Plus de 5000 pages pour votre jeu de golf. Matériel, technique, parcours, voyages...

Test hybride TaylorMade Aeroburner

Test hybride TaylorMade Aeroburner

Dans le cadre de la publication de notre guide de choix hybride 2015, nous avons testé le dernier Hybride 4 TaylorMade Aeroburner monté sur un shaft d’origine Matrix Speed RUL-Z 70. Découvrez dans ce sujet le détail de notre essai au trackman, et comment il se classe dans notre panel « performance » rapporté au prix.

Découvrez nos formules d'abonnements

Préambule sur l’organisation du test Hybride Aeroburner

Cet essai a été réalisé au magasin US Golf de Champagne au Mont d’Or, sous le contrôle de notre consultant matériel, Clément Morelle, qui a mis à notre disposition un simulateur trackman, outil permettant de mesurer précisément angle de lancement, spin, et vitesse de balle.

Le club à notre disposition, un hybride 4 TaylorMade Aeroburner a été mesuré et pesé.

Avec une longueur de manche de 40.1 inches, ce club se trouve dans la moyenne actuelle du marché.

Un manche plus court pourra avoir une incidence réductrice sur la vitesse de swing, et favoriser le contrôle de la tête de club dans la zone d’impact. A l'inverse, un manche plus long peut favoriser la vitesse de swing, et rendre plus difficile la qualité de centrage de balle.

Concernant le poids, nous avons constaté que le shaft Matrix pesait 70 grammes alors que la moyenne des hybrides mis sur le marché tourne autour de 64 grammes, un écart qui devrait favoriser la vitesse de swing !

Nous portons ces éléments à votre connaissance, car ils ont une importance considérable dans la performance du club, surtout quand il s’agit d’une version standard non fitté que vous pourriez acheter sur Internet ou dans un rack de magasin !

Ce qu’il faut savoir sur ce club

Les hybrides Aeroburner combinent la dimension d’origine de la speed pocket du RocketballZ avec le système Thru-Slot vu pour la première fois sur les bois TaylorMade 2014.

Résultat, la marque revendique un sweet spot deux fois plus large que sur les modèles précédents.

Attention, il s’agit dans ce cas d’un abus de langage.

Le sweet spot comme son nom l’indique est en fait un point de la taille d’une tête d’aiguille.

Toutes les marques ont tendance à jouer avec les mots concernant cette notion de tolérance liée à la face.

Une balle parfaitement tapée au centre du sweet sport sera toujours beaucoup plus performante qu’une balle tapée en dehors, toutefois, le propos de TaylorMade comme ses rivaux, est de nous assurer d’une meilleure performance, quand nous ne prenons pas cette zone à l’impact, ce qui est en fait régulièrement le cas pour tout amateur jouant plus de 8 d’index.

Pour Brian Bazzel, en charge de la création des bois de parcours chez Taylormade, la nouvelle speed pocket est bien le fruit de plusieurs années de développement, et n’avait pas été mise sur le marché jusqu’à présent pour des problèmes de résistance, et de durabilité.

« Finalement, nous sommes parvenus à nos fins avec ce nouveau modèle. »

Les hybrides comme les bois de parcours présentent au final un centre de gravité bas et en avant pour correctement réduire le spin, tout en proposant une face ultra-fine à base d’un acier Co 300 Superalloy qui favorise les vitesses de balles les plus rapides.

Plus d'infos à retrouver sur notre précédent sujet…

L’enjeu du test

La nouvelle tête permet-elle un gain de smash factor par rapport aux précédentes têtes JetSpeed ou SLDR ?

Quelle performance par rapport au R15 ?

Les conditions du test

Pour ce test, nous avons eu recours à un testeur masculin d’index 18 ayant une vitesse de swing moyenne avec un hybride de 85 mph.

Les 4 paramètres clés d’un test de club

Notre test va aborder quatre thématiques :

  • la tolérance ou maniabilité exprimée par le smash factor, rapport entre la vitesse de club produite par le golfeur avec le club, et la vitesse de balle produite à l’impact.
  • la puissance ou distance exprimée par le degré d’efficacité du club,
  • l’optimisation du vol de balle, croisement de l’angle de lancement et du taux de spin.
  • la précision ou dispersion des balles tapées avec le club, exprimé en écart horizontal et vertical par rapport au centre du fairway.

En plus de ces paramètres, nous pouvons expliquer les résultats par le taux de spin donné à la balle, l’angle de décollage et d’atterrissage, et in fine, la distance parcourue en moyenne au carry (portée avant la roule).

1-Tolérance-Maniabilité et Puissance-Distance

Ce graphique représente le croisement du smash factor et du degré d’efficacité pour déterminer le rapport entre tolérance et puissance.

Les chiffres confirment les impressions en mains du testeur ! Incontestablement l’hybride Aeroburner propose une nette amélioration par rapport au JetSpeed ou le SLDR qui avait obtenu des résultats comparables.

Sans faire de suspense, notre test révèle qu’à l’heure actuelle, et avant la sortie du M1, l’hybride Aeroburner est l’un des meilleurs produits du marché pour la performance.

Classé deuxième pour le Smash factor derrière le XXIO8, il est premier pour le degré d’efficacité, ratio entre l’énergie produite, et la distance au carry atteinte.

Logiquement, l’Aeroburner est plus maniable, et plus tolérant que le R15.

2-Quelle distance au carry ?

