Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test balles Bridgestone Tour B330RX versus B330S

Test balles Bridgestone Tour B330RX versus B330S

Difficile d’exister dans le monde des balles de golf face aux géants Srixon et Titleist, les deux marques les mieux référencées par les distributeurs, et par conséquent, les plus stockées et les plus vendues. Alors que c’est une marque un peu plus importante au Japon et aux Etats-Unis, Bridgestone peine à dépasser des vendes confidentielles en France. Déficit de notoriété ou de qualité ? J’ai testé alternativement les balles TOUR B330 RX et B330S au trackman.

Découvrez nos formules d'abonnements

Que penser des balles Bridgestone Tour B330 en version RX ou S ?

Comme souvent avec les marques de matériel de golf, à en juger par le packaging, il s’agit des balles les plus performantes jamais produites, et elles vont encore plus loin… Tout le monde commence à connaître la musique.

Concernant le B330-S, il s’agit d’une balle qui vous propose un gain de précision, de distance et un avantage décisif en compétition !

Plus d’excuse pour mal jouer…

En version TOUR, justement la balle testée, le noyau a été dessiné de telle sorte qu’il favorise une augmentation de la vitesse de balle et plus de distance.

Au-delà du discours habituel, c’est justement quelque chose qui peut se vérifier factuellement.

Enfin, la coque SlipRes peut produire plus de spin autour du green sur les chips ou les coups de wedges.

Cette balle est proposée entre 49 et 55 euros sur le marché français, et à 45 dollars sur le site du fabricant.

La B330 S est à première vue plutôt typée pour les joueurs qui swinguent le driver à plus de 105 mph, soit environ moins de 5% des golfeurs en France.

A titre d’information, le pro américain Matt Kuchar joue cette balle, et ce, au moins depuis 2013, tandis que Tiger Woods l’a justement choisi en début d’année.

Concernant la balle TOUR BB330 RX, il s’agit d’une balle où à nouveau le fabricant vante le fait que vous gagnez en précision et en distance.

Le noyau dit AMATOUR favoriserait un gain de vitesse de balle à l’impact alors que le système breveté SlipRes au niveau de la coque externe réduirait le spin.

Tout pour aller plus loin…

Alors que le modèle précédent était une 4-pièces, dans ce cas, il s’agit d’une 3-pièces, qui en 2008 au moment de son lancement (dans sa première version) avait été annoncée comme la première balle TOUR spécifiquement imaginée pour être jouée par des amateurs.

Une balle imaginée pour des joueurs qui drivent en-dessous de 105 mph ! Définition assez vague mais qui pourrait correspondre à 95% des amateurs en France.

Aux USA, cette balle a néanmoins contribué à créer une nouvelle catégorie, des balles TOUR pour golfeur amateur.

Concept que nous avons récemment développé avec les dernières balles XXIO qui n’affichent pas la notion de tour, mais en revanche, veulent proposer des perspectives de performances élevées pour des joueurs non-professionnels.

En termes de positionnement, la TOUT B330 RX est une version plus ferme qu’une balle TOUR classique, mais plus douce qu’une balle standard !

Sur le site du fabricant, elle est proposée à 40 dollars, alors qu’en France, on peut la trouver autour de 50 euros.

Le délicat exercice du test de balles

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire. Tester des balles de golf est l’exercice qui me demande la plus grande humilité, et la plus grande rigueur.

Etant donné les limitations imposées aux marques par l’USGA et le R&A, les différences entre chaque marque devraient être relatives.

Taper dans des balles, et relever les données trackman ne peut pas être suffisant.

Par la force de l’expérience, j’ai appris que beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte, et peuvent fausser positivement ou négativement un test de balle, surtout quand il est produit par un amateur.

Je pourrai faire tester les balles par des joueurs sur le tour, mais j’aurai alors des résultats intéressant pour des joueurs sur le tour.

Or, ici, il s’agit de répondre à la question que vous pourriez vous poser : Cette balle apporte-t-elle réellement quelque chose ? Ou bien, se distingue-t-elle par rapport aux meilleures balles du marché ?

Je vais donc vous proposer les résultats comparatifs entre les deux balles, et vous verrez une véritable différenciation entre les deux.

Je vous proposerai ci-après en complément une comparaison avec des balles TOUR récemment testées dans les mêmes conditions, en isolant les paramètres qui pourraient altérer la qualité du test, à savoir ma propre façon de swinguer qui bouge en permanence…

Certes, pas à l’œil nu, mais dans les paramètres justement relevés par un trackman.

Comparatif B330 S et B330 RX

Premier constat avant de démontrer le test, le nom de TOUR B330 RX est plus que confusant ! En aucun cas, il ne s’agit d’une balle X comparable à une TP5 X, une Z-Star XV ou une Pro V1 X.

La B330 RX est une balle soft que l’on pourrait comparer plus facilement à la Mizuno JPX-S ou la Callaway Supersoft.

Tandis que la B330S pourrait être plus naturellement comparée à une Pro V1 ou une TP5.

Pour ce test, comme pour les précédents, j’ai utilisé un fer 7 classique avec un shaft acier stiff. La tête présentant un loft de 31 degrés.

L’expérience m’a montré que le choix du club était décisif. Par exemple, une lame avec un loft de 29 degrés produit des écarts considérables dans les mesures liées à la balle, d’où le besoin de rigueur dans les comparaisons.

Une lame produit beaucoup plus de spin, mais beaucoup moins de vitesse de balle par rapport à une tête plus tolérante.

Le premier tableau ci-dessous est encore le plus simple à commenter puisqu’il s’agit de la comparaison frontale entre les deux balles.

A peu de choses près, ma vitesse de swing a été constante entre les deux balles. Cependant, un écart de 0,6 mph favorise la B330S. De ce point de vue, le test d’un robot est plus précis…

Bien que je ne swingue pas à la vitesse demandée idéalement par la B330 S (vitesse d’un golfeur professionnel), c’est pourtant avec cette balle que j’ai produit la meilleure vitesse de balle, confirmée par le smash factor lui aussi légèrement supérieur.

Ainsi, malgré un noyau plus ferme, j’ai mieux compressé cette balle.

En revanche, entre les deux balles, aucune distinction au niveau du spin qui est identique dans les deux cas à plus de 6200 tours.

Comparativement à d’autres balles testées dans les mêmes conditions, ce niveau de spin est en fait très élevé.

Comparaison par catégories de balles

S’agissant d’évaluer ces balles, il devient intéressant de les comparer à des balles concurrentes dans des catégories identiques.

Pour une balle Soft, même si je n’ai pas réussi à swinguer aussi vite que lors de précédents tests, il ressort que la B330 RX est assez « anonyme », notamment au niveau du smash factor correct mais sans plus.

En revanche, l’énorme point fort de cette balle se situe au niveau du spin qui est beaucoup plus élevé. Avantage qui se traduit par un roule plus limitée, et donc un pouvoir stoppant théorique plus important sur le green.

Toute la question va être de savoir si vous privilégiez la distance ou le spin.

Même constat pour la B330 S dans sa catégorie des balles TOUR.

Ce n’est pas une mauvaise balle, mais ce n’est pas non plus la meilleure au regard de ce test, et si on se réfère à la distance au carry ou le smash factor.

A nouveau, le taux de spin la distingue de manière notable par rapport à ses riv ales.

Dernier élément à vous délivrer avant d’aller à la conclusion : Est-ce que j’ai modifié mon swing pendant le test et altérer les résultats ?

Ci-dessus pour les dernières balles testées avec un fer 7 de 31 degrés, on retrouve les données liées au testeur, et les données liées à la balle.

La vitesse n’est pas le seul élément qui peut altérer la performance du test.

L’angle d’attaque, le chemin du club, la direction du swing ainsi que le loft dynamique au moment du contact peuvent avoir une forte influence sur le vol de la balle.

Il semblerait que mon angle d’attaque se soit amélioré au fil des mois (autour de -3,5 degrés au lieu de seulement -0,5 degrés), et soit devenu plus franchement négatif, ce qui en fait favorise la qualité de la compression.

Cependant, c’était déjà valable avec les précédents tests de balles XXIO (Aero Drive, Super Soft X ou Prime).

En dehors de ce paramètre, le chemin du club, la direction du swing, la direction du lancement, et le loft dynamique réalisés au moment du test des balles Bridgestone ont été assez constants par rapport à ce que je réalise usuellement.

Je retiendrai que le niveau de spin plus élevé est le fruit de cet angle d’attaque plus négatif. Il convient donc de pondérer le jugement sur ce point.

Bilan du test

Avec toute l’humilité nécessaire à l’exercice d’un test de balles, la B330 S paraît un peu plus performante, notamment pour la vitesse de balle supérieure par rapport à la version RX.

Une réelle distinction s’opère d’ailleurs entre les deux balles, sauf sur la question du spin plutôt élevé dans les deux cas.

Contrairement à certains confrères américains qui s’extasient sur ces balles, mon avis serait plutôt modéré, notamment du fait d’une distance au carry pas très palpitante.

Par rapport à l’argument marketing de Bridgestone, en prenant des « pincettes », je n’ai justement pas trouvé un gain de distance et un gain de vitesse de balle avec la B330 S (108 mph de vitesse de balle pour 79 mph de vitesse de swing, ce qui est équivalent aux autres balles TOUR du marché).

La marque pourrait à juste titre me répondre que je ne suis pas dans la cible !

Dans ce cas, la B330 RX m’a encore moins fait chavirer.

Au rayon des points forts, et malgré l’angle d’attaque favorable, le taux de spin semble être le principal argument de cette balle sur les coups de fers à 140/150 mètres.

Cela a le mérite de poser la question du choix dans des termes assez tranchés : Si vous êtes prêt à renoncer à quelques mètres de distance au carry, vous pourriez apprécier le fort pouvoir stoppant de ces deux balles.

Par rapport à la question exprimée en préambule, c’est plus un déficit de notoriété qu’un déficit de qualité qui explique la faiblesse des ventes de balles Bridgestone en France.

Elément confirmé par la récente percée de Volvik, la marque sud-coréenne étant déjà beaucoup plus active sur le marché Français…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.