Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Un contenu unique, utile, et passionnant! Pour le 1er abonnement 12 mois! 1 boîte de 12 balles Srixon Z-Star ou Z-Star XV au choix offertes et envoyées chez vous!

Vinaora Nivo Slider

Test hybrides TaylorMade M1 2017 versus M2 2017

Test hybrides TaylorMade M1 2017 versus M2 2017

M1 ou M2 ? M2 ou M1 ? En 2017, cette question revient sur le devant de la scène avec la mise à jour des hybrides TaylorMade de la famille M. Si la nouvelle gamme parait beaucoup mieux réussie d’un point de vue esthétique, qu’en sera-t-il d’un point de vue performance ? Y-a-t-il déjà de véritables différences de performances entre ces deux hybrides, et ce, au-delà du discours marketing de la marque ? Nous avons mené l’essai au trackman avec le concours du pro Xavier Bretin.

Découvrez nos formules d'abonnements

Clubs testés : Hybrides 4 TaylorMade M1 et M2 sur manche graphite regular

Caractéristiques des clubs testés

Pour cet essai, nous remercions le magasin US Golf de Lyon de nous avoir permis de tester les deux derniers hybrides 2017 de la marque TaylorMade, en nous fournissant les shafts standards proposés en graphite regular.

Par rapport aux précédents hybrides 4 déjà testés pour le compte de notre panel comparatif, nous avons noté que la moyenne des lofts était généralement de 21,9 degrés avec des shafts graphite d’une longueur moyenne de 40 inches et d’un poids de 66 grammes en regular.

Comparativement, le M1 2017 se distingue du M2 2017 par un loft un degré plus fermé, un poids de shaft plus lourd (80 grammes), et d’ailleurs le plus lourd que nous ayons eu à tester depuis plusieurs mois. De même que l’équilibrage en D4 est assez rare pour être souligné. Ainsi, le M1 est un club pour golfeur plus athlétique, y compris en version regular.

En comparaison, le M2 2017 a beau être un hybride 4, il est plus conventionnel. Il se distingue par un loft plus classique à 22 degrés, et un poids de shaft regular dans la moyenne, soit 65 grammes pour le Fujikura Reax 65.

S’agissant des lies, la moyenne constatée sur notre panel pour les hybrides 4 tourne autour de 59 degrés. Le M1 est en-dessous de cette valeur (moins de 58 degrés), alors que le M2 est au-dessus (61,5 degrés).

Nous avons beau comparer deux hybrides 4 semblables, et dans la même marque, d’un point de vue des caractéristiques, il ne s’agit pas tout à fait des mêmes clubs…

Le test a été réalisé en outdoor au golf de la Sorelle avec le concours de Xavier Bretin, coach et expert test club pour jeudegolf.org. Il vous livre en prime et en vidéo ses commentaires sur ces deux clubs.

Les conditions du test hybrides TaylorMade M1 et M2

Panel de test hybrides 4 sur shaft regular

Ci-dessus, la moyenne des trois testeurs régulièrement utilisés pour comparer des clubs sur notre site.

Dans le cas présent, il s’agit des résultats pour les hybrides 4 déjà testés (uniquement regular).

Un senior de 66 ans, Jean, golfeur amateur d’index 24 s’est prêté au test avec une vitesse moyenne de swing de 66 mph.

J’ai participé au test avec une vitesse de swing de 87 mph.

Enfin, le pro, Xavier Bretin, swingue en moyenne à 91 mph avec une bien meilleure capacité à centrer la balle dans la face comme en témoigne son smash factor nettement plus élevé, à savoir en moyenne 1.43.

La différence de « compétence » entre les trois frappeurs se mesure particulièrement au niveau du spin en tpm* donné à la balle par rapport à l’angle de lancement. Plus l’angle de lancement est élevé combiné à un faible taux de spin, et plus les conditions de lancement sont optimisées.

*tpm = tours par minutes ou le nombre de rotation donnée à la balle.

Nos indicateurs de performances

Pour déterminer la maniabilité d’un club de golf, nous utilisons toujours la même évaluation purement mathématique : le smash factor (ratio entre vitesse de swing et vitesse de balle à l’impact) qui traduit la bonne utilisation d’un club par un golfeur, et sa capacité à centrer régulièrement la balle dans la face.