C’est finalement un indicateur assez simple et assez fiable concernant la performance d’un club de golf.

Club le plus efficace de notre panel, l’hybride 4 se classe deuxième derrière le Nike Vapor pour la distance au carry….club qui est en fait un hybride 3 dans notre panel !

Ceci dit, le Vapor avec un loft dynamique plus élevé (curieux) a donné un angle de lancement très similaire au TaylorMade (19°).

La différence en faveur du Nike s’est faite sur la vitesse de swing qui a été nettement plus élevée par rapport à la moyenne habituelle de notre testeur.

Avec un meilleur smash factor, et un taux de spin réduit de 200 tours par minute, l’Aeroburner arrive néanmoins à réduire l’écart pour porter la balle à 175 mètres au carry pour une vitesse de swing équivalente à 85 mph.

En ajoutant la roule, la distance moyenne totale a été de 190 mètres contre une moyenne de 179 mètres pour l’ensemble du panel des hybrides testés.

3-Optimisation du vol de balle : Angle de décollage réel et taux de spin

Si l’angle de lancement de la balle est élevé, et combiné avec un taux de spin bas, la balle a plus de chances de parcourir une distance importante.

Après une discussion avec le CTO de TaylorMade, Benoit Vincent, nous avons décidé d’ajouter ce paramètre dans nos tests de clubs.

D’une part, parce qu’avec le trackman, nous pouvons récupérer ces mesures, et d’autre part, parce que cela donne un éclairage complémentaire sur la performance enregistrée avec un club de golf.

Les clubs trop spinnants ou les clubs dont les lofts ont été volontairement fermés pour créer artificiellement de la distance seront ainsi repérés.

Deux enseignements :

En croisant les deux mesures (angle de lancement, et taux de spin), on constate une trajectoire quasi-idéale !

Par rapport au JetSpeed, la tête du club Aeroburner n’est pas meilleure concernant le taux de spin !

Ce qui remet en question la notion d’amélioration de la tête par le fabricant…en revanche, le gain de distance net entre les deux clubs TaylorMade vient du fait qu’à club comparable (hybride 4), et donc loft identique (22°), la balle a été beaucoup plus levée. Résultat : un gain de 10 mètres pour 4 degrés d’angle de lancement en plus !

Explications...

Soit notre testeur a drastiquement changé de swing d’une année sur l’autre, et dans ce cas, notre test est faussé. Il n’y alors pas de réelle amélioration entre le JetSpeed et l’Aeroburner.

Soit, et c’est plus plausible, le JetSpeed a été le seul club testé en 2014 avec un angle de lancement aussi bas !

Dans notre précédent test comparatif SLDR contre Jetspeed, nous avions déjà trouvé un écart de 4° en faveur du JetSpeed pour des trajectoires beaucoup plus tendues.

Entre les deux clubs 2013/2014, au final, l’écart avait été infime. En moyenne, une balle tapée avec le Jetspeed était dépassé au carry par une balle tapée avec le SLDR, toutefois, en prenant en compte la roule, cette balle revenait à égalité en distance totale sur celle tapée avec le SLDR.

Il y a fort à parier que les ingénieurs de la marque ont « joué » sur l’équilibrage de leurs clubs pour permettre la production de tels écarts.

4-Précision-Dispersion

Les points d’impacts représentent les points d’arrivées de la balle après le roulement.

Difficile de tirer un enseignement !

Pour un très bon golfeur, avec une vitesse de swing rapide, et de la régularité dans le centrage de balle, l’Aeroburner sera sans doute l’hybride qui proposera les plus longues frappes de balles.

Pour un golfeur avec une vitesse de swing convenable, et une petite irrégularité dans le centrage de balle, il faudra accepter quelques coups qui sortent nettement de la trajectoire.

Soit la contrepartie d’une plus grande vitesse de swing faite au détriment du contrôle.

En réalité, la dispersion est plus le résultat du swing du golfeur que la qualité du matériel.

Le seul paramètre sur lequel, la marque peut jouer…c’est le fait d’améliorer la tolérance globale de la face, ce qui peut se retrouver dans un smash factor plus élevé…

De ce point de vue, l’Aeroburner devance effectivement le JetSpeed avec un smash factor mesuré à 1.45 contre 1.39 pour le produit précédent.

Bilan du test

Nous pourrions nous risquer à conclure que l’Aeroburner est une sorte de croisement entre le SLDR, et le JetSpeed.

Ce nouvel hybride a emprunté l’angle de lancement du SLDR et le taux de spin du JetSpeed pour proposer une combinaison légèrement meilleure !

A ce stade des sorties de produits 2015, il nous semble que l’Aeroburner est le meilleur compromis pour ceux qui cherchent à gagner quelques mètres en plus.

Concernant notre rapport performance/prix, au tarif, l’Aeroburner se classe 3ème derrière les deux produits les moins chers du marché, l’hybride Wilson D200 et le Nike Vapor.

Nous pouvons statuer sur le fait qu’il s’agit d’un excellent rapport prix/performance pour un hybride 2015.

Maniable, ce club consacre aussi le retour de TaylorMade au blanc pour ses bois…une couleur qui lui a plutôt réussie par le passé.

En attendant le prochain M1, l’Aeroburner paraît plus abordable que le R15 en termes de maniabilité pour la majorité des amateurs classés au-dessus de 10 d’index.

Restez informé

Recevez notre newsletter

Vous ne pouvez pas poster de commentaires si vous n'êtes pas membre du site.