Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test hybride TaylorMade M1

Test hybride TaylorMade M1

L’hybride TaylorMade M1 pose beaucoup de questions ! Franchement démarqué du bois de parcours et du driver, mais pas pour autant dépourvu de véritables choix techniques, cet hybride est censé répondre à un besoin bien précis : ne pas laisser de place au hook, favoriser des trajectoires mi-hautes, et finalement séduire les bons joueurs. Nous nous sommes attachés à vérifier tous ces points avec l’aide de trois testeurs très distincts dont le pro Xavier Bretin.

Découvrez nos formules d'abonnements

1.LE CLUB TESTE : BOIS DE PARCOURS hybride taylormade M1

Pour ce nouvel essai, TaylorMade a mis à notre disposition un hybride en version classique, un produit que vous pourriez tout à fait trouver en magasin.

Sur cette tête M1, TaylorMade nous a proposé un shaft graphite regular assez lourd, soit 84 grammes alors que la moyenne des hybrides testés en 2016 n’a affiché que 69 grammes, soit 21% de plus.

Concernant la longueur du manche, comme le pressentait Xavier Bretin, ce dernier est légèrement plus long que la moyenne du panel 2016, mais ce n’est pas aussi notable que sur le M2, encore plus long.

Plus lourd ? Plus long ? Plus favorable à l’effet d’inertie ? C’est ce que nous allons essayer de découvrir.

1.1 La catégorie du club testé

Ci-dessous, un résumé de notre panel de clubs testés en 2016, et de leurs configurations (loft, poids du shaft, et longueur du shaft).

Concernant un hybride, la séparation théorique du marché entre club player et improvment est très « théorique ».

D’une catégorie à une autre, les écarts de performances sont minimes. Ceci étant, les clubs « player » proposent plus d’options, et s’adressent à des joueurs qui cherchent à travailler des trajectoires différentes.

Comparaison entre le bois de parcours M1 et l'hybride M1

A noter que les clubs les plus exigeants sont souvent ceux qui donnent le moins de spin, et donc le plus de roulement favorable à la distance globale.

2. Les conditions du test

Pour ce test, nous avons fait appel à deux testeurs amateurs, et complété avec le test du pro, Xavier Bretin, le tout avec un radar trackman.

Ci-dessous, les données moyennes de nos testeurs par rapport à tous les bois de parcours déjà testés.


Ces données permettent de fournir un étalonnage.

Le smash factor est l’indicateur de la tolérance (capacité à ramener régulièrement la balle au centre de la face), tandis que le degré d’efficacité est le ratio entre la distance générée au carry (avant la roule), et la vitesse de swing déployée pour générer cette distance.

Ces deux indicateurs sont les plus importants dans nos tests.

Précision : Le profil (20 à 29 d’index) est un senior de 65 ans. Tous sont des golfeurs très expérimentés avec plus de 20 ans de pratique.

Concernant les données de Xavier Bretin, notez qu’il n’est pas nécessairement le swing le plus rapide du panel, mais en revanche, sa qualité de centrage de balle lui confère le meilleur smash factor, et ensuite, sa manière de swinguer privilégie des trajectoires très tendues, et un taux de spin faible pour une roule encore plus importante.

3. Les enjeux du test

A lire dans notre rubrique dédiée, la présentation technique du club

Avons-nous noté une propension du club à limiter les effets de hook et les balles à gauche ? Quelle performance par rapport au M2 ? Est-ce un club abordable pour un golfeur classé au-dessus de 20 d’index ?

4. Les paramètres clés d’un test de club

Un test doit aborder au moins quatre thématiques :

  • La tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • La puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club, rapport entre la vitesse de swing, et la distance finalement générée au carry.
  • L’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • La précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

4.1 Tolérance & puissance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Le résultat est net quel que soit le testeur ! Le M1 apparait comme moins tolérant pour chaque joueur par rapport à son panel de club déjà testés. Le M1 confirme ainsi qu’il est bien un club plus petit en taille, et donc plus exigeant en qualité de centrage de balle.