Pour déterminer l’optimisation du club par le joueur, et en fait l’efficacité pour produire de la distance, nous utilisons un rapport que nous avons créé, entre vitesse de swing (énergie que vous produisez) et la distance au carry (résultat que vous produisez).

Pour déterminer la bonne utilisation du club par le joueur, nous utilisons aussi en plus, et récemment, un ratio entre le nombre de tours de spin donnés à la balle, et son angle de lancement exprimé en degrés.

Chaque golfeur génère un taux de spin et un angle de lancement qui lui est propre avec le matériel qui lui est donné. Cependant, des règles régulières s’observent.

Si une balle de golf part haute et prend beaucoup de spin, par rapport à une vitesse de balle donnée, elle monte au-dessus de la trajectoire idéale, ballonne, et perd en vélocité.

Si une balle de golf part basse et prend peu de spin par rapport à une vitesse de balle donnée, elle descend trop vite en-dessous de la trajectoire idéale, et perd en vélocité.

Avec ces trois ratios, en plus des données trackman, nous pensons pouvoir argumenter sur la performance d’un club de golf en toute objectivité, et avec une approche rigoureuse.

Les datas pour le pro

Les données du pro

Pour le pro, Xavier Bretin, les résultats avec les deux hybrides ne laissent pas de place au doute. Le M1 avec son swing weight en D4, son shaft plus lourd et sa tête très compacte ne favorise pas un excellent smash factor (seulement 1.35).

Si la vitesse de swing n’est pas affectée (91 mph), la qualité du centrage de la balle dans la face, et donc la restitution d’énergie ne sont pas au rendez-vous avec une perte de vitesse de plus de 4 mph par rapport au M2.

En distance totale, l’écart n’est pas spectaculaire.

En moyenne, Xavier a seulement perdu 4 mètres au profit du M2, alors que pourtant, le M1 lui a offert moins de spin (seulement 3800 tpm), ce qui laisse penser que le M1 est vraiment peu spinnant en comparaison d’autres hybrides 4, à commencer par le Cobra KING F6.

En sensation, il ne serait pas surprenant que Xavier ait préféré le M2 au M1, notamment à en juger par le smash factor, et le ratio d’efficacité en berne avec le M1.

Seul point positif, en complément du taux de spin peu élevé, le M1 aurait tendance à favoriser un angle de décollage plus prononcé (16 degrés) alors que le loft réel est annoncé à seulement 21 degrés.

Le M2 est dans un mode de fonctionnement plus classique. Sans être extravagant, le smash factor est plus cohérent, signe d’une meilleure tolérance (1.41).

Toutefois, en comparaison, du Cobra KING F6 de 2016, Xavier n’a pas réussi à optimiser au maximum ses performances.

En cause, probablement un shaft trop léger d’une dizaine de grammes…

Encore une bonne publicité pour le fitting, 80 grammes avec le M1, ce n’était visiblement pas le bon choix ! 65 grammes avec le M2, et ce n’est guère mieux.

Un autre élément étaye cette question de l’inadéquation du shaft : la dispersion entre la balle la plus courte et la plus longue qui explose avec le M2… Le choix du shaft doit y être pour beaucoup.

Seulement 4 mètres d’écarts entre le M1 et le M2, et pourtant il y a une véritable opposition de sensations.

Le M1 est moins tolérant, moins efficace pour la restitution d’énergie (ce qui va de pair), mais donne moins de spin et optimise mieux les conditions de lancement.

Xavier aurait aimé avoir l'opportunité de tester d'autres shafts pour peut-être trouver d'autres performances.

Retrouvez les commentaires du pro dans la vidéo suivante :


Les datas pour un amateur à vitesse de swing rapide

Mes données pour le test

Pour ma part, dans des conditions de test identiques (tout comme Xavier) à savoir en outdoor pour les deux hybrides TaylorMade, le résultat produit sensiblement le même résultat, et la même conclusion.

Le M1 est nettement moins tolérant et efficace que le M2.

L’écart de distance n’a beau être que de 5 mètres, à vitesse de swing équivalente dans les deux cas (87 mph), j’ai bien créé un écart de vitesse de balle de 4 mph en faveur du M2 ou en défaveur du M1.

