Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test hybride TaylorMade M2

Test hybride TaylorMade M2

Dernier produit testé dans la famille M2, l’hybride a la particularité de ne pas être en carbone comme les autres bois de la série. La speed pocket a été élargie, et le hosel cannelé pour modifier les paramètres de lancement de la balle. Pour vérifier la performance de l’hybride M2 par rapport au précédent Aeroburner, nous avons fait appel à trois testeurs proposant des vitesses de swing allant de 70 à 100 mph.

Découvrez nos formules d'abonnements

1.LE CLUB TESTÉ : Un hybride 3 taylormade m2

Pour cet essai, nous avons utilisé un hybride 3 fourni par la marque. Concernant le shaft, nous avons eu recours à un seul modèle, un shaft regular plutôt abordable.

Soit un shaft légèrement plus long que la moyenne, mais aussi nettement plus lourd que la moyenne.

En règle générale, un shaft d’hybride 3 mesure autour de 40.5 inches, et pèse 65 grammes en regular.

1.1 La catégorie du club testé

Ci-dessous, un résumé de notre panel de clubs testés jusqu’à présent, et de leurs configurations (loft, poids du shaft, et longueur du shaft).

L’hybride 3 TaylorMade M2 se situe dans la catégorie Improvment.

Commercialisé au prix de 199 euros, il n’a pas subi d’inflation par rapport au prix du modèle précédent, le TaylorMade Aeroburner.

2. Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à trois testeurs au magasin US Golf de Champagne-Au-Mont-d’Or. Ci-dessous, les données moyennes de nos testeurs par rapport à tous les hybrides déjà testés.

Ces données permettent de fournir un étalonnage.

Le smash factor est l’indicateur de la tolérance (capacité à ramener régulièrement la balle au centre de la face), tandis que le degré d’efficacité est le ratio entre la distance générée au carry (avant la roule), et la vitesse de swing déployée pour générer cette distance.

Ces deux indicateurs sont les plus importants dans nos tests.

Précision : Le troisième profil (20 à 29 d’index) est un senior de 65 ans, tandis que les deux autres profils sont des hommes entre 30 et 40 ans.

Tous sont des golfeurs très expérimentés avec plus de 20 ans de pratique.

3. Ce qu’il faut savoir à propos de cet hybride TaylorMade M2

Après avoir eu le club en mains, et pu le regarder sous toutes les coutures, évidemment nous avons pu constater que cet hybride était bien un club tout en acier plutôt qu’un mélange de carbone et d’acier au niveau de la couronne, comme pour le reste des bois de parcours de la famille M.

Comme l’évoque, Benoit Vincent, c’est bien entendu compréhensible d’un point de vue de la taille de l’hybride dont le volume de tête est de 109 cc pour un lie de 61 degrés.

Précisons que le swing weight est en D3 avec des shafts standards Fujikura TM Reax.

Esthétiquement, la tête est toute noire par opposition au mélange blanc et noir vu sur les autres bois de la gamme M2.

Certains pourront préférer ce look, mais tout comme le Rescue M1, cela ne donne pas la même aide à l’alignement ou le même effet visuel que le précédent Aeroburner (blanc) quand vous le mettez à l’adresse.

A la limite, c’est plus conventionnel ! Et dans ce cas, TaylorMade ne vante pas le bienfait d’une tête blanche…

D’un point de vue design de la tête, en comparaison justement avec le modèle précédent (Aeroburner), cette dernière paraît plus profonde.

Avec ce coloris noir, on dirait presqu’un petit bois de parcours plus qu’un hybride !

La face du club est aussi plus grande en hauteur ce qui devrait confirmer la notion de plus grande tolérance défendue par Benoit Vincent.

C’est aussi ce qui donne cet aspect plus volumineux.

Notez aussi que par rapport au modèle Aeroburner, TaylorMade a renforcé l’effet visuel blanc des rainures sur la face…Sans doute pour faciliter l’alignement ?

Un élément qui n’est pas anodin - bien qu’il ne voit presque pas à l’œil nul – et qui consiste à ce que le dessin des rainures soit plus proche du heel de la tête.

Là-aussi, on peut imaginer que les ingénieurs ont voulu nous guider vers le sweet spot réel et idéal pour faire une certaine différence à l’impact.

En vue d’améliorer la performance, la semelle a elle-aussi été améliorée avec notamment une speed pocket plus large, et toujours peinte en noir. Sa mission : Se déformer davantage à l’impact pour une meilleure restitution de la vitesse de balle !

A ce stade, le M2 n’a plus gande chose à voir avec le TaylorMade Aeroburner de 2015 !

Assez différent des autres bois de parcours de la famille M2, cet hybride est pourtant censé donner plus de hauteur de balle pour toujours plus de distance, et depuis n’importe quel type de lie.

Concernant les shafts, TaylorMade a parfois trop tendance à s’enfermer avec une proposition standard en Fujikura. En l’occurrence pour l’hybride M2, il s’agit de la gamme REAX.

Ce serait dommage d’acheter une tête de club très évoluée technologiquement parlant avec un shaft relativement moyen en performance.

4. Les enjeux du test

Quelle performance par rapport au TaylorMade Aeroburner ? Plus de puissance ? Plus de tolérance ? Moins de spin ?

5. Les paramètres clés d’un test de club

Pour nous, un test doit aborder quatre thématiques :

  • La tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • La puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • L’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • La précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

5.1 Tolérance & puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Un résultat sans appel, et commun pour les trois testeurs, le M2 dans cette configuration et avec un shaft Fujikura REAX est contre-performant par rapport à la moyenne de chacun des testeurs.