En revanche, concernant l’efficacité, le pro a obtenu un léger gain tout comme le senior. Seul le testeur intermédiaire est resté sur son même niveau d’efficacité.

Voir le tableau ci-dessous pour tous les détails.

4.2 Distance (carry) en mètres

Veuillez trouver ci-dessous les données brutes du test.

4.3 Optimisation du vol de balle

En théorie, plus l’angle de lancement est élevé, et plus le taux de spin est bas, et plus la balle a des chances de parcourir une distance importante.

Ci-dessous, les données pour le pro, Xavier Bretin, avec le M1 comparé avec d’autres bois 3 déjà testés.

Comme à son habitude, Xavier a produit des trajectoires très tendues, et effectivement, assez peu de balles sur la gauche du fairway…Il confirme à la fois que ce club est un anti-hook et plus un club de tee de départ qu’un club à jouer depuis le rough.

Tendance confirmée avec le deuxième testeur qui swingue de manière assez rapide pour un amateur. Pas vraiment de balles en hook à gauche, et plutôt une majorité de balle à droite du fairway.

4.4 Précision & dispersion

La dispersion est bien entendu plus le fait du testeur que du club ! Cependant, certains clubs ou certaines opérations de fitting permettent d’en atténuer les effets.

Testant toujours des configurations standards, nous considérons que tous les clubs sont à armes égales.

Ci-dessous, le pro a fait preuve d’une dispersion raisonnable avec le M1 avec une tendance à être un peu plus à droite par rapport aux deux autres bois 3 qu’il a essayé dans les mêmes conditions.

Ci-dessous, la dispersion constatée pour Xavier Bretin :

Un peu d’irrégularité dans le contrôle de profondeur, en revanche, une nouvelle manière de confirmer le fait que les balles ne sont pas du tout à gauche du fairway.

Ci-dessous, les données du golfeur amateur à vitesse de swing rapide :


5. Comparaison au panel

Pour établir ce tableau comparatif de performances, nous avons fusionné les données des trois testeurs pour comparer M1, M2, et Mizuno JPX Fli-Hi testé avec le même loft.

Ce tableau répond à l’une des questions posées dans les enjeux. Le M1 est globalement plus performant que le M2 quand on moyenne les performances des trois testeurs.

La tolérance absolue n’est pas le point fort de ce club très typé distance.

Par rapport à la moyenne du panel, il ressort très correctement avec un taux de spin bien démarqué, et un angle de lancement mi-haut et qui confirme les ambitions des ingénieurs de TaylorMade de la théorie à la pratique.

Toutefois, le M1 ne serait pas systématiquement le club que nous pourrions recommander à tous les profils, notamment pour un senior avec une vitesse de swing modérée.

6. BILAN DU TEST

Pas étonnant que le pro Xavier Bretin ait apprécié ce club. Il a été construit pour répondre plus particulièrement à son profil de frappe. A savoir des trajectoires tendues et favorables à un léger effet de fade pour surtout limiter les possibilités de hook.


Comme évoqué dans notre précédent sujet, le M1 est bien un club imaginé et construit pour des golfeurs d’index inférieur à 10, et pas au-dessus.

Des trois testeurs, seul le pro a parfaitement tiré son épingle du jeu avec un smash factor performant, et un degré d’efficacité élevé.

Clairement, il n’est pas inutilisable pour les autres profils, mais d’autres solutions paraissent plus « optimisables » notamment au niveau de la tolérance.

Pour en revenir au début de ce test où nous évoquions l'inertie...effectivement, un shaft plus long, et plus de poids a favorisé une vitesse de club plus importante pour le pro, et l'amateur à vitesse de swing rapide, en revanche, cela n'a eu aucun effet positif sur le senior.

Le gain de vitesse de club a tout de même été de 3 à 5 mph pour les deux golfeurs les plus rapides...ce qui s'est traduit par des gains de distances.

Pour le senior, au contraire, il a perdu 4 mètres par rapport à sa moyenne.

Enfin, il faut noter que les réglages proposés par TaylorMade sont plaisants, justement pour optimiser son club à son goût.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.