible taux de spin (3700 tours) divisé par deux par rapport à une balle VICE Pro, le pouvoir stoppant est moindre, et la roule plus importante, soit environ 8 mètres sur un coup tapé à 50 mètres du green.

La balle porte plus loin (carry de 46 mètres), la hauteur de balle est plus importante à son pic maximum (11 mètres), et la balle roule plus.

Problème ! Dans le domaine du petit-jeu, vous espérez que la balle va s’arrêter plus rapidement pour être plus précis.

Sans surprise, la balle DRIVE n’est pas idéale pour le petit-jeu, toutefois, cela aurait pu être pire.

Sur le marché, des balles Low Spin prennent moins de 3000 tours.

Ci-dessus, le résumé des balle mid et low spin…

La bonne surprise consiste à trouver la balle DRIVE dans les balles les plus spinnantes de sa catégorie…

En matière de consistance du spin, je note un écart type d’environ 440 tours, ce qui est tout de même assez régulier.

Test avec un fer 7

Bien compresser une balle de golf avec un fer 7 type lame Cavity Back est plus compliqué à réussir par un amateur par rapport à l’utilisation d’un club plus tolérant.

Néanmoins, pour un test de balle, c’est plus opportun, car le loft plus traditionnel va permettre de retrouver une valeur justement plus conventionnelle.

En gros, un fer 7 qui restitue un taux de spin de 5000 tours est en fait un fer 5 déguisé, alors qu’usuellement, il faudrait trouver entre 6500 et 7500 tours.

A la différence d’un club plus fermé, je ne peux pas non plus prétendre à donner des smash factor très supérieurs à 1.30 en moyenne, car le loft est justement plus ouvert (34 degrés).

La moyenne de smash factor que j’arrive à atteindre dans cet exercice est le plus souvent de 1.25.

Logiquement, la balle VICE DRIVE donne le smash factor le plus élevé (1.29) des balles VICE, mais c’est une surprise de trouver une balle censée être très ferme à un niveau de compression aussi élevé, preuve qu’elle ne doit pas être si ferme, ce qui est confirmé par un niveau de spin assez élevé sur un coup de fer 7 (plus de 6400 tours).

La balle DRIVE cache bien son jeu ! Ce n’est pas une véritable balle distance ! Elle donne même plus de spin qu’une balle Pro Soft.

Ce résultat m’a intrigué.

A l’aide d’une disqueuse, j’ai coupé la balle en partie pour m’assurer qu’il ne s’agissait bien que d’une deux pièces, et effectivement, le surlyn enveloppe bien le noyau.

Il n’y a pas un autre élément entre la coque, et le noyau.

Toutefois, je ne suis pas parvenu à la couper complètement pour pousser plus loin l’expérience.

Pour une balle entrée de gamme, la VICE Drive n’est pas si peu performante. C’est très étonnant. Cela remet aussi en cause la notion de rapport prix sur technologie.

Décidément, les balles VICE sont bien surprenantes…

Test Driving

Le plus souvent, une balle qui prend beaucoup de spin avec un wedge aura tendance à toujours en prendre beaucoup au drive.

L’impossible équation à résoudre pour une marque de balles consiste à créer beaucoup de spin avec un wedge, et à détruire ce même spin sur les coups longues distances. C’est le fameux compromis.

Dans le cas de la balle DRIVE, on trouve peu d’écarts de spin entre un coup de wedge et un drive (environ 1000 tours) alors que pour une balle VICE pro, l’écart peut monter à 5000 tours entre les deux coups.

Cet argument explique davantage la différence de prix.

Moins facile à compresser (smash factor de seulement 1.46), la balle DRIVE donne 20 mètres de roule. J’aurai espéré un peu plus, pour avoir une différence notable par rapport aux balles VICE PRO.

En distance totale, une balle DRIVE donne 233 mètres alors qu’une PRO permet 235 mètres, et une PRO Soft 228 mètres.

Conclusion du test

La balle VICE DRIVE n’est finalement pas assez performante dans le domaine du driving pour justifier de se passer de spin au petit-jeu.

L’écart de distance n’est pas si flagrant. En revanche, sur un coup de fer, difficile d’imaginer qu’il s’agit d’une balle de qualité moindre.

Des cinq balles VICE, ma préférence va clairement sur la balle PRO. Aux termes de l’expérience, le comportement des balles VICE m’a tout de même beaucoup surpris.

Je n’ai sans doute pas tout découvert à leurs sujets…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.