Si ce n’est pas très flagrant pour les handicaps les plus bas, c’est encore plus marqué pour le senior. Le degré d’efficacité étant très bas.

Pour les deux autres profils, ce n’est pas tant la puissance qui diminue mais surtout la tolérance qui se réduit par rapport à d’autres hybrides.

Pourtant, techniquement sur le « papier », le M2 devrait être plus tolérant. En réalité, nous soupçonnons le shaft de ne pas être adapté. Le Fujikura Reax n’est certainement pas la meilleure solution pour cette tête. A TaylorMade d’en tenir compte à l’avenir ! Aux potentiels acheteurs de vérifier si un autre modèle de shaft ne serait pas beaucoup plus performant !

A titre de comparaison, le test de l’Aerburner par notre testeur 10-19 en 2015 était beaucoup plus éloquent !

5.2 Distance (carry) en mètres

C’est souvent l’indicateur le plus recherché par les golfeurs. Veuillez trouver ci-dessous les données brutes du test.

5.2.1 Comparatif

Vision de l’ensemble des hybrides TaylorMade testés par un testeur 10-19

Deux éléments à faire ressortir de ce tableau :

  • Le smash factor du M2 qui est inférieur à ceux du R15 et de l’Aeroburner
  • Le taux de spin du M2 qui est plus élevé

5.3 Optimisation du vol de balle

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Ci-dessous, la hauteur de trajectoire pour le testeur 0-9

Ce testeur monte la balle entre 35 et 40 mètres au plus haut.

L’angle de décollage est en moyenne de 15 degrés contre 45 degrés pour l’angle d’atterrissage.

Le taux de spin moyen est de 3940 tours par minute.

Constat : Ce testeur donne légèrement trop de spin. Configuration du club relativement adaptée !

Ci-dessous, la hauteur de trajectoire pour le testeur 10-19

Ce testeur monte la balle entre 20 et 40 mètres au plus haut.

L’angle de décollage est en moyenne de 15 degrés contre 42 degrés pour l’angle d’atterrissage.

Le taux de spin moyen est de 4500 tours par minute.

Constat : Le testeur donne trop de spin, et son angle de lancement est trop variable. Configuration du club moyennement adaptée !

Ci-dessous, la hauteur de trajectoire pour le testeur 20-29

Ce testeur monte la balle entre 10 et 15 mètres au plus haut.

L’angle de décollage est en moyenne de 10 degrés contre 18 degrés pour l’angle d’atterrissage.

Le taux de spin moyen est de 4000 tours par minute.

Constat : Ce testeur ne monte pas assez la balle et donne trop de spin. Configuration du club inadaptée !

5.4 Précision & dispersion

Les points d’impacts représentent les points d’arrivées de la balle après le roulement.

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

Ci-dessous, la précision et la dispersion constatée pour le testeur 0-9

Contrôle de profondeur relativement bon !

Ci-dessous, la précision et la dispersion constatée pour le testeur 10-19

Pas particulièrement de problème de dispersion !

Ci-dessous, la précision et la dispersion constatée pour le testeur 20-29

Signe d’une inadéquation club-golfeur, le testeur a produit des résultats très variables en termes de contrôle de profondeur avec des coups performants, et des coups franchement ratés.

En revanche, relativement peu de dispersion constatée !

6. Comparaison au panel

Par rapport à d’autres hybrides comparés dans les mêmes conditions, le M2 n’est pas forcément le plus tolérant, ni le plus puissant. En revanche, pour un hybride 3, il lève légèrement plus la balle…et donne trop de spin.

7. Données ramenées à un swing de vitesse moyenne

Pour apporter un résultat comparatif à vitesse de swing totalement identique, et dans la vitesse de swing moyenne des golfeurs amateurs français.

Nous avons appliqué un ratio par rapport à la vitesse réellement produite par nos testeurs, et afin de la ramener à une vitesse médiane de 80 mph.

Pour les quatre hybrides 3 testés dans les mêmes conditions et par l’ensemble de nos testeurs, il en ressort une très grande proximité. Seule le Mizuno JPX-EZ 16 tire son épingle du jeu à la faveur de meilleurs résultats pour le testeur senior, traduisant une meilleure maniabilté.

8. BILAN DU TEST

Au final, l’hybride M2 ne défraie pas la chronique. Au contraire, les R15 et Aeroburner testés en 2015 avaient fait de meilleures impressions.

Dans les facteurs négatifs, il semble que ce nouveau club censé être plus tolérant, donne plus de spin et même trop.

Le Smash factor n’est pas non plus extraordinaire. En 2016, les hybrides PING G et Mizuno JPX-EZ 16 sont plus performants sur ce point.

Concernant la puissance, le Callaway XR OS 16 et le Mizuno JPX-EZ 16 paraissent aussi devant.

Un test qui tend à démontrer que si les fer TaylorMade M2 sont excellents. Nous trouvons des écarts certains entre plusieurs produits pourtant d’une même famille…facteur sans doute expliqué par le fait qu’il n’y a pas de points communs flagrants entre un bois 3 M2 mixte de carbone et d’acier, et un hybride M2 tout acier.

Pour un achat sans fitting, les modèles 2015 de TaylorMade paraissent meilleurs. Concernant le M2, il est certain que la performance de la tête est minorée par le shaft REAX, pas le meilleur choix réalisé par TaylorMade…

Le shaft Matrix monté en standard sur l’Aeroburner semblait être une meilleure option…

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.