Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test hybrides TaylorMade SLDR vs Jetspeed

Fin 2013, TaylorMade a lancé de manière anticipée deux nouvelles lignes d’hybrides : les gammes SLDR et JetSpeed. Que penser de ces deux clubs et quelles différences ? Notre test comparatif sous forme de match donne la réponse.

Match comparatif entre Hybrides TaylorMade SLDR et Jetspeed

Découvrez l'offre US GOLF pour votre prochain bois de parcours,cliquez ici

L’organisation du test hybrides TaylorMade

Nous avons utilisé pour l’essai deux hybrides 4 de loft 22° sans modifier les réglages au niveau du hosel.

Pour le JetSpeed, le shaft monté en série est un Velox T de 65 grammes en regular.

Pour le SLDR, le shaft est un Fujikura Speeder 82 h de 82 grammes en regular.

Pour les tests au trackman, nous n’avons pas modifié le loft, ni les trajectoires pour rester en position neutre.

Nous avons réalisé nos mesures au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle.

Nous avons utilisé la même balle pour tous nos tests de bois de parcours, à savoir une Callaway HEX Chrome.

La difficulté d’un test est de fournir des données comparables et réellement révélatrices de tendances.

C’est pourquoi, de toutes les données que nous analysons, trois sont réellement indiscutables : le smash factor (relation entre la vitesse de swing, et la vitesse de balle générée), le degré d’efficacité (relation entre la vitesse de swing et la distance générée), et enfin le taux de spin (nombre de rotations de la balle).

Le smash factor permet d’identifier la bonne utilisation du club par le joueur.

Précisons que pour ce test, nous avons fait appel à un seul testeur d’index 15.

Plus le smash factor s’approche de 1,50, et plus cela signifie que le club est à l’optimum de son utilisation par le joueur.

A l’inverse, un smash factor faible (inférieur à 1,30) révèle que le couple joueur/club n’est pas assez performant. Un fitting peut permettre de résoudre cette équation.

Le degré d’efficacité est une donnée qui symbolise la capacité de restitution réelle d’un club.

Enfin, le taux de spin pour un bois de parcours doit être le plus près de 3000 tours par minute pour être optimum.

Les rotations sont nécessaires pour permettre la portance de la balle dans l’air, mais trop de rotations augmentent la résistance de la balle et finissent par réduire la distance parcourue.

Un mot sur les shafts

Les shafts Velox T ont été pensés pour la vitesse ! Réalisés selon les souhaits des joueurs du tour, la série T a pour objet de rendre un maximum de vitesse. A la différence des autres produits de la marque Matrix, le « butt » est légèrement plus « stiff ».

Ces shafts peuvent varier selon le poids de 50 à 80 grammes. Dans notre cas, nous avons utilisé un 65 grammes. Chaque poids correspondant en fait à une vitesse de swing.

Concernant le Speeder, spécialement conçu pour cet hybride TaylorMade, il correspond à la volonté des ingénieurs de favoriser un vol de balle plus haut.

Les points clés du test : Smash factor & degré d’éfficacité

Smash Factor et degré d'efficacité

Smash factor :

Avec un score de 1.40 en moyenne, l’hybride TaylorMade Jetspeed qui est sorti quelques semaines après le SLDR prend légèrement l’ascendant sur ce dernier mesuré en moyenne 1.39.

La différence semble infime, mais elle est tout de même suffisamment nette pour être remarquée.

Degré d’efficacité :

Avec un score de 2,29 en moyenne, l’hybride JetSpeed est plus efficace que le SLDR mesuré à 2,27.

Dans les deux cas, des notes plutôt élevées, mais sans aller beaucoup plus loin dans notre match entre les deux clubs, le JetSpeed gagne sur les deux aspects les plus importants : smash factor et degré d’efficacité.

Les points clés du test : Dispersion & Précision

Dispersion et précision

Dispersion :

Comme il s’agit de moyenne, il faut aussi regarder concrètement les points d’arrivées des balles qui sont exprimées pour chaque club dans les graphiques ci-dessous.

Cependant, le graphique ci-dessus permet de synthétiser une idée générale de la dispersion.

Dispersion réelle des balles

A quelques mètres près, le SDLR est en moyenne beaucoup plus près du centre du fairway avec une plage de précision plus réduite entres les bons et les mauvais coups..

Cette donnée est à relativiser. La compétence du golfeur-testeur est plus importante que celle du club dans ce domaine.

Disons que dans la configuration du jour du test, de la forme du testeur, et des deux clubs, le JetSpeed a été plus performant.

Précision :

Quand on utilise un club de golf sur le parcours, ce qui est intéressant, ce n’est pas la meilleure balle, mais la moyenne ou plutôt plage de distance atteinte avec ce même club.

Plus la plage est élevée, et plus la précision du duo club/joueur est faible.

L’écart entre la moins bonne et la meilleure balle est assez réduite avec le nouveau TaylorMade JetSpeed.

Entre les deux clubs, le Jetspeed est plus long de 5 mètres sur les meilleures balles, alors que les moins bonnes sont tout à fait comparables.

Résultats du test :

Comparatif SLDR vs JetSpeed

Vitesse de balle :

Testé le même jour, les deux clubs rendent une vitesse de swing très comparable et quasiment identique, ce qui permet une comparaison encore plus juste sur tous paramètres suivants.

A 0,3 mph près, on peut considérer que les deux clubs pour notre testeur permettent la même vitesse de swing. Pas de distinction à ce niveau du test !

Taux de spin :

L’optimum pour le taux de spin se situe généralement entre 2900 et 3200 tours. A 3430 tours, le JetSpeed est très proche de cet optimum. En dessous de 4000 tours, le taux de spin est acceptable, mais là-aussi, le JetSpeed est plus performant que le SLDR 3894 tours.

Carry :

Le JetSpeed est finalement plus court que le SLDR au carry de six mètres !

L’explication vient du shaft.

La particularité du Speeder qui est monté sur le SLDR est de favoriser les trajectoires plus hautes.

C’est aussi une forte revendication de TaylorMade concernant la gamme SLDR.

Pour mieux comprendre le phénomène, veuillez noter les différences de loft dynamique entre les deux hybrides qui sont pourtant des hybrides 4 de loft 22°.

Comparatif trajectoires SLDR vs JetSpeed

En réalité, seul le SLDR est réellement un 22° avec un loft dynamique de 21.7°, alors que le Jetspeed donne seulement 17,9° de loft dynamique, soit des trajectoires de balles beaucoup plus tendues.

Le SLDR peut être plus intéressant l’hiver quand les balles roulent moins.

Performance finale : La distance totale

Distance totale entre les deux hybrides TaylorMade

Suite au carry, étant donné le fait que les trajectoires de balles sont nettement plus tendues avec moins de spin concernant le JetSpeed, c’est finalement ce dernier qui donne potentiellement les distances totales les plus élevées, soit pour notre testeur 172,5 mètres de moyenne contre 171, 4 pour le SLDR, soit un écart infime.

Sur les 15 coups mesurés au trackman avec chaque club, la différence ne s’est pas faite sur les balles les plus courtes, mais sur les plus longues, où le JetSpeed permet d’atteindre 180,4 mètres contre 176,4 mètres pour le SLDR.

Les deux shafts expliquent grandement ces différences.

Bilan du test :

Verdict ! Match Nul !

Assurément deux très bons hybrides que vous pouvez choisir pratiquement les yeux fermés.

La différence est infime entre les deux clubs même si sur les trois critères les plus importants : smash factor, degré d’efficacité et taux de spin, le JetSpeed est incontestablement meilleur que le SLDR.

Ce dernier jouant à fond la carte du loft avec un shaft pensé pour lever la balle compense parfaitement.

Au niveau look et confiance, l’avis est très favorable, alors que pour le touché, les sensations sont globalement très bonnes.

Au final, TaylorMade a réellement réussi à proposer un club pour lever la balle, et un club pour des trajectoires plus tendues qui vont l’un et l’autre pratiquement à la même distance !

Avis de la rédaction :

Sur ces deux clubs, TaylorMade nous réconcilie avec son offre de bois et hybrides de parcours, qui là se situe incontestablement au rang de numéro un, ce qui n’est pas toujours le cas concernant les drivers.

Même si notre préférence va en faveur du JetSpeed, le SLDR se justifie pour les golfeurs qui chercheront à compenser un manque de vitesse par plus de hauteur de balle.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.