En revanche, l’angle de lancement a été à peu de choses près identiques avec les deux clubs, et ce, malgré le loft plus fermé de l’hybride 4 M1, qui confirme sa tendance à lancer plus haut naturellement.

Comme le pro, le M1 donne moins de spin, et optimise mieux les conditions de lancement.

Comme le pro, la dispersion entre la balle la plus courte et la balle la plus longue est défavorable au M2…

Les mêmes causes semblent bien produire les mêmes effets. A ceci près que l’écart de tolérance entre le M1 et le M2 se creuse en défaveur du M1 avec un simple amateur par rapport au pro.

Vous pourrez toujours régler les effets du M1 sous la semelle, la tête restera toujours plus compacte, et donc plus délicate à manipuler pour trouver le centre de la face !

Les datas pour un senior à vitesse de swing modérée

Données pour le testeur senior

Curiosité absolue avec le test mené par le senior, Jean a été plus efficace avec le M1 versus le M2, déjouant tous les pronostics !

Alors qu’en toute logique, le M1 plus compact aurait dû défavoriser le smash factor comme vu avec les deux précédents testeurs, dans ce cas, cette tête plus compacte a inspiré notre joueur.

En comparaison avec d’autres hybrides 4, même testés en indoor, Jean n’a pas été plus performant avec beaucoup d’autres hybrides que cet hybride 4 pourtant réglé en D4 !

En réalité, ce test illustre surtout la défaillance enregistrée avec le M2 ! Le M1 n’est pas la meilleure solution à préconiser pour ce joueur.

Cependant, avec le M2 et son shaft de 66 grammes, Jean n’a pas trouvé la clé pour parfaitement utilisé ce club, et en tirer un maximum de rendement.

A nouveau, entre les deux clubs, les écarts de distances sont relativement faibles (seulement 3 mètres), mais à en juger par les ratios, le M1 a remporté ce duel.

Ces résultats invitent à la modestie par rapport à l’analyse et au test de matériel.

Contrairement aux deux premiers testeurs, ce troisième participant ne confirme pas les tendances préalablement dessinées.

Avantage au M1 versus le M2, toutefois, lors de précédents tests, ce même senior avait lancé sa balle à 120 mètres toujours avec un hybride 4.

Il convient de statuer que dans les deux cas, les hybrides TaylorMade même sur des manches regular n’apportent pas nécessairement la meilleure réponse.

Dans l’hypothèse d’un achat, il faudra passer en revue plusieurs shafts et peut-être modifié les équilibres pour trouver la bonne formule. A ne pas acheter sur un coup de tête !

Bilan du test

Nos tests sont une « photographie à un moment donné, et avec des configurations figées » qui peuvent être remis en cause par un fitting, ou un changement de set-up au niveau des clubs. Néanmoins, avec le concours de trois testeurs distincts, on retrouve des tendances qui méritent d’être relevées.

Mis à part l’essai senior, les deux précédents testeurs ont bien relevé la différence de tolérance en faveur du M2.

Différence de tolérance qui permet une meilleure restitution d’énergie, et du coup, un léger gain de distance.

A l’inverse, le M1 est effectivement moins spinnant tout en levant plus la balle. Un excellent golfeur (niveau professionnel ou plus) pourra parfaitement tiré parti de ce club ou alors un golfeur plus à l’aise avec une tête compacte.

L’an passé, nous n’avions pu tester que des hybrides 3 en M1 et M2, la comparaison avec les nouveaux modèles est donc délicate.

Dans mon cas personnel, les ratios sont plus favorables avec les nouvelles versions, ce qui me laisse imaginer une légère amélioration…

M1 ou M2 ? Vous l’aurez compris… Notre avis global va plus franchement en faveur du M2, certes moins ajustable, mais plus maniable, au moins dans cette configuration.

Par la force de l’expérience concernant TaylorMade, les précédents tests nous ont appris que les choix de shafts ne permettaient pas toujours d’obtenir les meilleurs résultats.

Difficile d’affirmer que c’est une marque qui plus que d’autres demande du fitting… cependant, le choix du shaft est vraiment prépondérant !

Restez informé

Recevez notre newsletter

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir